L'ocytocine : une hormone exceptionnelle

L'hormone ocytocine se trouve dans le système limbique du cerveau et joue un rôle important dans l'accouchement, l'allaitement et les comportements affectifs.
L'ocytocine : une hormone exceptionnelle

Écrit par Fabiola Marín, 23 juillet, 2021

Dernière mise à jour : 23 juillet, 2021

L’ocytocine est un neuropeptide sécrété dans l’hypophyse antérieure du cerveau ou de la neurohypophyse. Elle est responsable de la régulation de l’activité utérine et est indispensable à l’allaitement. Elle est aussi appelée « hormone de l’amour » car elle agit comme un neurotransmetteur, intervenant dans les relations affectives et la sociabilité.

Rôle de l’ocytocine dans le travail

Etymologiquement, le mot ocytocine vient du grec oxys (jeûne) et tokos (accouchement). Il s’agit d’une hormone connue principalement pour ses fonctions lors de l’accouchement et de l’allaitement.

Pendant le travail, le rôle de l’ocytocine est de stimuler les contractions des muscles lisses utérins. Malgré le fait que les œstrogènes induisent la synthèse de cette hormone et que l’utérus à terme soit particulièrement sensible à l’ocytocine, elle est très fréquemment utilisée de manière exogène pour le déclenchement du travail.

Administration d’ocytocine exogène

Elle peut être administrée par injection intraveineuse ou intramusculaire, bien que la plus fréquente soit l’application par perfusion intraveineuse.

Certaines indications pour l’utilisation de l’ocytocine exogène sont:

  • Déclenchement du travail en cas de gestation post-terme ou d’hypertension causée par la grossesse (prééclampsie ).
  • Prévention et traitement de l’hémorragie du post-partum.
  • Stimulation de la contractilité en cas d’inertie utérine.

L’amplitude et la fréquence des contractions dépendent de la dose d’ocytocine administrée. Lorsque l’ocytocine est administrée à faible dose, elle produit des contractions utérines rythmiques qui se distinguent à peine de celles observées lors du travail spontané. Ainsi, l’utérus se détend complètement entre les contractions.

Cependant, à fortes doses, il n’y a pas de relaxation utérine complète. À des doses très élevées, elle pourrait provoquer des contractions prolongées, interférer avec le flux placentaire et même causer des dommages au fœtus.

Sa fonction lors de l’allaitement

Une maman qui allaite son bébé.

La libération d’ocytocine est stimulée, en plus de la dilatation cervicale de l’utérus, par la succion mammaire. L’ocytocine est indispensable à l’allaitement. Elle contracte les cellules myoépithéliales de la glande mammaire, provoquant la sécrétion du lait maternel.

Jusqu’à relativement récemment, l’intérêt fondamental de l’ocytocine reposait sur son rôle dans la contraction utérine pendant le travail et dans l’éjection du lait pendant la lactation. Cependant, non moins important, est le lien émotionnel étroit qui s’établit entre la mère et le nouveau-né à travers ce neuropeptide.

Pendant l’allaitement, cette hormone est libérée à la fois chez la mère et le bébé, étant responsable de la création du lien émotionnel entre la mère et l’enfant. De plus, de nombreuses études indiquent que l’augmentation de l’ocytocine facilite les contacts et les relations sociales.

L’ocytocine et les liens affectifs

Diverses études soutiennent que l’ocytocine, en plus d’être impliquée dans l’accouchement et l’allaitement, médie des comportements plus complexes, tels que la prise en charge des autres et l’établissement de liens émotionnels interpersonnels. A tel point que certains la définissent comme “l’hormone de la sociabilité” ou ” l’hormone de l’amour “.

Intimité d'un couple.

Un point intéressant du comportement social est la capacité d’adapter son comportement à l’état interne d’un autre individu, c’est-à-dire l’empathie. A ce propos, une étude sur l’administration intranasale d’ocytocine a été réalisée.

Pour mener cette étude, des sujets sains ont été exposés à des images représentant différents états émotionnels. Ceux qui ont reçu de l’ocytocine intranasale ont montré de meilleurs résultats dans la lecture de l’état interne des personnes qu’ils ont vues sur les images que les sujets témoins.

Actuellement, plusieurs essais cliniques du « National Institute of Health » sont en cours et remettent en question l’utilisation intranasale de l’ocytocine pour l’amélioration du comportement social chez les sujets atteints de troubles du spectre autistique (TSA).

Ces études basées sur des sujets atteints de TSA semblent montrer que l’utilisation pharmacologique de l’ocytocine a donné des résultats bénéfiques dans la difficulté d’établir des relations interpersonnelles, qui est l’un des points clés de ce trouble.

Bien qu’il reste encore de nombreuses questions à déchiffrer, l’ocytocine intranasale pourrait être un traitement potentiel de l’autisme ou du syndrome d’Asperger.

Conclusion

L’ocytocine est une hormone exceptionnelle impliquée dans de multiples processus et fonctions complexes. Ceux-ci incluent la contraction utérine pendant l’accouchement, l’allaitement et les relations sociales. Elle favorise le développement des liens affectifs et participe à la sensation de plaisir.

Par ailleurs, son utilisation thérapeutique pourrait améliorer la qualité de vie des patients ayant des difficultés à établir des relations interpersonnelles, par exemple. Il reste encore des recherches à faire dans ce domaine.

Cela pourrait vous intéresser ...
8 avantages des câlins selon la science
Muy SaludLisez-le dans Muy Salud
8 avantages des câlins selon la science

Il existe de multiples raisons physiologiques qui expliquent les bienfaits des câlins..Quelles sont les preuves scientifiques à ce sujet?



  • Rang HP, Dale MM, Ritter JM, Flower JR, Henderson G (2007). Farmacología 7ª edición. Capítulo 34: 427-42.
  • Agencia Española de Medicamentos y Productos Sanitarios (AEMPS). CIMA, centro de información online de medicamentos de la AMPS. Ficha técnica Syntocinon: https://cima.aemps.es/cima/dochtml/ft/39393/FT_39393.html
  • Carter S (1998). Neuroendocrine perspectives on social attachment and love. Psychoneuroendocrinology. 23: 779-818.
  • Kosfeld M, Heinrichs M, Zak PJ, Fischbacher U, Fehr E (2005). Oxytocin increases trust in humans. Nature. 435: 673-676.