Trouble de stress post-traumatique: symptômes et caractéristiques

Le TSPT implique des phénomènes de flash-back, de cauchemars, d'angoisse, d'évitement de lieux, de mots ou de personnes rappelant le traumatisme. Bref, une diminution très notable de la qualité de vie de l'individu.
Trouble de stress post-traumatique: symptômes et caractéristiques
Bernardo Peña

Rédigé et vérifié par el psicólogo Bernardo Peña dans 04 septembre, 2021.

Dernière mise à jour : 04 septembre, 2021

Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) comprend les conséquences psychologiques, à la fois immédiates et à long terme, d’expériences traumatisantes de nature extrême ou catastrophique.

Ces phénomènes ont été étudiés principalement en relation avec les guerres. En effet, ses symptômes étaient traditionnellement connus sous le nom de fatigue de combat ou de névrose de guerre.

Origine du trouble de stress post-traumatique

Pendant la Première Guerre mondiale, une guerre de tranchées et un combat au corps à corps, les pertes parmi les combattants de ce désordre ont atteint 23%. La guerre du Vietnam a suscité un grand débat aux États-Unis sur les séquelles des traumatismes psychologiques de la guerre et elle a sans aucun doute été le phénomène le plus étudié.

Selon certaines études, 20 à 30 % des vétérans de cette guerre présentaient des symptômes de TSPT et 50 % certains symptômes liés au combat.

Quant à la Seconde Guerre mondiale, une étude sur les survivants de l’holocauste nazi a obtenu que 75 % des personnes internées dans les camps de concentration, 50 ans plus tard, continuent de présenter des symptômes sévères d’ESPT et présentent toujours des altérations des taux de catécholamines cérébrales.

L’exposition à un stress sévère augmente également l’apparition de plusieurs maladies médicales au fil du temps. Dans un échantillon de 1 399 vétérans de la guerre du Vietnam, 20 ans après la guerre, 332 cas avaient souffert ou souffraient de TSPT.

Comparativement à un groupe témoin de vétérans de la même guerre, les combattants atteints du TSPT avaient une prévalence plus élevée de maladies cardiovasculaires, digestives, musculaires, endocriniennes, du système nerveux, respiratoires, infectieuses, etc., et cet effet s’est maintenu après contrôle des facteurs classiques. facteurs de risque.

Schéma d'un cerveau qui explose.

Caractéristiques du trouble de stress post-traumatique

Ce trouble survient lorsqu’une personne a vécu ou été témoin d’un événement traumatisant qui sort du cadre de l’expérience humaine normale et qui serait très traumatisant pour presque tout le monde. La réponse à ces situations est une peur intense ou un désespoir. Quelques exemples sont:

  • Être face à la mort.
  • Menaces de vie.
  • Catastrophes.
  • Violence.

L’événement traumatique est revécu de façon persistante, soit par:

    • Souvenirs récurrents (les souvenirs de ces événements peuvent être très vifs).
    • Rêves ou cauchemars.
    • Performance soudaine ou sentiment que l’événement se reproduirait.
    • Détresse psychologique intense ou réponses physiologiques lorsqu’elles sont exposées à des événements qui symbolisent ou rappellent un aspect de l’événement.

Il est courant d’éviter constamment les stimuli associés au traumatisme, ainsi que d’atténuer la réactivité générale de l’individu, comme indiqué par les symptômes possibles suivants:

  • Éviter les pensées ou les conversations sur le traumatisme.
  • Éviter les activités, les lieux ou les personnes qui inspirent des souvenirs du traumatisme.
  • Incapacité à se souvenir d’un aspect important du traumatisme. Autrement dit, présence d’une amnésie psychogène ou dissociative. Pour certains auteurs, l’amnésie psychogène serait une forme dissociative du TSPT.
  • Forte réduction de l’intérêt ou de la participation à des activités antérieures significatives (chez les enfants, perte de capacités déjà acquises telles que l’apprentissage du langage ou de la propreté).
  • Sentiment de détachement ou d’aliénation des autres.
  • Restriction de la vie affective, par exemple, incapacité à avoir des sentiments amoureux.
  • Sentiment d’avoir un avenir écourté (pas de fin d’études, perte d’intérêt à se marier, ne pas espérer trouver un emploi…).
  • Symptômes persistants d’état d’éveil accru, tels que troubles du sommeil, irritabilité, difficultés de concentration, hypervigilance ou réactions de sursaut exagérées.
Bonhomme en bois avec des écritures noires au dessus de la tête.

Quelles sont les spécifications du trouble de stress post-traumatique?

Il existe des spécifications pour le TSPT aigu, si les symptômes durent moins de 3 mois, ou chroniques s’ils durent plus de 3 mois, et d’apparition retardée, lorsqu’au moins six mois se sont écoulés entre l’événement traumatique et l’apparition des symptômes. Le TSPT est un trouble caractérisé par une morbidité élevée, une résistance au traitement et une évolution chronique.

Coeur du traumatisme

Le cœur de ce type de traumatisme se trouve dans la mémoire répétitive de l’événement traumatique. Cette mémoire est plus active et conditionne les autres expériences psychologiques. Ces souvenirs sont gravés dans l’amygdale créant une empreinte indélébile de l’événement.

L’amygdale devient hyperexcitable. Elle devient une sorte de déclencheur prêt à déclencher l’alarme du cerveau au moindre indice de quelque chose ressemblant au passé. Cela provoque alors des réactions défensives aux situations quotidiennes comme s’il s’agissait de réels dangers, démontrant une susceptibilité accrue au stress psychologique en général.

Il semble que les actes violents à caractère personnel tels que les viols, les vols ou les situations de violence soient plus nocifs que les catastrophes naturelles. Les taux de suicide y sont également plus élevés. La raison en est peut-être que la victime de cette violence gratuite a le sentiment d’avoir été délibérément choisie et cela sape sa confiance dans les autres et dans la sécurité du monde interpersonnel, déclenchant plus d’attributions internes.

Thérapie pour le SSPT

La thérapie la plus efficace est la réponse d’évitement prévention exposition (vivante ou imaginaire, progressive ou totale) à la situation redoutée. Dans le cas du TSPT, cela est très difficile en raison de la nature même de la situation redoutée, associée à un danger réel et certain.

De plus, les changements cérébraux causés par un traumatisme sont si puissants que toute réminiscence de la situation d’origine déclenche une activation émotionnelle si forte que la réaction de panique peut être renforcée comme s’il s’agissait de la situation d’origine. Il est difficile de trouver une situation dans laquelle l’objet redouté peut être approché avec un sentiment de calme. Ce qui rend le traitement plus difficile.

Le réapprentissage dans ce trouble doit avoir lieu au niveau cortical (préfrontal en particulier), car la peur originelle enregistrée dans l’amygdale ne disparaîtra jamais complètement. Par conséquent, c’est le cortex préfrontal qui doit inhiber activement la réponse panique déclenchée par l’amygdale.

Par conséquent, un rappel conscient et délibéré, aussi soigneusement que possible, est essentiel dans le traitement du trouble de stress post-traumatique, du moins chez les adultes. Il est important pour le patient de relater verbalement tous les aspects du traumatisme afin que les souvenirs soient contrôlés par le néocortex et que les réactions suscitées soient mieux comprises et dirigées.

Conclusion

En conclusion, le trouble de stress post-traumatique fait partie des troubles traumatiques et stressants décrits dans le DSM-5. Son origine est le contact avec une situation traumatique menaçant la vie ou l’intégrité de l’individu.

Cette expérience génère une trace très difficile à effacer en mémoire. Par conséquent, nous avons besoin d’une thérapie cognitivo-comportementale qui aide à minimiser l’impact émotionnel du souvenir traumatique.

Cela pourrait vous intéresser ...
Types de neurotransmetteurs: caractéristiques et fonctions
Muy SaludLisez-le dans Muy Salud
Types de neurotransmetteurs: caractéristiques et fonctions

Les neurotransmetteurs sont des substances qui interviennent dans la synapse chimique..Quels sont les principaux? Quelles sont leurs fonctions? etc...



  • Danzi, B. A. A., & La Greca, A. M. (2017). Optimizando el umbral clínico para el TEPT: extendiendo criterios del DSM-5 de preescolares a niños de edad escolar. International Journal of Clinical and Health Psychology17(3), 234-241.
  • Echeburúa, E., Amor, P. J., Sarasua, B., Zubizarreta, I., Holgado-Tello, F. P., & Muñoz, J. M. (2016). Escala de Gravedad de Síntomas Revisada (EGS-R) del Trastorno de Estrés Postraumático según el DSM-5: propiedades psicométricas. Terapia psicológica34(2), 111-128.
  • Gómez-Gutiérrez, M., Chaparro-Morillo, G., Martín-de-Francisco, C., & Crespo, M. (2018). Tratamiento cognitivo-conductual de un caso de estrés postraumático por accidente ferroviario.¿ Éxito terapéutico o evitación?. Clínica y Salud29(2), 101-104.