Que sont les chéloïdes ?

Les cicatrices anormales qui se développent au-delà de la lésion d'origine sont appelées chéloïdes. Découvrez-en davantage à ce sujet...
Que sont les chéloïdes ?

Dernière mise à jour : 23 décembre, 2022

Les chéloïdes, également appelées cicatrices chéloïdes , cicatrices surélevées ou cicatrices hypertrophiques, sont un type de cicatrices anormales qui s’étendent au-delà de la plaie d’origine. En général, les chéloïdes sont une réponse exagérée de l’organisme pour guérir une blessure. Ce qui conduit à la formation d’un tissu fibreux en relief qui se caractérise par sa dureté et sa mauvaise définition.

Ce type de cicatrices est très courant et s’accompagne souvent de sentiments d’inconfort et de rejet de la part des personnes. Comme elles sont toujours surélevées et ont tendance à avoir une coloration différente de celle de la peau environnante, les personnes peuvent ressentir de la détresse, de l’anxiété et de la dépression (surtout si elles se trouvent dans une zone exposée). Qu’est-ce que les scientifiques savent à leur sujet?

Caractéristiques des chéloïdes

Les chercheurs classent les chéloïdes comme des cicatrices pathologiques excessives. Elles se distinguent par le développement de tissu cicatriciel au-delà des bords initiaux d’une plaie. Ce processus est progressif, il peut donc s’écouler des mois avant que la cicatrice atteigne sa forme définitive. Elles peuvent provoquer des douleurs, des démangeaisons et des brûlures, et sont généralement plus claires ou plus foncées que la peau environnante.

Les chéloïdes se caractérisent également par leur épaisseur, leur dureté et leur texture irrégulière. Le frottement ou la friction avec des vêtements ou des objets aggrave les symptômes de démangeaisons, bien que ceux-ci disparaissent généralement lorsque la progression du tissu cicatriciel s’est arrêtée. En règle générale, cela se produit environ 12 mois après le début du processus.

Par ailleurs, elles ne causent pas de problèmes de santé en soi, bien qu’elles soient perçues comme un inconfort esthétique. Pour cette raison, les preuves indiquent que leur développement a un impact sur la qualité de vie des personnes, d’autant plus si la zone touchée est plus exposée.

Les chéloïdes ne disparaissent pas d’elles-mêmes et peuvent montrer une grande résistance au traitement. Dans ces contextes, les conséquences émotionnelles sont intensifiées.

Causes des chéloïdes

Comme le soulignent à juste titre les experts, les personnes à la peau foncée d’origine africaine, asiatique et hispanique ont des taux plus élevés de développement de chéloïdes que les caucasiens. Dans ces groupes, l’incidence peut atteindre 16 %, avec des taux plus élevés pendant la puberté et la grossesse. Leur formation est due à une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux.

Certaines maladies génétiques rares augmentent le risque de développer des chéloïdes, telles que le syndrome de Rubinstein-Taybi et le syndrome de Goeminne. Aucun gène spécifique n’a été identifié jusqu’à présent, mais des antécédents familiaux de cicatrices anormales augmentent les risques de développer de tels épisodes.

Leur formation est également normalement limitée à des domaines spécifiques. Elles sont plus fréquentes sur les épaules, le haut du dos, la nuque et le sternum.

Au contraire, leur développement sur les paumes, la plante des pieds, les paupières et les organes génitaux est très rare. Bien que nous ayons commenté jusqu’à présent qu’elles apparaissent avant le processus de cicatrisation d’une plaie, elles peuvent également apparaître indépendamment de celui-ci.

En effet, les chéloïdes peuvent se former après des processus infectieux ou des traumatismes superficiels. Elles sont également plus fréquentes lorsqu’un objet pénètre dans le corps, ce qui explique pourquoi elles apparaissent souvent sur le lobe de l’oreille et d’autres parties de l’oreille après le perçage. Les changements hormonaux sont également à l’origine. C’est pourquoi elles sont fréquentes pendant la grossesse et la puberté/adolescence.

Options de traitement

Une femme hospitalisée pour une cicatrice sous le bras.

Les chéloïdes ne nécessitent pas de traitement, bien qu’ils puissent être utiles pour des raisons esthétiques. Ils sont également considérés comme une option viable lorsque le tissu cicatriciel limite la mobilité, comme lorsqu’il se développe à l’intersection d’une articulation.

Il n’existe pas de remède miracle pour les traiter. Le choix est donc fait par le spécialiste en fonction de la gravité de la blessure, de l’âge et des préférences du patient.

Souvent, vous choisissez d’envisager plusieurs options, car beaucoup d’entre elles sont difficiles à supprimer. Elles ne disparaissent pas toujours complètement, donc dans certains contextes, elles seront minimisées. Voici donc les principales options selon les experts :

  • Pansements occlusifs : comme les feuilles de gel de silicone. Ils agissent par hydratation et occlusion du lit de la plaie, ce qui empêche la formation de tissus. C’est une option viable lors de la détection des premiers signes de malformation cicatricielle.
  • Thérapie par compression : Elle est principalement utilisée pour traiter les chéloïdes dans les oreilles. Il en existe de nombreux types, notamment des bandages élastiques, des embouts d’oreille personnalisés, des boucles d’oreilles et des aimants.
  • Stéroïdes intra lésionnels : C’est une excellente option pour de nombreux spécialistes, bien qu’ils soient considérés comme une thérapie complémentaire. La triamcinolone est la plus utilisée dans ces cas et est injectée à des concentrations allant de 2,5 à 20 milligrammes pour la zone faciale et de 20 à 40 milligrammes pour les zones non faciales.
  • Imiquimod topique : Bien qu’il soit principalement utilisé pour traiter le carcinome basocellulaire et les verrues à VPH, il s’est également avéré efficace pour éliminer les chéloïdes.
  • Mitomycine C topique : souvent utilisée pour prévenir les récidives ou comme méthode préventive après une intervention chirurgicale ou une blessure. Elle est moins efficace pour traiter les formations déjà développées.
  • 5-fluorouracile (5-FU) intralésionnelle et topique : il est utilisé pour traiter les chéloïdes déjà développées, mais tant qu’elles ne dépassent pas deux ans (l’efficacité est fortement réduite dans ces cas). Les thérapies de ce type durent au moins six mois.
  • Interférons : bien qu’il soit moins utilisé que les autres options, il est considéré comme une alternative lorsque des progrès n’ont pas été réalisés par d’autres moyens. La thérapie dure généralement entre trois et dix semaines.
  • Bléomycine : Elle est également utilisée pour les cicatrices hypertrophiques et présente un taux de récidive très faible. Tous les patients ne réagissent pas de la même manière. Il faut donc être mesuré avec les attentes.
  • Techniques chirurgicales : Ce type de cicatrices peut également être traité par des techniques chirurgicales. Ce n’est pas la première ligne d’action, en raison de ses taux de récidive élevés.

Les autres options disponibles sont la cryothérapie, la radiothérapie, le laser à colorant pulsé (PDL), le laser ablatif, l’administration de médicaments assistée par laser (LADD) et l’application de plasma riche en plaquettes (PRP). Les chéloïdes sont susceptibles de récidiver, les patients doivent donc en être conscients.

Prévention des chéloïdes

Examen cutané d'un jeune homme.

Étant donné que les mécanismes sous-jacents ne sont pas bien compris, vous ne pouvez pas faire grand-chose pour empêcher complètement la formation de ces cicatrices anormales. Cependant, certaines habitudes peuvent réduire le risque de les manifester ; surtout si vous faites partie des groupes à risque. Voici donc quelques conseils de l’American Academy of Dermatology (AAD) :

  • Faire attention aux piercings aux oreilles pour les anomalies. En cas de détection, il est suggéré de retirer la boucle d’oreille et de la remplacer par une boucle à pression.
  • Évaluer comment la peau agit avant les petites perforations, les tatouages et les chirurgies esthétiques au lieu de parier sur une grande modification. En cas de détection d’une anomalie, l’utilisation d’un vêtement compressif peut empêcher l’évolution de la chéloïde.
  • Informer le chirurgien si vous avez eu des chéloïdes dans le passé.
  • Prendre soin d’une plaie immédiatement après une blessure pour prévenir l’infection et une mauvaise cicatrisation.
  • Protéger les plaies des rayons directs du soleil.
  • Utiliser des feuilles ou du gel de silicone pour terminer la cicatrisation des cicatrices résultant d’une blessure.

Au-delà, vous ne pouvez pas faire plus pour empêcher leur développement. Appuyer sur la zone touchée lorsque la chéloïde émerge peut empêcher une guérison anormale. Gardez à l’esprit que nombre d’entre elles peuvent dépasser de plusieurs millimètres voire centimètres de la peau. Il est donc vital d’agir dans le temps car le cours de leur évolution est imprévisible.

En cas de détection de la formation d’une chéloïde, consultez un médecin. Plus précisément, consultez un dermatologue qualifié. Si vous faites partie des groupes à risque, vous pouvez éviter les activités qui favorisent les lésions à la surface de la peau, ainsi que faire des modifications corporelles (aussi minimes soient-elles).

Cela pourrait vous intéresser ...
Qu’est-ce que le pityriasis rosé?
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Qu’est-ce que le pityriasis rosé?

Le pityriasis rosé est l'une des affections cutanées les plus courantes chez les adolescents et les jeunes adultes..Quels sont ses symptômes? etc.



  • Alster, T. S., & Tanzi, E. L. Hypertrophic scars and keloids. American journal of clinical dermatology. 2003; 4(4): 235-243.
  • Betarbet, U., & Blalock, T. W. (2020). Keloids: A review of etiology, prevention, and treatment. The Journal of Clinical and Aesthetic Dermatology. 2020; 13(2): 33.
  • Bock, O., Schmid-Ott, G., Malewski, P., & Mrowietz, U. Quality of life of patients with keloid and hypertrophic scarring. Archives of dermatological research. 2006; 297(10): 433-438.
  • McGinty, S., & Siddiqui, W. J. Keloid. StatPearls [internet]. 2020.

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.