Maladie de Hashimoto: symptômes, causes et traitement

2 avril, 2021
This article has been written and endorsed by el biólogo Samuel Antonio Sánchez Amador
Malgré sa gravité, cette maladie a des options thérapeutiques très efficaces.

La maladie de Hashimoto (également connue sous le nom de thyroïdite chronique) est une maladie auto-immune qui provoque la destruction de la glande thyroïde par les propres anticorps. Son incidence oscille entre 0,3 et 1,5 cas pour 1 000 personnes par an et touche environ 2% de la population mondiale.

Le nom de cette pathologie vient du médecin japonais Hakaru Hashimoto, qui a décrit la pathologie pour la première fois en 1912. Découvrez-en davantage sur cette maladie, ses symptômes, ses causes et ses traitements possibles.

À propos de la glande thyroïde

La maladie de Hashimoto affecte la thyroïde.

Avant de décrire la maladie, il est pertinent de passer en revue les structures qu’elle affecte. La thyroïde est une glande endocrine (elle libère des hormones dans le sang pour se rendre à l’organe cible) qui se situe au niveau de la proéminence du larynx dans le cou, sous le cartilage thyroïdien et contre la trachée.

Cet organe endocrinien pèse environ 15-30 grammes chez un individu adulte et a une forme de papillon caractéristique. Sa fonction principale est la production et la libération des hormones T3 et T4 dans la circulation sanguine, qui influencent presque toutes nos cellules et régulent le métabolisme humain. Nous explorons plus en détail ses fonctionnalités.

Hormone T3 ou triiodothyronine

La T3 affecte presque tous les processus physiologiques du corps, car elle module la croissance, le développement, le métabolisme, la température corporelle et la fréquence cardiaque, entre autres. Comme indiqué par l’Association espagnole du cancer de la thyroïde (AECAT), cette hormone survient après l’union de la monoiodotyrosine (MIT, T1) et de la diiodotyrosine (DIT, T2).

Triiodothyronine T3 (3 radicaux iode): T1 (un radical iode) + T2 (2 radicaux iode).

La production de T3 est activée par la thyrotropine (TSH), également connue sous le nom d’hormone stimulant la thyroïde, produite dans l’hypophyse. À son tour, l’hypophyse est activée par la THS, une autre hormone de l’hypothalamus. Cette information est de la plus grande importance pour ce qui suit.

Hormone T4 ou thyroxine

Dans le cas de la T4, il s’agit d’une prohormone sécrétée par la thyroïde qui est transformée en triiodothyronine par l’action de la TSH. La thyroxine est la forme la plus abondante dans le sang en circulation, mais la T3 est celle qui possède la plus grande fonctionnalité dans le corps.

La T4 est la forme de réserve de T3, puisque cette dernière la double en fonctionnalité. Le processus de conversion de T4 en T3 a lieu dans la thyroïde elle-même et dans d’autres parties du corps.

Nous savons que toute cette terminologie est un peu déroutante, mais il faut la connaître pour comprendre la maladie de Hashimoto. Abordons maintenant la pathologie elle-même.

Causes de la maladie de Hashimoto

Selon la clinique Mayo, la maladie de Hashimoto est de nature auto-immune. Le système immunitaire (qui protège l’organisme) ne reconnaît pas la thyroïde et commence donc à générer des anticorps pour attaquer ses tissus. Cela provoque une inflammation de la glande et une réduction drastique de sa capacité fonctionnelle.

Les 2 anticorps qui sont habituellement mesurés lors de la détection de la maladie sont les anticorps contre la thyroglobuline (TgAb) et la peroxydase thyroïdienne (TPO). Ces derniers attaquent une enzyme thyroïdienne qui joue un rôle essentiel dans la production d’hormones thyroïdiennes.

Comme l’indique le NIH, le monde scientifique ne sait pas vraiment pourquoi ce rejet auto-immun se produit en premier lieu. Cependant, on soupçonne que ce type de trouble résulte d’une combinaison de génétique et d’un déclencheur externe, comme une infection virale.

Lorsque cette pathologie se produit, les lymphocytes s’accumulent dans la glande thyroïde. Ceux-ci synthétisent des anticorps qui attaquent les tissus de la glande.

Maladies associées à son apparition

Selon des sources déjà citées, les femmes courent jusqu’à 8 fois plus de risques que les hommes de souffrir de la maladie de Hashimoto. De plus, bien qu’elle puisse apparaître à tout âge, les personnes entre 40 et 60 ans sont plus sensibles. Jusqu’à 2% de la population mondiale peut la développer, soit 5 habitants sur 100.

De plus, la probabilité de présenter cette pathologie augmente si d’autres membres de la famille en sont atteints. Voici quelques-unes des maladies auto-immunes parfois associées à son apparition:

  • Maladie d’Addison.
  • Maladie cœliaque.
  • Diabète de type 1.

Dans tous les cas, l’apparition de ces pathologies chez le patient ne signifie pas nécessairement qu’il souffrira de la maladie de Hashimoto à l’avenir. Comme nous l’avons dit dans les lignes précédentes, il reste encore beaucoup à comprendre en ce qui concerne son apparence.

Symptômes de la maladie de Hashimoto

La thyroïdite de Hashimoto est la principale cause d’hypothyroïdie dans les régions où l’apport en iode est adéquat. En effet, l’attaque lymphocytaire sur la glande thyroïde la fait produire moins d’hormones thyroïdiennes et, par conséquent, elle échoue progressivement et la thyroïde est considérée comme sous-active. Ce phénomène cède la place à une hypothyroïdie connue de tous, c’est-à-dire au manque d’hormones T3 et t4 dans l’organisme.

Selon le site médical Thyroid.org, il n’y a pas de signe clinique unique de la maladie de Hashimoto. De plus, comme sa progression est lente, les patients peuvent ne remarquer aucun signe au cours des premiers stades de développement. Au fur et à mesure que la maladie progresse, ces symptômes deviennent de plus en plus apparents:

  • Fatigue, paresse et dépression.
  • Visage bouffi, peau pâle et ongles cassants.
  • Perte de cheveux.
  • Augmentation de la taille de la langue.
  • Douleurs musculaires, sensibilité et raideur.
  • Saignements menstruels excessifs ou prolongés.
  • Prise de poids inexpliquée.
  • Constipation.
  • Difficultés à penser ou à atteindre un certain degré de concentration.

Dans des situations extrêmes, ce type d’hypothyroïdie peut entraîner une insuffisance cardiaque, un myxœdème, une insuffisance respiratoire et un coma avec perte de conscience. Comme indiqué par la Navarra University Clinic (CUN), le taux de mortalité à ce stade est très élevé.

Le myxœdème coma a un taux de mortalité chez les patients hypothyroïdiens de 30% s’il n’est pas traité rapidement.

Diagnostic de la maladie de Hashimoto

Lorsque le patient se présente chez le médecin avec des symptômes d’hypothyroïdie, l’un des principaux soupçons lors de l’examen physique est la présence d’un goitre, c’est-à-dire d’une thyroïde hypertrophiée. Ce signe anatomique est indolore dans de nombreux cas, mais peut entraîner des difficultés à avaler et à respirer.

Si le professionnel de la santé estime que l’individu est atteint de la maladie de Hashimoto, différents tests de laboratoire sont utilisés. La National Library of Medicine des États-Unis expose les plus importantes, et nous rassemblons leurs particularités dans les lignes suivantes.

1. Test T4

La T4 est la principale hormone produite par la thyroïde. Pour cette raison, la quantité de T4 libre dans le sang peut indiquer la fonctionnalité de la glande. Ce test est simple à réaliser, car seul un échantillon de sang du patient est nécessaire. Une plage normale typique est de 0,9 à 2,3 nanogrammes par décilitre, ou 12 à 30 picomoles par litre.

2. Total T3

C’est une prémisse très similaire à la précédente, mais dans ce cas, la quantité d’hormone T3 dans le sang est quantifiée. La plage normale de valeurs est de 60 à 180 nanogrammes par décilitre de sang sous forme normale et de 130 à 450 picogrammes par décilitre sous forme libre.

3. Test d’anticorps

Dans ce cas, il s’agit de rechercher des anticorps circulants associés à la destruction de la glande thyroïde. En général, la présence d’anticorps contre la thyroglobuline et la peroxydase thyroïdienne explique les symptômes du patient.

Traitement de la maladie de Hashimoto

La maladie de Hashimoto nécessite une évaluation médicale.

Nous arrivons à la fin, mais peut-être la partie la plus importante de tout ce qui a été exposé jusqu’à présent. Il est temps d’explorer le traitement clinique et domestique nécessaire pour lutter contre la maladie de Hashimoto. Le site Kids Health et d’autres sources déjà citées nous conseillent face à cette pathologie.

Administration d’hormones synthétiques

Le traitement de l’hypothyroïdie causée par la maladie de Hashimoto implique le remplacement de la production de la thyroïde. Le moyen le plus efficace de compenser ce dysfonctionnement est de prescrire des analogues synthétiques à l’hormone T4, car elle se transforme naturellement en T3 dans le corps et sa durée de vie est plus longue.

Les préparations commerciales de ces médicaments (Levoxyl ® ou Synthroid ® ) contiennent environ 50 ou 100 microgrammes du composé par comprimé. La dose orale n’est administrée qu’une fois par jour à jeun, mais la quantité appropriée dépend de toute façon de la réponse individuelle.

Une surveillance continue du patient est nécessaire jusqu’à ce que ses taux sanguins d’hormones thyroïdiennes reviennent à la normale.

Est-il nécessaire d’effectuer une combinaison d’hormones?

Trouver une réponse à cette question est un sujet controversé en science. Bien que certains spécialistes soient favorables à la substitution d’une partie de la dose de T4 par la T3, de nombreuses recherches indiquent que cela ne rapporte aucun avantage clair.

D’autre part, l’administration directe de T3 (Cytomel) pourrait être positive pour les patients qui ont subi une ablation de la thyroïde entière. Des études à ce sujet sont encore en cours de développement, car il n’y a pas de réponse claire à ce jour.

La maladie de Hashimoto: complexe et importante

Nous avons fait un long tour d’horizon de la maladie de Hashimoto. Voici un petit aperçu pour résumer:

  1. La glande thyroïde participe à la synthèse des hormones T3 et T4, essentielles à presque tous les processus physiologiques de l’être humain.
  2. La maladie de Hashimoto survient lorsque le système immunitaire attaque par erreur le tissu thyroïdien. Cela entraîne une diminution de la fonctionnalité de la thyroïde et, par conséquent, une hypothyroïdie.
  3. L’hypothyroïdie se manifeste par une série de symptômes non spécifiques qui s’aggravent avec le temps. Le goitre est l’un des plus évidents.
  4. La cause de la maladie de Hashimoto n’est pas entièrement connue, mais on pense qu’elle a à la fois une composante génétique et une composante environnementale.
  5. Le diagnostic repose sur une série de tests sanguins.
  6. Le traitement consiste en l’administration d’analogues synthétiques aux hormones thyroïdiennes.

Avec cette série de points clés, les bases de la pathologie qui nous concerne ici sont claires. La maladie de Hashimoto est la principale cause d’hypothyroïdie dans les pays à revenu élevé, mais heureusement, son approche est simple si les médicaments sont disponibles aux bonnes doses.