Les 5 pires régimes pour perdre du poids

Lorsqu'il s'agit de perdre du poids, non seulement il suffit de planifier une bonne alimentation, mais il est également essentiel de faire de l'exercice. Voici les régimes à éviter pour cela.
Les 5 pires régimes pour perdre du poids
Saúl Sánchez

Rédigé et vérifié par el nutricionista Saúl Sánchez.

Dernière mise à jour : 16 décembre, 2022

Lorsqu’il s’agit de perdre du poids, de nombreuses personnes entament une série de régimes qui, en plus d’être inefficaces, pourraient finir par nuire à leur santé. Il est toujours préférable de proposer une ligne directrice aussi variée que possible qui couvre les besoins nutritionnels pour éviter les inefficacités au niveau physiologique. Sinon, le remède pourrait être pire que le mal.

Gardez à l’esprit que si vous souhaitez perdre du poids, l’une des meilleures options est de consulter un professionnel de la nutrition. Celui-ci pourra vous conseiller sur les alternatives les plus efficaces pour atteindre l’objectif sans mettre en péril le fonctionnement du corps humain à moyen terme. De plus, il faut prendre en compte que non seulement il suffit de modifier l’alimentation, mais il est également indispensable d’assurer d’autres bonnes habitudes de vie.

Les pires régimes pour perdre du poids

Nous allons passer en revue les pires régimes pour perdre du poids. La plupart d’entre eux sont excessivement restrictifs en calories et causeront de l’anxiété au fil des jours. Leur adhésion sera faible et vous ressentirez très probablement un effet de rebond ultérieur qui ramènera le corps à un point pire que le point de départ.

1. Le régime à base de pommes

L’un des plus populaires parmi les célébrités. Il a été utilisé pendant de nombreuses années comme stratégie pour perdre quelques kilos en peu de temps et en temps opportun. Cependant, il n’est pas efficace.

Non seulement il ne stimule pas l’oxydation des lipides, mais il ne peut être maintenue à moyen terme. C’est un régime qui va simplement consommer du glycogène et une bonne partie du liquide présent à l’intérieur du corps, mais rien de plus.

Il convient de noter que pour oxyder les graisses, il est non seulement facile de générer un déséquilibre énergétique, mais également de pouvoir le maintenir. Concrètement, il existe une série de mécanismes qui vont préserver l’utilisation des acides gras et des protéines musculaires comme source d’énergie. Notamment lorsqu’il existe une résistance à l’insuline.

Pour varier cet enjeu, il est conseillé de débuter un type de régime qui provoque un déficit calorique constant. Mais pas excessif non plus. Un exemple pourrait être le protocole de jeûne intermittent. En effet, il a montré plusieurs avantages en matière de perte de poids. Il parvient à stimuler l’autophagie et à augmenter la sensibilité à l’insuline des cellules. Ce qui les amène à consommer des lipides pour générer de l’énergie.

Le régime à base de pommes n’est pas en mesure de répondre aux besoins en nutriments essentiels. Cela pourrait entraîner de graves altérations de la santé à moyen terme.

Certains de ces éléments sont décisifs pour contrôler l’inflammation dans le milieu interne et prévenir le développement de pathologies complexes. Par exemple, une carence en vitamine D augmente l’incidence des problèmes cardiovasculaires. C’est ce qu’atteste une étude publiée dans In Vivo.

De cette façon, le régime pomme n’est pas postulé comme une bonne alternative pour perdre du poids. Il est possible de manger beaucoup plus varié et d’améliorer l’état de sa composition corporelle sans avoir faim. Bien sûr, pour cela, il faudra utiliser le sport comme outil principal. D’autres bonnes habitudes comme une nuit de repos optimale feront également la différence.

2. Le régime détox

Une femme qui prépare un jus de fruits.

L’oxydation est l’un des mécanismes liés au vieillissement et au développement de nombreuses pathologies chroniques et complexes. Pour cette raison, les régimes de désintoxication voient le jour, dans le but d’apporter une forte dose de composés antioxydants qui permettent de perdre du poids tout en prévenant les maladies. Cependant, les résultats ne sont pas ceux que l’on attendait.

Ces types de lignes directrices s’attachent à la nécessité d’aider le foie et les reins à remplir leur fonction de manière optimale. Lorsque cela n’est pas nécessaire. Il suffit de ne pas introduire de toxines dans l’organisme qui compromettent l’efficacité de ces organes. Il n’est pas nécessaire d’inclure une contribution supplémentaire d’une certaine substance pour améliorer son fonctionnement.

Les régimes de désintoxication sont généralement faibles en protéines. Car ils se concentrent excessivement sur la consommation d’aliments à base de plantes. Bien que ces produits soient bénéfiques pour la santé, il est crucial de couvrir les besoins quotidiens en protéines à haute valeur biologique. Sinon, un catabolisme progressif de la masse maigre sera expérimenté, ce qui réduira la dépense énergétique quotidienne.

Selon ce qui a été proposé dans une étude publiée dans la revue Annals of Nutrition & Metabolism , il est conseillé d’assurer un apport d’au moins 0,8 gramme de protéines par kilo de poids corporel et par jour chez les personnes sédentaires. Si des sports sont pratiqués, ces exigences pourraient facilement être doublées ou triplées pour répondre aux exigences musculaires.

Les régimes de désintoxication ne sont généralement pas assez gras. Ce nutriment est très énergétique, mais nécessaire. Le tissu adipeux sous-cutané peut être perdu avec un apport élevé en lipides. Il faudra seulement s’assurer que ceux-ci sont de bonne qualité et qu’au final un déficit énergétique a été généré. Rien de mieux que de s’entraîner quotidiennement pour cela.

3. Le régime vinaigre

Il est vrai que certaines études soutiennent que la consommation régulière de vinaigre de cidre de pomme pourrait aider à augmenter la sensibilité à l’insuline. Puis, avec elle, la perte de poids. Cependant, les preuves ne sont pas solides. Pas assez pour axer un régime sur la consommation de ce produit. Même si quelques légumes supplémentaires sont inclus.

On revient au même problème que dans les régimes précédents. Il est destiné à créer un environnement hypocalorique excessif. Justifié cette fois par un remède naturel qui pourrait favoriser l’oxydation des graisses. Il existe des mécanismes beaucoup plus efficaces pour parvenir à perdre du poids sans s’affamer ni générer d’anxiété à moyen terme.

Dans le cas du régime vinaigré, le problème de l’insuffisance d’apport en protéines revient. Ceci est courant dans une bonne partie des directives diététiques, même dans celles qui ne cherchent pas à modifier l’état de la composition corporelle. En fin de compte, cette approche entraîne une fonction musculaire plus faible et une capacité réduite du corps à tolérer et à récupérer de l’exercice.

Dans tous les cas, il convient de noter qu’il existe certaines substances qui stimulent la perte de poids, bien que le vinaigre n’en fasse pas partie. Par exemple, selon une recherche publiée dans la revue Critical Reviews in Food Science and Nutrition, la caféine parvient à améliorer la composition corporelle en modifiant les substrats énergétiques.

La cannelle joue également un rôle important. C’est un puissant hypoglycémiant qui peut agir comme antidiabétique. Il parvient à réduire les niveaux de glucose dans le sang et à améliorer ainsi la sensibilité à l’insuline. Désormais, l’organisme aura une plus grande facilité à mobiliser et oxyder les acides gras afin de les transformer en énergie.

4. Le régime cétogène pour perdre du poids

Une main d'adulte sur un ventre devant les toilettes.

Dans ce cas, vous devez d’abord faire une évaluation. Nous parlons du régime cétogène mal planifié ou mal exécuté. Il est clair que ce type de régime a suffisamment de preuves pour affirmer qu’il est utile pour perdre du poids et améliorer l’état de la composition corporelle. Il permet également de prévenir le développement de pathologies complexes. Ainsi que d’améliorer la prise en charge de certaines conditions comme l’épilepsie.

Le problème survient lorsque le régime cétogène n’est pas démarré correctement. C’est un régime qui peut développer une série d’effets secondaires de type intestinal au début, surtout lorsque les glucides sont soudainement supprimés. Cela provoque de l’anxiété, de l’inconfort et l’abandon qui en résulte. Qui se traduit généralement par un effet de rebond dû à un retour à la mauvaise alimentation précédente.

Il convient également de garder à l’esprit que tout le monde n’est pas à l’aise avec ce type d’alimentation. Un suivi individualisé est donc nécessaire. Certaines personnes ne souffrent pas du tout lorsqu’elles retirent les glucides de leur alimentation. D’autres passent un très mauvais moment. Dans ce cas, il pourrait être une bonne alternative de mettre en place un régime un peu plus léger permettant la consommation d’environ 50 ou 70 grammes de sucres complexes par jour.

Il ne faut pas non plus sous-estimer que le régime cétogène a ses limites. Chez les athlètes, ce n’est pas la meilleure option. Les personnes qui font beaucoup d’exercice comptent souvent sur le glucose comme principal carburant pour leurs muscles. Si l’approvisionnement de celui-ci est interrompu, les performances pourraient être réduites. Ainsi que la capacité de récupération affectée.

La meilleure chose à faire avant de commencer un régime cétogène est de consulter un spécialiste en nutrition. De cette façon, il sera possible de programmer une introduction progressive qui ne génère pas d’effets secondaires ou qui met en péril son adhésion. Une supplémentation peut même être nécessaire dans certaines situations. Ce que le nutritionniste doit également surveiller.

5. Le jeûne long

Les jeûnes n’impliquent pas un régime en tant que tel, mais plutôt un protocole diététique. Cependant, certaines directives se concentrent sur la pratique du jeûne à long terme en tant que mécanisme pour favoriser la perte de poids et améliorer la santé. En règle générale, cette démarche n’est pas correcte. 

Il est à noter que jusqu’à 24 heures sans manger, l’organisme est capable de protéger les protéines musculaires pour éviter le catabolisme. Cependant, après ce temps, une protéolyse de plus en plus sévère va commencer. Il en résulte une destruction progressive du tissu musculaire qui aura un impact négatif sur la dépense énergétique quotidienne.

Lors de l’examen d’un programme de perte de poids ou d’amélioration de la composition corporelle, il convient d’insister sur la nécessité de gagner du tissu maigre au préalable. De cette façon, il est possible de déséquilibrer le bilan énergétique à moyen terme de manière efficace. Ce qui permet d’oxyder plus de graisses sans avoir à réduire la quantité de nourriture ingérée. Les résultats seront optimaux avec un plus grand degré de confort.

Certaines personnes optent pour un nombre excessif de jeûnes trop longs. Non seulement dans le but de perdre du poids, mais aussi d’améliorer l’état de santé.

Selon une recherche publiée dans la revue Clinics, passer un certain temps sans manger stimule l’autophagie. Un processus qui protège contre le développement de pathologies complexes. Mais encore une fois, plus ne veut pas dire mieux. De 18 à 24 heures, aucun avantage notable ne sera ressenti.

N’oubliez pas non plus que le jeûne a également certaines limites. La pratique d’exercices physiques de résistance en période de non-alimentation peut apporter des bénéfices. La même chose ne se produit pas avec le travail de force. Dans ce cas, il est préférable que les réserves de glycogène soient pleines pour maximiser les performances physiques et réduire le risque d’éventuelles lésions tissulaires.

Pour perdre du poids, pensez à une alimentation variée

Les régimes inefficaces pour perdre du poids ont généralement un point commun, ils ne sont pas très variés. Soit ils sont trop extrêmes en termes de déficit énergétique proposé. Il est clair que le bilan calorique devra être déséquilibré, mais toujours dans des limites. Sinon, il pourrait être impossible de suivre le schéma au fil des jours, ce qui augmente le risque d’un effet rebond.

Enfin, gardez à l’esprit que le fait d’améliorer la composition corporelle ne dépend pas seulement de l’alimentation. Il y a d’autres facteurs qui ont une influence décisive. Par exemple, un entraînement régulier de force est essentiel. Ainsi que de bien dormir chaque nuit. Sinon, le métabolisme pourrait être altéré et la synthèse des protéines endogènes réduite, entraînant une diminution de la masse musculaire.

Cela pourrait vous intéresser ...
4 obstacles à la perte de poids
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
4 obstacles à la perte de poids

Il existe plusieurs obstacles à la perte de poids qui peuvent conditionner le processus d'amélioration de la composition corporelle. Quels sont-ils...



  • Welton, S., Minty, R., O’Driscoll, T., Willms, H., Poirier, D., Madden, S., & Kelly, L. (2020). Intermittent fasting and weight loss: Systematic review. Canadian family physician Medecin de famille canadien66(2), 117–125.
  • Nitsa, A., Toutouza, M., Machairas, N., Mariolis, A., Philippou, A., & Koutsilieris, M. (2018). Vitamin D in Cardiovascular Disease. In vivo (Athens, Greece)32(5), 977–981. https://doi.org/10.21873/invivo.11338
  • Richter, M., Baerlocher, K., Bauer, J. M., Elmadfa, I., Heseker, H., Leschik-Bonnet, E., Stangl, G., Volkert, D., Stehle, P., & on behalf of the German Nutrition Society (DGE) (2019). Revised Reference Values for the Intake of Protein. Annals of nutrition & metabolism74(3), 242–250. https://doi.org/10.1159/000499374
  • Launholt, T. L., Kristiansen, C. B., & Hjorth, P. (2020). Safety and side effects of apple vinegar intake and its effect on metabolic parameters and body weight: a systematic review. European journal of nutrition59(6), 2273–2289. https://doi.org/10.1007/s00394-020-02214-3
  • Tabrizi, R., Saneei, P., Lankarani, K. B., Akbari, M., Kolahdooz, F., Esmaillzadeh, A., Nadi-Ravandi, S., Mazoochi, M., & Asemi, Z. (2019). The effects of caffeine intake on weight loss: a systematic review and dos-response meta-analysis of randomized controlled trials. Critical reviews in food science and nutrition59(16), 2688–2696. https://doi.org/10.1080/10408398.2018.1507996
  • Antunes, F., Erustes, A. G., Costa, A. J., Nascimento, A. C., Bincoletto, C., Ureshino, R. P., Pereira, G., & Smaili, S. S. (2018). Autophagy and intermittent fasting: the connection for cancer therapy?. Clinics (Sao Paulo, Brazil)73(suppl 1), e814s. https://doi.org/10.6061/clinics/2018/e814s

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.