Qu'est-ce que l'EMDR ?

La thérapie EMDR a été très appréciée ces dernières années. Nous vous disons en quoi elle consiste et dans quels contextes elle est appliquée.
Qu'est-ce que l'EMDR ?

Dernière mise à jour : 16 décembre, 2022

La thérapie de désensibilisation et de retraitement par les mouvements oculaires, également connue sous le nom d’EMDR, est un style de psychothérapie développé en 1987 par Francine Shapiro. À l’époque, il a été conçu comme un traitement alternatif du trouble de stress post-traumatique, même si ses utilisations actuelles vont au-delà de cette condition. Il se matérialise sous la forme d’une thérapie individuelle qui dépasse rarement 12 séances.

L’intérêt pour l’EMDR n’a cessé de croître au cours des trois dernières décennies. Bien que les experts avertissent que les preuves sont controversées, cela n’a pas limité son utilisation par des milliers de psychothérapeutes à travers le monde. Dans les lignes suivantes, nous expliquons en quoi elle consiste, quelles sont ses caractéristiques, ses avantages et les preuves de son efficacité.

Caractéristiques de la thérapie EMDR

L’EMDR fait partie de ce qu’on appelle la thérapie d’exposition. C’est-à-dire les modèles qui cherchent à exposer les patients aux déclencheurs associés à leurs problèmes dans le but de les surmonter éventuellement. La thérapie d’exposition prolongée, l’inondation, la thérapie d’exposition imaginale et la désensibilisation systématique en sont quelques exemples.

Toutes ces thérapies sont apparues après 1950 comme une alternative pour traiter le trouble anxieux et le trouble de stress post-traumatique (principalement). À la fin des années 1980, Francine Shapiro a conçu une nouvelle thérapie en étudiant l’impact des mouvements oculaires dans le traitement, le contrôle et la réduction des souvenirs pénibles.

Quelques années après avoir évalué empiriquement l’impact d’une thérapie centrée sur cette action, Shapiro a publié un article dans lequel les caractéristiques, les particularités et l’efficacité de son modèle de thérapie ont été recueillies. Ainsi, il s’est consolidé dans la naissance de l’EMDR, une forme de psychothérapie qui fut utilisée partout dans le monde avec des résultats moins intéressants.

Qu’est-ce que l’EMDR ?

Visage d'une femme avec le regard fixe.

Comme le rappelle l’American Psychological Association (APA), la thérapie basée sur l’EMDR vise à changer la façon dont nous stockons et traitons les souvenirs, afin que les symptômes associés aux conflits soient éliminés ou, en tout cas, atténuer les traumatismes ou les problèmes du passé. Elle se compose de séances qui sont réparties entre 6 et 12 cycles, qui peuvent se faire consécutivement.

La thérapie EMDR se base sur 8 phrases correctement structurées. Il s’agit de l’anamnèse (1), de la préparation du client (2), de l’évaluation de la mémoire cible (3), du traitement de la mémoire (4-7) et de l’évaluation des résultats (8). Une séance typique dure généralement entre 60 et 90 minutes, et bien que le minimum recommandé soit de 6 séances, en réalité certains patients obtiennent des résultats beaucoup plus tôt.

Le spécialiste (un psychothérapeute qualifié) développera la thérapie en dirigeant vos mouvements oculaires vers le terme qui pose des questions et formule les réponses. Il peut utiliser un objet ou votre doigt pour cela. D’autres spécialistes utilisent de petits tapotements, de la musique ou tout type de stratégie permettant d’orienter les mouvements des yeux.

Est-ce vraiment utile ?

Les experts avertissent que depuis sa création, il n’y a eu aucune justification de la façon dont les mouvements oculaires aident à contrôler les symptômes associés à la détresse d’un traumatisme passé ou présent. C’est la principale critique, celle qui n’a pas ébranlé le pouls pour qualifier cette thérapie de pseudoscience. Ceux qui défendent son efficacité soulignent que les mouvements reproduisent ceux réalisés lors de la phase de sommeil paradoxal.

Selon ce postulat, la conséquence de ces mouvements accélère le traitement de l’information. De ce fait, une résolution adaptative des souvenirs traumatiques est obtenue. Tout cela basé sur les techniques et le modèle utilisés par le psychothérapeute pour faire face aux traumatismes, conflits et angoisses du patient.

Quelle est la preuve de son efficacité ?

Une femme en consultation psychologique.

Des études et des recherches soutiennent que l’utilisation de la thérapie EMDR est utile pour faire face aux symptômes associés au trouble anxieux et au trouble de stress post-traumatique. Selon les preuves, les signes peuvent être réduits jusqu’à 70%. Tout dépend de la gravité de l’état, de la réceptivité du patient et bien sûr des compétences du thérapeute.

Bien que l’utilisation de cette thérapie soit associée à ces deux troubles, en réalité son application les dépasse. Par exemple, certains chercheurs l’ont utilisé pour traiter la douleur du membre fantôme avec des résultats positifs. Elle a également été utilisée pour traiter les enfants ayant des problèmes de comportement en aussi peu que deux mois de thérapie. Les preuves indiquent également qu’il peut être appliqué aux patients souffrant de dépendances avec des résultats prometteurs.

Bien que nous ayons cité des études scientifiques qui soutiennent l’utilisation de la thérapie EMDR, gardez à l’esprit qu’une grande partie de la communauté professionnelle doute de l’efficacité de cette thérapie. Cela est dû au fait qu’il n’a pas de support théorique durable (pour le moment), certains résultats peuvent être ambigus quant à leur catalyseur (placebo, suggestion et autres) et l’absence de lien entre les mouvements oculaires et le traumatisme du patient.

Est-ce que tout le monde peut utiliser l’EMDR ?

Indépendamment de la controverse entourant la désensibilisation aux mouvements oculaires rapides et la thérapie de retraitement, il s’agit d’une option sûre et sans effets secondaires pour les patients. Elle est particulièrement recommandée dans les cas d’angoisse, de peur ou d’épisodes traumatiques. De la main d’un professionnel, elle peut être une alternative efficace pour de nombreuses personnes.

Ce dernier est très important. Au cours des deux dernières décennies, de nombreuses personnes ont utilisé les points vides qui soutiennent cette thérapie pour la coupler à des postulats pseudoscientifiques. Dans de nombreux pays, des soi-disant professionnels sans aucune accréditation proposent leurs services en fonction de celle-ci, vous devez donc être au courant de la formation et de l’expérience des personnes qui réalisent les séances.

Étant donné que les preuves indiquent que la plupart des cas commencent à montrer des signes positifs avant 12 séances, vous ne tarderez pas à réaliser si la thérapie est faite pour vous ou non. Utilisez-la comme une alternative valable, toujours avec modération et ne vous fermez pas complètement à essayer d’autres modèles de thérapie qui ont plus de réputation.

Cela pourrait vous intéresser ...
Thérapie en ligne: caractéristiques, avantages et efficacité
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Thérapie en ligne: caractéristiques, avantages et efficacité

Quelles sont les caractéristiques de la thérapie en ligne? Est-ce tout aussi efficace que la thérapie en présence physique du thérapeute? etc..



  • Acarturk, C., Konuk, E., Cetinkaya, M., Senay, I., Sijbrandij, M., Cuijpers, P., & Aker, T. EMDR for Syrian refugees with posttraumatic stress disorder symptoms: Results of a pilot randomized controlled trial. European Journal of Psychotraumatology. 2015; 6(1): 27414.
  • Davidson, P. R., & Parker, K. C. Eye movement desensitization and reprocessing (EMDR): a meta-analysis. Journal of consulting and clinical psychology. 2001; 69(2): 305.
  • Hase, M., Schallmayer, S., & Sack, M. EMDR reprocessing of the addiction memory: Pretreatment, posttreatment, and 1-month follow-up. Journal of EMDR Practice and Research. 2008; 2(3): 170-179.
  • Ironson, G., Freund, B., Strauss, J. L., & Williams, J. Comparison of two treatments for traumatic stress: A community‐based study of EMDR and prolonged exposure. Journal of clinical psychology. 2002; 58(1): 113-128.
  • Soberman, G. B., Greenwald, R., & Rule, D. L. A controlled study of eye movement desensitization and reprocessing (EMDR) for boys with conduct problem. Journal of aggression, maltreatment & trauma. 2002: 6(1): 217-236.
  • Shapiro, F., & Maxfield, L. Eye movement desensitization and reprocessing (EMDR): Information processing in the treatment of trauma. Journal of clinical psychology. 2002; 58(8): 933-946.
  • Shapiro, F. Eye movement desensitization and reprocessing (EMDR) and the anxiety disorders: Clinical and research implications of an integrated psychotherapy treatment. Journal of Anxiety disorders. 1999; 13(1-2): 35-67.
  • Shapiro, F. Eye movement desensitization: A new treatment for post-traumatic stress disorder. Journal of behavior therapy and experimental psychiatry. 1989; 20(3): 211-217.
  • Schneider, J., Hofmann, A., Rost, C., & Shapiro, F. EMDR in the treatment of chronic phantom limb pain. Pain Medicine. 2008; 9(1): 76-82.
  • Stickgold, R. EMDR: A putative neurobiological mechanism of action. Journal of clinical psychology. 2002; 58(1): 61-75.

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.