Dépression: principaux symptômes et caractéristiques

Peut-être avez-vous rencontré des personnes qui ont souffert de dépression, ou d'autres qui en souffrent sans le savoir. La dépression a une série de symptômes et de caractéristiques loin de ce que l'on peut croire. Quels sont-ils?
Dépression: principaux symptômes et caractéristiques
Bernardo Peña

Rédigé et vérifié par el psicólogo Bernardo Peña dans 17 septembre, 2021.

Dernière mise à jour : 17 septembre, 2021

L’humeur dépressive est l’une des affections psychopathologiques les plus courantes. Cependant, se sentir triste ou de mauvaise humeur ne suffit pas à diagnostiquer une dépression, car il existe d’autres critères également importants comme l’anhédonie ou la perte d’intérêt, ainsi qu’une vision du monde pleine de négativité ou de pessimisme. La vérité est que ses symptômes peuvent être très variés selon la personne touchée.

D’un autre côté, il est important de différencier la dépression en tant que symptôme, présente dans la plupart des tableaux psychopathologiques et autres conditions médicales, et la déprime en tant que trouble.

Femme avec dépression au lit

Symptômes de la dépression

La dépression est une réalité très complexe qui peut se manifester par les symptômes suivants.

Symptômes émotionnels

La tristesse est l’un des symptômes les plus fréquents, bien que la frustration et l’irritabilité aient également tendance à apparaître. Dans les cas les plus graves, la personne nie être ainsi, mais déclare en même temps qu’elle est incapable de ressentir quoi que ce soit.

Un autre symptôme émotionnel caractéristique est le sentiment de vide, de perte de sens. Rien ne remplit ou ne satisfait.

Symptômes motivationnels

Les personnes souffrant de dépression sont généralement dans un état d’inhibition dans lequel des symptômes tels que l’apathie, l’indifférence, le manque d’intérêt ou de motivation, entre autres, prédominent. Elles ont cessé de profiter d’activités autrefois agréables, se désintéressant de tout. Pour elles, faire des choses simples, comme sortir du lit, sont des tâches impossibles à faire.

Pour cette raison, il est fréquent qu’elles abandonnent les études, le travail ou qu’elles aient de sérieuses difficultés à prendre des décisions. Avec des niveaux d’énergie aussi bas (catécholamines centrales et sérotonine), le coût par unité d’effort est si élevé qu’il est extrêmement difficile de faire n’importe quelle activité.

Symptômes cognitifs

L’évaluation de la personne déprimée envers elle-même et son environnement est négative en raison de la présence de biais cognitifs négatifs pour interpréter la réalité. Ainsi, son estime de soi est également affectée.

Le désespoir (vision pessimiste du futur) est toujours présent, ce qui peut conduire à des idées suicidaires dans certains cas. Paradoxalement, le plus grand risque suicidaire ne survient pas au moment le plus grave de l’épisode dépressif, mais quelques mois après la rémission des symptômes.

Symptômes physiques de la dépression

Ils sont très fréquents et sont généralement l’une des principales raisons de demander de l’aide professionnelle.

Parmi les plus courants figurent l’insomnie (surtout terminale), l’hypersomnie (somnolence excessive), la fatigue ou la perte de poids et d’appétit. Une diminution du désir sexuel peut également se produire ainsi que des altérations de la réponse sexuelle, telles que l’impuissance chez les hommes ou l’anorgasmie chez les femmes, entre autres.

Les plaintes diffuses comme les maux de tête, la constipation ou les nausées sont assez courantes dans la dépression.

Il semble que le schéma des symptômes des personnes qui consultent un spécialiste soit différent de celui des autres. Ainsi, alors que l’humeur dans les deux groupes est similaire, ceux qui consultent un professionnel de la santé présentent des symptômes somatiques plus importants. Par conséquent, la présence de ces types de symptômes pourrait être considérée comme la ligne de démarcation entre la dépression «normale» et la dépression «clinique».

De nombreux professionnels, notamment les psychiatres, soutiennent qu’environ la moitié des troubles dépressifs peuvent se présenter de manière masquée sous la forme d’une maladie somatique. Cependant, le concept de dépression masquée est déroutant et difficile à prouver empiriquement.

Symptômes psychomoteurs

La dépression s’accompagne généralement d’une diminution de l’activité générale. Les formes sévères s’accompagnent généralement d’un retard psychomoteur. Il s’agit d’un ralentissement généralisé des réponses motrices, de la parole, des gestes, etc. Dans certains cas, des états de silence presque total ou d’inactivité (stupeur dépressive) peuvent ressembler aux états catatoniques de la schizophrénie. Bien que des états d’agitation puissent également apparaître.

Autres symptômes de la dépression

L’anxiété peut apparaître comme un symptôme de la dépression, ce qui rend difficile dans certains cas de distinguer s’il s’agit d’un trouble de l’anxiété ou de l’humeur. Car leurs symptômes se chevauchent et tous deux répondent aux mêmes médicaments (ISRS).

Par conséquent, il peut être difficile de faire un diagnostic différentiel entre les deux. De plus, l’affection psychopathologique la plus courante en milieu communautaire est le trouble anxieux-dépressif mixte, inclus dans la CIM de l’OMS.

Biais d’attention et de mémoire

L’anxiété et la dépression diffèrent par leurs schémas cognitifs et d’activation corticale. Les problèmes attentionnels prédominent dans l’anxiété et les problèmes de mémoire dans la dépression. Plus précisément, les personnes anxieuses ont une grande facilité à associer des signaux neutres ou ambigus à des réactions de peur et d’alarme. Cela est dû en partie à leur hypervigilance attentionnelle et à leur sensibilité au danger.

Les personnes anxieuses présentent un biais attentionnel qui s’opère automatiquement dans le traitement de l’information. En effet, elles sont plus performantes dans les tests d’attention (surveillance, sélection, etc.).

Dans la dépression, la personne a tendance à se souvenir et à interpréter la réalité en fonction de son humeur négative. Elle est donc davantage liée à des problèmes de mémoire. D’autre part, l’absence d’affect positif typique de la dépression a son corrélat cérébral dans le déficit d’activation frontale gauche.

Jusqu’à présent, la différenciation entre anxiété-dépression est problématique. Mais voyons ce qui se passe dans les zones cérébrales postérieures: la dépression supprime la fonction hémisphérique droite pariétotemporale. C’est ce qui est activé dans les états de traitement émotionnel (par exemple, impliqué dans le traitement du visage). Tandis que l’anxiété augmente l’activation de cette zone.

Femme qui pleure

Fonctionnement interpersonnel

Les relations interpersonnelles et sociales sont perturbées. La dépression est associée au rejet des autres et à une aggravation du comportement social.

Certaines personnes souffrant de dépression ont des déficits antérieurs dans ce domaine, et dans d’autres, l’efficacité interpersonnelle diminue en raison de ce trouble. Cette faible capacité sociale rend les interactions insatisfaisantes pour les autres, étant associée à des réponses négatives de leur part.

Si l’on prend en compte la perspective qui affirme que les relations interpersonnelles sont entretenues par un échange de renforçateurs en elles, dans le cas des personnes dépressives, d’autres perdent la motivation d’interagir avec elles car elles apportent un nombre minimal voire pas de renforçateurs. Cela provoque la diminution de leur comportement social et la création d’un cercle vicieux qui aggrave les relations et favorise les comportements de rejet.

Un aspect important est qu’un fonctionnement interpersonnel inadéquat est considéré comme un prédicteur d’une évolution vers le bas de la dépression.

Derniers commentaires sur la dépression

La dépression est associée à un risque accru de morbidité et de mortalité (dans certaines études jusqu’à quatre fois plus élevé) dues à diverses maladies, entraînant un plus grand nombre de décès prématurés.

Le risque de suicide est 21 fois plus élevé chez les personnes souffrant de dépression. Concrètement, en Europe elle représente plus de 7 % de la mortalité prématurée, en plus d’être considérée comme la principale cause d’invalidité dans le monde par l’OMS.

Cela pourrait vous intéresser ...
Dépendances: toxicomanies et addictions comportementales
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Dépendances: toxicomanies et addictions comportementales

Selon le dictionnaire RAE, les dépendances se définissent comme «l'addiction à la consommation d'une substance ou à la pratique d'une activité ».



  • Gálvez, A. L. B., Erazo, L. R., González, M. C. B., & Carrillo, M. I. O. (2017). Activación conductual para el control de la depresión en pacientes oncológicos: una revisión. Psicooncología: investigación y clínica biopsicosocial en oncología14(2), 203-216.
  • Llanes Torres, H. M., Sepúlveda, Y. L., Vázquez Aguilar, J. L., & Hernández Pérez, R. (2015). Factores psicosociales que inciden en la depresión del adulto mayor. Medimay21(1), 65-74.
  • Segal, Z., Williams, M., & Teasdale, J. (2015). Terapia cognitiva basada en el mindfulness para la depresión. Editorial Kairós.