Comment l'alcool affecte la fonction thyroïdienne?

L'alcool est lié depuis des décennies à un risque accru de certaines maladies. Que sait-on de son influence sur la fonction thyroïdienne ?
Comment l'alcool affecte la fonction thyroïdienne?

Écrit par Josberth Johan Benitez Colmenares, 29 juillet, 2021

Dernière mise à jour : 29 juillet, 2021

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) attribue 3 millions de décès par an directement liés à la consommation d’alcool (5,1 % de la charge de morbidité). Il existe des dizaines de complications qui peuvent être générées par sa consommation excessive, notamment le risque accru de certains types de cancer. Aujourd’hui, nous allons nous concentrer sur la relation entre l’alcool et la fonction thyroïdienne.

Les investigations menées à cet égard ne permettent pas non plus de tirer une conclusion définitive. Nous essaierons dans les lignes suivantes de vous présenter ce que l’on sait à son sujet et quelles sont les considérations à prendre en compte en cas de consommation régulière.

Alcool et fonction thyroïdienne

Le cou d'une personne.

Il n’y a actuellement pas de consensus unanime sur le rôle que joue l’alcool dans la fonction thyroïdienne. Nous commençons par signaler les effets négatifs possibles par rapport à sa consommation excessive.

Une étude publiée dans Drug and Alcohol Dependence a analysé les valeurs thyroïdiennes de 39 alcooliques chroniques. Les résultats ont mis en évidence une tendance à l’hypothyroïdie qui se normalise après une semaine d’abstinence.

Cela a été confirmé par d’autres études, comme celle publiée dans Alcohol and Alcoholism en octobre 2006. Les auteurs de cette recherche suggèrent que l’hypothyroïdie devrait être considérée comme un marqueur caractéristique de l’alcoolisme, en particulier dans ses stades chroniques.

Certains chercheurs émettent l’hypothèse que les troubles de l’humeur qui accompagnent souvent une consommation d’alcool désordonnée peuvent être causés, ou du moins accentués, par ce déclin des hormones thyroïdiennes. La dépression, la colère et l’anxiété, pour n’en nommer que quelques-unes, sont des manifestations courantes chez les patients souffrant d’hypothyroïdie.

Il existe également des preuves d’une interconnectivité complexe, jusqu’ici plus aiguë qu’on ne le pensait auparavant, entre la glande thyroïde et le foie. De petites altérations dans le premier organe peuvent déclencher des réponses négatives dans le second, et vice versa.

Les dommages au foie résultant de la consommation de boissons alcoolisées peuvent donc déclencher des épisodes d’hyperthyroïdie, entre autres.

Pour tout cela, certaines études recommandent de faire un prick-test thyroïdien pour toute personne dépendante à l’alcool. C’est un test abordable, rapide et précis pour déterminer si votre glande fonctionne avec les valeurs correctes.

Avantages possibles de l’alcool sur la fonction thyroïdienne

Tout comme les spécialistes ont trouvé une relation négative entre l’alcool et la fonction thyroïdienne, il semble également y avoir des aspects positifs d’une consommation modérée.

Par exemple, une recherche publiée dans The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism en 2013 a révélé une réduction des risques de maladie de Graves chez les personnes qui buvaient des quantités modérées.

La maladie de Basedow est la première cause d’hypothyroïdie, provoquant les symptômes les plus caractéristiques du déséquilibre thyroïdien : sensibilité à la chaleur, rythme cardiaque irrégulier, irritabilité, anxiété, transpiration accrue, fatigue, etc. Selon les résultats, les bénéfices de la consommation moyenne d’alcool sont perçus indépendamment de l’âge ou du sexe.

D’autre part, une étude publiée dans le British Journal of Cancer en novembre 2009 a examiné la relation entre une consommation modérée d’alcool et le cancer de la thyroïde. L’enquête, la plus complète à ce jour, a été suivie pendant 7,5 ans. Les résultats suggèrent une diminution de 0,57% chez ceux qui consommaient deux verres par jour.

C’est pour tout cela que certains suggèrent d’ajuster la consommation d’alcool en fonction du contexte. La concentration alcoolique, la fréquence et les éventuels déséquilibres antérieurs peuvent conditionner les bénéfices ou les conséquences à moyen et long terme.

Modérer sa consommation pour la santé

Verres de vin.

Une consommation excessive d’alcool est contre-productive pour la fonction thyroïdienne. Les patients qui maintiennent un apport incontrôlé doivent en être conscients, surtout s’ils ont déjà reçu un diagnostic de trouble de la thyroïde ou y sont sujets.

Le Center for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis stipule que boire 4 verres ou plus chaque jour est considéré comme une consommation excessive d’alcool. La consommation de 8 verres par semaine pour les femmes et 15 pour les hommes est également considérée comme un comportement excessif.

Cette institution recommande également de boire au maximum un ou deux verres par jour, tout en restant conscient de sa consommation. Autrement dit, il est possible de passer plusieurs jours sans boire sans que cela entraîne un changement d’humeur ou des attitudes compulsives.

Bien sûr, les mineurs, les femmes enceintes, les individus qui souffrent de certaines maladies ou qui maintiennent une prise de certains médicaments doivent l’éviter.

S’il vous est impossible de réduire votre consommation, nous vous suggérons de consulter un professionnel. Car il est fort probable de tomber dans un état de dépendance.

Les problèmes de thyroïde ne sont pas les seuls problèmes auxquels vous pouvez faire face, l’OMS a identifié plus de 200 maladies liées. En parler avec sa famille et ses amis est un bon premier pas pour y faire face et trouver une solution.

Cela pourrait vous intéresser ...
A quoi correspondent les maladies rares?
Muy SaludLisez-le dans Muy Salud
A quoi correspondent les maladies rares?

Plus de 80% des maladies rares sont d'origine héréditaire..Quelle est la définition de ce terme? Quel est le nombre de maladies rares dans le monde...



  • Aiswarya, C. S., Sampath, S., Aggarwal, D., & Kumar, A. A. Study of Thyroid Function in Alcohol Dependence Syndrome. International Journal of Contemporary Medical Research. 2018; (5).
  • Balhara YP, Deb KS. Impact of alcohol use on thyroid function. Indian J Endocrinol Metab. 2013 Jul;17(4):580-7.
  • Carlé A, Bülow Pedersen I, Knudsen N, Perrild H, Ovesen L, Rasmussen LB, Jørgensen T, Laurberg P. Graves’ hyperthyroidism and moderate alcohol consumption: evidence for disease prevention. Clin Endocrinol (Oxf). 2013 Jul;79(1):111-9.
  • Majumdar SK, Shaw GK, Thomson AD. Thyroid status in chronic alcoholics. Drug Alcohol Depend. 1981 Feb;7(1):81-4.
  • Meinhold CL, Park Y, Stolzenberg-Solomon RZ, Hollenbeck AR, Schatzkin A, Berrington de Gonzalez A. Alcohol intake and risk of thyroid cancer in the NIH-AARP Diet and Health Study. Br J Cancer. 2009 Nov 3;101(9):1630-4.
  • McAdams, B. S., & Rizvi, A. How does Alcohol Use af ect Thyroid Function? Illustrative Case and Literature Review. Journal of Thyroid Disorders & Therapy. 2015; (4).
  • Ozsoy S, Esel E, Izgi HB, Sofuoglu S. Thyroid function in early and late alcohol withdrawal: relationship with aggression, family history, and onset age of alcoholism. Alcohol Alcohol. 2006 Sep-Oct;41(5):515-21.
  • Parodi, R., Montero, J., Ferreti, M. V., Chiganer, G., Lema, S., Ferrado, M., … & Greca, A. Asociación entre Hipertiroidismo y Patología Hepática. Presentación de dos casos y revisión de la literatura. Gland Tir Paratir. 2008; 17: 28-33.