Troubles de la sexualité : principales caractéristiques

Les troubles sexuels peuvent altérer considérablement notre santé physique ou émotionnelle. Découvrez quels sont les principaux.
Troubles de la sexualité : principales caractéristiques
Bernardo Peña

Rédigé et vérifié par el psicólogo Bernardo Peña dans 17 juillet, 2021.

Dernière mise à jour : 17 juillet, 2021

Les troubles de la sexualité sont ceux qui ont à voir avec un dysfonctionnement de la réponse sexuelle (excitation, orgasme…), ou avec une déviation de l’objet sexuel (pédophilie, fétichisme…).

De la même manière, tous ces troubles dérivés de l’identité sexuelle sont collectés. Dans cet article nous verrons les principaux troubles de la sexualité, leurs caractéristiques, symptômes et causes possibles.

Types de troubles de la sexualité

Il existe plusieurs types de troubles de la sexualité. Parmi eux, on trouve :

  1. Dysphorie de genre : survient lorsque l’individu se manifeste d’un sexe différent du sexe biologique.
  2. Paraphilies : Activité sexuelle dirigée vers des objets et/ou des situations insolites.
  3. Dysfonctionnements sexuels : inhibitions du désir et autres troubles du cycle de réponse sexuelle.

Troubles de la sexualité : dysphorie de genre

dysphorie de genre.

Anciennement appelé Trouble de l’identité sexuelle, il se définit comme l’insatisfaction d’un individu vis-à-vis de son sexe biologique. Du fait qu’il existe une identification persistante ou qu’il suppose qu’il appartient au sexe opposé. Cette psychopathologie s’accompagne d’une profonde insatisfaction vis-à-vis du sexe assigné. Ainsi que d’une répudiation ou d’un malaise vis-à-vis des caractéristiques, tant primaires que secondaires, propres à chaque sexe.

Par exemple : un homme (chromosomes XY) qui s’identifie comme une femme a tendance à rejeter son pénis. Subjectivement, il s’identifiera en tant que femme. C’est à cela que se réfère le genre. Ou, par exemple, le cas d’une femme (chromosomes XX) qui s’identifie à un homme, rejettera ses seins et sa vulve.

Ce malaise s’accompagne généralement du désir de vouloir changer ces caractéristiques physiques, ainsi que de vivre comme une personne du sexe opposé. Cela couvre les aspects psychologiques, sexuels, culturels, sociaux, physiques et émotionnels.

Pour cette raison, à de nombreuses reprises, les individus ont recours à des changements hormonaux, anatomiques et génitaux, comme c’est le cas avec les opérations de changement de sexe. La cause de ce type d’altérations n’est pas prouvée, bien qu’elles semblent aller de pair avec des enjeux sociaux et culturels.

Dysphorie de genre : critères diagnostiques

Des pions devant un miroir.

Voici les critères de diagnostic du DSM-5 pour ce trouble comprennent :

  • Forte incongruité entre le sexe que l’on exprime et le sexe d’origine.
  • Fort désir de se débarrasser des caractéristiques sexuelles primaires et secondaires de son sexe.
  • Désir de posséder les caractéristiques sexuelles primaires et secondaires du moi opposé.
  • Désir d’être traité comme un membre de l’autre sexe.
  • Conviction que l’on a les sentiments et les réactions de l’autre sexe.

Troubles de la sexualité : dysfonctionnements sexuels

Les dysfonctionnements sexuels sont une altération de certaines des phases de la réponse sexuelle, comme par exemple:

  • Désir: Des fantasmes sexuels, des changements hormonaux et un désir d’activité sexuelle apparaissent.
  • Excitation: Augmente la tension musculaire, respiratoire et cardiaque. Chez les hommes, la vasodilatation médiée par la libération d’oxyde nitrique provoque l’érection du pénis. Chez la femme, la dilatation du vagin et sa lubrification.
  • Plateau: Il consiste à maintenir la phase d’excitation, avec une préparation à l’orgasme.
  • Orgasme: Il y a des contractions musculaires involontaires, la respiration et la fréquence cardiaque atteignent leur maximum. Une forte sensation de plaisir a lieu, dont l’intensité varie en fonction du niveau d’excitation de l’individu.
  • Résolution: Les tensions musculaires sont relâchées et le corps se détend.
Courbe d'excitation en sexualité.

Face à un dysfonctionnement sexuel, il est nécessaire de savoir si la réponse sexuelle a toujours été ainsi ou a été acquise (la personne ne l’a pas eue et à un certain moment elle apparaît).

Il faut également prendre en compte si le dysfonctionnement est généralisé (il se produit dans toutes les situations) ou s’il est situationnel (il n’apparaît que dans certaines situations). De même, est-il la conséquence de facteurs psychologiques ou organiques?

Dysfonctionnements sexuels : troubles du désir sexuel

Parmi les troubles du désir sexuel on retrouve : l’hyposexualité, l’hypersexualité et le trouble d’aversion sexuelle.

Hyposexualité

Elle se caractérise par une diminution marquée de l’appétit sexuel avec peu de fantasmes. Elle est principalement due à des problèmes émotionnels.

Néanmoins, elle peut aussi être le résultat de problèmes neurologiques. En effet, elle peut survenir en comorbidité avec l’épilepsie et la dépression. Ou, en raison d’une atteinte du système limbique, d’un déséquilibre endocrinien et induit par des médicaments.

Hypersexualité

Intimité d'un couple.

Il s’agit de l’augmentation de la libido et de l’activité sexuelle, cette dernière étant une caractéristique très pertinente. L’étiologie de cette pathologie peut être la manie, la schizophrénie, les troubles neurologiques et l’hystérie.

De plus, elle peut être causée par des blessures au diencéphale ou des dommages à cette zone dus à une inflammation ou à une tumeur. Le syndrome de Klüver-Bucy manifeste une hypersexualité. D’autres causes possibles de ce trouble sont les altérations hormonales générées par l’hypercorticisme, l’hyperthyroïdie et l’hyperandrogénie.

L’hypersexualité amène les gens à se stimuler sexuellement à plusieurs reprises, face à des stimuli visuels ou à des pensées. Elle survient généralement chez les personnes qui ont été réprimées sexuellement au cours des premiers stades de développement (enfance et adolescence).

Cette pathologie survient très fréquemment chez les individus présentant un trouble de la personnalité ou d’autres troubles mentaux. Tels que la satyriasis (exclusivement chez l’homme) ou la nymphomanie (exclusivement chez la femme). Tous deux connus sous le nom de “dépendance sexuelle”.

En effet, ils se caractérisent par une augmentation de la libido et du désir sexuel, ce qui provoque une augmentation des activités sexuelles.

Dysfonctionnements sexuels : troubles de l’excitation sexuelle

Chez les hommes, nous trouvons des troubles de l’érection et chez les femmes des troubles de l’excitation sexuelle.

Trouble de l’érection chez l’homme

 

Également appelée dysfonction érectile, elle est définie comme l’incapacité d’obtenir ou de maintenir une érection, qu’elle soit persistante ou récurrente. Cette pathologie empêche de commencer ou de maintenir des relations sexuelles puisque la pénétration est difficile. Cela engendre à son tour une détérioration des relations interpersonnelles dans le couple.

Ce trouble survient chez environ 18 % des hommes entre 50 et 59 ans et, par la suite, ce chiffre augmente avec l’âge, en raison des problèmes de fonctionnement cardiovasculaire et artérioscléreux typiques de la vieillesse. Car il est bien connu que l’approvisionnement en sang au niveau du pénis est la base des érections.

Trouble de l’excitation sexuelle chez la femme

Cette pathologie se définit comme l’incapacité à maintenir la réponse de lubrification vaginale qui est typique du stade d’excitation. Comme dans le cas du trouble érectile chez l’homme, elle peut être récurrente ou persistante. De même, cela peut causer de l’inconfort et une détérioration de la relation de couple.

Dans les deux cas (trouble érectile chez l’homme et trouble de l’excitation sexuelle chez la femme) le diagnostic sera positif tant qu’il n’est pas causé par l’usage de médicaments psychotropes, de maladies médicales ou d’autres troubles psychopathologiques qui ne sont pas de nature sexuelle.

Dysfonctionnements sexuels : troubles orgasmiques

Ce sont des pathologies qui empêchent un orgasme adéquat. Par exemple, éjaculation précoce, éjaculation retardée ou trouble orgasmique féminin.

Éjaculation précoce

Un homme triste assis au bord du lit avec sa femme dans le lit;.

Il s’agit de la perte de contrôle des réflexes éjaculatoires, qui génère une éjaculation quasi immédiate en réponse à un stimulus sexuel léger.

Ce trouble génère de l’inconfort et des problèmes dans les relations interpersonnelles. L’éjaculation précoce est présente chez environ 30% de la population masculine, ce qui en fait le trouble sexuel le plus courant chez les hommes. Elle peut être acquise (dès la naissance), généralisée ou situationnelle.

De plus, trois niveaux peuvent être différenciés :

  1. Légère: elle survient lorsque le stimulus sexuel provoque la réponse éjaculatoire dans un délai de 30 à 60 secondes.
  2. Modérée: lorsque la réponse éjaculatoire a lieu entre 15 et 30 secondes après la présence du stimulus.
  3. Grave: lorsque l’éjaculation se produit en moins de 15 secondes.

Éjaculation retardée

Absence d’éjaculation (anéjaculation) ou présence de celle-ci de manière retardée (30-45 minutes) après pénétration ou avant toute activité sexuelle.

Ce trouble est généralement de nature psychologique. Bien qu’il puisse également survenir à la suite d’altérations organiques causées par la consommation de médicaments. En particulier d’antidépresseurs, et de dommages neurologiques tels qu’un traumatisme des nerfs pelviens ou de la moelle épinière.

Parmi les étiologies psychologiques, nous pouvons citer le manque d’intérêt pour le partenaire sexuel, conditionné par la masturbation et des événements traumatisants. Comme le fait d’avoir été découvert lors de relations sexuelles « illicites ».

Trouble orgasmique féminin

Un couple en conflit dans un lit.

Il se définit comme l’incapacité ou le retard à atteindre l’orgasme, ainsi que la diminution marquée de son intensité. Le diagnostic de ce trouble inclut sa prévalence pendant une période de six mois et dans au moins 75 % des relations sexuelles.

Dysfonctionnements sexuels : troubles de la douleur sexuelle

Parmi ces dysfonctionnements, nous avons la dyspareunie et le vaginisme.

Dyspareunie

Sa prévalence est d’environ 5% chez les hommes et 15% chez les femmes. La personne a des douleurs (dans la région génitale ou ailleurs) au moment de la réponse sexuelle. Elle peut être causée par une maladie.

Vaginisme

A ne pas confondre avec la vaginite. Ce sont des spasmes involontaires dans le tiers externe du vagin. En cas de pénétration, la femme peut éprouver des douleurs. Le vaginisme survient davantage chez les jeunes femmes et dans les bas niveaux culturels.

Troubles de la sexualité : paraphilies

paraphilie

Anciennement appelées déviations sexuelles, elles sont liées à une activité sexuelle dont l’objet, la personne ou les pratiques ne conviennent pas. Il existe de nombreuses paraphilies, mais il n’y a pas d’altération de la réponse sexuelle, elles ont toutes les phases.

Les types:

  • Pédophilie (enfants).
  • Inceste (au sein de la famille).
  • Zoophilie (animaux).
  • Coprophilie (selles).
  • Urophilie (urine).
  • Klysmaphilie (lavements).
  • Fétichisme (objets inanimés).

Autres paraphilies:

  • Frotteurisme : frotter les parties génitales d’une autre personne sans son consentement.
  • Viol : avec violence, sans que l’autre ne le veuille.
  • Voyeurisme : excitation sexuelle lors de l’observation d’autres personnes dans l’acte sexuel.
  • Exhibitionnisme : montrer des organes génitaux aux autres sans qu’ils s’y attendent.
  • Sadisme : l’autre est blessé et humilié.
  • Masochisme : recevoir du mal et de l’humiliation.

Pour diagnostiquer les paraphilies :

  • Chacune de ces caractéristiques doit se manifester pendant au moins 6 mois.
  • Cela provoque une gêne soit en soi, soit chez les autres.
  • Elles peuvent être des fantasmes ou des pensées.

Le fétichisme

N’importe quel objet peut être un fétiche, même si les sous-vêtements et les chaussures se démarquent. En outre, cela pourrait être une partie du corps (biais). Il en existe trois types :

  • L’excitation est produite par une stimulation tactile.
  • Celles dans lesquelles c’est l’objet qui produit l’excitation.
  • Fétichisme du travestissement : la personne est excitée par des vêtements de l’autre sexe.

Voyeurisme et exhibitionnisme

Un oeil à travers la serrure.

Il n’est pas rare qu’ils apparaissent chez la même personne. Elle est excitée à l’idée de pouvoir surprendre d’autres personnes lors d’actes sexuels ou à montrer son propre corps à ceux qui ne s’y attendent pas.

Sadisme et masochisme sexuel

Le sadique blesse l’autre et l’humilie, en tirant du plaisir sexuel. Le masochiste tire son plaisir sexuel de la souffrance et de l’humiliation d’autrui.

Pédophilie et inceste

Un pédophile qui pose ses mains sur les épaules d'un garçon.

  • Inceste : les relations sont entretenues entre proches (père – fille ; oncle – nièce). Certains ne considèrent pas les relations entre frères et sœurs comme de l’inceste. Même si elles sont généralement classées sous ce terme.
  • Pédophilie : les personnes pédophiles prennent du plaisir avec les enfants.

Les personnes incestueuses ont tendance à être excitées par les femmes adultes, pas les pédophiles. Les deux peuvent maltraiter physiquement les enfants en cherchant des astuces pour les appâter ou même leur faire comprendre que c’est la bonne chose à faire.

Cela a des conséquences destructrices pour la victime, car elle peut développer beaucoup de sentiments de culpabilité.

Troubles de la sexualité : conclusion

En conclusion, nous avons venons de détailler les principaux troubles de la sexualité. Ainsi que leurs causes possibles. Il faut savoir que les troubles de la sexualité affectent des millions de personnes dans le monde, de tous âges, sexe, race, religion et situation économique.

Cependant, il existe des traitements médicaux et psychologiques adéquats pour les traiter. Dans ce cas, nous recommandons toujours de consulter un spécialiste pour un diagnostic et un traitement appropriés.

Cela pourrait vous intéresser ...
Qu’est-ce que le trouble d’évitement expérientiel?
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Qu’est-ce que le trouble d’évitement expérientiel?

Le trouble d'évitement expérientiel fait référence à la pathologie qui apparaît lorsque l'évitement devient récurrent et affecte la vie personnelle...



  • Leiva Marín, Y., Artiles de León, I., Flórez, M., Cano López, A. M., Bravo Fernández, O., & Castro Espín, M. (2008). Salud sexual, sexualidad y trastornos sexuales. Álvarez Sintes R. Temas de Medicina General Integral. 2da ed. La Habana: Ecimed, 100-11.
  • Peña-Herrera, B. (2018) Psicopatología General. Samborondón: Universidad Espíritu Santo – Ecuador.
  • Sue, D., Sue, D. W., Sue, S., & Azuara, S. D. (2010). Psicopatología: Comprendiendo la conducta anormal (No. 159.97). Cengage Learning,.