Combien de temps le corps peut-il rester sans manger?

Combien de temps une personne peut rester sans manger et quels changements physiologiques se produisent pendant le processus de privation de calories?
Combien de temps le corps peut-il rester sans manger?
Saúl Sánchez

Rédigé et vérifié par el nutricionista Saúl Sánchez dans 18 septembre, 2021.

Dernière mise à jour : 18 septembre, 2021

Passer du temps sans manger est devenu une mode. Il s’agit d’un protocole connu sous le nom de jeûne intermittent. Il a montré des avantages en termes de santé et de perte de poids. Cependant, il y a un nombre maximum d’heures pendant lesquelles cette condition peut être endurée.

Tout d’abord, il faut tenir compte du fait que le corps humain tient plusieurs jours sans manger de nourriture. Cependant, à partir d’un certain moment, il commence à consommer du muscle, ainsi que des acides aminés importants.

Physiologie du jeûne

Pour bien comprendre combien de temps vous pouvez rester sans manger, il est nécessaire de faire une introduction à la physiologie du jeûne. Lorsqu’un certain nombre d’heures sont passées sans manger, il y a épuisement des réserves de glycogène. De là, un plus grand nombre de lipides commencent à s’oxyder pour la production d’énergie.

Ce scénario est idéal dans le cadre du jeûne intermittent. Les graisses sont utilisées et leur mobilisation est augmentée.

Pour cette raison, la perte de muscle en moins d’une journée sera minime. Cela est bénéfique pour la composition corporelle. C’est un processus marqué par la production d’hormone de croissance. La synthèse de cet élément est étroitement liée à la sécrétion de ghréline.

Cependant, après 24 heures, les mécanismes de protection du muscle commencent à s’estomper. A ce moment, le corps comprend comme nécessaire le catabolisme des tissus maigres pour obtenir des acides aminés qui satisfont les besoins énergétiques.

24 premières heures de jeûne

A ce moment, le glucose circulant et stocké est consommé, réduisant ainsi les réserves de glycogène. Il y a aussi une augmentation de la production de glucagon et une diminution de la synthèse d’insuline. Cependant, il n’y a pratiquement pas de protéolyse musculaire.

C’est une phase dans laquelle la perte de poids n’est même pas ressentie, sauf s’il y a une activité physique associée. L’organisme utilise les 600 calories qu’il stocke sous forme de glycogène, en plus des triglycérides et des acides gras circulant dans le sang.

D’autre part, il faut noter que les tissus subissent un processus d’adaptation par lequel il leur est plus facile d’utiliser les corps cétoniques pour la production d’énergie. De cette façon, le glucose est saisi puis dirigé vers le système nerveux central.

Dès le troisième jour

A ce stade, l’hypoglycémie commence à être le protagoniste. L’obtention d’énergie provient principalement des lipides. La consommation de protéines augmente, bien que le cerveau commence à utiliser les corps cétoniques pour fonctionner. Essayez donc d’économiser les protéines.

A partir de là, une plus grande quantité d’hormone de croissance est libérée au niveau hypothalamique dans le but de réduire la consommation de glucose par les cellules. L’objectif est d’augmenter la lipolyse ou l’oxydation des graisses, afin de générer de l’énergie. L’insuline est au plus bas et la synthèse du glucagon continue d’augmenter.

Jeûne intermittent

Jeûnes longs

Quand on dépasse 3 jours sans manger, on passe d’un jeûne intermittent à un jeûne long. À ce stade, des sautes d’humeur, une incapacité à dormir, une irritabilité et une faiblesse peuvent se faire sentir. Tous les mécanismes chargés d’économiser l’énergie et de produire du glucose à partir d’autres principes immédiats sont activés.

Cependant, les réserves commencent à s’épuiser. Pourtant, les lipides sont capables de fournir suffisamment de calories pour survivre près d’un mois sans manger. Cela dépend de l’état antérieur de la composition corporelle de la personne.

Le facteur déterminant à ce moment est l’équilibre électrolytique. Vous pouvez passer plusieurs jours sans manger, mais pas sans boire. Si les fluides et minéraux essentiels ne sont pas fournis, une situation de déshydratation ou d’impossibilité de transmission de l’influx nerveux surviendra.

Dans un scénario où le remplacement des liquides et des sels minéraux est assuré, il est possible de supporter près d’un mois sans consommer d’aliments énergétiques. Cependant, après 30 jours, les acides aminés nécessaires au fonctionnement du cerveau, qui sont les plus essentiels, commenceront à être détruits.

Certains cas ont été documentés dans la littérature scientifique de personnes n’ayant pas mangé pendant quelques mois afin de perdre du poids. Cependant, nous parlons de personnes obèses. De plus, une solution de glucose et de sels était administrée de manière relativement continue. Ce n’était donc pas un jeûne strict.

En règle générale, la tolérance à jeun est estimée à 40 à 60 jours, selon l’état antérieur de la composition corporelle. C’est le temps maximum pendant lequel on pourrait survivre sans manger d’aliments solides ou énergétiques.

De même, il existe des preuves que la pratique de jeûnes longs génère un impact négatif sur le métabolisme. Des altérations de la production hormonale peuvent survenir et conditionner la future qualité de vie.

Mécanismes de compensation lorsque vous passez plusieurs jours sans manger

Pendant l’état de jeûne, un état d’acidose métabolique est normal. Pour cette raison, une série de compensations sont générées dans le corps pour éviter des déséquilibres qui peuvent être contre-productifs ou fatals.

Au niveau respiratoire, il y a une augmentation de la ventilation, c’est pourquoi davantage de dioxyde de carbone est libéré. De cette façon, la concentration de la substance dans le sang est réduite.

Un effet est également ressenti au niveau rénal, avec l’acidification des urines pour stimuler l’élimination des substances. Cela permet un équilibre des valeurs acide/base au niveau sanguin.

Quels sont les effets de passer du temps sans manger?

Lorsque vous ne mangez pas pendant un certain temps, vous pouvez ressentir plusieurs avantages pour la santé, à condition que tout soit sous contrôle et que certaines limites ne soient pas dépassées. Jusqu’au 2e jour de restriction calorique, la période dite de jeûne intermittent serait inscrite.

Le premier des avantages est l’amélioration de la composition corporelle, comme l’a établi une étude publiée dans la revue Canadian Family Physician. Au fur et à mesure que la mobilisation et l’oxydation des lipides augmentent, il y a une perte progressive de tissu adipeux. De plus, comme les protéines sont économisées pendant les premières heures, la masse maigre reste inchangée.

D’autre part, il faut souligner l’augmentation de la flexibilité métabolique dérivée des périodes sans manger. La privation d’énergie entraîne une réduction de la libération d’insuline. Ce qui génère une sensibilité accrue des cellules envers l’hormone. Grâce à cela, le risque de diabète de type 2 peut être réduit, comme en témoignent les recherches publiées dans Nutrients.

Cela pourrait aussi être une bonne stratégie pour traiter le diabète de type 1. Cependant, la méthode d’application ici est plus simple. Des preuves ont été trouvées pour soutenir le protocole, mais il faut partir d’une situation de contrôle glycémique.

Idéalement, ces types de protocoles sont gérés par un nutritionniste. De cette façon, les problèmes et les surprises qui peuvent être désagréables ou qui mettent la santé en danger sont évités.

Est-ce que passer du temps sans manger réduit l’incidence du cancer?

Il a été suggéré que les périodes de jeûne pourraient réduire le risque de développer un cancer. Cela est dû à un mécanisme qui est généré lorsque vous passez un certain temps sans manger. Il s’agit de l’autophagie. Grâce à ce processus, les cellules et les organites qui ne fonctionnent pas sont détruits, tandis que les plus efficaces sont répliqués. Ceci est démontré par une étude publiée dans Clinics.

Grâce à ce phénomène, il y a une élimination des cellules qui peuvent muter ou se répliquer de manière incontrôlable. De cette façon, le risque de formation de masse tumorale serait réduit.

Cependant, le jeûne intermittent n’est pas un mécanisme préventif aussi puissant pour tous les types de tumeurs. Il s’est principalement avéré efficace sur les tumeurs liées au tube digestif.

Malgré cela, l’application de périodes sans manger pendant le traitement du cancer est souvent difficile. En cas de cachexie, un protocole aussi restrictif peut ne pas être approprié.

À ce jour, il y a toujours un manque de consensus dans la communauté scientifique sur la façon de traiter ce type de cas. Il s’est avéré que la restriction partielle des glucides et la mise en place du jeûne peuvent aider, mais il n’y a pas de systématisation.

Patiente sous chimiothérapie.

Les sportifs peuvent-ils rester longtemps sans manger?

En général, il est entendu que les sportifs ont des besoins énergétiques plus élevés. Cependant, ils peuvent bénéficier de certaines périodes sans manger. D’une part, ils connaissent une amélioration de l’état de composition corporelle. De l’autre, ils peuvent augmenter les performances.

Lorsque des exercices d’intensité modérée et d’aérobie sont pratiqués dans le cadre du jeûne, les mécanismes d’oxydation des graisses sont stimulés. De cette façon, le corps devient plus efficace en utilisant les lipides comme source d’énergie, pouvant économiser du glycogène.

Cette situation est avantageuse pour un transfert ultérieur sur des terres compétitives. Si l’athlète est capable d’augmenter la production d’énergie à partir des graisses à une intensité physique plus élevée, il aura du glucose pour les moments décisifs de la compétition. Ce type d’entraînement métabolique est souvent utilisé dans le cadre des sports d’endurance.

Maintenant, dans le cadre des exercices de force, la question change. Bien que la restriction calorique puisse être utilisée pour améliorer la composition corporelle, il n’est jamais recommandé de faire du sport sans manger.

Lors d’efforts maximaux ou sous-maximaux, le glucose et le glycogène sont nécessaires. Si les deux ne sont pas disponibles, les performances en pâtissent, en plus d’augmenter le risque de blessure musculaire.

Le corps est capable de supporter plusieurs jours sans manger

Comme vous l’avez vu, la tolérance du corps au jeûne est élevée. Jusqu’à 60 jours, une personne peut se passer de nourriture et être encore en vie. Cependant, ses fonctions seront diminuées, ainsi que ses capacités.

Néanmoins ce n’est pas le cas avec les liquides. Si vous entamez une privation d’eau ou d’électrolytes, vous ne pouvez durer que 3 jours environ, selon les conditions météorologiques.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pourquoi continuons-nous à manger quand nous sommes rassasiés?
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Pourquoi continuons-nous à manger quand nous sommes rassasiés?

Souvent, nous mangeons plus que nous avons besoin..Pourquoi continuons-nous à manger malgré la sensation de satiété? Comment éviter cela? etc.



  • Welton, S., Minty, R., O’Driscoll, T., Willms, H., Poirier, D., Madden, S., & Kelly, L. (2020). Intermittent fasting and weight loss: Systematic review. Canadian family physician Medecin de famille canadien66(2), 117–125.
  • Grajower, M. M., & Horne, B. D. (2019). Clinical Management of Intermittent Fasting in Patients with Diabetes Mellitus. Nutrients11(4), 873. https://doi.org/10.3390/nu11040873
  • Toghi-Eshghi, S. R., & Yardley, J. E. (2019). Morning (Fasting) vs Afternoon Resistance Exercise in Individuals With Type 1 Diabetes: A Randomized Crossover Study. The Journal of clinical endocrinology and metabolism104(11), 5217–5224. https://doi.org/10.1210/jc.2018-02384
  • Antunes, F., Erustes, A. G., Costa, A. J., Nascimento, A. C., Bincoletto, C., Ureshino, R. P., Pereira, G., & Smaili, S. S. (2018). Autophagy and intermittent fasting: the connection for cancer therapy?. Clinics (Sao Paulo, Brazil)73(suppl 1), e814s. https://doi.org/10.6061/clinics/2018/e814s
  • Nencioni, A., Caffa, I., Cortellino, S., & Longo, V. D. (2018). Fasting and cancer: molecular mechanisms and clinical application. Nature reviews. Cancer18(11), 707–719. https://doi.org/10.1038/s41568-018-0061-0
  • Pedroso, J., Wasinski, F., & Donato, J., Jr (2020). Prolonged fasting induces long-lasting metabolic consequences in mice. The Journal of nutritional biochemistry84, 108457. https://doi.org/10.1016/j.jnutbio.2020.108457