Qu’est-ce que la dépression souriante?

10 avril, 2021
This article has been written and endorsed by la psicóloga Laura Ruiz Mitjana
Quand nous pensons à une personne souffrant de dépression, nous imaginons une personne triste dont nous savons qu'elle souffre. Mais qu'arrive-t-il aux personnes dépressives qui cachent leur souffrance et prétendent avoir une vie parfaite? On dans ce cas de dépression souriante.

Quand on pense à une personne dépressive, on imagine une personne très triste, sans énergie, qui pleure fréquemment ou qui verbalise qu’elle ne veut pas vivre. Rien ne pourrait être plus éloigné de la réalité, car chaque dépression est un monde. Il existe effectivement de nombreux types de troubles dépressifs. C’est le cas de la dépression souriante.

Ce terme fait référence aux personnes qui souffrent de dépression mais qui, face au monde extérieur, vont très bien. Cela peut nous faire penser, par exemple, à l’augmentation des cas de suicide chez de nombreux jeunes influenceurs, youtubeurs… (personnes qui vivent de leur image publique), avec une vie apparente “parfaite”.

Derrière tous ces «étalages» de bonheur exubérant, se cache parfois une dépression souriante. C’est pourquoi, dans ces cas, il faut être attentif à d’autres symptômes plus subtils, et surtout explorer et plonger dans l’état d’esprit de la personne, en observant et en se tenant à sa disposition. Que savons-nous de ce type de dépression?

Qu’est-ce que la dépression souriante?

La dépression souriante peut être grave.

Les personnes atteintes de cette maladie se caractérisent par une grande souffrance, mais la cachent aux autres. Ainsi, leur vie publique peut sembler la plus satisfaisante possible, et «face à leur entourage» tout est parfait. Cependant, dans leur monde intérieur, elles souffrent des mêmes symptômes dépressifs que les autres personnes atteintes du trouble.

Nous pouvons interpréter que si une personne nous sourit, elle est heureuse. Cependant, elle peut nous sourire et nous transmettre le bonheur, prétendant avoir une vie satisfaisante alors qu’en fait, elle souffre secrètement de dépression.

-Eva Mª González-

Il s’agit d’individus à qui tu demandes: “Comment vas-tu?”, et qui répondent très bien. Ils le font non seulement avec des étrangers, mais avec toutes les personnes qui les entourent (proches, partenaires, professionnels, collègues, etc.).

Autrement dit, ce n’est pas qu’ils ne veulent pas s’expliquer, mais ils le cachent à tout prix et à tout le monde.

Diagnostic “non officiel”

D’un point de vue médical, la dépression souriante n’est pas reconnue comme un sous-type de dépression ou comme une catégorie indépendante dans le DSM-5 (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux). Cependant, on peut parler de trouble dépressif en tant que tel, avec les caractéristiques atypiques susmentionnées.

Symptômes de la dépression souriante

La dépression souriante correspond à tout autre type de dépression, en ce sens que les symptômes du trouble sont les mêmes que dans le trouble dépressif. On parle de symptômes tels que: une mauvaise humeur ou une perte d’intérêt ou de jouissance des choses (qui sont essentielles) suivis d’autres tels que:

  • Manque d’énergie.
  • Démotivation généralisée.
  • Fatigue.
  • Tristesse profonde.
  • Sentiments de culpabilité, d’inutilité, etc.
  • Pensées négatives récurrentes.
  • Le désespoir (croire que rien ne changera).
  • Irritabilité.
  • Augmentation ou diminution du poids ou de l’appétit.
  • Faible estime de soi

Que se passe-t-il dans la dépression souriante? Comment ces symptômes se manifestent-ils? La personne peut en expérimenter plusieurs (voire tous) mais les cacher de l’extérieur. En public, “tout va bien” mais à l’intérieur, la personne souffre réellement.

Conséquences psychologiques

Le fait de cacher les symptômes dépressifs et de ne pas montrer la mauvaise humeur à l’extérieur peut avoir des effets psychologiques importants. Pourquoi? Parce que tout ce qui réprime les émotions finit par faire des ravages sur notre psychisme et notre système émotionnel.

Par conséquent, la répression des émotions et le constant «faire semblant que tout va bien» peuvent générer d’autres symptômes au-delà de la dépression elle-même. Par exemple, des problèmes gastro-intestinaux, anxiété, crises de panique, cauchemars, malaise, autres symptômes somatiques, etc.

Il faut savoir que cette «pression» que la personne exerce face au monde extérieur peut finir par être épuisante. Ainsi, l’organisme finit par en souffrir.

À quoi ressemblent ces personnes de l’extérieur?

Les proches peuvent la percevoir comme une personne active, avec un emploi stable, une vie sociale et familiale satisfaisante et complète, une personne en bonne santé, gaie, optimiste et heureuse. Ce ne sont que quelques exemples. Toutefois, ce qui se passe, c’est que l’extérieur ne correspond pas à la réalité.

Au-delà des symptômes dépressifs typiques tels que la tristesse et la perte d’intérêt pour les choses, la personne souffrant de dépression souriante présente d’autres symptômes tels que :

  • Sensation de lourdeur et de fatigue dans les bras et les jambes.
  • Augmentation de l’appétit
  • Dormir de longues heures (et avoir encore sommeil).
  • Bouts d’irritabilité ou de colère.
  • Sensibilité à la critique et au rejet.

Quels sont les sentiments chez une personne souffrant de dépression souriante?

Les personnes peuvent parfois ressentir le sentiment que montrer des signes de dépression est un signe de faiblesse, le sentiment de ne pas souffrir du tout de dépression (que tout va bien), le sentiment que les autres sont moins bien lotis ou le sentiment que le monde serait mieux sans lui / elle.

Souvent, ce sont des individus habitués à réprimer ce qu’ils ressentent. Ils se sentent souvent coupables de se sentir tristes ou ont le sentiment de ne pas «avoir le droit» de l’être. En ce sens, ils invalident leurs émotions et ne laissent pas de place à la tristesse ou à d’autres émotions associées à la dépression, comme la colère, l’irritabilité, etc.

Un risque de suicide

Les personnes qui souffrent de dépression peuvent avoir eu le désir de se suicider à un moment ou à un autre (ou elles peuvent même avoir essayé plusieurs fois). Dans le cas de la dépression souriante, c’est la même chose. En effet, ce sont des cas encore plus complexes, car ils sont souvent plus difficiles à détecter.

Si, en outre, la personne ne va pas en thérapie et ne dit pas ce qui se passe (ou ne le dit pas à ses proches), le risque de suicide se multiplie, car dans ces cas il sera difficile de le prévenir. De plus, selon les experts, un symptôme dépressif typique est une grande perte d’énergie.

Cette perte d’énergie, couplée à un manque de motivation ou d’apathie, fait ressentir à la personne de réelles difficultés à sortir du lit.

Par ailleurs, dans le cas de la dépression souriante, les niveaux d’énergie ne changent pas. Autrement dit, personne ne peut le «remarquer» (bien que lorsque la personne est seule, elle montre ces symptômes). Ceci est extrapolé à de nombreux autres symptômes, y compris ceux liés à un risque accru de suicide.

Traitement

La dépression souriante nécessite un traitement.

Le traitement de la dépression souriante peut être effectué à la fois du point de vue psychologique et médical. Dans les cas graves, un traitement multidisciplinaire intégrant ces deux aspects est recommandé.

Au niveau médical, des médicaments psychotropes tels que les antidépresseurs sont souvent utilisés. Sur le plan psychologique, la thérapie recommandée sera celle utilisée pour la dépression, les thérapies les plus efficaces à ce jour étant les suivantes:

  • Thérapie cognitivo-comportementale: avec des techniques comme la restructuration cognitive (dont l’objectif est de modifier les pensées dysfonctionnelles pour des pensées plus adaptatives).
  • Thérapie comportementale: avec des techniques telles que la planification d’activités agréables par exemple, ou l’activation comportementale.

Dans le cas plus spécifique de la dépression souriante, il sera essentiel de valider les émotions du patient et de les mettre en lumière. En ce sens, il est primordial de travailler sur la répression de toutes ces émotions, ainsi que de comprendre pourquoi le patient en est arrivé là.

Analyser les causes du trouble nous aidera à mieux comprendre la personne, et surtout à mieux l’accompagner.

Une condition difficile à comprendre mais dangereuse

Enfin, la dépression souriante peut nous affecter et affecter les membres de notre cercle social ou familial. Il est important de savoir comment détecter certains signes ou symptômes précoces. Et évaluer si de l’aide doit être apportée. Cela peut même être un câlin ou une conversation.

  • American Psychiatric Association –APA- (2014). DSM-5. Manual diagnóstico y estadístico de los trastornos mentales. Madrid: Panamericana.
  • Caballo (2002). Manual para el tratamiento cognitivo-conductual de los trastornos psicológicos. Vol. 1 y 2. Madrid. Siglo XXI.
  • Morgado, I. (2007). Emociones e inteligencia social: las claves para una alianza entre los sentimientos y la razón. Barcelona: Editorial Ariel.