Qu'est-ce que la vigorexie ?

La vigorexie est un trouble dont la prévalence a augmenté ces dernières années. Nous vous présentons tout ce que vous devez savoir sur ce trouble.
Qu'est-ce que la vigorexie ?

Dernière mise à jour : 16 décembre, 2022

La vigorexie, également connue sous le nom de dysphorie musculaire, est l’un des troubles corporels les plus méconnus. Il existe encore beaucoup de doutes ou d’incompréhensions quant à ce à quoi il fait allusion. Dans certains contextes, on l’appelle souvent anorexie inversée ou mégarexie.

Comme le préviennent les experts, il existe encore un manque partiel de connaissances sur les causes, la prévalence, le pronostic et même le traitement de la vigorexie. Cependant, il est juste de souligner que depuis son invention dans les années 90, la science s’est intéressée à ce trouble. Dans les lignes suivantes, nous vous disons ce que l’on sait à son sujet et nous résolvons certains de ses mythes les plus fréquents.

Caractéristiques de la vigorexie

La vigorexie est décrite comme la notion souvent obsessionnelle que la masse musculaire est bien inférieure à ce qu’elle est réellement. Autrement dit, les patients vigoureux se perçoivent comme minces, avec peu de masse musculaire. Malgré le fait qu’ils ont en fait une constitution normative et dans certains cas supérieure à la moyenne.

S’il est vrai que ce trouble peut se manifester dans presque tous les groupes, il est généralement plus fréquent chez les athlètes. Il est particulièrement plus fréquent dans les sports où la masse musculaire, le volume ou la force jouent un rôle prépondérant. Par exemple, l’haltérophilie, la boxe, la lutte, etc. Il est souvent associé uniquement aux hommes, mais les femmes peuvent également développer la maladie.

La mode du style de vie fitness a également rendu la vigorexie manifeste chez les patients non sportifs. Elle s’est aussi partiellement normalisée, surtout parmi ceux qui forment des groupes ou des cercles associés à cette culture. Les chercheurs pensent que l’orthorexie mentale et l’anxiété sociale sont de bons prédicteurs du développement du trouble à moyen et long terme.

Symptômes de la vigorexie

Un patient atteint de vigorexie développe une préoccupation pathologique de sa musculature en rapport avec sa maigreur. Les experts s’accordent à dire que ce trouble affecte la vie des sujets de bien des manières. Au point qu’il peut interférer avec leurs relations sociales, leur travail et bien sûr leur santé. Voyons quelques signes qui le caractérisent :

  • Obsession d’obtenir plus de muscles en pensant qu’il en manque.
  • Efforts persistants, obsessionnels et compulsifs pour prendre de la masse musculaire sans jamais que cela suffise.
  • Utilisation incontrôlée de substances anabolisantes.
  • Comparaison récurrente de leur musculature avec celle des autres (également avec eux-mêmes la mesurant quotidiennement).
  • Mise sur des régimes stricts qui complètent les journées d’entraînement intense. C’est un signe si fréquent que certains considèrent la vigorexie comme un trouble du comportement alimentaire.
  • Pensées obsessionnelles sur le poids. Les personnes peuvent passer en moyenne 5 heures par jour à se concentrer dessus.
  • Obsession de se regarder dans le miroir.
  • Embarras d’exposer les muscles en public parce qu’ils pensent qu’ils sont inférieurs ou insuffisants.
  • Développement de troubles de l’humeur tels que l’anxiété ou la dépression.

La somme de tous ces facteurs conditionne le quotidien des vigorexiques. Ils peuvent perdre leur emploi, s’endetter, perdre leur partenaire et leurs amis et s’isoler en raison de leur obsession. Comme les preuves l’indiquent, la prévalence de toutes ces conséquences peut durer toute la vie si aucun traitement n’est recherché.

Il n’est pas rare que des patients souffrent également d’atteintes à leur santé. Non seulement en raison de l’utilisation incontrôlée de substances, mais aussi en raison du surmenage lors de l’entraînement. Ils souffrent souvent de blessures récurrentes dues à un effort excessif. Des blessures qu’ils ignorent dans leur recherche d’une plus grande masse musculaire.

Causes de la vigorexie

Les causes spécifiques de la vigorexie n’ont pas été déterminées jusqu’à présent. On pense qu’il s’agit d’une combinaison de facteurs psychologiques associés à des déterminants environnementaux. Par exemple, les traumatismes de l’enfance, la faible estime de soi, l’intimidation et la pression sociale peuvent influencer son développement à la fin de l’adolescence ou au début de l’âge adulte.

Certains experts affirment que l’exposition médiatique d’un corps parfait et musclé peut affecter le développement de ce trouble. Johns Hopkins Medicine nous rappelle que les antécédents familiaux du trouble (ou de troubles mentaux similaires), les perturbations chimiques, la dérégulation hormonale et le type de personnalité peuvent également être à l’origine de certains épisodes.

Il est important de garder à l’esprit que tous ceux qui sont obsédés par le fait de gagner plus de muscle ne peuvent pas être classés comme vigorexiques. En général, il est considéré comme un trouble lorsqu’il commence à affecter d’autres aspects de la vie tels que le travail et les relations sociales.

Options de traitement

Le traitement de la vigorexie est souvent difficile tant pour le patient que pour le spécialiste. La plupart des personnes atteintes de la maladie sont réticentes à l’admettre. Elles ne demandent donc presque jamais d’aide médicale. Lorsqu’elles le font, elles abandonnent souvent la thérapie à mi-chemin. Surtout lorsqu’elles n’ont pas le soutien de leur entourage ou qu’elles sont dans un environnement professionnel (boxeurs, culturistes, etc.).

Il n’existe pas de traitement standard pour le trouble, et il est souvent déterminé en fonction de ses causes. L’utilisation de certains médicaments et de la thérapie psychologique est généralement l’option des experts. Par exemple, il est d’usage de miser sur les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et la thérapie cognitivo-comportementale. La thérapie familiale peut également être une option acceptable.

Enfin, toutes les personnes qui privilégient leur croissance musculaire ne sont pas forcément considérées comme vigorexiques. La nuance est très fine, mais il convient de la garder à l’esprit pour éviter d’obliger une personne à consulter un professionnel. Les résultats sont toujours plus stables et opportuns lorsque la recherche est volontaire. Sinon, cela conduit généralement à l’abandon ou au rejet.

Cela pourrait vous intéresser ...
Sport: histoire et bienfaits sur la santé physique et mentale
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Sport: histoire et bienfaits sur la santé physique et mentale

Le terme sport désigne une activité physique qui améliore la condition physique de la personne qui la pratique. Quelle est l'histoire du sport?



  • Cerea, S., Bottesi, G., Pacelli, Q. F., Paoli, A., & Ghisi, M. Muscle dysmorphia and its associated psychological features in three groups of recreational athletes. Scientific reports. 2018; 8(1): 1-8.
  • Leit, R. A., Gray, J. J., & Pope Jr, H. G. The media’s representation of the ideal male body: A cause for muscle dysmorphia?. International Journal of Eating Disorders. 2002; 31(3): 334-338.
  • Leone, J. E., Sedory, E. J., & Gray, K. A. Recognition and treatment of muscle dysmorphia and related body image disorders. Journal of athletic training. 2005; 40(4): 352.
  • Olivardia, R., Pope Jr, H. G., & Hudson, J. I. Muscle dysmorphia in male weightlifters: a case-control study. American Journal of Psychiatry. 2000; 157(8): 1291-1296.
  • Tod, D., Edwards, C., & Cranswick, I. Muscle dysmorphia: current insights. Psychology research and behavior management. 2016; 9: 179.

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.