Claustrophobie : symptômes, causes et traitement

Il existe de nombreux mythes concernant la claustrophobie. Aujourd'hui, nous vous présentons ses symptômes, ses causes et ses traitements selon les experts.
Claustrophobie : symptômes, causes et traitement

Dernière mise à jour : 16 décembre, 2022

L’American Psychological Association (APA) définit la claustrophobie comme la “peur persistante et irrationnelle des lieux fermés”. Étymologiquement, il se compose des termes claustrum («lieu clos») et phobie («aversion» ou «peur»). Elle est plus fréquente qu’on ne le pense, de sorte que les estimations suggèrent que jusqu’à 12,5 % de la population en souffre ou en souffrira.

Comme pour les autres types de phobies ou de troubles mentaux, il existe de nombreux mythes sur les caractéristiques, les symptômes et le traitement de cette maladie. En effet, la claustrophobie est l’une des phobies les plus connues. Dans les lignes suivantes, nous expliquons ce que les scientifiques en savent.

Symptômes de la claustrophobie

La claustrophobie est un type de trouble anxieux classé comme une phobie spécifique. Elle se caractérise par la peur des espaces clos, comme les ascenseurs, les appareils IRM, les lits de bronzage, les cabines téléphoniques et autres.

Les symptômes sont très variés et se développent généralement avec une intensité plus ou moins grande chez chaque patient. Voici une sélection :

  • Difficulté à respirer.
  • Augmentation de la fréquence cardiaque.
  • Transpiration.
  • Maladie.
  • Bouffées de chaleur.
  • Hyperventilation.
  • Oppression thoracique.
  • Bouche sèche.
  • Tremblements.
  • Peur accablante.
  • Anxiété.
  • Engourdissement des extrémités ou absence de réaction.

Les symptômes ne se déclenchent qu’après interaction avec des espaces fermés. En général, ils s’aggravent avec la durée du confinement. Certaines personnes peuvent pleurer, crier et afficher des comportements désespérés pour vouloir sortir au grand jour.

La plupart des cas de claustrophobie sont chroniques. C’est-à-dire qu’ils se manifestent à long terme (bien que vous puissiez également le développer éventuellement). Cette phobie commence généralement dans l’enfance ou la jeunesse et peut entraîner d’autres phobies, dépression et anxiété dans d’autres contextes.

Le patient fera tout son possible pour éviter les situations de confinement. Qui peuvent le conduire à éviter les examens médicaux, les fêtes, les ascenseurs et autres.

Quelles sont les causes?

Un enfant assis à une table avec une adulte.

Comme pour les autres types de phobie, il n’y a pas de déclencheurs directs, uniques ou spécifiques pour ce type de trouble anxieux. Certains experts ont suggéré qu’elle répondait à deux éléments principaux : la peur de la suffocation et la peur de la contention.

Nous avons tous ces mécanismes développés instinctivement. Toutefois, chez les patients souffrant de claustrophobie, ils sont particulièrement sensibles.

L’étiologie de cette phobie spécifique est très variée. Les patients atteints de phobies spécifiques sont connus pour avoir une activité accrue du globus pallidus, de l’amygdale et des régions de l’insula gauche. Les experts ne cessent d’avertir que le manque d’accoutumance à la peur dans l’enfance peut entraîner des phobies spécifiques, telles que la claustrophobie.

D’autres chercheurs soulignent qu’un défaut du gène GPM6A est associé à cette phobie. Ceci est exprimé dans l’amygdale et d’autres zones du système nerveux central, et il code une protéine naturelle régulée par le stress. Les autres causes possibles de claustrophobie sont les suivantes :

  • Traumatisme de l’enfance ou de l’adolescence (avoir été coincé dans un ascenseur, par exemple).
  • Anomalies et perturbations dans la façon dont l’espace autour du corps est perçu (selon une étude publiée dans Cognition).
  • Avoir un autre type de trouble anxieux.
  • Avoir des antécédents de troubles mentaux dans la famille.

Ces facteurs peuvent se coupler aux précédents pour développer des épisodes de ce type. Comme nous l’avons déjà souligné, ceux-ci peuvent être aigus (manifestés pendant quelques mois, généralement moins de 12) ou chroniques (pour la vie).

Un claustrophobe modifiera activement sa vie de manière à interagir le moins possible avec les espaces ou les lieux qui déclenchent les symptômes.

Traitement de la claustrophobie

La claustrophobie nécessite une thérapie mentale

Comme il ne pouvait en être autrement, le traitement de la claustrophobie dépend de la gravité des symptômes, des caractéristiques du patient et des déclencheurs possibles des symptômes. Le traitement standard consiste en une combinaison de médicaments pour contrôler les épisodes et une thérapie psychologique.

Les médicaments utilisés pour traiter la claustrophobie sont de l’ordre des antidépresseurs et des anxiolytiques. Il a également été suggéré de travailler dans des environnements de réalité virtuelle pour évaluer les progrès réalisés grâce à la thérapie. Le contre-conditionnement, la désensibilisation systémique et la thérapie par les inondations sont également utilisés.

Il est important de noter que la plupart des patients n’obtiennent pas une rémission complète des symptômes. Malgré cela, plus de la moitié parviendront à réduire significativement les épisodes. Puisqu’ils doivent composer quotidiennement avec des espaces fermés, il est très important que les patients claustrophobes comprennent qu’il existe des alternatives sécuritaires pour leur condition.

Enfin, la présence d’une phobie spécifique doit être considérée comme un signe avant-coureur d’autres types de conditions. Le trouble de stress post-traumatique, le trouble bipolaire, la phobie sociale et les troubles dépressifs ne sont pas rares. Ceux-ci peuvent même fonctionner comme un diagnostic différentiel, de sorte que les évaluations pertinentes doivent être effectuées.

Cela pourrait vous intéresser ...
Anxiété sexuelle: qu’est-ce que c’est et comment la combattre
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Anxiété sexuelle: qu’est-ce que c’est et comment la combattre

L'anxiété sexuelle est celle qui apparaît avant, pendant ou après un rapport sexuel..Quelles sont ses causes? Est-il possible de la traiter? etc.



  • Bruce, M., & Regenbrecht, H. (2009, March). A virtual reality claustrophobia therapy system-implementation and test. IEEE Virtual Reality Conference. 20009; 179-182.
  • El-Kordi A, Kästner A, Grube S, Klugmann M, Begemann M, Sperling S, Hammerschmidt K, Hammer C, Stepniak B, Patzig J, de Monasterio-Schrader P, Strenzke N, Flügge G, Werner HB, Pawlak R, Nave KA, Ehrenreich H. A single gene defect causing claustrophobia. Transl Psychiatry. 2013 Apr 30;3(4):e254.
  • Garcia R. Neurobiology of fear and specific phobias. Learn Mem. 2017 Aug 16;24(9):462-471.
  • Ipser JC, Singh L, Stein DJ. Meta-analysis of functional brain imaging in specific phobia. Psychiatry Clin Neurosci. 2013 Jul;67(5):311-22.
  • Lourenco, S. F., Longo, M. R., & Pathman, T. Near space and its relation to claustrophobic fear. Cognition. 2011; 119(3): 448-453.
  • Rachman, S., & Taylor, S. Analyses of claustrophobia. Journal of Anxiety disorders. 1993.
  • Wardenaar KJ, Lim CCW, Al-Hamzawi AO, Alonso J, Andrade LH, Benjet C, Bunting B, de Girolamo G, Demyttenaere K, Florescu SE, Gureje O, Hisateru T, Hu C, Huang Y, Karam E, Kiejna A, Lepine JP, Navarro-Mateu F, Oakley Browne M, Piazza M, Posada-Villa J, Ten Have ML, Torres Y, Xavier M, Zarkov Z, Kessler RC, Scott KM, de Jonge P. The cross-national epidemiology of specific phobia in the World Mental Health Surveys. Psychol Med. 2017 Jul;47(10):1744-1760.

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.