Madopar®: tout ce qu'il faut savoir

Madopar ® est un médicament utilisé pour soulager les symptômes moteurs de la maladie de Parkinson. Il contient deux ingrédients actifs différents qui maximisent son efficacité.
Madopar®: tout ce qu'il faut savoir
Samuel Antonio Sánchez Amador

Rédigé et vérifié par el biólogo Samuel Antonio Sánchez Amador.

Dernière mise à jour : 17 janvier, 2023

Madopar® est un médicament qui contient deux principes actifs : la lévodopa (L-DOPA) et le bensérazide. Le bensérazide permet à plus de lévodopa d’atteindre le cerveau, mais c’est ce dernier qui fait l’essentiel du travail pharmacologique du composé.

Le but du médicament est d’augmenter la quantité de dopamine dans le système nerveux, afin de traiter des conditions telles que la maladie de Parkinson (MP). Bien que nous allons nous concentrer ici sur le médicament Madopar®, il est à noter qu’il en existe d’autres qui présentent le duo lévodopa/bensérazide, comme le Madopar Retard®.

Par ailleurs, de plus en plus de médicaments sont conçus pour traiter les affections parkinsoniennes, comme Apodespan PR ®, Caramet CR ® et Lecado ®, entre autres.

Qu’est-ce que Madopar® ?

Comme l’indique la National Library of Medicine aux États-Unis, la maladie de Parkinson provoque la mort de certaines cellules du cerveau. Dans cette condition, les neurones responsables de la production de dopamine disparaissent. Sans dopamine, les cellules chargées de contrôler les mouvements ne peuvent pas envoyer correctement les messages nerveux aux muscles.

Ces dommages neuronaux s’aggravent avec le temps, bien que la cause de la neurodégénérescence soit encore inconnue dans son intégralité. Quoi qu’il en soit, la maladie se manifeste par une bradykinésie (mouvement lent), une raideur (augmentation du tonus musculaire), des tremblements et une perte de contrôle de la posture. Cela conduit également à la dépression et à une altération des fonctions cognitives.

Madopar® permet d’augmenter la concentration de dopamine au niveau nerveux, car après tout, la lévodopa (L-DOPA) est le précurseur de la dopamine, de l’épinéphrine et de la norépinéphrine. Voyons l’action pharmacologique de chacun de ses principes actifs séparément.

Lévodopa (L-DOPA)

Vous pourriez penser que l’injection ou l’administration orale de dopamine serait plus utile, puisque c’est le neurotransmetteur qui fait défaut. Comme indiqué par le site médical Statpearls, ce n’est pas le cas. Puisque la dopamine ne traverse pas la barrière hémato-encéphalique, une structure hautement sélective qui sépare le sang circulant du liquide extracellulaire du cerveau dans le système nerveux central (SNC).

En revanche, la lévodopa (L-DOPA) traverse la barrière hémato-encéphalique. De plus, elle est capable de se transformer en dopamine dans le système nerveux central, mais aussi dans le système périphérique. Grâce à ce travail, elle réduit la bradykinésie typique de la maladie de Parkinson.

Des études récentes ont montré que l’administration de L-DOPA pourrait réduire la progression de la maladie de Parkinson et avoir des effets bénéfiques à long terme, en plus de rapporter des bénéfices possibles dans d’autres pathologies.

Tremblement dans la maladie de Parkinson.

Bensérazide

Le bensérazide, également appelé sérazide ou Ro 4-4602, est un inhibiteur de la DOPA-décarboxylase. En situation normale, cette enzyme lyase est responsable de la transformation de la lévodopa en dopamine, ce qui devrait être positif. Cependant, la DOPA-décarboxylase provoque la décarboxylation de la L-Dopa en dopamine avant qu’elle n’atteigne le cerveau, l’empêchant de traverser la barrière hémato-encéphalique.

Le benzézaride inhibe la décarboxylation précédemment nommée. Pour cette raison, la lévodopa atteint le cerveau sous sa forme d’intérêt, traverse la barrière hémato-encéphalique et se transforme en dopamine dans le système nerveux. Étant donné que le bensézaride ne peut pas traverser cette barrière, la dopamine peut s’accumuler correctement dans le cerveau.

Comment Madopar® est-il administré ?

Bien que le médicament puisse également se trouver sous la forme Madopar Retard®, nous allons nous appuyer sur le prospectus de la variante conventionnelle. Tout d’abord, il faut préciser que Madopar® se présente sous forme de pilule à prise orale et que chaque unité contient 200 milligrammes de lévodopa et 50 milligrammes de bensérazide.

Par contre, la dose habituelle varie entre chaque patient et dépend beaucoup des symptômes. Cependant, une approche initiale conservatrice est généralement adoptée, en commençant par 1/4 de comprimé à chaque dose 2 à 4 fois par jour. Après une semaine de traitement, le professionnel peut augmenter la dose afin d’améliorer le bien-être.

Si l’on passe au dosage de la lévodopa ou de la L-DOPA séparément, on verra que la dose minimale est de 300 milligrammes et jusqu’à 1200 milligrammes sont conçus par jour — encore plus si elle est tolérée —, répartis en 3 à 12 prises toutes les 24 les heures. La règle générale est d’augmenter la dose de 100 milligrammes tous les 3-4 jours.

Ces chiffres permettent d’estimer la posologie générale de Madopar®, mais il faut garder à l’esprit que ce médicament possède un autre principe actif (bensérazide). Pour cette raison, les informations fournies ne sont qu’une estimation et la dose spécifique doit toujours être accompagnée d’une ordonnance.

Comme indiqué dans la notice, il peut s’écouler plusieurs semaines avant que l’effet du médicament ne devienne apparent et que le patient subisse une aggravation sporadique au début. De plus, il est recommandé de prendre les comprimés une demi-heure avant de manger ou une heure après les repas.

La dose maximale de Madopar® dans les tableaux généraux est de 4 comprimés par jour.

Quelles sont les contre-indications ?

Madopar® présente de nombreuses contre-indications. Dans la liste suivante, nous vous donnons les plus importantes :

  • Ce médicament ne peut pas être pris par toute personne ayant présenté des réactions allergiques aux substances actives lévodopa et bensérazide. Vous devez également faire attention au reste des composés que contiennent les pilules.
  • Madopar ® ne peut pas être associé à des antidépresseurs inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO), à quelques exceptions près.
  • Il n’est pas recommandé chez les patients présentant une pression intraoculaire élevée aiguë, c’est-à-dire un glaucome à angle fermé.
  • Il ne doit pas être prescrit aux patients souffrant de graves problèmes rénaux, hépatiques et cardiaques. Cependant, il peut être administré à des doses normales chez les personnes atteintes d’insuffisance rénale légère.
  • Son utilisation est réservée aux personnes atteintes de troubles psychiatriques sévères à composante psychotique. Cela inclut les patients présentant des troubles de la personnalité et des dissociations.

Pendant la grossesse

Comme l’indiquent des sources médicales, ce médicament est totalement contre-indiqué chez les femmes enceintes et chez celles qui ne prennent pas de précautions contraceptives. Il a été démontré qu’il provoque des changements squelettiques chez les fœtus et les enfants au cours du développement.

Pendant l’allaitement

Ce médicament est transmis par le lait de la mère à l’enfant. Par conséquent, une femme qui est traitée par Madopar ® ne doit pas allaiter son bébé.

Quels sont les effets secondaires possibles de Madopar® ?

Comme tous les médicaments existants, Madopar® peut déclencher certains effets secondaires chez le patient à court et à long terme. En tout cas, ce cas est particulier, puisque toute la symptomatologie possible est de fréquence inconnue. Cela signifie que des symptômes ont été détectés chez ceux qui prennent le médicament, mais le pourcentage de ceux qui sont touchés n’est pas connu.

Comme nous n’avons pas de données vérifiées, nous vous présentons les effets secondaires en fonction du système organique affecté dans la liste suivante :

  • Troubles du système circulatoire : anémie hémolytique, leucopénie et thrombocytopénie.
  • Problèmes nutritionnels : diminution de l’appétit.
  • Troubles psychiatriques : syndrome de dérégulation de la dopamine, confusion, dépression, agitation, anxiété, insomnie, hallucinations, hypersexualité et délires.
  • Troubles du système nerveux : perte du sens du goût, fluctuations de la réponse thérapeutique, phénomènes de congélation, somnolence, épisodes soudains de sommeil et dyskinésie, mouvements anormaux des muscles orofaciaux.
  • Problèmes cardiaques : arythmies.
  • Troubles vasculaires : hypotension orthostatique.
  • Troubles gastro-intestinaux : nausées, vomissements, diarrhée, décoloration de la salive, de la langue, des dents et de la muqueuse buccale.
  • Problèmes de peau : démangeaisons et éruption cutanée.
  • Troubles rénaux et urinaires : augmentation de l’urée sanguine et changements de couleur de l’urine.

Les effets secondaires les plus courants de la prise de médicaments à base de lévodopa sont les étourdissements, les nausées, les maux de tête et la somnolence. Pour éviter les symptômes gastro-intestinaux, il peut être prescrit avec la dompéridone.

Que se passe-t-il si j’oublie une dose ?

Il peut être difficile de suivre toutes les doses quotidiennes. Car certains patients doivent prendre une partie ou la totalité du médicament en 2, 3, 4 doses ou plus toutes les 24 heures. Par conséquent, il est particulièrement conseillé dans ces cas d’utiliser des alarmes et autres rappels.

Dans ces conditions spécifiques, il est préférable de sauter l’oubli de dose et de continuer le traitement comme si de rien n’était pendant la journée. Ceci s’applique lorsque les doses s’étalent sur 3 prises ou plus par jour, car il ne faut jamais compenser un manque en prenant 2 comprimés très rapprochés dans le temps.

Homme âgé qui doit vivre avec la maladie de Parkinson.

Que faire en cas de surdosage ?

Si vous avez pris plus de Madopar® que vous n’auriez dû, consultez d’urgence votre pharmacien, votre médecin ou appelez le Service d’Information Toxicologique de votre région. Si vous le pouvez, rendez-vous aux urgences par vos propres moyens, mais si vous êtes frappé d’incapacité, appelez une ambulance et trouvez quelqu’un pour rester avec vous.

Un surdosage de Madopar ® peut entraîner des effets indésirables tels que des arythmies cardiaques, de la confusion et de l’insomnie, des nausées et des mouvements involontaires.

Comment conserver ou éliminer ce médicament ?

Il est nécessaire de conserver ce médicament dans son emballage d’origine, fermé et hors de portée des enfants. Il est également recommandé de ne pas le stocker au-dessus de 30 degrés Celsius en aucun cas. Ne le consommez pas une fois le code VEN dépassé (expiration).

Enfin, si vous souhaitez vous débarrasser de ce médicament car il est périmé, ne le jetez pas dans les toilettes. Contactez l’organisation indiquée dans votre pays pour remédier à cette situation.

Conclusion à propos du Madopar®

Le Madopar® est l’un des médicaments par excellence pour traiter la maladie de Parkinson, puisqu’il résout quelque peu le manque de dopamine dans le système nerveux qui caractérise la pathologie. Les études susmentionnées sont optimistes concernant ce médicament, car il semble ralentir le processus pathologique.

Cependant, il présente également de nombreuses contre-indications et peut rapporter divers effets secondaires très désagréables, dont la fréquence est inconnue. Si vous avez des questions ou si vous pensez que le traitement vous pose des problèmes, discutez des scénarios possibles avec votre médecin.

Cela pourrait vous intéresser ...
Diagnostic de la maladie de Parkinson
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Diagnostic de la maladie de Parkinson

Le diagnostic de la maladie de Parkinson n'est généralement pas aussi rapide que souhaité. Pourquoi? Quels sont les tests réalisés? etc...




Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.