Nos conseils pour vivre avec l'obésité

L'obésité est un trouble qui compromet la santé de différentes manières. Que faire pour vivre avec l'obésité dans la société actuelle?
Nos conseils pour vivre avec l'obésité

Écrit par Josberth Johan Benitez Colmenares, 03 août, 2021

Dernière mise à jour : 03 août, 2021

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), on estime qu’actuellement plus de 650 millions de personnes souffrent d’obésité. Beaucoup d’entre elles sont des enfants et des jeunes, avec des pourcentages qui ont triplé depuis 1975. La plupart des chercheurs n’ont pas peur de qualifier ces chiffres d’épidémie. Comment vivre de nos jours avec l’obésité?

Comme le rappelle Harvard Health Publishing, l’inversion de ce trouble va bien au-delà d’un nombre de calories. Nous avons déjà évoqué le traitement de l’obésité et de la façon de la prévenir. Dans cette section, nous nous concentrons donc sur la description de certaines lignes directrices qui passent inaperçues chez de nombreux patients obèses.

Les sentiments de vivre avec l’obésité

Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, prendre soin des émotions était un problème secondaire chez les spécialistes de l’obésité. La plupart se concentrent effectivement sur le plan physique, oubliant ainsi l’impact psychosocial complexe qui entoure toutes les personnes obèses.

Heureusement, il existe aujourd’hui un consensus parmi les chercheurs selon lequel le bien-être psychosocial est un élément essentiel de la vie avec l’obésité. Bien que l’impact négatif du trouble puisse être ressenti de différentes manières, nous examinons ci-dessous trois des plus importantes.

Une stigmatisation

Une personne obèse triste.

Comme le souligne très bien l’European Coalition for People Living with Obesity, la stigmatisation est une séquelle fréquente de l’obésité. Les personnes obèses doivent faire face, dès leur plus jeune âge, aux préjugés et jugements des autres vis-à-vis de leur condition.

Selon certaines études, la stigmatisation se concentre la plupart du temps sur des lieux communs concernant les raisons de la prise de poids (par exemple, qu’elle est uniquement liée à la suralimentation ou au fait de ne pas faire d’exercice). Cela peut venir de collègues, d’amis ou de la famille. Il s’agit d’un obstacle prépondérant lorsque l’on essaie de traiter le trouble.

En conséquence, les individus développent une faible estime de soi, des sentiments de honte et de culpabilité, de l’anxiété, des pensées négatives et même des pensées suicidaires. La stigmatisation peut empêcher de nombreuses personnes obèses d’obtenir un emploi (ou une promotion). Elle peut les isoler socialement, réduire leurs performances scolaires et de nombreux autres obstacles similaires.

Il existe plusieurs moyens de lutter contre la stigmatisation. L’un des plus importants est celui des initiatives publiques et privées visant à accroître la sensibilisation. Dans de nombreux pays, il existe aujourd’hui des lois conçues pour inverser cette tendance. Les moyens que vous pouvez mettre en place par vous-même, en suivant l’Obesity Action Coalition, sont les suivantes :

  • Informez votre entourage (famille et amis) des répercussions de la stigmatisation. Encouragez-les à faire de même.
  • Exprimez, dans la mesure du possible et avec de bonnes paroles, votre désaccord avec certaines attitudes préjudiciables à l’égard de l’obésité.
  • Suivez une thérapie avec un psychologue professionnel pour travailler sur les sentiments négatifs.

Dépression et obésité

Il existe peu d’études et de recherches qui ont trouvé une association directe entre l’obésité et la dépression. Elle touche tous les groupes d’âge et de sexe et peut même réapparaître. On sait que les épisodes dépressifs peuvent favoriser la prise de poids, créant un effet boule de neige à moyen et long terme.

Pendant des années, la dépression a cessé d’être un trouble excentrique de ceux qui, pour une raison quelconque, ne voulaient pas être heureux. Sa stigmatisation dans la société diminue et l’initiative de la traiter aux mains de professionnels (psychologues, psychiatres, thérapeutes et autres) sauve littéralement des milliers de vies chaque année.

N’hésitez donc pas à consulter des spécialistes si vous développez certains des symptômes de la dépression. Comme nous l’avons indiqué, cela peut être un obstacle immense pendant le traitement. Sans parler de tous les problèmes qui y sont directement associés.

Acceptation

Par acceptation, nous ne faisons pas référence au fait que l’obésité est considérée comme un trouble qui ne nécessite pas de traitement. Au lieu de cela, nous entendons l’acceptation comme la souffrance d’une maladie associée à des dizaines de comorbidités et de problèmes pouvant réduire l’espérance de vie.

La thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT) est une approche qui fut utilisée comme une méthode pour perdre du poids. Des études et des recherches soutiennent son utilisation, pour autant qu’elle soit appliquée par un professionnel. La première étape pour parvenir à un changement est d’être conscient de son importance.

Conseils pour vivre avec l’obésité

Deux mains qui se tiennent.

Parallèlement aux soins émotionnels, il y a beaucoup de choses que vous pouvez faire pour vivre avec l’obésité. Nous n’explorerons pas ici les options de traitement que nous vous avons déjà énoncé dans d’autres articles, mais plutôt des recommandations qui peuvent vous simplifier la vie pour faire face à la maladie.

  • Renseignez-vous sur les initiatives publiques et privées dans votre communauté pour prévenir et lutter contre l’obésité (le CDC suggère de commencer par les écoles, les collèges, les hôpitaux et les lieux de restauration).
  • Évitez de manger au restaurant et remplacez cette habitude par des préparations maison.
  • Limitez le temps que vous passez devant l’écran (Harvard TH Chang ne recommande que deux heures par jour).
  • Rejoignez des groupes de soutien en face à face ou en ligne visant à lutter contre l’obésité.
  • Gardez une trace de ce que vous mangez au quotidien. Vous pouvez ainsi avoir un oeil sur vos habitudes alimentaires réelles en fin de semaine.
  • Impliquez tous les membres de votre famille à adopter des habitudes saines.
  • Envisagez de faire appel à un entraîneur personnel pour vous fixer des objectifs réalistes.
  • Ne soyez pas obsédé par la réalisation d’objectifs à court terme.
  • Réfléchissez à la possibilité d’une intervention chirurgicale uniquement comme dernière option et lorsque vous avez déjà fait des progrès significatifs (comme le conseille par l’American Heart Association).

Conclusion..

Enfin, l’important est que vous compreniez que vivre avec l’obésité n’implique pas de marcher seul sur la route. Les spécialistes de différentes disciplines, la famille et les amis sont d’une grande aide pendant le processus. Plus tôt vous pourrez l’assimiler, plus vous serez engagé dans le maintien d’un traitement à long terme.

Cela pourrait vous intéresser ...
Mode de vie sédentaire: comment affecte-t-il la santé?
Muy SaludLisez-le dans Muy Salud
Mode de vie sédentaire: comment affecte-t-il la santé?

Rester assis ou allongé trop longtemps a des effets réellement nocifs..Quelles sont les conséquences du mode de vie sédentaire sur la santé?



  • Lillis J, Kendra KE. Acceptance and Commitment Therapy for weight control: Model, evidence, and future directions. J Contextual Behav Sci. 2014 Jan;3(1):1-7.
  • Milaneschi Y, Simmons WK, van Rossum EFC, Penninx BW. Depression and obesity: evidence of shared biological mechanisms. Mol Psychiatry. 2019 Jan;24(1):18-33.
  • Mitchell NS, Catenacci VA, Wyatt HR, Hill JO. Obesity: overview of an epidemic. Psychiatr Clin North Am. 2011 Dec;34(4):717-32.
  • Puhl RM, Heuer CA. Obesity stigma: important considerations for public health. Am J Public Health. 2010 Jun;100(6):1019-28.
  • Preiss K, Brennan L, Clarke D. A systematic review of variables associated with the relationship between obesity and depression. Obes Rev. 2013 Nov;14(11):906-18.
  • Tronieri JS, Wadden TA, Leonard SM, Berkowitz RI. A pilot study of acceptance-based behavioural weight loss for adolescents with obesity. Behav Cogn Psychother. 2019 Nov;47(6):686-696.
  • Ueland V, Furnes B, Dysvik E, Rørtveit K. Living with obesity – existential experiences. Int J Qual Stud Health Well-being. 2019 Dec;14(1):1651171.