Les effets de l’alcool sur le cerveau

12 mars, 2021
This article has been written and endorsed by la psicóloga Laura Ruiz Mitjana
Quels sont les effets de l'alcool sur le cerveau? Sa consommation influence-t-elle nos connexions neuronales? Et dans notre esprit? De quelle forme? Allons le découvrir!

La consommation d’alcool est une pratique profondément enracinée et même normalisée dans la plupart des sociétés. Cependant, c’est une habitude qui peut être très nocive pour notre santé, et cela inclut notre santé mentale. Vous êtes-vous déjà demandé quels sont les effets de l’alcool sur le cerveau?

Dans cet article, nous parlons de 7 de ses effets. Comme vous le verrez, beaucoup font référence à des aspects du cerveau qui peuvent avoir un impact direct sur le comportement de la personne et sa santé.

Les effets de l’alcool sur le cerveau: qu’est-ce que l’alcool?

L’alcool est une substance qui, depuis des siècles, est utilisée dans de nombreuses cultures. En Espagne et dans d’autres pays, sa consommation fait partie de nos habitudes quotidiennes. De plus, étant une drogue légale et donc accessible, il lui est très facile de générer des troubles comme l’alcoolisme.

L’alcool est une drogue car il perturbe les fonctions normales du système nerveux central. De plus, c’est une substance qui génère facilement une dépendance. Il se compose d’un liquide incolore, à l’odeur caractéristique, soluble à la fois dans l’eau et dans la graisse.

De quel genre de substance s’agit-il?

C’est une substance psychoactive, un dépresseur du système nerveux central, doté d’une grande capacité à générer une dépendance. Ainsi, les effets de l’alcool sur le cerveau sont évidents. Nous en parlerons plus tard.

Lorsque nous ingérons 1 gramme d’alcool, nous fournissons 7,1 kilocalories à notre corps. Il s’agit d’un apport énergétique qui ne s’accompagne pas d’un apport nutritionnel tel que celui apporté par des minéraux, des protéines ou des vitamines.

Alcoolisme

Les effets de l'alcool sur le cerveau peuvent entraîner des problèmes de coexistence.

L’alcoolisme est une dépendance qui provoque une grande envie de boire de l’alcool. Lorsqu’une personne est alcoolique, elle présente une dépendance physique et psychologique à la substance et elle manifeste des symptômes de sevrage lorsqu’elle s’arrête de la consommer.

La personne atteinte de cette dépendance n’a aucun contrôle sur sa consommation. De plus, elle a tendance à augmenter. Elle finit alors par développer une tolérance à l’alcool, ce qui signifie qu’elle a besoin de plus en plus de doses de la substance pour ressentir les mêmes symptômes.

Selon l’American Medical Association, l’alcoolisme est considéré comme une maladie chronique, progressive et mortelle, tout comme les autres toxicomanies.

Les effets de l’alcool sur le cerveau

Quels effets de l’alcool sur le cerveau connaissons-nous? Nous vous présentons quelques-unes des plus remarquables:

Destruction neurale

L’un des principaux effets de l’alcool sur le cerveau est la destruction neuronale. De plus, la consommation de doses élevées empêche la croissance adéquate de nouvelles cellules et neurones, tout en réduisant le nombre de neurones dans certaines zones du cerveau.

Ces lésions neuronales sont plus évidentes dans certaines zones de la cellule, comme l’axone (un prolongement qui fait partie du «câblage» du système nerveux).

Dommages au sein de l’hippocampe

Schéma de l'hippocampe dans le cerveau.

La destruction neuronale peut impliquer plus spécifiquement la structure de l’hippocampe. L’hippocampe est une structure cérébrale qui agit comme un médiateur de la mémoire, également liée à la perception de l’espace et à la mémoire déclarative.

En effet, la consommation chronique d’alcool peut gravement endommager cette structure et entraîner des déficits dans la mémoire de l’individu. Ces problèmes peuvent même persister après la fin de la dépendance.

Effets de l’alcool sur le cerveau: Psychose et delirium tremens

La consommation chronique et continue d’alcool peut entraîner des troubles psychotiques. Ainsi, la personne peut éprouver des hallucinations, des délires, des paranoïas et d’autres symptômes caractéristiques de ces troubles.

Si, au contraire, une personne qui consomme régulièrement de l’alcool interrompt brusquement sa consommation, elle peut manifester le syndrome de sevrage alcoolique, connu sous le nom de delirium tremens.

Ce syndrome se développe à partir d’une hyperstimulation du système adrénergique, et se caractérise par une série de symptômes: maux de tête, agitation, tremblements, vomissements, nausées, hallucinations, etc. C’est un syndrome qui peut être mortel.

Altération des systèmes de neurotransmission

Selon Guardia Serecigni et al. (2013), dans leur guide clinique sur l’alcoolisme, la consommation chronique d’alcool (et d’autres drogues) produit des changements adaptatifs dans divers systèmes de neurotransmission. Il le fait également dans les circuits cérébraux, ce qui peut provoquer diverses altérations motivationnelles et émotionnelles.

D’autre part, il peut y avoir des changements dans la prise de décision. De plus, ces changements neuro-adaptatifs produisent progressivement un «état de besoin» chez la personne.

Cet état est lié à l’alcoolisme, puisque ces personnes donnent la priorité à l’alcool par rapport à d’autres activités. Cette consommation conduit aussi à une détérioration de la capacité de maîtrise de soi sur l’auto-administration (c’est pourquoi il s’agit d’une addiction).

Effets de l’alcool sur le cerveau: Perte de conscience

Un autre des effets de l’alcool sur la santé est la perte de conscience. Cela peut également être appelé syncope ou perte de conscience. Cet effet apparaît pendant de courtes périodes de temps chez les utilisateurs habituels.

Plus précisément, il est typique des personnes qui boivent de grandes quantités d’alcool. D’autre part, l’ingestion de la substance fait rapidement augmenter le taux d’ alcoolémie, ce qui provoque un évanouissement et une perte de conscience de la personne.

Syndrome de Wernicke-Korsakoff

L’un des effets de l’alcool sur le cerveau, étroitement lié à la fonction de mémoire cognitive, est le syndrome de Wernicke-Korsakoff. Selon l’ Institut national sur l’abus d’alcool et l’alcoolisme, 80% des personnes dépendantes de l’alcool ont des carences en thiamine (vitamine B1).

Cette condition peut conduire au syndrome de Wernicke-Korsakoff. Ses conséquences sont des dommages irréversibles au cerveau qui entraînent des altérations majeures de la mémoire, entre autres symptômes.

Altérations de la mémoire (lacunes)

Au -delà du syndrome de Wernicke-Korsakoff, la consommation continue d’alcool peut provoquer des troubles de la mémoire. Plus spécifiquement, les personnes peuvent souffrir de pertes de mémoire, en raison de ces déficiences susmentionnées de l’hippocampe.

Ces défaillances ou lacunes de mémoire peuvent apparaître quelques heures après la consommation et inclure des périodes de courte durée. Cependant, lorsque nous consommons également de l’alcool à jeun et sur de courtes périodes de temps, nous pouvons ressentir un oubli d’intervalles de temps plus longs, voire oublier complètement les événements.

Au-delà des effets de l’alcool sur le cerveau

L’alcool et l’alcoolisme ont des conséquences très néfastes sur la vie de la personne souffrant de cette dépendance.

C’est ce que suggèrent López et Rosovksy dans une étude de 2014, publiée dans Public Health of Mexico, où des chercheurs affirment que la consommation d’alcool peut nuire à notre qualité de vie et à celle des personnes qui nous entourent.

Symptômes psychologiques et émotionnels

D’autre part, sur le plan émotionnel et psychologique, la consommation d’alcool peut aussi avoir des conséquences. Nous savons que trop boire affecte les connexions neuronales qui permettent la transmission d’informations. Ainsi, le cerveau pourrait présenter des difficultés pour traiter les informations de manière adéquate lorsque nous buvons.

En conséquence, la personne peut manifester des symptômes émotionnels et comportementaux de différentes façons. De plus, les personnes dépendantes à l’alcool éprouvent de «nouvelles» pensées et émotions, beaucoup plus intenses que la normale, en raison des caractéristiques de cette substance (qui a un effet inhibiteur sur le système nerveux).

Enfin, cela peut amener la personne à manifester divers symptômes tels que l’anxiété, la tristesse ou l’agressivité.

  • Álvarez, M.J.S., & Vera, D.G.Z. (2008). Déficit de Tiamina: Beriberi y síndrome de Wernicke-Korsakoff. Revista Medicina, 13(2): 137 – 139.
  • Carlson, N.R. (2002). Fisiología de la conducta. . Barcelona: Ariel.
  • Guardia et al. (2013). Guias clínicas SOCIDROGALCOHOL basadas en la EVIDENCIA CIENTÍFICA. Madrid: Edición: SANED.
  • Kolb, B. y Whishaw I.Q. (2002). Cerebro y Conducta. Una introducción. Madrid. McGraw-Hill.
  • López, J. L., & Rosovsky, H. (2014). Estudio epidemiológico sobre los accidentes y delitos relacionados con el consumo de alcohol. Salud pública de México28(5): 515-520.