Les microplastiques, une menace pour la santé

Vous avez sûrement entendu parler des microplastiques. De quoi s'agit-il et pourquoi sont-ils considérés comme une menace pour la santé?
Les microplastiques, une menace pour la santé

Dernière mise à jour : 20 janvier, 2023

En 2019, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a exhorté les autorités compétentes à poursuivre leur enquête et à s’engager sur la relation entre les microplastiques et la santé. Les microplastiques sont de petits morceaux de plastique qui polluent l’environnement. Actuellement, ils sont considérés comme un problème de santé publique, en principe en raison des dommages causés aux écosystèmes et de leur impact sur la santé humaine.

Les microplastiques sont partout : sur les fonds marins, dans les poissons et crustacés, dans l’eau potable, dans la bière, sous la pluie et dans les contenants en plastique (surtout lorsqu’ils sont exposés à de l’eau tiède ou chaude). Des microplastiques ont même été trouvés dans l’Arctique, il ne semble donc pas possible de les fuir. Dans cet esprit, sont-ils vraiment une menace pour la santé ?

Quel est l’impact des microplastiques sur la santé ?

C’est Richard Thompson qui, en 2004, a inventé le terme microplastiques. Au début, on pensait qu’ils n’étaient trouvés que sur la côte, mais ensuite ils ont commencé à être trouvés presque partout où l’on plaçait la loupe.

Les recherches les concernant sur la santé ont suggéré que presque tous les produits de soins personnels les libéraient. Bien qu’aujourd’hui nous sachions que la plupart des êtres vivants en mangent ou en inhalent chaque jour.

En effet, et comme le soulignent les experts, il existe trois voies principales par lesquelles ils sont assimilés : l’ingestion, l’inhalation et le contact cutané.

Une étude publiée en 2021 dans Environmental Science & Technology a suggéré que la personne moyenne peut consommer, inhaler ou assimiler l’équivalent d’une carte de crédit par an. L’exposition va de soi et, jusqu’à un certain point, on ne peut pas faire grand-chose pour l’empêcher.

Les microplastiques ne passent pas inaperçus dans le milieu animal. Jusqu’à présent, on sait qu’ils provoquent une toxicité reproductive chez les huîtres, une toxicité hépatique chez le poisson zèbre et favorise la bioaccumulation tissulaire et la toxicité organique chez la souris.

Avec tout cela en préambule, on peut élucider que les microplastiques sont une menace pour la santé humaine, mais de quelle manière et avec quelle nocivité ?

Il n’y a toujours pas de réponse complète à cette question, en partie parce que l’enquête sur ladite relation bat son plein. Jusqu’à présent, les études indiquent que l’impact ne pourrait pas passer inaperçu. Nous vous laissons donc avec quelques voies et canaux par lesquels les microplastiques affectent la santé selon les experts.

Microplastiques et nano plastiques dans l’équilibre alimentaire

Une femme qui boit un verre d'eau.

Les êtres humains ingèrent des microplastiques et des nano plastiques par leur alimentation habituelle. Ceux-ci se trouvent en proportions importantes dans les poissons, les crevettes, les huîtres, les palourdes, les crustacés, les moules et autres.

La contamination peut également se produire pendant le processus de production et d’emballage. C’est pourquoi ils se trouvent également dans le miel, la bière, le sucre et le sel (entre autres).

Ils sont également dans toutes les sources d’eau (sans exception). Une étude publiée en 2018 dans PLOS ONE a révélé que 81 % des 159 sources mondiales d’eau du robinet contiennent des microplastiques de moins de 5 millimètres.

Cette même année, une recherche publiée dans Frontiers in Chemistry a analysé 259 marques d’eau traitée. Ils ont trouvé des microplastiques dans environ 93 % d’entre elles.

En bref, d’une manière ou d’une autre, les microplastiques entrent dans l’alimentation d’une personne. Ceci sans tenir compte de ceux qui entrent en raison de l’interaction des aliments avec des contenants en plastique, des verres, des assiettes et autres.

On pense que ceux-ci peuvent pénétrer dans le tissu lymphatique, et il est probable qu’ils pénètrent par phagocytose ou endocytose et infiltrent les cellules microfold (M) dans les plaques de Peyer. Malgré cela, il n’y a pas d’études actuelles qui déterminent le degré d’absorption ou son impact.

Microplastiques et nano plastiques dans l’exposition pulmonaire

L’exposition aux microplastiques et aux nano plastiques se produit à la fois à l’intérieur et à l’extérieur. À l’intérieur, il est probable qu’il s’agisse principalement de textiles synthétiques en suspension dans l’air. Tandis qu’à l’extérieur, il s’agit de débris d’aérosols contaminés ou de particules d’engrais en suspension dans l’air provenant du traitement des eaux usées. Quoi qu’il en soit, son impact est mieux connu que dans le cas précédent.

Par exemple, les chercheurs ont découvert que leur interaction peut entraîner une toxicité chimique et l’introduction de vecteurs pathogènes et parasites dans l’organisme via les poumons.

Chez les animaux, l’inhalation a été associée à un risque accru de développer un cancer du poumon et une inflammation. L’exposition est plus élevée dans les zones urbaines que dans les zones suburbaines, en raison des niveaux de pollution qui y sont associés.

Microplastiques et nano plastiques en exposition cutanée

Une femme qui s'applique de la crème sur le visage.

Les gommages corporels et les crèmes pour le visage sont un autre moyen par lequel les microplastiques pénètrent dans le corps. Ils peuvent également le faire par interaction avec de l’eau contaminée par des microplastiques, notamment via les glandes sudoripares, les plaies cutanées et les follicules pileux.

Leur impact réel n’est pas connu, mais certains experts indiquent que les nanoparticules sont captées par les cellules de Langerhans.

Les différentes couches de la peau offrent une protection contre celles-ci, mais la vérité est que les produits de beauté intègrent des propriétés qui facilitent la pénétration de leurs composés.

Les crèmes, gommages et autres produits qui n’ont pas été soumis à des normes strictes de sécurité et d’hygiène lors de leur fabrication contiennent un nombre plus élevé de microplastiques et de nano plastiques.

Réflexions finales sur les microplastiques et la santé

Voici donc les dernières nouvelles à cet égard que les scientifiques ont révélé dans leurs recherches. Nous rappelons que l’impact réel des microplastiques sur la santé humaine n’est pas encore correctement connu. Le fait que nous soyons exposés à des quantités considérables ne fait aucun doute, mais la manière dont elles peuvent affecter la santé l’est.

Dans tous les cas, les organisations internationales mettent en œuvre des agendas et des programmes pour réduire la quantité produite et rejetée dans l’environnement. Au cours des prochaines décennies, nos connaissances sur l’impact qu’ils ont sur la santé seront plus grandes, tout comme les stratégies pour minimiser cet impact. Le premier pas a déjà été franchi, la relation ne passe donc plus inaperçue.

Cela pourrait vous intéresser ...
Qu’est-ce que l’éco-anxiété ?
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Qu’est-ce que l’éco-anxiété ?

L'éco-anxiété n'est pas un trouble en soi, mais elle peut affecter gravement et de manière palpable les personnes qui en souffrent...



  • Deng Y, Zhang Y, Lemos B, Ren H. Tissue accumulation of microplastics in mice and biomarker responses suggest widespread health risks of exposure. Sci Rep. 2017 Apr 24;7:46687.
  • Jiang B, Kauffman AE, Li L, et al. Impactos en la salud de la contaminación ambiental de micro y nanoplásticos: una revisión. Medio Ambiente Salud Prev Med. 2020;25(1):29. Publicado el 14 de julio de 2020.
  • Kosuth M, Mason SA, Wattenberg EV. Anthropogenic contamination of tap water, beer, and sea salt. PLoS One. 2018 Apr 11;13(4):e0194970.
  • Lu Y, Zhang Y, Deng Y, Jiang W, Zhao Y, Geng J, Ding L, Ren H. Uptake and Accumulation of Polystyrene Microplastics in Zebrafish (Danio rerio) and Toxic Effects in Liver. Environ Sci Technol. 2016 Apr 5;50(7):4054-60.
  • Mason SA, Welch VG, Neratko J. Synthetic Polymer Contamination in Bottled Water. Front Chem. 2018 Sep 11;6:407.
  • Mohamed Nor NH, Kooi M, Diepens NJ, Koelmans AA. Lifetime Accumulation of Microplastic in Children and Adults. Environ Sci Technol. 2021 Apr 20;55(8):5084-5096.
  • Ohlwein S, Kappeler R, Kutlar Joss M, Künzli N, Hoffmann B. Health effects of ultrafine particles: a systematic literature review update of epidemiological evidence. Int J Public Health. 2019 May;64(4):547-559.
  • Prata JC. Airborne microplastics: Consequences to human health? Environ Pollut. 2018 Mar;234:115-126.
  • Thompson, R. C., Olsen, Y., Mitchell, R. P., Davis, A., Rowland, S. J., John, A. W., … & Russell, A. E. Lost at sea: where is all the plastic?. Science. 2004; 304(5672): 838-838.
  • Rahman, A., Sarkar, A., Yadav, O. P., Achari, G., & Slobodnik, J. Potential human health risks due to environmental exposure to nano-and microplastics and knowledge gaps: A scoping review. Science of the Total Environment. 2021; 757: 143872.
  • Sussarellu R, Suquet M, Thomas Y, Lambert C, Fabioux C, Pernet ME, Le Goïc N, Quillien V, Mingant C, Epelboin Y, Corporeau C, Guyomarch J, Robbens J, Paul-Pont I, Soudant P, Huvet A. Oyster reproduction is affected by exposure to polystyrene microplastics. Proc Natl Acad Sci U S A. 2016 Mar 1;113(9):2430-5.
  • Vogt A, Combadiere B, Hadam S, Stieler KM, Lademann J, Schaefer H, Autran B, Sterry W, Blume-Peytavi U. 40 nm, but not 750 or 1,500 nm, nanoparticles enter epidermal CD1a+ cells after transcutaneous application on human skin. J Invest Dermatol. 2006 Jun;126(6):1316-22.

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.