Régime alimentaire en cas d'hypothyroïdie

Quels sont les points clés au niveau diététique pour optimiser la prise en charge de l'hypothyroïdie et parvenir à une augmentation de la qualité de vie des patients?
Régime alimentaire en cas d'hypothyroïdie
Saúl Sánchez

Rédigé et vérifié par el nutricionista Saúl Sánchez.

Dernière mise à jour : 12 février, 2023

L’hypothyroïdie est une maladie chronique complexe. Aujourd’hui, il n’y a pas de solution connue pour cela, vous ne pouvez que miser sur une série de stratégies qui facilitent sa gestion. Maintenant, il est vrai que grâce à la pharmacologie et au traitement diététique, de grands progrès peuvent être réalisés, améliorant la qualité de vie du patient. Quel régime alimentaire en cas d’hypothyroïdie?

La première chose à comprendre est que l’hypothyroïdie peut conditionner les habitudes et la composition corporelle de la personne qui en souffre. Il est courant de ressentir un état de fatigue chronique, bien que cette situation puisse être considérablement atténuée par des médicaments. En revanche, l’hypothyroïdie n’a pas toujours la même intensité.

Régime alimentaire dans l’hypothyroïdie

L'hypothyroïdie et ses conséquences sur le corps

L’un des objectifs de l’intervention diététique dans le cadre de l’hypothyroïdie concerne l’amélioration de l’état de la composition corporelle. Le métabolisme est conditionné, il faudra donc ajuster le bilan énergétique pour éviter une prise de poids qui pourrait nuire à la santé. Dans le cas où le tissu adipeux commence à augmenter, l’incidence de nombreuses maladies chroniques, telles que le type métabolique, augmentera également.

Pour éviter cela, ce sera un prix pour garantir l’équilibre calorique. Il peut être nécessaire de réduire les portions alimentaires aux repas ou de limiter l’apport en glucides pour obtenir une plus grande efficacité dans les processus d’oxydation des graisses. De cette façon, une accumulation de celles-ci dans le tissu sous-cutané serait évitée.

Un protocole qui a montré de grands avantages dans le contexte de l’hypothyroïdie est le jeûne intermittent. Non seulement il réduit l’accumulation de masse grasse, mais il favorise également une série de changements dans la fonction métabolique qui augmentent son efficacité. De plus, vous ferez l’expérience d’un phénomène connu sous le nom d’autophagie, capable d’aider à maintenir une bonne santé.

Parmi les principaux avantages des protocoles de jeûne, on peut souligner leur adhésion. Surtout lorsque le petit-déjeuner est supprimé, les patients ont tendance à très bien s’y adapter, évitant une situation d’anxiété qui pourrait mettre le traitement en danger. Un effet rebond ne sera pas non plus ressenti, puisqu’il s’agit d’un mécanisme alimentaire qui peut être prolongé dans le temps.

L’importance d’ajuster les micronutriments

Il n’est pas seulement nécessaire de garantir un équilibre au niveau énergétique chez les personnes souffrant d’hypothyroïdie. Il est essentiel d’augmenter l’apport de certains nutriments, car les besoins peuvent être augmentés ou modifiés par diverses circonstances. Ceci est démontré par une recherche publiée dans la revue Biological Trace Element Research .

En particulier, il sera crucial de maximiser l’apport en iode et en fer. Ces nutriments essentiels sont déterminants dans la fonction thyroïdienne, puisqu’ils interviennent dans la physiologie des hormones. Il a été démontré que leur consommation en quantité suffisante stimule la production de T3, ce qui aura un effet positif sur la fonction métabolique et sur le bien-être du patient.

De même, le sélénium sera un autre des minéraux essentiels qui seront importants chez les patients souffrant d’hypothyroïdie. Pour garantir l’apport de tous ces éléments, il faudra proposer une alimentation variée avec la présence d’aliments d’origine marine, comme les crustacés, et les fruits à coque. De cette façon, les exigences pourraient être couvertes, bien que dans certains cas, des compléments soient également nécessaires.

D’un autre côté, maintenir les niveaux de vitamine D dans une fourchette appropriée peut également faire la différence. Ce nutriment fonctionne comme une hormone. Il module les niveaux d’inflammation et son déficit peut être lié au développement de pathologies métaboliques et complexes. Cependant, près de la moitié de la population n’en a pas une contribution optimale. Pour résoudre ce problème, une exposition au soleil est recommandée.

Régime alimentaire pour renforcer les effets de la pharmacologie

Il existe un certain nombre de considérations alimentaires qui doivent être prises en compte pour que la pharmacologie administrée fonctionne de manière optimale, développant ainsi son plein potentiel. Dans l’hypothyroïdie, la lévothyroxine est le plus souvent administrée aux patients. C’est un médicament qui parvient à augmenter la fonction métabolique, réduisant également les symptômes associés à la maladie.

Cependant, il est important d’espacer la prise du médicament de certains composés comme le café, car ils pourraient inhiber son absorption. Dans ce cas, les effets seraient réduits, ce qui aurait un impact négatif sur la qualité de vie du patient. De même, il a été découvert que l’administration de lévothyroxine avec une dose de vitamine C améliore la disponibilité du médicament, améliorant la réponse ultérieure.

Aliments à éviter en cas d’hypothyroïdie

Il existe un certain nombre d’aliments dont la consommation doit être évitée si une hypothyroïdie s’est développée, car ils peuvent augmenter le risque de générer un goitre. Il est connu sous ce nom comme un élargissement de la glande qui peut conduire à un traitement chirurgical de celle-ci dans les cas les plus agressifs. C’est une situation à éviter.

En règle générale, il est recommandé de limiter la consommation de crucifères, comme le chou, le chou vert, les choux de Bruxelles, le brocoli, le chou et le chou-fleur. Soyez également prudent avec les graines de navet et de moutarde. Même avec le yucca. Bien qu’ils soient moins dangereux, il n’est pas approprié de trop consommer d’épinards, de carottes, de pignons et de noix. Leur présence régulière est à éviter.

Cela améliorera la fonction de la glande, en évitant les altérations qui pourraient affecter sa morphologie ou les effets du médicament.

Aliments recommandés

Un poisson sur une planche.

Par contre, il est important de noter qu’il existe certains aliments qui sont fortement recommandés dans le cadre de l’hypothyroïdie. Par exemple, les aliments de la mer, en particulier les crustacés, peuvent être consommés fréquemment. Ceux-ci contiennent des quantités importantes de fer et d’iode, deux éléments déterminants pour le fonctionnement de la thyroïde.

La viande doit également figurer fréquemment dans l’alimentation, en raison de sa forte densité nutritionnelle. Elle peut être une source de sélénium et de zinc, deux minéraux essentiels qui renforcent la fonction immunitaire et aident à atteindre un état d’homéostasie hormonale.

De la même manière, il sera décisif d’augmenter la consommation d’aliments riches en fibres. Cette substance retarde l’absorption des glucides et il a été démontré qu’elle augmente la sensation de satiété. S’il est vrai que l’un des symptômes de l’hypothyroïdie est un manque d’appétit, il faudra contrôler la faim pour éviter un déséquilibre énergétique.

Pour cette raison, les légumineuses et les céréales complètes sont une bonne option. Bien sûr, il ne faut pas oublier que les fibres peuvent agir comme un antinutriment, bloquant l’absorption de certains minéraux. En ce sens, il est recommandé que cette substance n’apparaisse pas dans tous les repas. Il est préférable de faire un plus grand nombre d’apports de plus petit volume et avec une variété d’aliments consommés.

La maladie d’Hashimoto

Dans le cas de l’hypothyroïdie causée par la maladie de Hashimoto, la présence de composés anti-inflammatoires dans l’alimentation doit être augmentée. Car ce contexte se caractérise par une augmentation des niveaux d’inflammation dans le corps.

La chose la plus appropriée est d’améliorer l’apport d’acides gras de la série oméga 3 et de composés phytochimiques tels que la curcumine ou les anthocyanes. La vitamine E contenue dans les avocats sera également d’une grande aide.

Selon une étude publiée dans la revue Alternative Therapies in Health and Medicine, il est crucial de s’assurer de la présence de graisses de qualité dans l’alimentation. De même, il sera nécessaire de répondre aux besoins en vitamines, en pouvant évaluer la supplémentation dans certains cas.

L’exercice physique, un pilier essentiel

Il est clair que l’optimisation de l’alimentation sera déterminante pour réussir le traitement de l’hypothyroïdie. Désormais, il faudra promouvoir d’autres bonnes habitudes. Parmi elles se trouve l’exercice physique, en particulier le travail de force. Ce type d’activité vous permet d’augmenter les niveaux de masse musculaire grâce à des processus d’hypertrophie.

Une plus grande quantité de tissu maigre se traduit par une augmentation de la dépense énergétique quotidienne, ce qui permettra d’introduire plus d’aliments sans risquer de prendre du poids. De plus, le muscle est un tissu qui a une fonction déterminante lorsqu’il s’agit d’optimiser le métabolisme. Par conséquent, il sera important de le maintenir dans des proportions appropriées.

Il est clair que certains exercices aérobiques peuvent également être proposés en complément de l’exercice de force, mais il faut privilégier les activités avec poids pour obtenir des résultats plus satisfaisants à moyen terme. De plus, dans ce contexte d’exercice, certains suppléments peuvent être inclus dans le régime qui maximiseront les résultats, obtenant ainsi une plus grande motivation de la part du patient.

La créatine est l’un des suppléments les plus efficaces pour les patients hypothyroïdiens. Elle augmente la force maximale et améliore la capacité de récupération entre les sessions. De même, elle parvient à stimuler les voies anaboliques du corps, favorisant le gain de masse maigre et aidant à atteindre un bon état de composition corporelle qui préserve la santé.

L’alimentation doit être optimisée en cas d’hypothyroïdie

Comme vous l’avez vu, une intervention diététique chez les patients souffrant d’hypothyroïdie sera particulièrement importante pour parvenir à une bonne gestion de la maladie, augmentant la qualité de vie des patients. Si les habitudes appropriées sont prises en compte, un état de bien-être peut être atteint qui se maintient dans le temps, sans que la composition corporelle soit conditionnée.

Maintenant, il convient de noter qu’il existe différentes intensités et types d’hypothyroïdie. Dans les cas les plus agressifs, il sera essentiel d’ajuster la médication pour activer le métabolisme et parvenir à une bonne utilisation des nutriments. Sinon, les patients peuvent vivre une situation de fatigue chronique dont il sera difficile de sortir.

Cela pourrait vous intéresser ...
6 aliments qui peuvent affecter votre thyroïde
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
6 aliments qui peuvent affecter votre thyroïde

De nombreux aliments peuvent affecter la fonction de la thyroïde en raison de leur profil nutritionnel. Quels sont-ils?



  • Akasheh, R. T., Kroeger, C. M., Trepanowski, J. F., Gabel, K., Hoddy, K. K., Kalam, F., Cienfuegos, S., & Varady, K. A. (2020). Weight loss efficacy of alternate day fasting versus daily calorie restriction in subjects with subclinical hypothyroidism: a secondary analysis. Applied physiology, nutrition, and metabolism = Physiologie appliquee, nutrition et metabolisme45(3), 340–343. https://doi.org/10.1139/apnm-2019-0554
  • Talebi, S., Ghaedi, E., Sadeghi, E., Mohammadi, H., Hadi, A., Clark, C., & Askari, G. (2020). Trace Element Status and Hypothyroidism: A Systematic Review and Meta-analysis. Biological trace element research197(1), 1–14. https://doi.org/10.1007/s12011-019-01963-5
  • Luo, J., Hendryx, M., Dinh, P., & He, K. (2017). Association of Iodine and Iron with Thyroid Function. Biological trace element research179(1), 38–44. https://doi.org/10.1007/s12011-017-0954-x
  • Skelin, M., Lucijanić, T., Amidžić Klarić, D., Rešić, A., Bakula, M., Liberati-Čizmek, A. M., Gharib, H., & Rahelić, D. (2017). Factors Affecting Gastrointestinal Absorption of Levothyroxine: A Review. Clinical therapeutics39(2), 378–403. https://doi.org/10.1016/j.clinthera.2017.01.005
  • Warrilow, A., Mellor, D., McKune, A., & Pumpa, K. (2019). Dietary fat, fibre, satiation, and satiety-a systematic review of acute studies. European journal of clinical nutrition73(3), 333–344. https://doi.org/10.1038/s41430-018-0295-7

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.