Voici ce qui arrive à votre organisme si vous ne dînez pas

Si vous ne dînez pas, une série d'adaptations physiologiques se produira dans votre organisme et qui peut être positive. Quelles sont-elles?
Voici ce qui arrive à votre organisme si vous ne dînez pas
Saúl Sánchez

Rédigé et vérifié par el nutricionista Saúl Sánchez.

Dernière mise à jour : 16 décembre, 2022

Si vous ne dînez pas, une série de changements physiologiques peuvent se produire dans l’organisme et avoir un impact sur la santé. Toutefois, ils ne sont pas forcément négatifs, tant qu’ils sont placés dans un contexte approprié. Quoi qu’il en soit, connaître les effets sera décisif pour savoir dans quelles situations cela peut être évité ou pas.

Le fait de ne pas dîner peut être considéré comme un protocole de jeûne intermittent, une stratégie devenue très à la mode ces dernières années. Elle est surtout devenue populaire pour son pouvoir lorsqu’il s’agit d’améliorer l’état de la composition corporelle. En particulier chez les personnes souffrant de troubles métaboliques.

Utilisation de substrats énergétiques si vous ne dînez pas

Lorsque vous ne dînez pas, les processus de fabrication du glucose dans le foie démarrent rapidement. Il est possible qu’il soit synthétisé à partir d’acides gras et d’acides aminés, un processus connu sous le nom de gluconéogenèse. Par conséquent, lorsque la glycémie baisse, cette classe de mécanismes est activée afin de maintenir l’homéostasie dans l’environnement interne.

Mais en même temps il est possible que la production de corps cétoniques augmente, notamment pour garantir l’apport énergétique cérébral. Dans des conditions de jeûne, ces composés constituent le principal substrat énergétique du cerveau, tandis que le glucose est distribué dans tous les tissus.

Bien sûr, si suffisamment d’heures passent, les réserves de glycogène musculaire et hépatique pourraient être épuisées. Ce qui est négatif si l’intention est de pratiquer une activité physique le lendemain.

Changements hormonaux dans l’organisme

Une horloge avec des aliments et ustensiles.

Une considération importante doit être prise en compte. Lorsqu’on ne dîne pas, on subit une série d’altérations de l’équilibre hormonal pour éviter la dégradation des protéines musculaires. Ce qui conduirait à un catabolisme peu positif pour la santé.

En règle générale, ce qui se passe, c’est que la synthèse de l’hormone de croissance augmente. Mais dans ce cas, elle n’a pas de fonctions anabolisantes, mais des fonctions anti-cataboliques. Tant que la situation de jeûne ne dure pas plus de 24 heures, les protéines des tissus maigres seront épargnées autant que possible.

Tenant compte de ces considérations, nous pouvons déduire que pendant la période de jeûne nocturne, l’oxydation des acides gras est prioritaire comme source d’énergie. Grâce à cela, vous pouvez connaître une perte de poids à moyen terme.

En effet, il est prouvé que les protocoles de jeûne intermittent peuvent être positifs pour cela, tant qu’un déficit énergétique est établi. Cependant, il est déconseillé d’envisager un régime très strict en termes d’apport calorique, car il deviendrait insoutenable.

Avantages du jeûne nocturne pour l’organisme

En plus de la physiologie évoquée, d’autres effets positifs peuvent être ressentis si vous ne dînez pas. Dans de nombreux cas, la consommation de sucres simples la nuit est considérée comme particulièrement nocive. Ou encore les glucides en tant que tels, quand on parle de situations sédentaires et de personnes ayant une prédisposition génétique à la pathologie métabolique. Une étude publiée dans la revue Nutrition & Diabetes le confirme.

À de nombreuses occasions, la gestion des glucides est plus efficace lorsqu’ils sont inclus dans le régime pendant la journée. Ainsi, il affecte l’homéostasie du glucose. Lorsqu’elle devient incontrôlable, elle pourrait finir par développer des pathologies chroniques et complexes à moyen terme, comme le diabète de type 2. Principalement chez les personnes qui ne pratiquent pas d’activité physique intense.

Lorsque nous introduisons la variable d’entraînement en force dans l’équation, la situation varie considérablement. Dans ce cas, le muscle agit comme un point d’équilibre, améliorant la sensibilité à l’insuline et prévenant les inefficacités dans l’utilisation des glucides par les cellules et les mitochondries.

En effet, lorsque le niveau d’exercice est élevé, il serait même conseillé de consommer une grande quantité de glucides la nuit pour éviter des changements négatifs dans les performances.

Est-il mauvais de ne pas dîner ?

Normalement, cela ne devrait pas être mauvais de ne pas dîner. Tant que vous n’avez pas d’appétit et que cela n’affecte pas négativement le respect de l’alimentation.

Si vous souffrez de problèmes d’anxiété, il faudra proposer un autre protocole plus adapté aux conditions individuelles de chacun. Ce qui permettra de le suivre à moyen terme et d’en ressentir des effets positifs.

Maintenant, si vous ne dînez pas, vous devez vous assurer que la consommation de protéines pendant le reste de la journée est suffisante, parvenant ainsi à couvrir les besoins. Ce sont au moins 0,8 gramme de protéines par kilo de poids pour les personnes sédentaires, mais elles peuvent facilement doubler chez les sportifs. Ceci est démontré par des recherches publiées dans les Annals of Nutrition & Metabolism.

De cette façon, les tissus maigres seront protégés et la dégradation des protéines musculaires sera empêchée de dépasser la synthèse pendant la journée, ce qui mettrait fin au catabolisme. À partir de là, il serait probable qu’une pathologie complexe connue sous le nom de sarcopénie survienne au fil des ans.

Ce parcours entraîne une perte de force progressive et augmente le risque de décès quelle qu’en soit la cause. Une étude publiée dans Peritoneal Dialysis International le corrobore.

Bien sûr, lorsque la consommation de nutriments pendant le reste de la journée est optimale, proposer un protocole de jeûne intermittent peut être assez positif dans certains cas. Par exemple, il a été montré qu’il favorise la biogenèse mitochondriale. Un processus déterminant pour améliorer l’efficacité du métabolisme et éviter le développement de pathologies complexes.

Est-il préférable ne pas déjeuner ou ne pas dîner pour l’organisme?

Les protocoles de jeûne intermittent peuvent en fait être abordés de plusieurs manières différentes. Le plus courant est de ne pas prendre de petit-déjeuner ou de ne pas dîner, étant aussi le plus confortable. Du point de vue de la physiologie, il serait difficile de dire quelle est la meilleure option. Les deux alternatives peuvent être bonnes si une restriction calorique efficace est atteinte, notamment au niveau de la perte de poids et de l’autophagie.

Pour beaucoup de gens, il est plus facile d’éviter le petit-déjeuner que le dîner. Cela se produit simplement parce qu’en fin de journée, l’appétit a tendance à augmenter, tout le contraire d’après le réveil. Nous parlons d’une sensation qui peut être modulée par la sécrétion hormonale circadienne. Elle présentera donc également une composante individuelle importante.

Dans ce cas, le plus pratique est d’adapter le protocole à chaque personne. Ainsi, une plus grande adhérence est obtenue et maintenue dans le temps, prolongeant les avantages.

En fin de journée, le facteur déterminant est d’atteindre un équilibre ou un léger déficit énergétique, outre la promotion d’autres bonnes habitudes de vie. Grâce à cela, à moyen terme, il sera possible d’optimiser l’état de santé. Ainsi que la composition corporelle.

Pouvez-vous faire du sport le matin si vous ne dînez pas ?

Un couple qui court.

Une chose avec laquelle il faut faire attention est la pratique du sport à jeun s’il n’y a pas eu de dîner la veille. Certaines personnes s’y habitueront rapidement et ce ne sera pas trop gênant. Mais il est normal que les performances soient nettement dégradées.

En effet, l’exercice est généralement assez dépendant du glucose et du glycogène lorsqu’il est effectué à une intensité minimale. Commencer sans réserves nutritionnelles complètes pourrait entraîner l’apparition d’une fatigue précoce.

Dans le même temps, nous avons remarqué que jusqu’aux premières 24 heures de jeûne, le corps génère une série d’adaptations pour éviter le catabolisme de la masse maigre. Cependant, lorsque nous incluons la variable d’activité physique, cela peut être modifié.

Si les demandes énergétiques sont très élevées, les acides aminés des protéines musculaires commenceront à être utilisés pour la synthèse énergétique, dans le but de satisfaire les nouveaux besoins.

Pour cette raison, dans le cas d’un exercice à jeun après une nuit sans dîner, il est préférable de moduler beaucoup le niveau d’intensité. Il faut toujours pratiquer en dessous de 70% du maximum en privilégiant les travaux de résistance peu durables. Ainsi, une série d’adaptations pourraient même être expérimentées qui seraient bonnes pour l’état de la composition corporelle ou pour la physiologie du sport à moyen terme.

Adaptations à l’entraînement au jeûne

Dans des conditions d’entraînement à jeun, l’utilisation des graisses comme substrat énergétique tend à augmenter dans l’organisme. Ce qui améliore progressivement l’efficacité dudit processus. Selon une étude publiée dans Sports Medicine , le métabolisme est généralement altéré lors de la pratique sportive en période de jeûne. Il faudra donc également adapter les charges pour éviter d’éventuelles blessures ou baisses de performances.

Mais vous devez toujours garder à l’esprit qu’il y a une composante génétique importante dans tout cela. Selon les personnes, les performances peuvent être plus ou moins altérées dans de telles circonstances. Au final, l’essentiel est de s’adapter aux contextes individuels et aux préférences de chacun, assurant ainsi le maintien des protocoles établis dans le temps.

Si vous ne dînez pas, la physiologie de l’organisme est altérée

Si vous ne dînez pas, certains aspects de la physiologie de l’environnement interne de l’organisme peuvent être altérés. Maintenant, cela ne doit pas être une chose négative. Plutôt le contraire lorsque le protocole de jeûne intermittent est inclus dans les routines avec une bonne intention. Pour cela, il peut être nécessaire de consulter un professionnel afin de parvenir à une meilleure adaptation et d’en extraire le maximum de bénéfices possibles.

Enfin, gardez à l’esprit que selon les routines de travail, l’option de ne pas dîner peut exister ou non. Dans le cas des travailleurs de nuit, c’est généralement compliqué. Si vous souhaitez mettre en place le jeûne intermittent dans ce genre de situation, vous devrez opter pour une répartition différente des repas. Car la nuit il est possible que l’appétit augmente et qu’il soit plus difficile de la supporter sans manger.

Cela pourrait vous intéresser ...
Combien de temps le corps peut-il rester sans manger?
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Combien de temps le corps peut-il rester sans manger?

L'être humain peut rester beaucoup de temps sans manger.. Quels sont les effets du jeûne sur notre organisme après 24h, 3 jours, etc?



  • Welton, S., Minty, R., O’Driscoll, T., Willms, H., Poirier, D., Madden, S., & Kelly, L. (2020). Intermittent fasting and weight loss: Systematic review. Canadian family physician Medecin de famille canadien66(2), 117–125.
  • Henry, C. J., Kaur, B., & Quek, R. (2020). Chrononutrition in the management of diabetes. Nutrition & diabetes10(1), 6. https://doi.org/10.1038/s41387-020-0109-6.
  • Richter, M., Baerlocher, K., Bauer, J. M., Elmadfa, I., Heseker, H., Leschik-Bonnet, E., Stangl, G., Volkert, D., Stehle, P., & on behalf of the German Nutrition Society (DGE) (2019). Revised Reference Values for the Intake of Protein. Annals of nutrition & metabolism74(3), 242–250. https://doi.org/10.1159/000499374.
  • Kamijo, Y., Kanda, E., Ishibashi, Y., & Yoshida, M. (2018). Sarcopenia and Frailty in PD: Impact on Mortality, Malnutrition, and Inflammation. Peritoneal dialysis international : journal of the International Society for Peritoneal Dialysis38(6), 447–454. https://doi.org/10.3747/pdi.2017.00271.
  • Levy, J., Towers, C. G., & Thorburn, A. (2017). Targeting autophagy in cancer. Nature reviews. Cancer17(9), 528–542. https://doi.org/10.1038/nrc.2017.53.
  • Cherif, A., Roelands, B., Meeusen, R., & Chamari, K. (2016). Effects of Intermittent Fasting, Caloric Restriction, and Ramadan Intermittent Fasting on Cognitive Performance at Rest and During Exercise in Adults. Sports medicine (Auckland, N.Z.)46(1), 35–47. https://doi.org/10.1007/s40279-015-0408-6.

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.