Qu'est-ce qu'un trouble de l'alimentation non spécifié ?

Il n'est pas toujours possible de définir précisément les troubles alimentaires. Dans ces cas, l'étiquette trouble de l'alimentation non spécifié est utilisée. Voyons ce que c'est et ses caractéristiques.
Qu'est-ce qu'un trouble de l'alimentation non spécifié ?

Dernière mise à jour : 27 décembre, 2022

Le trouble de l’alimentation non spécifié (UFED) est une nouvelle catégorie du DSM-V pour désigner les troubles de l’alimentation qui ne répondent pas à tous les critères spécifiés. Son nom officiel est le trouble de l’alimentation non spécifié (UFED) dans le DSM-IV.

Cette étiquette est destinée à rassembler tous les comportements, schémas et troubles qui ne peuvent être regroupés dans les catégories spécifiées. Soit parce que les signes et les conséquences sont incomplets, soit parce qu’ils présentent des particularités qui les éloignent partiellement d’eux. Aujourd’hui, nous vous apprenons tout ce que vous devez savoir sur ce trouble de l’alimentation.

Caractéristiques du trouble de l’alimentation non précisées ailleurs

Dans le DSM-IV, il y avait la catégorie des troubles de l’alimentation non spécifiés (EDNOS, pour son acronyme en anglais). Celle-ci a été remplacée dans la nouvelle édition 2013 par deux nouvelles catégories : autre alimentation ou trouble de l’alimentation spécifié (OSFED) et alimentation ou trouble de l’alimentation non spécifié (UFED).

Dans le premier cas, cela regroupe les troubles alimentaires qui ne répondent pas aux critères diagnostiques typiques de l’anorexie mentale, de la boulimie nerveuse, de l’hyperphagie boulimique et autres. Les catégories suivantes sont utilisées pour les décrire :

  • Anorexie mentale atypique.
  • Boulimie atypique (de durée limitée ou de faible fréquence).
  • Trouble purgatif.
  • Syndrome d’alimentation nocturne.
  • Hyperphagie boulimique (de durée limitée ou de faible fréquence).

Ceci dans le cas de l’OSFED. Les patients atteints de ce trouble développent des symptômes similaires à la condition spécifiée (anorexie, boulimie, etc.), mais ceux-ci ne répondent pas pleinement à la délimitation clinique qui a été faite de ces conditions.

En revanche, dans l’UFED ou le trouble de l’alimentation non spécifié, les symptômes et les paradigmes du trouble spécifié et de l’OSFED coexistent, mais ils méritent une catégorie distincte en raison de leurs caractéristiques.

Comme le rappelle la National Association of Eating Disorders (NEDA), l’inconfort clinique s’accompagne d’une détérioration au travail, socialement et dans d’autres domaines. Les spécialistes utilisent cette étiquette contre des conditions diagnostiques atypiques ou lorsqu’il n’y a pas assez d’informations pour délimiter une entité plus précise.

Symptômes de trouble de l’alimentation non spécifié

Une jeune femme qui se cache le visage avec une main et un mètre dedans.

Étant donné que les images de troubles du comportement alimentaire non spécifié sont différentes les unes des autres et s’éloignent des schémas normatifs, il n’y a pas de signes spécifiques permettant leur catégorisation. Néanmoins, nous signalons quelques signes qui servent d’orientation:

  • Perte de poids légère ou modérée (pas loin de la normale).
  • Boulimie lorsque vous n’avez pas faim ou en secret.
  • Manger de grandes quantités de nourriture sans que cela devienne une habitude récurrente.
  • Mâcher et expulser des aliments sans les avaler.
  • Sentiments de culpabilité après les épisodes.
  • Faible estime de soi.
  • Préoccupation de poids (sans atteindre des niveaux pathologiques).
  • Manger très rapidement.
  • Menstruations irrégulières (dans le cas des femmes).
  • Sentiment de perte de contrôle et d’obsession.

Les experts ont constaté que certains cas sont indiscernables d’autres troubles de l’alimentation en termes de gravité des épisodes.

Ce n’est pas une catégorie parfaitement délimitée. Mais elle peut être utile comme option de diagnostic lorsque les informations nécessaires à un diagnostic plus précis font défaut. Les preuves indiquent que, comme d’autres troubles de l’alimentation, cela est plus fréquent chez les femmes.

Causes des troubles de l’alimentation non spécifié

Un homme qui se touche la tête devant un ordinateur.

Les causes spécifiques ne sont pas connues. On considère généralement que cela répond à des critères multifactoriels. Par exemple, les changements hormonaux, la présence de troubles de santé mentale (anxiété, dépression, obsessions et autres), les facteurs sociaux, l’éducation et autres interviennent dans le développement de cette altération et d’autres dans le comportement alimentaire.

La pression sociale, la promotion des stéréotypes de beauté et l’euphorie physique peuvent également jouer un rôle dans la manifestation de ces modèles non spécifiés. Les patients ayant une faible estime de soi, qui se caractérisent par des comportements impulsifs ou qui ont vécu des traumatismes dans le passé correspondent également au profil de nombreux cas.

Alternatives de traitement

Puisqu’il s’agit d’une affection très irrégulière et qu’elle n’a pas été complètement délimitée, il est généralement décidé de suivre un traitement pour des troubles alimentaires précis. Cela se fera en tenant compte des caractéristiques de l’épisode, de la nature du patient et des ressources disponibles. La thérapie est effectuée par différents professionnels, elle n’est donc pas uniquement adressée à un spécialiste.

Par exemple, le soutien d’un diététicien ou d’un nutritionniste est essentiel pour orienter des habitudes de consommation saines en fonction de l’âge, du poids, de la taille et des besoins caloriques.

Un psychologue peut contribuer au contrôle des comportements compulsifs, ainsi qu’à un travail sur l’estime de soi et dans la recherche d’éventuels déclencheurs. La thérapie cognitivo-comportementale montre souvent des résultats prometteurs.

Des examens médicaux supplémentaires sont également susceptibles d’être nécessaires pour évaluer l’impact potentiel des habitudes alimentaires sur la santé globale. À ce stade, d’autres spécialistes peuvent intervenir pour déterminer l’étendue du trouble. La feuille de route est toujours choisie de manière personnalisée et en tenant compte de toutes les variables qui affectent le processus.

Il n’y a pas de données officielles ou approximatives, mais on pense qu’environ 3 % de la population mondiale présente des signes qui peuvent être regroupés en troubles alimentaires non spécifiés.

Elle est plus fréquente chez les jeunes femmes et peut commencer au début de l’adolescence. Étant donné que les complications à moyen et long terme sont les mêmes que les troubles spécifiés, il est conseillé de prêter attention à leurs symptômes pour demander une assistance médicale ou psychologique.

Cela pourrait vous intéresser ...
4 maladies d’origine alimentaire
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
4 maladies d’origine alimentaire

Quelles sont les maladies d'origine alimentaire les plus courantes? Quels sont les germes ou bactéries responsables de ces infections? etc...



  • Mitchison, D., Mond, J., Bussey, K., Griffiths, S., Trompeter, N., Lonergan, A., … & Hay, P. DSM-5 full syndrome, other specified, and unspecified eating disorders in Australian adolescents: prevalence and clinical significance. Psychological Medicine. 2020; 50(6): 981-990.
  • Wade, T. D., & O’Shea, A. DSM‐5 unspecified feeding and eating disorders in adolescents: What do they look like and are they clinically significant?. International Journal of Eating Disorders. 2015; 48(4): 367-374.

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.