La relation entre la thyroïde et l'hypercholestérolémie

La relation entre la thyroïde et l'hypercholestérolémie est très étroite. Découvrez comment la glande affecte votre taux de cholestérol.
La relation entre la thyroïde et l'hypercholestérolémie

Dernière mise à jour : 24 décembre, 2022

La fonction thyroïdienne régule un large éventail de processus métaboliques. Les hormones thyroïdiennes thyroxine (T4) et triiodothyronine (T3) assument un large éventail de tâches dans le corps. Leur production est contrôlée par la thyrotropine (TSH). La relation entre la thyroïde et l’hypercholestérolémie est très étroite, à tel point que la diminution ou l’augmentation de ses valeurs peut être causée par un dysfonctionnement thyroïdien.

Les personnes qui souffrent de maladies thyroïdiennes (hypothyroïdie et hyperthyroïdie) sont sujettes à des changements manifestes de leur taux de cholestérol. Le déséquilibre de la glande peut également affecter les niveaux de triglycérides, qui, avec les niveaux de cholestérol, augmentent les risques de développer une maladie cardiaque. Nous vous apprenons ce que l’on sait sur le lien entre la thyroïde et l’hypercholestérolémie.

Quel est le lien entre la thyroïde et l’hypercholestérolémie ?

Une soignante qui fait une prise de sang à un homme.

Le cholestérol est une substance présente dans toutes les cellules du corps. Le corps le produit naturellement, bien que l’alimentation, les facteurs génétiques et certaines conditions puissent augmenter ou diminuer sa production. En bref, il existe deux types de cholestérol d’importance clinique :

  • Lipoprotéines de haute densité ou cholestérol HDL (appelé bon cholestérol).
  • Cholestérol à lipoprotéines de basse densité LDL (appelé mauvais cholestérol).

Comme le soulignent les experts, la fonction principale du cholestérol est de maintenir l’intégrité et la fluidité des membranes cellulaires et d’agir en tant que précurseur pour la synthèse de substances vitales pour l’organisme (telles que les hormones stéroïdes, les acides biliaires et la vitamine D). Une diminution de ses valeurs interfère avec ces fonctions, tandis qu’une augmentation entraîne des dépôts graisseux dans les vaisseaux sanguins.

De son côté, la thyroïde est une petite glande en forme de papillon située dans le cou. Elle sécrète les hormones T3 et T4, qui aident à contrôler le métabolisme. Les épisodes au cours desquels la glande ne sécrète pas assez d’hormones thyroïdiennes sont appelés hypothyroïdie. Par contre, on parle d’hyperthyroïdie lorsqu’elle en produit plus qu’elle ne le devrait.

Les chercheurs ont établi un lien entre l’hypothyroïdie et la dyslipidémie (hypercholestérolémie et hypertriglycéridémie). On pense que la diminution de l’hormone thyroïdienne dans le corps affecte la synthèse, le métabolisme et la mobilisation des graisses.

T3 et T4 augmentent l’activité de la 3-hydroxy-3-méthyl-glutaryl-coenzyme A (HMG-COA) réductase dans le foie et donc abaissent le cholestérol.

En plus de cela, elles augmentent également les récepteurs LDL dans les fibroblastes, le foie et d’autres tissus, et augmentent l’absorption du cholestérol dans l’intestin. C’est pour cette raison que les modifications de leurs valeurs normales affectent directement l’augmentation du cholestérol sanguin.

Autres relations découvertes…

La relation entre la thyroïde et l’hypercholestérolémie avait déjà été alertée par Mason et al en 1930, même si ce n’est que récemment que la connexion a été comprise.

Comme le soulignent les experts, l’hyperthyroïdie et l’hypothyroïdie peuvent provoquer des déséquilibres du taux de cholestérol par des voies indirectes. Voici les plus importants :

  • Elles affectent le métabolisme des adipocytes.
  • Elles régulent la production d’adipokines.
  • Augmentent les niveaux d’adiponectine (dans l’hyperthyroïdie).
  • Elles affectent négativement la sensibilité à l’insuline.
  • Elles favorisent le stress oxydatif.
  • De même, elles peuvent affecter la fonction endothéliale, la fonction cardiaque et favoriser l’athérosclérose.
  • Elles peuvent affecter l’indice de masse corporelle (IMC) et le tour de taille.

Toutes ces altérations dans leur ensemble consolident la relation entre la thyroïde et l’hypercholestérolémie. Bien que ces valeurs par elles-mêmes n’affectent pas le cholestérol, elles le font en relation avec d’autres ou indirectement.

Gardez à l’esprit que les personnes ayant un taux de cholestérol élevé sont plus à risque de développer une maladie cardiaque, des troubles de l’humeur et certains types de cancer.

Traitement de l’hypercholestérolémie et des maladies de la thyroïde

Une femme qui se repose en salle de sport.

L’hypercholestérolémie et les maladies thyroïdiennes peuvent être contrôlées. Nous avons déjà évoqué les complications liées à une augmentation du cholestérol sanguin. Il ne s’agit donc pas d’une altération à négliger.

Dans le cas d’une maladie thyroïdienne, celles-ci peuvent provoquer des troubles mentaux (tels que l’anxiété ou la dépression), des troubles du sommeil et une faiblesse musculaire, entre autres.

L’hypothyroïdie est traitée à l’aide du médicament lévothyroxine. C’est un médicament qui contient une forme synthétique de T4.

En contrôlant les niveaux de l’hormone, le cholestérol reviendra également à des niveaux normaux, mais il n’est pas rare que d’autres médicaments soient prescrits pour le favoriser. Par exemple, la prise de statines (atorvastatine et rosuvastatine) et d’inhibiteurs de PCSK9 (evolocumab et alirocumab) peut être suggérée.

L’hyperthyroïdie est traitée avec ce qu’on appelle des médicaments antithyroïdiens, comme le Méthimazole. Vous pouvez également opter pour une thérapie à l’iode radioactif ou une intervention chirurgicale pour retirer votre thyroïde. Outre le traitement médicamenteux, certains changements de mode de vie doivent être apportés. Les plus importants sont les suivants :

  • Mettre en place une alimentation équilibrée.
  • Perdre du poids.
  • Exercice régulier.
  • Arrêter de fumer.
  • Boire de l’alcool avec modération.
  • Réduire le niveau de stress au quotidien.

La feuille de route choisie sera déterminée par le spécialiste en fonction des caractéristiques de chaque patient. C’est aussi une bonne idée de consulter régulièrement vos professionnels de la santé si vous avez reçu un diagnostic de maladie de la thyroïde.



  • MASON, R. L., Hunt, H. M., & Hurxthal, L. (1930). Blood cholesterol values in hyperthyroidism and hypothyroidism—their significance. New England Journal of Medicine. 1930; 203(26): 1273-1278.
  • Rastgooye Haghi A, Solhjoo M, Tavakoli MH. Correlation Between Subclinical Hypothyroidism and Dyslipidemia. Iran J Pathol. 2017;12(2):106-111.
  • Rizos CV, Elisaf MS, Liberopoulos EN. Effects of thyroid dysfunction on lipid profile. Open Cardiovasc Med J. 2011;5:76-84.
  • Zampelas A, Magriplis E. New Insights into Cholesterol Functions: A Friend or an Enemy?. Nutrients. 2019;11(7):1645. Published 2019 Jul 18.

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.