Dépression post-partum: qu’est-ce que c’est et pourquoi apparaît-elle?

15 mars, 2021
This article has been written and endorsed by la psicóloga Paula Villasante
Parfois, les symptômes de la dépression post-partum peuvent être confondus avec des symptômes de dépression majeure ou avec des symptômes dépressifs post-partum spécifiques.

La dépression post-partum (DPP) est un trouble de santé mentale qui s’avère aussi fréquent que grave. Elle est associée à la souffrance maternelle et à une série de conséquences négatives pour le bébé.

Le traitement de la dépression post-partum dépend de la gravité des symptômes. Les cas bénins peuvent être traités avec des stratégies psychosociales, tandis que pour la dépression modérée, une thérapie psychologique est recommandée.

Dans les cas graves, un traitement médicamenteux, généralement un inhibiteur sélectif du recaptage de la sérotonine (ISRS), est indiqué comme traitement de première intention. Qu’est-ce que la dépression post-partum? Quelles sont ses causes?

Dépression post-partum: qu’est-ce que c’est?

Il s’agit d’un trouble mental invalidant mais traitable. Elle représente également l’une des complications les plus courantes de la maternité. À tel point qu’elle est incluse dans la cinquième édition du Manuel de diagnostique et de statistique des troubles mentaux (DSM-5) de l’American Psychiatric Association.

Ici, elle se définit comme un épisode dépressif majeur «qui se manifeste dans le peripartum si l’apparition de symptômes d’humeur survient pendant la grossesse ou dans les 4 semaines après l’accouchement».

Cependant, une dépression qui débute 4 semaines après l’accouchement ou qui ne répond pas aux critères d’un épisode dépressif majeur peut encore causer de nombreux problèmes et nécessiter un traitement.

La dépression post-partum nécessite des soins professionnels.

Symptômes de la dépression post-partum

Ceux-ci incluent souvent des troubles du sommeil (tels que l’insomnie ), l’anxiété, l’irritabilité et un sentiment de dépassement. Ainsi qu’une préoccupation obsessionnelle concernant la santé et l’alimentation du bébé.

Des idées suicidaires et diverses préoccupations concernant le fait de nuire au bébé peuvent également survenir. Par ailleurs, les symptômes de la dépression post-partum coïncident souvent avec les symptômes d’un épisode dépressif majeur. Ceux-ci peuvent être les suivants:

  • Perte de poids importante.
  • Agitation ou retard psychomoteur.
  • Fatigue.
  • Sentiments d’inutilité ou de culpabilité excessive ou inappropriée.
  • Diminution de la capacité de penser ou de se concentrer, ou d’indécision.

Les symptômes provoquent une détresse ou une altération importante dans les domaines social, professionnel ou dans d’autres domaines fonctionnels importants.

Diagnostic de la dépression post-partum

À ce jour, il existe encore une controverse sur la meilleure méthode pour détecter la dépression post-partum.

Pour leur part, l’American College of Obstetricians and Gynecologists et l’American Academy of Pediatrics recommandent l’examen de l’Edinburgh Postnatal Depression Scale (EPDS) en 10 points comme méthode pour identifier une éventuelle dépression post-partum.

L’évaluation des femmes nécessite des antécédents médicaux minutieux pour déterminer leur diagnostic, identifier les troubles psychiatriques coexistant. Puis gérer les problématiques médicales et psychosociales qui contribuent au diagnostic de cette maladie.

La plupart des patientes présentent un pic de symptômes 2 à 5 jours après l’accouchement. Ces symptômes commencent généralement à disparaître en 2 semaines.

Ainsi, il peut être difficile de faire la distinction entre ces symptômes bénins et la dépression post-partum en tant que telle. Cependant, l’évaluation de l’humeur et de la gravité des symptômes à plusieurs reprises peut faciliter cette distinction.

Dépression post-partum: quelles sont ses causes?

Ce type de dépression n’apparaît pas de nulle part. Il existe certains facteurs de risque qui rendent une femme plus sujette à la maladie, tels que les suivants:

  • Antécédents personnels ou familiaux de dépression.
  • Anxiété pendant la grossesse.
  • Névrosisme élevé.
  • Faible estime de soi.
  • Mauvaise relation conjugale.
  • Peu de soutien social.
  • Faible statut socio-économique.
  • Être célibataire.
  • Grossesse non désirée.
  • Un tempérament enfantin inadapté.

En résumé, ces facteurs de risque reflètent la position sociale des femmes et leur accès aux ressources «tampons» en ce qui concerne la maternité. Ces dernières reflètent en partie des facteurs de stress environnementaux et un soutien social. Et, d’autre part, elles se réfèrent également à des symptômes récents et persistants de dépression et d’anxiété, ainsi que des troubles de la personnalité.

Conséquences de la dépression post-partum

Comme la dépression majeure qui peut survenir à d’autres moments de la vie d’une femme, la dépression post-partum crée une souffrance personnelle qui diminue la capacité d’une femme à fonctionner efficacement dans de nombreux domaines de sa vie.

L’élément clé de ce type de dépression, et ce qui le distingue de la dépression majeure, est que les femmes souffrant de dépression post-partum ont une plus grande responsabilité dans la prise en charge de l’enfant en question. Une dépression persistante peut interférer dans la parentalité des enfants.

Handicap maternel

La dépression post-partum peut persister pendant une longue période et est susceptible d’être associée à des épisodes dépressifs récurrents.

Elle est également associée à une augmentation des niveaux d’émotions négatives et à une diminution des émotions positives. Ces caractéristiques suggèrent que l’exposition des nourrissons à un effet maternel négatif sera significative et à long terme.

Les soins maternels

La dépression post-partum peut affecter de nombreux aspects des soins maternels. L’impact négatif des symptômes dépressifs est évident dans l’une des premières interactions avec le bébé: l’allaitement. Cela peut être un problème étant donné l’importance de l’allaitement dans le développement du bébé.

En revanche, les femmes présentant des symptômes dépressifs sont moins susceptibles d’assister aux visites de vaccination de routine, d’utiliser des dispositifs de sécurité à domicile ou de placer les bébés dans une position de sommeil recommandée.

De plus, la dépression post-partum elle-même est également associée à des pratiques problématiques pour endormir les bébés, ainsi qu’à l’utilisation incorrecte des sièges auto, par exemple. Les mères souffrant de dépression post-partum sont plus susceptibles de négliger et de maltraiter leurs enfants.

Conséquences pour l’enfant

Une jeune fille qui dort.

La dépression maternelle est associée à des conséquences comportementales, cognitives et sanitaires pour l’enfant en développement.

Développement comportemental et cognitif

Les six premiers mois du post-partum sont associés à des problèmes de comportement de la petite enfance à l’adolescence.

Les enfants dont les mères souffrent ou ont souffert de dépression post-partum semblent être plus vulnérables aux retards de développement. De plus, il semble y avoir une relation claire entre l’exposition de l’enfant à la dépression maternelle et les résultats plus problématiques de son développement cognitif.

Il est également suggéré que la chronicité des symptômes dépressifs dans la dépression post-partum pourrait contribuer à la vulnérabilité des enfants à un retard de développement.

Santé physique

Comme nous l’avons mentionné, les mères souffrant de dépression post-partum sont moins susceptibles de prendre spécifiquement soin de leur enfant. En raison des comportements de soins inadaptés d’une mère déprimée, la santé de son bébé peut être affectée.

Plus précisément, il semble que les bébés pourraient avoir une fonction cardiovasculaire plus faible, ainsi qu’une plus grande prédisposition aux infections gastro-intestinales et des voies respiratoires inférieures.

Traitement de la dépression post-partum

Le traitement de la dépression post-partum peut se diviser entre un traitement psychologique et un traitement médicamenteux.

Traitement psychologique

Il existe quatre approches principales pour traiter la dépression post-partum : le counseling général (également connu sous le nom de visites d’écoute), la psychothérapie interpersonnelle, la thérapie cognitivo-comportementale et la thérapie psychodynamique.

Pharmacothérapie

Les antidépresseurs sont le traitement le plus largement utilisé pour la dépression post-partum. Certains médicaments utilisés dans ces cas sont: la sertraline, la paroxétine, la venlafaxine, la fluoxétine, et la nortriptyline.

Un trouble réel qui doit être détecté à temps

En cas de symptômes liés à la dépression post-partum, il est conseillé de faire appel à un professionnel dans les plus brefs délais. Pour certaines personnes, cela peut être difficile en raison de la stigmatisation sociale. Cependant, les conseils sont indispensables et véritablement bienfaisants pour la mère.