La douleur chronique

La capacité à ressentir la douleur a une fonction protectrice. Elle nous avertit des dommages tissulaires imminents ou réels et suscite des réponses réflexes et comportementales coordonnées pour minimiser ces dommages.
La douleur chronique
Paula Villasante

Rédigé et vérifié par la psicóloga Paula Villasante dans 21 juillet, 2021.

Dernière mise à jour : 21 juillet, 2021

La douleur musculosquelettique chronique est l’un des problèmes cliniques les plus difficiles auxquels les médecins sont confrontés et qui peut être dévastatrice pour les patients.

Douleur chronique : qu’est-ce que c’est?

Ce type de douleur ne peut pas s’expliquer sur la base de processus somatiques ou neuropathiques. Elle est due à des altérations physiologiques de la transmission de la douleur ou des voies descendantes de modulation de la douleur. Chez tout individu, l’amplification de la douleur centrale peut compliquer la douleur neuropathique (1).

Douleur cervicale chronique au cou.

Les syndromes douloureux neuropathiques se développent après une blessure ou une maladie qui affecte le système nerveux somatosensoriel. Ainsi, la douleur neuropathique est définie comme une douleur inadaptée qui résulte d’une atteinte du système nerveux (3).

Par ailleurs, la capacité à ressentir la douleur a une fonction protectrice. En effet, elle nous avertit des dommages tissulaires imminents ou réels et suscite des réponses réflexes et comportementales coordonnées pour minimiser ces dommages.

Si les lésions tissulaires sont inévitables, un ensemble de changements d’excitabilité dans le système nerveux central et périphérique établit une hypersensibilité à la douleur profonde mais réversible dans les tissus enflammés et environnants.

Ce procédé permet de réparer la plaie car tout contact avec la partie endommagée est évité jusqu’à la cicatrisation. En revanche, les syndromes douloureux persistants n’offrent pas de bénéfices biologiques et provoquent souffrance et détresse.

D’autre part, la douleur chronique affecte la santé physique et psychologique de la personne qui en souffre. Elle a des répercussions sur les activités quotidiennes, l’autonomie, l’emploi et le bien-être économique (6.7).

La douleur chronique dans le monde

La douleur chronique touche plus de 1,5 milliard de personnes dans le monde (4). Une étude épidémiologique réalisée en 1998 a détecté que 29,6 % de la population espagnole non hospitalisée souffre d’un certain type de douleur, 17,6 % étant des douleurs chroniques (5).

épidémiologie

En 2001, les docteurs Casals et Samper ont mené une étude sur 907 patients avec jusqu’à 100 unités antidouleur en Espagne.

L’étude ITACA (Impact of Analgesic Treatment on Quality of Life in Algias) tente de décrire et d’analyser les caractéristiques épidémiologiques, cliniques et la qualité de vie des patients souffrant de douleurs chroniques non neuropathiques non cancéreuses, majoritairement des femmes (66% de femmes et 34% d’hommes, environ 57 ans en moyenne).

De ce fait, ils ont observé que les pathologies les plus douloureuses étaient : l’arthrose, l’ostéoporose avec compression vertébrale et l’arthrose. Les femmes étant plus touchées que les hommes.

L’arthrose est la maladie ostéoarticulaire la plus répandue dans le monde. Les symptômes ou signes avant-coureurs de l’arthrite les plus courants qui apparaissent dans les articulations ou dans la zone qui les entoure sont au nombre de quatre :

  • La douleur.
  • Rigidité.
  • Difficulté à mobiliser une articulation.
  • Gonflement.

L’ostéoporose est une maladie osseuse caractérisée par une diminution de la densité de la masse osseuse.

Pour sa part, l’arthrose est une maladie dans laquelle le cartilage est endommagé. Lorsqu’elle survient, les os se frottent les uns contre les autres, ce qui peut provoquer des douleurs, un gonflement et une perte de mobilisation des articulations.

Classification

Si, au sein de la douleur chronique, on exclut les patients cancéreux, les douleurs neuropathiques, y compris les céphalées, il reste un groupe de patients avec leurs propres caractéristiques. La principale cause de douleur chez ces patients est une pathologie dégénérative ou inflammatoire ostéoarticulaire et musculosquelettique.

Une personne assise qui a mal au dos.

 

Certains syndromes de douleur chronique comprennent les suivants :

  • Maux de tête chroniques.
  • Trouble temporo-mandibulaire.
  • Fibromyalgie.
  • Syndrome du côlon irritable (SCI).
  • Cystite interstitielle / vessie irritable.
  • Douleur pelvienne.

Il arrive que ces syndromes puissent être regroupés chez un même individu. Plusieurs fois, ils augmentent et diminuent avec le temps, l’un ou l’autre étant dominant à un moment donné.

Par exemple, disons qu’un patient souffre du syndrome de la douleur viscérale. Le SCI peut dominer le profil global des symptômes pendant un certain temps. Par la suite, il peut régresser à mesure que les symptômes de la fibromyalgie augmentent.

La douleur chronique est également regroupée avec d’autres symptômes somatiques. Certains d’entre eux sont les suivants :

  • Fatigue.
  • Sommeil non réparateur.
  • Epanouissement.
  • Troubles de l’humeur.

Ainsi, plusieurs études ont montré que chez les patients atteints de fibromyalgie, il peut y avoir des altérations du sommeil et des fonctions cognitives. Pour cette raison, plusieurs diagnostics et plusieurs symptômes se produisent fréquemment chez le même patient.

Causes de la douleur chronique

Risque génétique et déclencheurs environnementaux

Le risque d’un individu de développer une douleur chronique pourrait être prédit par des antécédents personnels ou familiaux de douleur chronique. D’énormes progrès ont été réalisés dans la compréhension de la génétique de la douleur. La sensibilité à la douleur est génétique. Elle diffère chez les rats et les souris consanguins et est fortement présente chez les êtres humains (9).

De plus, il semble clair que les déclencheurs environnementaux et diverses expériences peuvent être des causes de douleur chronique. Dans de nombreuses études longitudinales, la douleur chronique et d’autres symptômes somatiques peuvent être la conséquence de la maltraitance des enfants et d’autres traumatismes. Également en raison d’un faible niveau d’éducation, ainsi que de l’isolement social, de la dépression et de l’anxiété (10).

Stress, excitation et douleur chronique

Le développement de la douleur chronique est associé à des événements stressants et les symptômes apparaissent et disparaissent souvent en fonction du stress perçu.

Pour cette raison, de nombreuses études ont été menées sur le stress et les systèmes de réponse au stress chez les patients atteints de ces syndromes. Toutes ces études ont obtenu des résultats très variés en raison de la difficulté à définir des phénotypes et des comorbidités pouvant influencer la physiologie et le système stress-éveil (1).

Une femme fatiguée qui n'arrive pas à dormir.

Autorégulation dans la douleur chronique

On prétend souvent que les comportements liés à la maladie accompagnent la douleur chronique. Une adaptation réussie aux conditions de douleur chronique peut dépendre de la capacité d’un individu à s’autoréguler.

C’est-à-dire sa capacité à contrôler ou à guider et à modifier les réactions et les comportements. La capacité d’autorégulation varie selon les personnes et les situations (11).

Traitement de la douleur chronique

Lorsque la douleur devient chronique, l’objectif des soins médicaux devient la gestion et non l’élimination de la douleur. Ainsi, l’approche institutionnalisée de l’élimination de la douleur est concomitante à l’augmentation de l’utilisation des opioïdes pour les douleurs chroniques non liées au cancer (12).

Les stratégies de traitement de la douleur chronique comprennent les antidépresseurs qui augmentent la noradrénaline et la sérotonine synaptiques. Il s’agit d’agents qui réduisent l’excitabilité neuronale et les analgésiques.

Une boîte de comprimés.

Les analgésiques simples sont généralement inefficaces pour la douleur chronique. Les opioïdes sont également souvent inefficaces et présentent de nombreux problèmes cliniques et sociaux qui rendent leur utilisation problématique (12).

Selon Crofford (2015), en réalité, aucun des traitements pharmacologiques disponibles pour la douleur chronique n’est particulièrement efficace et les traitements non pharmacologiques sont difficiles. Le développement de nouvelles stratégies pour le traitement de la douleur chronique est de la plus haute urgence.

Ainsi, il faut commencer par mieux comprendre les voies qui facilitent le passage de la douleur aiguë à la douleur chronique et le maintien de la douleur chronique.

Cela pourrait vous intéresser ...
Maux de dos: symptômes, types, causes et traitement
Muy SaludLisez-le dans Muy Salud
Maux de dos: symptômes, types, causes et traitement

Les maux de dos constituent l'une des raisons les plus fréquentes de consultation dans les services d'urgence. Découvrez-en davantage à ce sujet!



  • Crofford, L. J. (2015). Chronic pain: where the body meets the brain. Transactions of the American Clinical and Climatological Association, 126, 167.
  • Casals, M., & Samper, D. (2004). Epidemiología, prevalencia y calidad de vida del dolor crónico no oncológico: Estudio ITACA. Revista de la Sociedad Española del Dolor, 11(5), 260-269.
  • Woolf, C. J., & Mannion, R. J. (1999). Neuropathic pain: aetiology, symptoms, mechanisms, and management. The lancet, 353(9168), 1959-1964.
  • Global Industry Analysts, Inc. 2011. Available online at http://www.
    prweb.com/pdfdownload/8052240.pdf
  • Catala, E., Reig, E., Artes, M., Aliaga, L., López, J. S., & Segu, J. L. (2002). Prevalence of pain in the Spanish population telephone survey in 5000 homes. European journal of pain, 6(2), 133-140.
  • Smith, B. H., Elliott, A. M., Chambers, W. A., Smith, W. C., Hannaford, P. C., & Penny, K. (2001). The impact of chronic pain in the community. Family practice, 18(3), 292-299.
  • Viejo, M. Á. G., & Huerta, M. J. C. (2000). Incapacidad por dolor lumbar en España. Medicina clínica, 114(13), 491-492.
  • Kato, K., Sullivan, P. F., Evengård, B., & Pedersen, N. L. (2009). A population-based twin study of functional somatic syndromes. Psychological medicine, 39(3), 497-505.
  • Diatchenko, L., Fillingim, R. B., Smith, S. B., & Maixner, W. (2013). The phenotypic and genetic signatures of common musculoskeletal pain conditions. Nature Reviews Rheumatology, 9(6), 340.
  • Nicholl, B. I., Macfarlane, G. J., Davies, K. A., Morriss, R., Dickens, C., & McBeth, J. (2009). Premorbid psychosocial factors are associated with poor health-related quality of life in subjects with new onset of chronic widespread pain–results from the EPIFUND study. PAIN®, 141(1-2), 119-126.
  • Nes, L. S., Carlson, C. R., Crofford, L. J., de Leeuw, R., & Segerstrom, S. C. (2011). Individual differences and self-regulatory fatigue: Optimism, conscientiousness, and self-consciousness. Personality and individual differences, 50(4), 475-480.
  • Crofford, L. J. (2010). Adverse effects of chronic opioid therapy for chronic musculoskeletal pain. Nature Reviews Rheumatology, 6(4), 191.