Allergie aux œufs : ce qu'il faut savoir

En quoi consiste une allergie aux œufs et quelles sont les recommandations pour éviter le développement de symptômes? Ce qui permet de mieux vivre avec.
Allergie aux œufs : ce qu'il faut savoir
Saúl Sánchez

Rédigé et vérifié par el nutricionista Saúl Sánchez.

Dernière mise à jour : 16 février, 2023

L’allergie aux œufs est l’un des processus d’hypersensibilité les plus fréquents qui existent. Cependant, il est essentiel de l’identifier et d’adapter l’alimentation par la suite pour éviter un déficit protéique.

Avant de commencer, il faut souligner que les allergies sont des processus complexes qui n’ont pas de solution au-delà de la restriction de l’élément qui les provoque. Elles sont causées par une défaillance du système immunitaire, bien qu’il puisse y avoir différentes causes, telles que des causes génétiques.

Symptômes de l’allergie aux œufs

Les symptômes d’allergie aux œufs ne sont pas toujours les mêmes. Ils peuvent varier d’une personne à l’autre et se manifestent généralement après la consommation de ces aliments.

Selon une étude publiée dans l’ International Journal of Molecular Sciences, ce sont les plus fréquentes :

  • Inflammation de la peau.
  • Congestion nasale, écoulement nasal et éternuements.
  • Problèmes digestifs comme les coliques, les nausées, la diarrhée et les vomissements.
  • Symptômes compatibles avec l’asthme, comme une respiration sifflante ou un essoufflement.

Il convient de noter que dans les cas les plus graves, une réaction anaphylactique peut se développer. Dans ce cas, une intervention médicale urgente sera nécessaire. Les symptômes de ce processus grave sont les suivants :

  • Constriction des voies respiratoires.
  • Coliques et douleurs abdominales.
  • Accélération du pouls.
  • Diminution de la tension artérielle, vertiges et perte de conscience.

L’intensité de l’allergie aux œufs peut varier d’un patient à l’autre. Il faut en connaître le degré pour prévenir les situations d’anaphylaxie.

A quel moment faut-il consulter votre médecin?

Vous devriez vous rendre chez le médecin si vous ressentez les symptômes susmentionnés après avoir consommé des œufs. Il est préférable d’assister à la consultation lorsque les signes apparaissent, tout en pouvant entrer aux urgences pour faciliter le diagnostic en même temps.

En cas de réaction anaphylactique, il convient de demander immédiatement un traitement d’urgence. Il conviendra également de consulter un médecin si une augmentation significative de la température corporelle est détectée après l’ingestion d’œufs. Les épisodes de fièvre peuvent être un symptôme de processus auto-immuns.

Anaphylaxie due à une allergie aux œufs.

Causes de l’allergie aux œufs

L’allergie aux œufs est générée par une réaction excessive du système immunitaire. Celui-ci reconnaît certaines protéines de l’aliment comme un élément nocif et attaque, provoquant une situation inflammatoire. L’histamine est généralement libérée, un produit chimique qui provoque le développement des symptômes.

Dans le cas d’une allergie aux œufs, le blanc et le jaune pourront déclencher le processus auto-immun. Pour cette raison, il est nécessaire de supprimer les deux éléments de l’alimentation. Or, il est possible de ne souffrir que d’une allergie à la protéine des blancs d’œufs, ceci étant une pathologie relativement fréquente.

En effet, il est courant que ce problème soit vécu avec un certain caractère transitoire au cours des premières étapes de la vie, comme en témoignent les recherches publiées dans The Journal of Allergy and Clinical Immunology. Au fil du temps, la tolérance à l’aliment pourrait augmenter, même si dans certains cas, le processus d’hypersensibilité persistera.

Facteurs de risque

Bien que l’allergie soit classée comme un processus spontané, il existe un certain nombre de facteurs de risque qui peuvent conditionner son apparition. Ce sont les suivants:

  • La dermatite atopique. Il existe une relation entre le développement de la dermatite et la tendance à souffrir d’allergie aux œufs.
  • Histoire de famille. Les allergies alimentaires ont généralement une certaine composante génétique. Pour cette raison, le risque sera plus élevé si les ancêtres d’une personne ont développé des problèmes d’œufs. C’est ce qu’indique une étude publiée dans Medicine.
  • Âge. Il est plus fréquent qu’une allergie aux œufs se développe chez les enfants. Surtout lorsque la nourriture est introduite dans le régime plus tôt que ne l’indique le pédiatre. Il est préférable de suivre strictement les instructions concernant l’alimentation complémentaire pour éviter ces risques.

Complications de l’allergie aux œufs

Le pire qui puisse arriver dans les cas d’allergie aux œufs est une réaction grave telle que l’anaphylaxie. Si la consommation de la nourriture est évitée, elle ne devrait pas produire de symptômes ni subir d’altérations majeures. Cependant, lorsqu’une allergie se développe, le risque d’autres processus d’hypersensibilité croisée augmente.

Par exemple, il ne serait pas étrange qu’un enfant allergique aux œufs finisse par développer des symptômes aux aliments tels que le lait ou les arachides. Il peut même y avoir d’autres signes en dehors des composants alimentaires.

La prévention

L’allergie aux œufs ne peut pas être évitée en tant que telle. Certaines recherches indiquent que l’inclusion de l’aliment au moment optimal dans l’alimentation complémentaire pourrait réduire le risque. Cependant, des preuves plus solides sont nécessaires.

Quoi qu’il en soit, une fois que l’allergie s’est développée, la seule chose qui peut être faite à titre préventif est de retirer cet aliment. Pour cela, une attention particulière doit être portée aux étiquettes des aliments, puisqu’elles déclarent les éventuels allergènes contenus.

En revanche, il faudra faire preuve d’une extrême prudence au moment de manger au restaurant. Il est préférable de toujours avertir le serveur pour éviter la contamination croisée.

Comment remplacer l’œuf dans l’alimentation ?

Il faut garder à l’esprit que l’œuf est un aliment qui se distingue par sa densité nutritionnelle. Il concentre des protéines de haute valeur biologique et de la vitamine D, deux nutriments nécessaires pour assurer une bonne santé à moyen terme. En effet, la majeure partie de la population est déficiente en vitamine. Ce qui est considéré comme nocif. Ceci est indiqué par une étude publiée dans Reviews in Endocrine & Metabolic Disorders.

Pour éviter les altérations de l’état de santé dues à un déficit en nutriments, il sera nécessaire d’optimiser le régime si l’œuf ne peut pas y être inclus. En premier lieu, il faudra augmenter l’apport de protéines à haute valeur biologique d’origine animale.

De cette façon, les besoins quotidiens seront atteints plus facilement. Ceux-ci sont estimés à plus de 0,8 gramme de protéines par kilo de poids corporel pour les personnes sédentaires qui ne font pas beaucoup d’activité physique, selon une recherche publiée dans les Annals of Nutrition & Metabolism.

De même, accentuer la consommation de poisson gras améliorera les niveaux de vitamine D dans le corps. Une exposition fréquente au soleil doit également être garantie, car la synthèse endogène de la vitamine est stimulée par les rayonnements.

Oeufs avec vitamine D et protéines.

Vaccins et allergie aux œufs

Il est à noter que certains vaccins contiennent des protéines d’œufs. Chez certaines personnes, l’injection pourrait augmenter le risque de souffrir d’une réaction allergique grave, de sorte que la personne chargée de l’administrer doit être informée si la pathologie existe.

Les vaccins susceptibles de contenir des protéines d’œuf comprennent les vaccins contre la rougeole, les oreillons, la rubéole, la grippe et la fièvre jaune. Le reste ne présente généralement pas de risque pour les personnes allergiques, bien qu’il soit toujours conseillé d’en informer le médecin au préalable.

Il est important de savoir qu’il existe des alternatives vaccinales pour les personnes allergiques aux œufs.

Allergie aux œufs : un problème alimentaire plus fréquent chez les enfants

L’allergie aux œufs est une maladie auto-immune qui se développe généralement au début de la vie. Dans certains cas, elle se résout spontanément, bien que dans d’autres, elle dure. Quoi qu’il en soit, il faudra être attentif aux symptômes pour faire les tests si nécessaire.

Enfin, il est important de souligner que la meilleure façon de contrôler une allergie est de retirer la nourriture de l’alimentation. Même de petites traces de celui-ci pourraient entraîner des réactions anaphylactiques dans les cas graves.

Cela pourrait vous intéresser ...
Quelle est la relation entre l’asthme et les allergies?
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Quelle est la relation entre l’asthme et les allergies?

L'asthme et les allergies sont deux conditions étroitement liées sur de nombreux aspects..Quelles sont les recherches de la science à ce sujet?



  • Dona, D. W., & Suphioglu, C. (2020). Egg Allergy: Diagnosis and Immunotherapy. International journal of molecular sciences21(14), 5010. https://doi.org/10.3390/ijms21145010
  • Samady, W., Warren, C., Wang, J., Das, R., & Gupta, R. S. (2020). Egg Allergy in US Children. The journal of allergy and clinical immunology. In practice8(9), 3066–3073.e6. https://doi.org/10.1016/j.jaip.2020.04.058
  • Liu, X., Hong, X., Tsai, H. J., Mestan, K. K., Shi, M., Kefi, A., Hao, K., Chen, Q., Wang, G., Caruso, D., Geng, H., Gao, Y., He, J., Kumar, R., Wang, H., Yu, Y., Bartell, T., Tan, X. D., Schleimer, R. P., Weeks, D. E., … Wang, X. (2018). Genome-wide association study of maternal genetic effects and parent-of-origin effects on food allergy. Medicine97(9), e0043. https://doi.org/10.1097/MD.0000000000010043
  • Comberiati, P., Costagliola, G., D’Elios, S., & Peroni, D. (2019). Prevention of Food Allergy: The Significance of Early Introduction. Medicina (Kaunas, Lithuania)55(7), 323. https://doi.org/10.3390/medicina55070323
  • Holick M. F. (2017). The vitamin D deficiency pandemic: Approaches for diagnosis, treatment and prevention. Reviews in endocrine & metabolic disorders18(2), 153–165. https://doi.org/10.1007/s11154-017-9424-1
  • Richter, M., Baerlocher, K., Bauer, J. M., Elmadfa, I., Heseker, H., Leschik-Bonnet, E., Stangl, G., Volkert, D., Stehle, P., & on behalf of the German Nutrition Society (DGE) (2019). Revised Reference Values for the Intake of Protein. Annals of nutrition & metabolism74(3), 242–250. https://doi.org/10.1159/000499374

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.