Boulimie : caractéristiques, symptômes et traitement

La boulimie est un trouble alimentaire grave. Elle se caractérise par des crises récurrentes suivies de comportements compensatoires. De plus, elle comporte un ensemble de complications physiques et émotionnelles.
Boulimie : caractéristiques, symptômes et traitement
Bernardo Peña

Rédigé et vérifié par el psicólogo Bernardo Peña dans 01 août, 2021.

Dernière mise à jour : 01 août, 2021

La boulimie est un trouble alimentaire sérieux caractérisé par des épisodes récurrents de boulimie, suivis de périodes de comportements compensatoires.

Ces comportements compensatoires comprennent: provocation de vomissements, usage des lavements et des laxatifs, exercice physique excessif et un jeûne prolongé pour compenser un apport alimentaire excessif.

Boulimie: généralités

La boulimie nerveuse est un trouble de l’alimentation qui ne suit pas un régime alimentaire régulier, avec des épisodes de consommation excessive et disproportionnée. Elle se caractérise principalement par la prise de distance par rapport à une alimentation saine et la consommation excessive d’aliments.

Après l’épisode, s’ensuit une période de culpabilité qui amène le patient à éliminer toute la nourriture qu’il a ingérée par des vomissements ou d’autres substances, ainsi que par le jeûne ou des exercices physiques. Ces comportements sont effectués dans le but de perdre ou, du moins, de ne pas prendre plus de poids corporel.

Une femme qui vomit aux toilettes.

Les personnes atteintes de ce trouble partagent quatre points communs :

  1. Elles n’ont pas un contrôle adéquat sur la proportion d’épisodes alimentaires et boulimiques.
  2. Elles présentent des comportements compensatoires pour maintenir leur poids ou atteindre un poids corporel inférieur à la normale.
  3. Par ailleurs, elles ont des pensées obsessionnelles sur l’image physique et le poids.
  4. Enfin, elles sont conscientes de la maladie, contrairement à l’anorexie mentale.

L’un des résultats immédiats des vomissements est que la sensation d’inconfort physique disparaît. Par conséquent, la peur de prendre du poids diminue. D’une certaine manière, les personnes qui souffrent de boulimie, génèrent un régime alimentaire constant, qui se caractérise par :

  1. S’abstenir de manger de la nourriture lors des premières heures du matin.
  2. Trop manger alors que la soirée avance.
  3. Purger les comportements. Le lendemain matin, ces sentiments de culpabilité les amènent à fortifier le sevrage alimentaire, ce qui déclenche une série de répétitions susmentionnées.

Quelles sont les causes de la boulimie?

Parmi les facteurs qui prédisposent au développement de la boulimie se trouve le facteur génétique. Par exemple, si un membre de votre famille souffre de boulimie. Il a également été démontré qu’il existe une diminution de la sérotonine, ce qui provoque un manque de satiété ainsi que des troubles de l’humeur.

Une adolescente victime de harcèlement.

Au sein des familles, on trouve généralement des climats conflictuelles et non structurés. Il peut aussi y avoir des parents insatisfaits de leur image, ce qui les amène à suivre différents régimes alimentaires rigoureux.

Par ailleurs, ils peuvent exprimer à leurs enfants leur insatisfaction vis-à-vis du physique, les faisant participer à leur alimentation. D’autre part, ce sont les mêmes familles qui montrent des attitudes hostiles envers les besoins émotionnels des personnes atteintes de ce trouble.

Un autre facteur important est la culture des médias. Les messages de bonheur et de réussite sont transmis par un corps mince. Ce fait peut persuader certaines personnes de changer radicalement leurs habitudes alimentaires pour ajuster leur image aux standards du moment.

Boulimie: symptômes cliniques

Les personnes boulimiques ont une plus grande tendance à la dépression, une propension à la toxicomanie, à l’irritabilité, aux symptômes de stress, au désir constant de perdre du poids et à une faible estime de soi.

Les complications les plus importantes de ce type de trouble comprennent des altérations des systèmes digestif, cardiovasculaire, respiratoire, rénal, hormonal, neurologique et musculaire. En plus des menstruations irrégulières, de l’anxiété, de la dépression, des infections des voies urinaires, des altérations dentaires et des troubles du sommeil.

Critères de diagnostic de la boulimie

Le DSM-5 établit cinq critères pour le diagnostic de la boulimie :

A. Des crises récurrentes de frénésie alimentaire. Un épisode de frénésie alimentaire se caractérise par :

  1. Manger sur une période de temps discrète (par exemple, sur une période de deux heures) une quantité de nourriture qui dépasse ce que la plupart des gens mangeraient dans cette période de temps et dans des circonstances similaires.
  2. Un sentiment de manque de contrôle sur l’alimentation pendant l’épisode (par exemple, un sentiment que l’on ne peut pas arrêter de manger ou contrôler quoi ou combien on mange).

B. Comportements compensatoires récurrents inappropriés afin d’éviter la prise de poids, tels que: provoquer des vomissements, une mauvaise utilisation de laxatifs et de diurétiques ou d’autres médicaments, et le jeûne ou l’exercice excessif.

C. Une alimentation vorace et des comportements compensatoires inappropriés se produisent, en moyenne, au moins une fois par semaine pendant trois mois.

D. L’auto-évaluation est excessivement influencée par le poids et la forme du corps.

E. Le trouble ne survient pas exclusivement pendant les épisodes d’anorexie.

Traitement de la boulimie

Une jeune femme qui boude devant une assiette de légumes.

Nous présentons maintenant le traitement de la boulimie. Pour faciliter la compréhension, nous le divisons en plusieurs sections.

1. Traitement de la boulimie: principaux objectifs

Selon l’American Psychiatric Association (2006), les objectifs du traitement de la boulimie sont les suivants :

  1. Réduire ou éliminer les crises de boulimie et de purge.
  2. Traiter tout type de complication physique.
  3. Motiver le patient à participer au rétablissement de saines habitudes alimentaires.
  4. Offrir une éducation psychologique sur la nutrition et l’alimentation.
  5. Identifier les pensées, les humeurs et les conflits dysfonctionnels associés à l’alimentation.
  6. Offrir une psychothérapie pour résoudre ces problèmes.
  7. Obtenir du soutien familial et suivre une thérapie familiale, si nécessaire.
  8. Éviter les rechutes.

2. Traitement médico-nutritionnel

Lors de l’évaluation initiale d’un patient boulimique, il est nécessaire d’identifier les complications médicales dérivées de la purge telles que la faiblesse musculaire, les arythmies cardiaques, la déshydratation et le déséquilibre électrolytique. Ainsi que des problèmes gastro-intestinaux qui affectent l’estomac ou l’œsophage.

Un objectif important du traitement est de normaliser les habitudes alimentaires et de stopper le cycle de frénésie/purge. Une routine de trois repas avec une à trois collations par jour est utilisée pour briser les habitudes alimentaires perturbées.

3. Traitement psychologique et psychiatrique

Une jeune femme en psychothérapie.

Dans le traitement de ce trouble, la thérapie cognitivo-comportementale et l’utilisation de médicaments antidépresseurs tels que les ISRS ont été utiles. Des approches cognitivo-comportementales ont également été utilisées pour aider les personnes atteintes de boulimie et de troubles de l’alimentation excessive à développer un sentiment de maîtrise de soi.

Les composants communs des plans de traitement cognitivo-comportementaux encouragent la consommation de trois repas équilibrés ou plus par jour, la réduction des normes alimentaires rigides et des problèmes d’image corporelle, ainsi que le développement de stratégies d’adaptation.

Conclusion

En conclusion, la boulimie est un grave désalignement des habitudes alimentaires chez le patient. En effet, ces déséquilibres s’accompagnent d’autres complications physiques graves.

Par conséquent, le traitement de la boulimie doit être multidisciplinaire. Ainsi, le trouble sera abordé sous tous ses aspects : psychologique, psychiatrique, médical et nutritionnel. Enfin, vous devez être prêt pour une thérapie complexe et éventuellement d’une durée d’au moins un an.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pourquoi continuons-nous à manger quand nous sommes rassasiés?
Muy SaludLisez-le dans Muy Salud
Pourquoi continuons-nous à manger quand nous sommes rassasiés?

Souvent, nous mangeons plus que nous avons besoin..Pourquoi continuons-nous à manger malgré la sensation de satiété? Comment éviter cela? etc.



  • American Psychological Association -APA (2006). Practice guidelines for the treatment of patients with eating disorders. Third edition. Psychiatric Practice Section: www.psych.org
  • Méndez, J. P., Vázquez-Velazquez, V., & García-García, E. (2008). Los trastornos de la conducta alimentaria. Boletín Médico del hospital infantil de México65(6), 579-592.
  • Peña-Herrera, B. (2018) Psicopatología General. Samborondón: Universidad Espíritu Santo – Ecuador.
  • Sue, D., Sue, D. W., Sue, S., & Azuara, S. D. (2010). Psicopatología: Comprendiendo la conducta anormal (No. 159.97). Cengage Learning,.