Comment pose-t-on le diagnostic de la maladie de Lyme?

La maladie de Lyme est la maladie transmise par les tiques la plus connue au monde. Heureusement, son diagnostic est simple et repose sur la détection d'anticorps contre la bactérie.
Comment pose-t-on le diagnostic de la maladie de Lyme?

Écrit par Luis Rodolfo Rojas Gonzalez, 17 août, 2021

Dernière mise à jour : 17 août, 2021

Les tiques sont vecteurs de multiples pathologies infectieuses pouvant compromettre la santé. La plupart de ces conditions sont détectées sur la base des manifestations cliniques du patient et à l’aide de tests de laboratoire complémentaires. Voici tout ce que vous devez savoir sur le diagnostic de la maladie de Lyme.

L’infection se produit à la suite d’une morsure de tiques contaminées n’importe où sur le corps. Des études suggèrent que cette pathologie est fréquente en été et se caractérise par une série de changements cutanés accompagnés de symptômes similaires à ceux de la grippe ou du rhume.

Ainsi, l’examen clinique et les tests de détection des anticorps sont essentiels dans le diagnostic définitif de la maladie de Lyme.

Diagnostic de la maladie de Lyme: examen clinique

L’évaluation par un professionnel de santé est la première étape pour identifier cette pathologie. En ce sens, le spécialiste procédera à un interrogatoire détaillé des symptômes qui affligent la personne, ainsi que des circonstances de leur apparition. En général, des données telles que le fait de vivre ou de voyager dans des zones d’endémie sont d’une grande valeur pour le diagnostic clinique.

De même, l’examen physique complet fournit généralement une image plus large de l’état du patient. Dans la plupart des cas, cette condition se présente avec un érythème migrant, le résultat d’une morsure de tique.

Ceci se caractérise par une tache rouge sur la peau qui s’étend progressivement jusqu’à atteindre environ 30 centimètres, laissant un centre clair en forme de cible.

Aux stades initiaux, l’apparition de petites papules à la suite de l’inoculation de l’infection est fréquente. Ils apparaissent généralement dans les plis et les zones humides du corps telles que l’aine, la région fessière, l’arrière des genoux et le cuir chevelu.

Par ailleurs, les personnes touchées présentent souvent d’autres symptômes tels que des maux de tête, la fièvre, une fatigue ainsi que des douleurs musculaires.

Diagnostic de la maladie de Lyme: tests de laboratoire

Echantillons de sang en laboratoire.

Les tests de laboratoire sont généralement utiles dans le diagnostic définitif de la maladie de Lyme. Certaines recherches affirment que cette pathologie se divisent en trois étapes qui comprennent une phase localisée précoce, une phase disséminée précoce et une phase tardive. Pour cette raison, les caractéristiques cliniques et de laboratoire peuvent varier à chaque étape, ce qui entraîne un grand défi clinique.

Dans la plupart des cas, les infections bactériennes sont détectées en isolant le micro-organisme pathogène des fluides corporels. Cependant, l’identification de la bactérie Borrelia spp. peut être un véritable défi en raison de ses propriétés invasives. Cela favorise la nécessité de la détection d’anticorps dans le sang comme principale méthode de diagnostic.

Analyse de sang

Des tests sanguins sont utilisés pour évaluer le nombre de globules rouges, de globules blancs et de plaquettes. De cette façon, il est possible de suspecter une infection bactérienne due à une élévation des leucocytes avec une prédominance des neutrophiles. En revanche, les résultats obtenus permettent de détecter si le patient souffre d’anémie ou présente une altération de la capacité plaquettaire.

Les tests sanguins sont utilisés dans le diagnostic différentiel d’autres pathologies responsables de l’éruption cutanée. En ce sens, les réactifs de phase aiguë tels que la protéine C-réactive et la vitesse de sédimentation des érythrocytes peuvent être utiles dans la détection de nouvelles conditions inflammatoires.

Test immuno-enzymatique (ELISA)

Il s’agit d’une méthode de laboratoire qui utilise des anticorps liés à une enzyme pour identifier les anticorps produits par le corps contre l’infection par Borrelia spp. Des études affirment qu’il s’agit du test le plus largement utilisé dans l’approche diagnostique de la maladie de Lyme.

En cas de résultat positif ou indéterminé, un test Western Blot doit être réalisé.

Cependant, l’ELISA peut ne pas détecter les anticorps dans les premières semaines après la morsure, et donne des faux négatifs. En effet, pendant cette période, le système immunitaire n’a pas produit suffisamment d’anticorps contre la bactérie.

De même, l’utilisation précoce d’antibiotiques peut réduire la quantité d’anticorps nécessaire pour que le test soit positif.

Western blot

C’est une technique de dosage immunologique qui offre une grande sensibilité dans la détection de protéines spécifiques au sein d’un échantillon biologique.

Elle est utilisée dans le cadre du protocole de diagnostic définitif de la maladie de Lyme lorsque l’analyse ELISA montre des valeurs positives ou peu clarifiantes. Son taux de faux positifs est très faible, mais ils peuvent survenir à un stade précoce.

Test de ponction lombaire

La ponction lombaire est une option de diagnostic indiquée par le médecin traitant lorsqu’un système nerveux central est suspecté comme complication de cette pathologie. Certains symptômes évocateurs incluent une raideur de la nuque, des maux de tête prolongés et sévères ainsi qu’un œdème papillaire. Ce test permet de détecter des affections telles que la méningite ou la myélite causées par Borrelia spp.

Diagnostic différentiel de la maladie de Lyme

Une femme qui tousse.

Les manifestations cutanées, les symptômes généraux et les effets secondaires à long terme de la maladie de Lyme peuvent être confondus avec de multiples pathologies. Chez la plupart des patients, il est vital d’effectuer un diagnostic différentiel avec d’autres affections dermatologiques, syndromes grippaux ou pathologies de compromis systémique, parmi lesquelles se distinguent:

  • Mononucléose infectieuse.
  • Rickettsiose.
  • Babésiose.
  • Grippe.
  • Polyarthrite rhumatoïde.
  • Sclérose en plaque.
  • Fièvre rhumatismale aiguë.
  • Ehrlichiose.
  • Arthrite idiopathique juvénile.
  • Méningite lymphocytaire.

Un diagnostic précoce réduit le risque de complications multiviscérales de la maladie de Lyme

Actuellement, le diagnostic de la maladie de Lyme se base sur les symptômes, les caractéristiques épidémiologiques et les résultats des tests de détection des anticorps. Son identification rapide est associée à un meilleur pronostic ainsi qu’à une meilleure qualité de vie.

Cependant, son approche tardive augmente la probabilité de souffrir d’altérations articulaires, neurologiques et cardiaques.

Pour cette raison, si vous habitez dans une zone endémique et que vous présentez des symptômes cutanés après avoir été en contact avec une tique, n’attendez pas avant de consulter un médecin. Les professionnels de santé sont formés pour prendre en charge votre pathologie et vous guider dans la détection et le traitement de la maladie.

Cela pourrait vous intéresser ...
Causes et facteurs de risque de la maladie de Lyme
Muy SaludLisez-le dans Muy Salud
Causes et facteurs de risque de la maladie de Lyme

La maladie de Lyme est une infection suite à une piqûre de tique..Quels sont les facteurs de risque ainsi que les causes possibles?



  • Pérez Guirado A, Fernández Fernández R, Arbesu Fernández E, Santos Rodríguez P. Enfermedad de Lyme: a propósito de dos casos. Rev Pediatr Aten Primaria. 2013;15(59): e105-e109.
  • Herrera Lorenzo O, Infante Ferrer J, Ramírez Reyes C, Lavastida Hernández H. Enfermedad de Lyme: historia, microbiología, epizootiología y epidemiología. Rev Cubana Hig Epidemiol. 2012;50( 2 ): 231-244.
  • Biesiada G, Czepiel J, Leśniak M, Garlicki A, Mach T. State of the art paper Lyme disease: review. Archives of Medical Science. 2012; 6: 978-982.
  • Djukic M, Schmidt-Samoa C, Lange P, Spreer A, Neubieser K et al. Cerebrospinal fluid findings in adults with acute Lyme neuroborreliosis. Journal of Neurology. 2011; 259(4): 630-636.
  • Chomel B. Lyme disease. Rev Sci Tech. 2015;34(2):569-76.
  • Ross Russell AL, Dryden MS, Pinto AA, Lovett JK. Lyme disease: diagnosis and management. Pract Neurol. 2018;18(6):455-464.