Différences entre la faim physique et l'anxiété

Avoir faim est naturel et fondamental chez les êtres humains, mais manger par pure anxiété ne l'est pas. Ici, nous vous expliquons comment différencier les deux images et que faire en cas de relation malsaine avec la nourriture.
Différences entre la faim physique et l'anxiété
Samuel Antonio Sánchez Amador

Rédigé et vérifié par el biólogo Samuel Antonio Sánchez Amador.

Dernière mise à jour : 21 janvier, 2023

Nous avons tous faim plusieurs fois par jour. En effet, les êtres vivants ont besoin d’un minimum de calories pour pouvoir maintenir à flot leurs processus internes. L’énergie que nous donne la nourriture nous permet de bouger, de penser, de respirer et même de faire travailler notre cœur à tout moment. Dans tous les cas, certaines images émotionnelles peuvent nous donner faim alors que nos besoins sont vraiment couverts au niveau physiologique. Aujourd’hui, nous vous expliquons les différences entre la faim physique et l’anxiété.

Qu’est-ce que la faim ?

Le site Word Reference définit la faim comme « la sensation qui indique le besoin de nourriture ». Ce terme peut aussi malheureusement désigner la rareté des ingrédients de base dans les sociétés appauvries et la pauvreté en général, mais nous n’allons traiter le concept que d’un point de vue physiologique.

La faim correspond à une sensation purement organique qui motive l’apport calorique. Elle se produit à travers une série de processus biologiques internes qui se déclenchent lorsque divers centres corporels nous avertissent que l’énergie est nécessaire pour nous maintenir en vie. D’autre part, l’appétit correspond au désir de manger d’un point de vue émotionnel.

Contrôle de la faim

A court terme, cette sensation universelle est contrôlée par les éléments suivants :

  • Signaux neuronaux du tractus gastro-intestinal : le nerf vague est essentiel dans le système digestif, car il produit le réflexe de tousser, de vomir ou de déglutition et coordonne les mouvements œsophagiens et intestinaux. Les récepteurs vagaux inhibent la faim lors de la distension de remplissage gastrique.
  • Voies hormonales : L’hormone ghréline, produite dans l’estomac, atteint son maximum dans le sang avant les repas. C’est ce qu’on appelle le déclencheur de la faim par excellence, mais il existe de nombreux autres régulateurs. Par exemple, l’insuline et la cholécystokinine sont libérées lorsque les nutriments sont absorbés et inhibent l’envie de manger.
  • Facteurs psychologiques : bien que la faim soit physiologique au sens strict, le goût et le désir jouent un rôle essentiel pour son développement dans certains cas. Par exemple, nous pouvons avoir faim lorsque nous voyons un plat que nous aimons beaucoup même si le corps n’a pas besoin de calories supplémentaires à ce moment précis.

La régulation de la faim à long terme est assez complexe à expliquer. Dans tous les cas, il nous suffit de savoir que la leptine, une hormone synthétisée dans le tissu adipeux (gras), régule l’équilibre énergétique et inhibe l’appétit lorsqu’il n’y a pas besoin de manger. Cela signifie que les adipocytes (cellules qui stockent les graisses) ne sont pas surchargés.

Les personnes obèses ont une sensibilité réduite à la leptine. Par conséquent, ils sont incapables de se sentir rassasiés malgré des réserves d’énergie plus que suffisantes dans leur corps.

Qu’est-ce que l’anxiété ?

Un homme assis dans ses pensées.

Pour sa part, l’American Psychological Association (APA) définit l’anxiété comme “une émotion caractérisée par des sentiments de tension, des pensées inquiètes et des changements physiques, tels qu’une augmentation de la pression artérielle”. Cette réponse est naturelle et adaptative, mais elle peut devenir chronique et devenir un trouble si elle s’installe sur de longues périodes.

Lorsqu’un facteur de stress survient dans l’environnement, les êtres vivants entrent dans un état connu sous le nom de réaction de combat ou de fuite (fight or flight en anglais). Cette réaction commence dans l’amygdale, qui provoque une réponse dans l’hypothalamus. À son tour, il active l’hypophyse et favorise la sécrétion de l’hormone ACTH (adrénocorticotrope).

L’hormone adrénocorticotrope conduit à la synthèse de cortisol et d’épinéphrine par le cortex surrénalien. Ces dernières hormones, connues comme la principale composante physiologique du stress, nous amènent à diriger une grande partie de notre énergie vers les sens et les muscles afin de faire face à la menace perçue. En d’autres termes, nous nous préparons à combattre ou à fuir.

Cette réponse complexe est naturelle en période de stress physiologique, mais les personnes anxieuses perçoivent un inconfort même s’il n’y a pas de menace présente à ce moment-là. Il est courant que les patients atteints de TAG (trouble d’anxiété généralisée) s’inquiètent d’événements qui ne se sont pas encore produits ou qui sont beaucoup moins graves qu’ils ne sont perçus.

L’anxiété a une composante psychologique claire, mais aussi physiologique. Les patients atteints de ces types de troubles ont tendance à somatiser leurs symptômes et à ressentir de la douleur et de l’inconfort, en particulier dans l’environnement gastro-intestinal.

Quelles sont les différences entre la faim physique et l’anxiété ?

Maintenant que nous avons disséqué les deux termes en détail, nous sommes prêts à explorer les différences entre la faim physique et l’anxiété. Nous analysons chaque point séparément et de manière exhaustive.

1. Les déclencheurs hormonaux sont différents

La première des différences entre la faim physique et l’anxiété a déjà été exposée le long des lignes d’introduction, même si cela ne fait pas de mal de la décrire non plus. Ce sont les hormones les plus importantes impliquées dans chacun des processus qui nous concernent :

  1. Faim : ghréline, cholécystokinine (CCK), polypeptide pancréatique (PP), insuline, peptide YY (PYY), peptide de type glucagon (GLP-1) et oxynomoduline (OXM), entre autres.
  2. Anxiété : adrénaline, cortisol, œstrogènes, testostérone, hormones thyroïdiennes (T3 et T4) et ocytocine, entre autres.

Bien que le système endocrinien soit un réseau complexe chez les êtres vivants, il existe des hormones qui affectent certains processus plus que d’autres. Le cortisol est l’hormone du stress et de l’anxiété par excellence, tandis que la ghréline est le régulateur le plus pertinent de la faim.

2. Différences entre faim physique et anxiété: Les symptômes de chaque condition sensible sont très différents

Bien que les événements physiologiques (et psychologiques) aient une composante subjective très claire, une série de symptômes communs peut être décrite dans presque tous les cas. Nous les analysons séparément ainsi que leurs particularités.

Symptômes de la faim

Le site Kaiser Permanente nous fournit une échelle de la faim avec des signes cliniques typiques à chaque étape. Ce sont les suivants :

  1. Personne extrêmement affamée : faiblesse, vertiges, manque d’énergie pour effectuer les actions quotidiennes, maigreur, aspect hagard et retard de croissance (au cas où cela surviendrait chez les nourrissons).
  2. Très faim : irritabilité, gargouillements dans l’estomac et faibles niveaux d’énergie. Plus l’estomac et les intestins sont vides, plus ils « traitent » l’air, c’est pourquoi ils font plus de bruit. Pour cette raison, la faim est associée à des rugissements abdominaux dans presque tous les cas.
  3. Faim légère: l’estomac gargouille légèrement, mais la personne peut effectuer ses activités quotidiennes sans trop de problème. Le manque d’énergie n’est pas très flagrant.

Les signes les plus évidents de faim aiguë (pendant une courte période) sont les bruits intestinaux et la faiblesse générale. D’autre part, la malnutrition chronique se manifeste de manière systémique et touche plusieurs complexes d’organes à la fois.

Symptômes d’anxiété

Les symptômes de l’anxiété peuvent être à la fois physiologiques et cognitifs. Nous résumons les quantifiables (physiques) dans la liste suivante :

  • Digestif : douleurs abdominales, nausées, diarrhée, indigestion, bouche sèche et autres.
  • Musculaire : fatigue, tremblements et surcharge ou tension musculaire.
  • Cardiaque : douleur thoracique, palpitations et tachycardie.
  • Neurologique : étourdissements, vertiges, paresthésies et maux de tête.
  • Respiratoire : sensation d’essoufflement et de respiration rapide (tachypnée).

Ces signes sont accompagnés d’une série de pensées très spécifiques du tableau de l’anxiété. La personne affectée par cet état émotionnel a généralement le sentiment que quelque chose de mauvais va arriver de façon imminente, a des pensées intrusives, n’arrête pas d’évoquer des idées négatives (rumination) et, en général, perçoit un danger constant de manière injustifiée.

Les différences entre faim physique et anxiété dans le domaine symptomatique

Bien qu’il existe de nombreuses distinctions entre les deux processus, il est indéniable que l’anxiété peut conduire une personne à avoir une relation malsaine avec la nourriture. Sans aller plus loin, on considère que l’obésité psychogène est celle qui est causée par ses propres symptômes dans la sphère émotionnelle, tels que l’anxiété, la dépression et de nombreux autres troubles.

Par exemple, certaines études ont montré qu’un grand pourcentage de personnes obèses dans certains échantillons souffraient d’anxiété légère, modérée ou sévère. De plus, entre 50 et 70 % des patients obèses ont un trouble mental associé, dont le TAG (trouble anxieux généralisé).

Au-delà de ces données, il est facile de distinguer une image de faim physique d’une canalisation de l’anxiété avec la nourriture. La liste suivante vous aidera à établir les limites entre chaque terme.

  1. L’anxiété est soutenue, mais augmente soudainement. D’autre part, la faim s’installe lentement et atteint le summum de son expression lorsqu’il s’agit du petit-déjeuner, du déjeuner ou du dîner.
  2. La faim physiologique “demande” au corps presque toutes les matières alimentaires. D’autre part, l’anxiété est généralement canalisée avec la consommation d’aliments spécifiques.
  3. L’anxiété provoque des crises de boulimie incontrôlables, tandis que la faim encourage à manger jusqu’à la satiété naturelle.
  4. L’anxiété alimentaire est suivie de la culpabilité, mais ce n’est pas le cas pour résoudre la faim en mangeant bien.
  5. La faim physiologique est associée à certains signes, comme un estomac qui gargouille ou une faiblesse. En revanche, l’anxiété a des symptômes plus généralisés et l’estomac ne rugit pas.

3. Différences entre faim physique et anxiété: L’anxiété affamée recherche des aliments caloriques

C’est l’une des différences entre la faim physique et l’anxiété qui vient d’elle-même après avoir compris tout ce qui précède. Comme nous l’avons dit, les personnes anxieuses qui ont une relation malsaine avec la nourriture ont tendance à rechercher des aliments riches en calories pour se sentir bien. Cela comprend les chocolats, les bonbons ultra-transformés, les aliments frits et généralement la malbouffe.

D’un autre côté, une personne affamée voudra manger et aura certaines préférences, mais pas une fixation pour quelque chose de particulièrement sucré ou transformé. La faim est satisfaite à bien des égards, tandis que l’anxiété nécessite de libérer cet inconfort grâce à des aliments très stimulants (généralement malsains).

Si vous avez des doutes sur la sensation de faim et d’anxiété en même temps, essayez de mettre un aliment sain devant vous (comme une pomme ou une poitrine de poulet). Si vous avez faim, vous les mangerez, mais si vous vous sentez anxieux, vous chercherez probablement quelque chose de plus appétissant.

4. La faim se manifeste généralement à la même heure chaque jour

Un réveil dans une assiette.

Les êtres humains sont routiniers et coutumiers. Par conséquent, si nous mangeons à la même heure chaque jour, nous aurons généralement faim pendant une heure (un peu plus ou un peu moins) avant de manger. Le système digestif met entre 3 et 4 heures pour métaboliser les nutriments ingérés, il n’est donc pas normal d’avoir faim dans cet intervalle après avoir mangé.

D’un autre côté, la faim émotionnelle dérivée de l’anxiété éclate presque à tout moment, surtout après que quelque chose de grave se soit produit ou dans une situation de stress très intense. Cela amène la personne anxieuse à manger entre les repas et même à perdre de vue combien de fois quelque chose est mis dans sa bouche entre les repas.

La faim est prévisible, mais l’envie de manger à cause du stress ne l’est pas. Si vous avez envie de mettre quelque chose dans votre bouche par pure anxiété, essayez de respirer profondément et utilisez des techniques de relaxation.

5. La faim anxieuse nécessite parfois un déclencheur

Dans la sphère émotionnelle, le terme anglais trigger désigne un événement ou une situation qui déclenche des sentiments négatifs chez la personne qui la vit. Ces déclencheurs vont des mots aux actes physiques, en passant par les contextes sociaux et de nombreux autres stimuli sensoriels.

La faim physique s’installe petit à petit, mais le besoin de manger dû à l’anxiété nécessite généralement un déclencheur préalable, même si la personne ne s’en rend pas compte. Par exemple, il est possible que l’envie de se mettre quelque chose dans la bouche vienne après une dispute, en raison de la pression sociale ou pour atténuer une mauvaise nouvelle récemment reçue.

Différences entre faim physique et anxiété : une question de nuances

Comme vous pouvez le voir, établir la différence entre la faim physique et l’anxiété au niveau alimentaire est assez difficile. Une personne peut manger parce qu’elle a faim, mais aussi pour contrer une image de stress et d’inconfort. Ce n’est pas un hasard si un pourcentage important de personnes obèses souffrent de troubles psychologiques, notamment le TAG et d’autres qui impliquent de l’anxiété.

Si vous avez l’impression de manger compulsivement à des moments extrêmes, nous vous recommandons de vous mettre entre les mains d’un professionnel. Il n’y a rien de mal à être en surpoids ou à sortir des sentiers battus physiquement, mais il est déconseillé d’établir une relation malsaine avec la nourriture à long terme. Le plus important n’est pas le physique, mais le bien-être et le contrôle de nos propres émotions.




Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.