Diabésité : qu'est-ce que c'est et comment l'éviter?

Nous allons vous montrer en quoi consiste la diabésité et ce qu'il est possible de faire pour prévenir son apparition ou pour résoudre ce problème chronique de plus en plus fréquent.
Diabésité : qu'est-ce que c'est et comment l'éviter?
Saúl Sánchez

Rédigé et vérifié par el nutricionista Saúl Sánchez.

Dernière mise à jour : 21 décembre, 2022

La diabésité se définit comme « une situation dans laquelle coexistent deux pathologies chroniques et complexes, le diabète et l’obésité ». C’est un problème conditionné dans une large mesure par les habitudes de vie, bien que dans certaines situations, il puisse également y avoir une cause génétique qui augmente le risque. Cependant, avec un traitement approprié, il peut être corrigé.

Avant de commencer, il est important de noter que l’incidence de l’obésité et du diabète de type 2 séparément a monté en flèche ces dernières années. Cela est dû à l’augmentation de la sédentarité et à une mauvaise alimentation.

La population est exposée à une surconsommation d’aliments transformés de type industriel de mauvaise qualité, qui finissent par provoquer des états inflammatoires entretenus dans le temps.

Le diabète, un problème inflammatoire

L’inflammation incontrôlée est l’une des causes de la diabésité. Ceci est normalement causé par la consommation régulière de composés toxiques ou déconseillés pour l’organisme. Comme les sucres simples en grande quantité, les gras trans et certains additifs.

Un mode de vie sédentaire est un autre facteur de risque important, car il est de plus en plus courant que les gens ne pratiquent aucun sport. A partir de là, l’efficacité de la physiologie humaine diminue.

Cependant, le diabète ne se développe pas du jour au lendemain. De nombreuses années à maintenir de mauvaises habitudes finissent par déterminer son apparence. Il est également plus facile à traiter à ses débuts qu’une fois établi.

Après tout, lorsque l’obésité s’installe, la mobilité est altérée, ce qui limite la capacité physique. Ce sera la pierre angulaire de la solution, car à partir de l’exercice, les valeurs inflammatoires peuvent être à nouveau normalisées.

Cependant, afin d’exercer réellement une prévention efficace de la diabésité, l’éducation nutritionnelle doit être améliorée dès les premiers stades de la vie. Il est courant que les enfants se voient proposer à plusieurs reprises de nombreux aliments de mauvaise qualité contenant des quantités excessives de sucres simples.

Il a été démontré que ceux-ci génèrent une résistance à l’insuline, ce qui est le prélude au diabète de type 2. Une fois que l’altération se produit, la prise de poids est ressentie plus facilement.

La consommation de sucres simples dans les boissons, telles que les boissons gazeuses et les jus, est particulièrement préoccupante. Dans ce cas, les glucides passent très rapidement dans la circulation sanguine, affectant la glycémie.

Si ces nutriments ne sont pas utilisés comme substrat énergétique, ils s’accumuleront rapidement sous forme de graisse viscérale et sous-cutanée, générant un stress au niveau du foie et du pancréas.

Le microbiote comme facteur clé de la diabésité

Diabésité et microbiote intestinal

Les preuves les plus récentes montrent comment la composition du microbiote peut être essentielle à la fois dans la gestion et la prévention de la diabète.

Les aliments et les nutriments qui sont introduits dans le corps par l’alimentation peuvent déterminer la densité et la diversité des bactéries qui habitent le tube. À leur tour, ces micro-organismes feront une différence en termes d’efficacité des processus digestifs et en termes d’inflammation dans l’environnement interne.

En effet, grâce aux bactéries, une série de composés appelés acides gras à chaîne courte sont générés à l’intérieur du tube. Le Butyrate se distingue parmi tous.

Sa synthèse se fait grâce à la fermentation de fibres solubles, composés appelés prébiotiques. Ces substances ont un potentiel anti-inflammatoire. Elles se sont révélées déterminantes dans la prévention de nombreuses pathologies chroniques et complexes.

Grâce à ces découvertes, un accent particulier a été mis sur l’étude des implications du microbiote sur les états d’obésité et de diabète.

Certaines souches bactériennes ont été identifiées qui pourraient aider à réduire la résistance à l’insuline, améliorant également l’état de la composition corporelle. Cependant, il existe encore de nombreux essais à ce sujet, car il s’agit d’un sujet complexe et relativement nouveau.

À titre de curiosité, on peut noter que les greffes de selles de certaines personnes en bonne santé à d’autres personnes obèses ont réussi à générer un bénéfice en termes de perte de poids. Ce mécanisme est encore beaucoup plus efficace chez certains animaux, comme les rats.

Par conséquent, le microbiote est perçu comme l’un des facteurs clés dans la gestion, la prévention et le traitement de pathologies complexes telles que la diabésité.

Comment prévenir et résoudre la diabésité?

La diabésité n’a pas toujours de solution facile. Maintenant, force est de constater qu’il faut se concentrer sur les habitudes de vie. Il faudra proposer de bonnes routines et les maintenir stables dans le temps pour obtenir de bons résultats.

Par exemple, vous pouvez commencer par provoquer un changement au niveau alimentaire. De nombreuses interventions différentes peuvent être mises en œuvre dans ce domaine.

L’un des résultats les plus fréquents dans la réduction de la présence de glucides dans l’alimentation. Selon une étude publiée dans le Journal of Medical Internet Research , un régime pauvre en glucides peut aider à contrôler le diabète de type 2 en maintenant la glycémie stable.

Grâce à cet effet, la sensibilité à l’insuline commencera à être récupérée. Ce qui permettra de mobiliser et d’oxyder plus facilement les graisses.

Une autre option consiste à pratiquer un protocole de jeûne intermittent. Ce mécanisme dispose également de plusieurs éléments de preuve en termes d’amélioration de la santé et de ses marqueurs.

D’une part, il induit un déficit énergétique, ce qui favorise la perte de poids. D’autre part, il parvient à réduire la résistance à l’insuline, à améliorer le contrôle glycémique et à atténuer les complications associées au diabète.

Maintenant, il est clair que le traitement doit être aussi individualisé que possible. L’objectif est de susciter l’adhésion et d’éviter les abandons à moyen terme. Sinon, vous pourriez ressentir un effet de rebond négatif.

Pour ce faire, il est important d’avoir l’approbation du patient en tenant compte de ses horaires, de ses routines et de ses goûts. Il existe plusieurs possibilités pour réussir.

L’exercice comme outil thérapeutique

Un homme en surpoids qui fait de l'exercice.

Il sera décisif d’inclure la variable d’exercice dans l’équation pour gérer avec succès la diabésité. Aucun type de travail n’en vaut la peine, mais vous devez vous concentrer sur le travail de force.

Cela favorise les adaptations du tissu musculaire, stimulant ainsi l’hypertrophie. Une plus grande quantité de tissu musculaire augmentera la dépense énergétique au repos, facilitant ainsi l’établissement d’une situation de déficit permettant l’oxydation des graisses.

Bien sûr, l’activité doit s’adapter aux besoins individuels de la personne. A tout moment un principe de progression doit être suivi en fonction de l’intensité de la charge utilisée.

Petit à petit, le muscle s’y habituera et deviendra plus fort, agissant également comme un organe endocrine lorsqu’il s’agit de moduler les mécanismes inflammatoires dans l’environnement interne.

Dans tous les cas, pour atteindre cet objectif, un apport protéique suffisant doit être garanti. Selon une étude publiée dans le Journal of the International Society of Sports Nutrition, un apport de plus de 1,4 gramme de protéines par kilo de poids par jour est recommandé lors d’exercices réguliers. C’est ainsi que les dommages générés lors de la séance sont réparés et que l’hypertrophie subséquente est stimulée.

Comme programme complémentaire au travail de force, un type d’entraînement par intervalles à haute intensité pourrait être envisagé. Dans un premier temps, le mieux est de le faire sans impact, à vélo, pour ouvrir ensuite le champ des possibles.

Ainsi, il est possible non seulement de stimuler la perte de poids, mais aussi d’inverser la situation du diabète. Il faut tenir compte du fait que ce dernier agit comme un facteur limitant de la perte de poids à de nombreuses reprises.

Suppléments en cas de diabésité

Lorsque la modification des habitudes est effectuée, elle peut être complétée par une série de compléments alimentaires qui améliorent et accélèrent les résultats. Mais il doit être clair que seuls, ils ne causeront pas de grands avantages. Ce ne sont pas des substances magiques. Ils doivent toujours être inclus dans un contexte approprié. De cette façon, vous pourrez tirer le meilleur parti de leur potentiel.

L’extrait de cannelle est l’une des meilleures alternatives. Cette épice agit comme un hypoglycémiant, aidant à abaisser la glycémie et stimulant l’oxydation des graisses pour générer de l’énergie.

C’est un produit qui parvient également à fournir une quantité importante d’antioxydants de qualité. C’est pourquoi il est considéré comme positif pour la santé en général.

Une autre option à garder à l’esprit est la créatine, en particulier lors de l’exercice physique. Vous pourrez augmenter les valeurs de force et de puissance, améliorer la récupération et stimuler les adaptations après la pratique du sport.

Bien qu’il soit l’un des suppléments les plus utilisés chez les athlètes d’élite, il peut être utilisé chez les personnes en surpoids ou obèses pour améliorer l’état de la composition corporelle.

Pour accélérer la perte de poids, un supplément de caféine peut être inclus dans les routines. Cet alcaloïde modifie l’utilisation des substrats énergétiques en privilégiant l’oxydation des graisses.

De plus, il retarde l’apparition de la fatigue. Cela permet aux gens de s’entraîner plus longtemps et avec une plus grande intensité. Ce qui se répercutera positivement sur les dépenses énergétiques ultérieures.

Mais lorsqu’il s’agit d’inclure un supplément dans le régime, il sera toujours judicieux de consulter d’abord un spécialiste de la nutrition. Le dosage doit être optimisé pour tirer le meilleur parti du complément. Sinon, des effets significatifs peuvent ne pas être ressentis. De même, il faudra s’assurer de la pureté et de la qualité du produit choisi.

La diabésité, un problème complexe de plus en plus fréquent

De plus en plus de personnes souffrent de diabésité, même au début de l’âge adulte. Cela est dû à de mauvaises habitudes dans le temps, en plus d’éventuelles conditions génétiques qui le prédisposent.

Bien sûr, la consommation de toxines pourrait être un facteur déclenchant. Par exemple, l’alcool fournit une grande quantité de calories vides et influence négativement l’homéostasie du corps.

Enfin, un accent particulier doit être mis sur la nécessité de favoriser la pratique de l’activité physique. De plus en plus de personnes adoptent des routines sédentaires, ce qui est totalement préjudiciable à la santé.

Le travail de force parvient à contrôler les mécanismes d’inflammation et d’oxydation. En effet, il est considéré comme l’un des outils les plus puissants qui existent pour prévenir le développement de pathologies à moyen terme.

Cela pourrait vous intéresser ...
L’obésité : un problème de santé croissant
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
L’obésité : un problème de santé croissant

Selon les dernières données de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'obésité a malheureusement presque triplé dans le monde depuis 1975..



  • Yoshida, Y., & Simoes, E. J. (2018). Sugar-Sweetened Beverage, Obesity, and Type 2 Diabetes in Children and Adolescents: Policies, Taxation, and Programs. Current diabetes reports18(6), 31. https://doi.org/10.1007/s11892-018-1004-6.
  • Abenavoli, L., Scarpellini, E., Colica, C., Boccuto, L., Salehi, B., Sharifi-Rad, J., Aiello, V., Romano, B., De Lorenzo, A., Izzo, A. A., & Capasso, R. (2019). Gut Microbiota and Obesity: A Role for Probiotics. Nutrients11(11), 2690. https://doi.org/10.3390/nu11112690.
  • Silva, J., Navegantes-Lima, K. C., Oliveira, A., Rodrigues, D., Gaspar, S., Monteiro, V., Moura, D. P., & Monteiro, M. C. (2018). Protective Mechanisms of Butyrate on Inflammatory Bowel Disease. Current pharmaceutical design24(35), 4154–4166. https://doi.org/10.2174/1381612824666181001153605.
  • Saslow, L. R., Mason, A. E., Kim, S., Goldman, V., Ploutz-Snyder, R., Bayandorian, H., Daubenmier, J., Hecht, F. M., & Moskowitz, J. T. (2017). An Online Intervention Comparing a Very Low-Carbohydrate Ketogenic Diet and Lifestyle Recommendations Versus a Plate Method Diet in Overweight Individuals With Type 2 Diabetes: A Randomized Controlled Trial. Journal of medical Internet research19(2), e36. https://doi.org/10.2196/jmir.5806.
  • Zubrzycki, A., Cierpka-Kmiec, K., Kmiec, Z., & Wronska, A. (2018). The role of low-calorie diets and intermittent fasting in the treatment of obesity and type-2 diabetes. Journal of physiology and pharmacology : an official journal of the Polish Physiological Society69(5), 10.26402/jpp.2018.5.02. https://doi.org/10.26402/jpp.2018.5.02.
  • Jäger, R., Kerksick, C. M., Campbell, B. I., Cribb, P. J., Wells, S. D., Skwiat, T. M., Purpura, M., Ziegenfuss, T. N., Ferrando, A. A., Arent, S. M., Smith-Ryan, A. E., Stout, J. R., Arciero, P. J., Ormsbee, M. J., Taylor, L. W., Wilborn, C. D., Kalman, D. S., Kreider, R. B., Willoughby, D. S., Hoffman, J. R., … Antonio, J. (2017). International Society of Sports Nutrition Position Stand: protein and exercise. Journal of the International Society of Sports Nutrition14, 20. https://doi.org/10.1186/s12970-017-0177-8.

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.