Dépendances: toxicomanies et addictions comportementales

Comme dans les toxicomanies, les personnes dépendantes d'un certain comportement éprouvent, lorsqu'elles ne peuvent pas le réaliser, un syndrome de sevrage. Ce syndrome se caractérise par la présence d'une profonde détresse émotionnelle.
Dépendances: toxicomanies et addictions comportementales
Paula Villasante

Rédigé et vérifié par la psicóloga Paula Villasante dans 11 septembre, 2021.

Dernière mise à jour : 11 septembre, 2021

Selon le Dictionnaire de l’Académie royale espagnole, les dépendances se définissent comme l’addiction à la consommation d’une substance ou à la pratique d’une activité. Ainsi, lorsque l’on parle d’addiction, on fait généralement référence à la toxicomanie.

Cependant, l’élément essentiel de tous les troubles addictifs s’est avéré être le manque de contrôle. De cette façon, on pourrait dire que la base de toutes les dépendances est le manque de contrôle que la personne a sur un certain comportement.

Au début, ce comportement peut être agréable. Mais, au fil du temps, la personne souffrant d’addiction s’aperçoit que sa dépendance prend le contrôle de sa vie.

Actuellement, les dépendances ne se limitent pas aux comportements générés par une consommation incontrôlable de substances. Quelques exemples de ces substances sont l’alcool, le tabac, le cannabis ou les amphétamines.

De nos jours, il existe également des comportements apparemment inoffensifs qui, dans certaines circonstances, peuvent devenir addictifs et perturber gravement la vie quotidienne des personnes concernées.

Dépendance classique: la toxicomanie

Un homme qui casse une cigarette.

La toxicomanie est un trouble prototype du système de récompense neuronale. Des drogues ont été suggérées pour «détourner» ce système et induire de puissantes formes d’apprentissage par renforcement, entraînant des séquences aberrantes, une recherche accrue de drogues et un comportement associé à la drogue.

Ainsi, les transitions hypothétiques des comportements action-résultat (c’est-à-dire dirigés vers un but) à la réponse habituelle de la toxicomanie ont été liées aux circuits en cascade des noyaux gris centraux.

Une perspective alternative mais peut-être liée est l’hypothèse motivationnelle de l’adversaire, peut-être plus pertinente pour la dépendance aux opiacés et à l’alcool. Cette hypothèse invoque également des phénomènes physiques et subjectifs tels que le désir, la tolérance et le retrait. L’analyse croissante du jeu compulsif suit le même cours.

Dépendances comportementales

Comme dans les addictions chimiques, les personnes dépendantes à certains comportements éprouvent, lorsqu’elles ne peuvent les réaliser, un syndrome de sevrage. Ce dernier se caractérise par la présence d’une profonde détresse émotionnelle.

Lorsque la dépendance comportementale progresse, les conduites deviennent automatiques, activées par les émotions et les impulsions, avec un mauvais contrôle cognitif ainsi qu’une autocritique. Ainsi, l’aspect central de la dépendance comportementale n’est pas le type de comportement impliqué, mais la forme de relation que le sujet établit avec lui.

Cependant, selon les mots du chercheur Echeburúa, toute activité normale et agréable pour un individu peut devenir un comportement addictif. L’essence du trouble est que la personne perd le contrôle de l’activité choisie et la poursuit malgré ses conséquences néfastes.

Pour résumer, si une personne perd le contrôle d’un comportement agréable, qui par la suite se démarque du reste de ses activités quotidiennes, il s’agit d’un comportement addictif. Les principaux symptômes d’une dépendance comportementale sont:

  • Désir intense, envie irrépressible ou besoin imparable d’effectuer l’activité agréable.
  • Perte progressive de contrôle sur la dépendance.
  • Négligence des activités habituelles antérieures.
  • Déni de la présence d’un problème.
  • Ciblage progressif des relations, des activités et des intérêts autour de l’addiction.
  • Irritabilité et inconfort dus à l’impossibilité de préciser le schéma ou la séquence addictive (sevrage).
Une femme avec le regard vers le bas.

Ainsi, des recherches indiquent que la consommation de certaines substances ou drogues produit une augmentation de la dopamine dans le système nerveux, ce qui entraîne une sensation d’euphorie. L’augmentation de la dopamine peut être générée par d’autres types de comportements tels que le jeu problématique, les rapports sexuels non contrôlés ou les achats compulsifs.

Quelles sont les dépendances comportementales les plus communes?

Les addictions comportementales les plus courantes sont:

Similitudes entre les toxicomanies et les dépendances comportementales

Ainsi, les preuves suggèrent qu’il existe des similitudes claires entre les dépendances comportementales et les toxicomanies. Ceux-ci sont:

  • Clinique et phénoménologie.
  • Comorbidité.
  • Tolérance et retrait.
  • Histoire naturelle.
  • Chevauchement des aspects génétiques.
  • Circuits neurologiques impliqués.
  • Réponses au traitement.

Caractéristiques des addictions dans le DSM-5

Dans la publication du dernier Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) en 2013, une nouvelle catégorie sur les addictions est proposée. C’est ce qu’on appelle les «troubles de dépendance et liés à une substance». Ce nouveau chapitre comprend:

  • Troubles liés à une substance.
  • Troubles non liés à une substance.

Pour conclure, il semble qu’il faille commencer à prendre davantage en compte les addictions comportementales. Elles ne sont pas moins importantes que les toxicomanies et peuvent avoir de graves conséquences pour ceux qui en souffrent. Leur donner l’importance qu’elles méritent permettra de continuer à développer des techniques et des ressources tant pour leurs traitements que pour leurs diagnostics.

Cela pourrait vous intéresser ...
9 clés pour faire une désintoxication numérique
Muy SaludLisez-le dans Muy Salud
9 clés pour faire une désintoxication numérique

L'objectif d'une désintoxication numérique est de répondre au besoin de pleine conscience d'une manière différente..Découvrez 9 clés pour le faire!



  • Cía, A. H. (2018). Las adicciones no relacionadas a sustancias (DSM-5, APA, 2013): un primer paso hacia la inclusión de las Adicciones Conductuales en las clasificaciones categoriales vigentes. Inmanencia. Revista del Hospital Interzonal General de Agudos (HIGA) Eva Perón, 6(1).
  • Echeburúa, E., & De Corral, P. (2010). Adicción a las nuevas tecnologías ya las redes sociales en jóvenes: un nuevo reto. Adicciones, 22(2), 91-96.
  • Echeburúa, E. (1999). ¿ Adicciones sin drogas?: las nuevas adicciones: juego, sexo, comida, compras, trabajo, internet. Bilbao: Desclée de Brouwer.
  • Griffiths, M. (2000). Does Internet and computer” addiction” exist? Some case study evidence. CyberPsychology and Behavior, 3(2), 211-218.
  • Dalley, J. W., Everitt, B. J., & Robbins, T. W. (2011). Impulsivity, compulsivity, and top-down cognitive control. Neuron, 69(4), 680-694.
  • Everitt, B. J., & Robbins, T. W. (2013). From the ventral to the dorsal striatum: devolving views of their roles in drug addiction. Neuroscience & Biobehavioral Reviews, 37(9), 1946-1954.
  • Koob, G. F., & Le Moal, M. (2008). Addiction and the brain antireward system. Annu. Rev. Psychol., 59, 29-53.
  • Robbins, T. W., & Clark, L. (2015). Behavioral addictions. Current opinion in neurobiology, 30, 66-72.
  • Alonso-Fernández, F. (1996). Las otras drogas. Madrid: Temas de hoy.
  • Echeburúa, E., & Fernández-Montalvo, J. (2006). Tratado SET de trastornos adictivos. Cap. Adicciones sin drogas.