Différences entre les calories et les kilocalories

13 mars, 2021
This article has been written and endorsed by el nutricionista Saúl Sánchez
L'ingestion de plus de calories que nécessaire peut favoriser l'apparition de tissus adipeux, capables d'influencer négativement l'état de santé.

Les calories et les kilocalories se réfèrent au contenu calorique d’un certain aliment. Bien qu’elles soient généralement utilisées pour nommer le même concept, la vérité est qu’elles représentent des valeurs différentes. Nous vous l’expliquons ci-dessous afin que vous n’ayez plus aucun doute à ce sujet.

Gardez à l’esprit que le maintien de l’équilibre énergétique est essentiel dans le cadre d’une alimentation saine. De cette manière, la prise de poids des graisses est évitée. En effet, cela est souvent lié à une augmentation de l’inflammation et à un état de santé plus mauvais. Le maintien d’une bonne composition corporelle est donc crucial.

Les calories et les kilocalories ne sont pas les mêmes

Une calorie est une unité d’énergie thermique qui fait référence à la quantité de chaleur nécessaire pour augmenter la température d’un gramme d’eau d’un degré Celsius. Une kilocalorie, par contre, exprime le même concept, mais sa mesure est plus grande, elle équivaut à 1000 calories.

Cependant, de manière courante , le terme calorie est utilisé pour nommer les kilocalories présentes dans les aliments que nous consommons dans notre alimentation. Ce qui pourrait générer des erreurs. Dans tous les cas, et malgré le fait que la nomenclature soit mal utilisée, l’idée qu’elle est censée véhiculer est étroitement liée à la santé.

L’importance du bilan énergétique

Pendant quelques années, l’idée que les régimes réussis étaient ceux qui pariaient sur le comptage des calories a été promue. Cette méthode est connue sous le nom de “CICO” et présuppose l’idée que si la même quantité d’énergie est ingérée lorsqu’elle est dépensée, le poids doit rester inchangé. Cependant, il y a plus de variables qui entrent en jeu, nous vous les expliquerons tout de suite.

Ce qui est clair, c’est qu’il est essentiel d’éviter les gains de poids adipeux pour rester en bonne santé. Selon une étude publiée dans la revue Circulation Research, l’obésité et le surpoids sont susceptibles d’augmenter le risque de développer des maladies cardiovasculaires.

En effet, ils favorisent, entre autres, des cascades de substances inflammatoires. De là, un fonctionnement déficient de nombreux organes est généré, ce qui finit par conduire à un état pathologique.

Il y a de la vie au-delà des calories

De nombreux régimes se concentrent uniquement sur l’équilibre calorique et sur la nécessité de générer un déficit énergétique pour favoriser la perte de poids. Cependant, il existe d’autres facteurs qui déterminent la réduction du tissu adipeux.

Parmi eux, nous pouvons mentionner la santé métabolique. S’il n’y a pas une utilisation correcte des nutriments, il est possible que des accumulations indésirables se produisent.

Cette situation peut être générée en cas de développement d’une résistance à l’insuline. Il a été démontré que la consommation régulière de sucres simples prédispose à cet état pathologique.

À partir de là, la flexibilité métabolique de l’individu et sa capacité à oxyder les graisses pour générer de l’énergie sont réduites, de sorte que le sujet a tendance à les accumuler.

D’autres facteurs peuvent également avoir une influence décisive sur la perte de poids, comme la qualité du sommeil. Par exemple, dormir quelques heures est associé à une consommation énergétique basale plus élevée, mais à une augmentation de l’appétit, ce qui conduit à manger plus de nourriture. Ceci est démontré par des recherches publiées dans la revue Obesity Reviews.

Ne comptez pas les calories pour perdre du poids

S’il est important d’avoir une idée approximative des calories ingérées par l’alimentation, cet aspect n’est pas indispensable pour matérialiser la réduction des graisses.

Il est beaucoup plus décisif de promouvoir des habitudes saines de vie, parmi lesquelles une bonne alimentation, une activité physique régulière et un repos convenable.

Le régime

D’un point de vue diététique, il est nécessaire de réduire la consommation d’aliments ultra-transformés. Non seulement ce sont les aliments qui contiennent le plus de calories. Mais ils contiennent également des additifs et des graisses trans malsaines. Ces dernières se sont avérées capables de favoriser l’inflammation, associée à un risque accru de maladie.

Par ailleurs, il est nécessaire de garantir une consommation élevée de légumes. Ceux-ci contiennent des fibres alimentaires, une substance capable d’augmenter la satiété, selon les preuves actuelles. Dans le même temps, ils contiennent des phytonutriments antioxydants dans leur composition.

Les phytonutriments régulent les états inflammatoires et neutralisent la formation de radicaux libres, empêchant ainsi le développement de pathologies chroniques à moyen et long terme.

Enfin, il faut préciser qu’il est nécessaire de consommer de l’eau en quantité optimale, environ 2,5 litres par jour. Les jus, les boissons gazeuses ou les boissons alcoolisées ne doivent pas être ingérés.

Ce type de produit augmente la résistance à l’insuline en raison de sa teneur en sucres simples. De plus, ils altèrent le microbiote intestinal et fournissent des calories vides, sans presque aucun nutriment. Et altèrent même les performances cognitives à court terme.

Exercice physique

Pour maintenir un état correct de la composition corporelle, l’activité physique est essentielle. L’exercice est le complément parfait à l’alimentation, car il améliore l’efficacité du corps à obtenir des nutriments.

De cette manière, la résistance à l’insuline est réduite et la flexibilité métabolique est augmentée. De plus, la pratique sportive est en mesure de maîtriser les processus inflammatoires.

Une jeune femme qui fait du sport.

Selon une étude publiée dans la revue Obesity Reviews, l’exercice par intervalles de haute intensité est le plus efficace pour améliorer la composition corporelle. Non seulement il vous permet de brûler un grand nombre de calories pendant sa performance, mais le métabolisme reste activé après un certain temps après l’arrêt de l’activité.

Sachez que cette modalité est également capable de générer une hypertrophie musculaire, ce tissu étant métaboliquement beaucoup plus actif que la graisse.

Dans tous les cas, le travail de force doit toujours être alterné avec un exercice d’aérobie. De cette manière, il est possible de générer une augmentation de l’efficacité du cœur, lui permettant de pomper le sang de manière adéquate vers tous les tissus.

Si une décompensation importante entre la masse musculaire et la puissance cardiaque est générée, des complications pourraient se développer à moyen terme. Tous les systèmes du corps doivent agir de manière coordonnée.

La pause

Le dernier des piliers qui déterminent l’état de santé et la composition corporelle est le repos. Pendant les heures de sommeil, de nombreux processus se produisent dans le corps liés à sa récupération.

Des hormones telles que la GH sont libérées et permettent la croissance des tissus ainsi que la réduction du catabolisme musculaire. De plus, c’est une période pendant laquelle les processus inflammatoires sont régulés, améliorant ainsi l’état de santé.

Un couple de personnes âgées qui fait de la méditation dans leur salon.

Des altérations de la qualité ou de la durée du sommeil peuvent conditionner la capacité du corps humain à utiliser les calories ingérées. Ils peuvent également favoriser des états de dépression ou d’anxiété, qui amènent le sujet à manger plus de nourriture que nécessaire, modifiant ainsi son alimentation.

Pour cette raison, il est crucial d’ assurer une bonne hygiène de sommeil, basée sur l’acquisition de bonnes habitudes. Ces derniers comprennent les éléments suivants:

  • Évitez les écrans avant d’aller vous coucher.
  • Prenez des suppléments de mélatonine.
  • Évitez les gros repas au dîner.

Le comptage des calories est une méthode imprécise

Si, malgré la prise en compte de tous ces aspects, vous vous sentez plus en sécurité en comptant les calories, gardez à l’esprit que cela comporte certaines inexactitudes. Lors de l’estimation des calories ingérées et consommées, il existe une large marge d’erreur, car il s’agit d’une estimation.

La composition corporelle, le sexe, l’âge et le type d’activité sont des facteurs qui peuvent influencer les calories consommées tout au long de la journée.

Bien qu’il existe des formules qui peuvent fournir une approximation, il sera souvent nécessaire de corriger au fur et à mesure pour trouver le point d’équilibre. Dans le cas où l’objectif est de favoriser la perte de poids, il peut également être nécessaire de modifier le régime alimentaire une fois proposé.

En général on peut affirmer que les protocoles qui parient sur le jeûne intermittent génèrent généralement un déficit calorique de manière efficace. C’est parce qu’ils ont tendance à limiter au moins un repas tout au long de la journée.

Si ces calories non consommées ne sont pas compensées, l’équilibre sera rompu au profit de la dépense. Dès lors, nous commençons à perdre du poids.

Calories et kilocalories, souvent l’objet de critiques

Un grand nombre de régimes se concentrent sur la réduction des calories. Cependant, comme nous l’avons vu, il y a plus de facteurs qui conditionnent la perte de poids ou le maintien d’une bonne santé. Pour cette raison, nous vous recommandons de ne pas être obsédé uniquement par ce paramètre, car dans certains cas, cela peut entraîner des erreurs.

Il est clair que pour favoriser un bon état de composition corporelle, il est nécessaire de créer un équilibre entre les trois piliers précités: alimentation, exercice physique et repos. Si tous sont pris en charge, il sera possible de garantir un poids idéal à moyen terme. Cependant, si l’un d’entre eux échoue, l’équilibre pourrait s’altérer.

N’oubliez pas que si vous avez des doutes, vous pouvez toujours vous adresser à un nutritionniste. Celui-ci sera en mesure d’estimer les calories que vous dépensez et celles dont vous avez besoin, pour développer une directive diététique cohérente. Vous n’aurez qu’à le mettre en pratique et expérimenter des améliorations au fil du temps.

  • Ortega FB., Lavie CJ., Blair SN., Obesity and cardiovascular disease. Circ Res, 2016. 118 (11): 1752-70.
  • Yaribeygi H., Farrokhi FR., Butler AE., Sahebkar A., Insulin resistance: review of the underlying molecular mechanisms. J Cell Physiol, 2019. 234 (6): 8152-8161.
  • Onge MP., Sleep obesity relation: underlying mechanisms and consequences for treatment. Obes Rev, 2017. 1: 34-39.
  • Valenzuela CA., Baker EJ., Miles AE., Calder PC., Eighteen carbon trans fatty acids and inflammation in the context of atherosclerosis. Prog Lipid Res, 2019.
  • Warrilow A., Mellor D., McKune A., Pumpa K., Dietary fat, fibre, satiation, and satiety a systematic review of acute studies. Eur J Clin Nutr, 2019. 73 (3): 333-344.
  • Wewege M., Berg R., Ward RE., Keech A., The effects of high intensity interval training vs moderate intensity continuous training on body composition in overweight and obese adults: a systematic review and meta analysis. Obes Rev, 2017. 18 (6): 635-646.