Qu'est-ce que l'embolie pulmonaire?

L'embolie pulmonaire est une maladie cardiovasculaire qui, si elle n'est pas traitée à temps, peut être mortelle. Découvrez-en davantage à son sujet.
Qu'est-ce que l'embolie pulmonaire?

Écrit par Daniela Andarcia, 11 août, 2021

Dernière mise à jour : 11 août, 2021

Lorsqu’un caillot de sang apparaît dans l’une des artères principales du poumon, on parle d’embolie pulmonaire. Cette maladie touche environ 1 personne sur 1 000, selon un rapport des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis.

Par ailleurs, cette pathologie est considérée comme une maladie cardiovasculaire. Elle peut abaisser les niveaux d’oxygène dans le sang et, si elle n’est pas traitée à temps, provoque des lésions pulmonaires permanentes et même la mort.

Symptômes d’embolie pulmonaire

Un homme âgé qui a mal aux poumons.

L’embolie pulmonaire empêche le poumon de recevoir du sang qu’il doit reconstituer en oxygène et le pomper vers le cœur qui, à son tour, est chargé de distribuer l’oxygène au reste du corps. Par conséquent, ce ne sont pas seulement les poumons qui sont impliqués dans une embolie pulmonaire, car le cœur et d’autres organes vitaux peuvent être touchés.

Certains des signes d’embolie pulmonaire sont les suivants:

  • L’essoufflement peut être soudain.
  • Douleur thoracique, qui peut être pire en cas d’inhalation.
  • Fréquence cardiaque élevée.
  • Respiration accélérée.
  • Vertiges.
  • Toux, qui est généralement sèche et peut provoquer des saignements.
  • Respiration sifflante.
  • Lèvres et doigts bleutés (cyanose).

En cas de complications, cette condition peut entraîner un choc, un arrêt cardiaque, une perte de conscience ou la mort. La gravité de la maladie est mesurée par le volume de l’embolie pulmonaire.

Cependant, si le volume de l’embolie pulmonaire est faible, elle est tout de même considérée comme une urgence, car elle peut provoquer un infarctus pulmonaire.

Causes d’embolie pulmonaire

Bien que les caillots sanguins puissent être causés par diverses raisons, ils sont le plus souvent causés par une thrombose veineuse profonde, une condition de formation de caillots dans les veines profondes du corps. Ils commence généralement dans les jambes ou le bassin et se déplace vers les vaisseaux sanguins des poumons.

Les caillots sanguins peuvent être la conséquence de diverses causes, dont certaines pourraient être les suivantes :

  • Blessures ou dommages: Lorsqu’un muscle est blessé ou déchiré, ou qu’un os est fracturé, il y a un risque d’endommager les vaisseaux sanguins et de provoquer des caillots.
  • Conditions médicales: Certaines conditions médicales ou certains traitements peuvent provoquer des caillots sanguins. Par exemple, la chimiothérapie rend une personne sujette à la thrombose.
  • Inactivité: Lorsqu’une personne a de longues périodes d’inactivité, elle peut développer des caillots sanguins, qu’elle soit au lit en convalescence d’une maladie ou qu’elle passe de nombreuses heures assise.

D’autre part, une étude publiée dans le Journal of Anaesthesiology Clinical Pharmacology a révélé qu’en de rares occasions, une particule qui pénètre dans la circulation sanguine provoque une embolie pulmonaire.

Facteurs de risque

Les facteurs de risque comprennent les suivants:

  • Être un patient cancéreux.
  • Être en surpoids ou obèse.
  • Suivre un mode de vie sédentaire.
  • Avoir plus de 60 ans.
  • Avoir subi une fracture de la jambe ou de la hanche.
  • Crise cardiaque ou accident vasculaire cérébral dans les antécédents personnels.
  • Prendre de la testostérone ou des œstrogènes.
  • Souffrir d’un trouble génétique de la coagulation sanguine.
  • Avoir une maladie inflammatoire de l’intestin.
  • Avoir des antécédents d’un membre de la famille ayant subi une embolie pulmonaire.

Diagnostic de l’embolie pulmonaire

L'embolie pulmonaire peut être diagnostiquée avec des techniques d'imagerie.

Si vous souffrez d’une maladie cardiaque, d’hypertension artérielle ou d’emphysème, il peut être difficile de diagnostiquer une embolie pulmonaire. En général, le médecin vous posera quelques questions de routine telles que ce que vous avez ressenti ou si vous avez un membre de votre famille qui a souffert d’embolie pulmonaire, entre autres. Ensuite, il procédera à certains examens médicaux tels que:

  • Radiographie pulmonaire. Le médecin pourra examiner de plus près les poumons et le cœur et voir s’il y a des anomalies.
  • Résonance magnétique.
  • Électrocardiographe.
  • Angiographie pulmonaire. Il s’agit d’une injection avec un colorant spécial pour voir s’il y a un caillot de sang grâce à une radiographie.
  • Tomodensitométrie.
  • Echographie veineuse duplex. Elle utilise des ondes radio pour exclure la présence de caillots sanguins dans les jambes, probablement liés à une embolie pulmonaire.
  • Phlébographie. Il s’agit d’une radiographie des veines des jambes.
  • Test des D-dimères.

Traitement de l’embolie pulmonaire

Le traitement dépendra de la taille et de la localisation de l’embolie pulmonaire. Si elle est détectée tôt, le médecin pourra vous prescrire certains de ces médicaments:

  • Anticoagulants: comme l’héparine, la warfarine ou l’arixtra, des « anticoagulants » qui empêchent la formation de caillots.
  • Thrombolytiques: leur fonction est de dissoudre rapidement un caillot sanguin. Gardez à l’esprit que ces médicaments ne sont utilisés qu’en cas d’urgence, car leurs effets secondaires pourraient être dangereux.

Une autre façon d’éliminer les caillots sanguins est la chirurgie. Parmi les interventions chirurgicales figurent les suivantes :

  • Placement du filtre de la veine cave: Cette chirurgie est effectuée pour empêcher le caillot sanguin de se déplacer de la jambe au poumon. Une petite incision sera donc faite pour insérer un filtre dans la veine cave inférieure.
  • Chirurgie ouverte: Ce type de chirurgie n’est utilisé que si la personne est en état de choc ou si les ressources pour dissoudre le caillot sont épuisées.
  • Extraction du caillot: elle consiste à insérer un cathéter pour aspirer le caillot sanguin qui se loge dans l’artère. C’est une méthode difficile à réaliser, certains médecins préfèrent donc un autre type de traitement.

Soins et suivi

Une fois que votre médecin aura traité votre embolie pulmonaire, il pourra vous prescrire des médicaments anticoagulants pour prévenir de nouvelles formations. D’autre part, il recommandera également d’utiliser des mesures de compression pour empêcher le sang de coaguler dans les jambes.

En effet, si vous avez souffert d’une embolie pulmonaire fréquente, vous pouvez développer une maladie plus grave telle que l’hypertension pulmonaire.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les principales causes de la BPOC
Muy SaludLisez-le dans Muy Salud
Les principales causes de la BPOC

La BPCO ou maladie obstructive chronique est une maladie évolutive qui entraîne des difficultés à respirer correctement..Quelles sont ses causes?



  • Centers for Disease Control and Prevention [Updated 2020 Feb 07]. Venous Thromboembolism (Blood Clots) – Data & Statistics. Available from: https://www.cdc.gov/ncbddd/dvt/data.html
  • Centers for Disease Control and Prevention [Updated 2020 Feb 07]. Venous Thromboembolism (Blood Clots) – What is VTE?. Available from: https://www.cdc.gov/ncbddd/dvt/facts.html
  • National Heart, Lung, and Blood Institute. Venous Thromboembolism. Available from: https://www.nhlbi.nih.gov/health-topics/venous-thromboembolism
  • Kaur, K., Bhardwaj, M., Kumar, P., Singhal, S., Singh, T., & Hooda, S. (2016). Amniotic fluid embolism. Journal of anaesthesiology, clinical pharmacology, 32(2), 153–159. https://doi.org/10.4103/0970-9185.173356
  • Scoville, E. A., Konijeti, G. G., Nguyen, D. D., Sauk, J., Yajnik, V., & Ananthakrishnan, A. N. (2014). Venous thromboembolism in patients with inflammatory bowel diseases: a case-control study of risk factors. Inflammatory bowel diseases, 20(4), 631–636. https://doi.org/10.1097/MIB.0000000000000007
  • Sekhri, V., Mehta, N., Rawat, N., Lehrman, S. G., & Aronow, W. S. (2012). Management of massive and nonmassive pulmonary embolism. Archives of medical science : AMS, 8(6), 957–969. https://doi.org/10.5114/aoms.2012.32402
  • Ucar E. Y. (2019). Update on Thrombolytic Therapy in Acute Pulmonary Thromboembolism. The Eurasian journal of medicine, 51(2), 186–190. https://doi.org/10.5152/eurasianjmed.2019.19291
  • Chung, J., & Owen, R. J. (2008). Using inferior vena cava filters to prevent pulmonary embolism. Canadian family physician Medecin de famille canadien, 54(1), 49–55.
  • Bĕlohlávek, J., Dytrych, V., & Linhart, A. (2013). Pulmonary embolism, part I: Epidemiology, risk factors and risk stratification, pathophysiology, clinical presentation, diagnosis and nonthrombotic pulmonary embolism. Experimental and clinical cardiology, 18(2), 129–138.