Les 6 types de sexisme qui existent

Le sexisme peut être classé en différents types, car il ne renvoie pas à un concept hétérogène. Voyons ce qu'ils sont et quelques exemples.
Les 6 types de sexisme qui existent

Dernière mise à jour : 16 décembre, 2022

Le sexisme est compris comme un préjugé, une discrimination ou une ségrégation fondée sur le sexe ou le genre. Le terme est souvent cité en relation avec d’autres tels que la violence domestique, les crimes de haine, le harcèlement sexuel ou l’inégalité. On peut distinguer différents types de sexisme, tant par sa nature même que par le contexte dans lequel il se manifeste.

Selon les experts, le sexisme englobe l’ensemble des croyances, comportements, pratiques et attitudes exprimées par un sujet, une institution ou une société par rapport au sexe ou au genre. La plupart du temps abordé d’un point de vue négatif. Vous découvrirez avec les différents types de sexisme qu’il est plus courant qu’il n’y paraît, au point qu’il peut passer inaperçu.

Principaux types de sexisme

Le sexisme peut se classer selon sa nature (hostile, bienveillant ou ambivalent) ou en tenant compte du contexte (institutionnel, interpersonnel et intériorisé). Bien qu’il existe d’autres critères de classification, comme ceux de certains experts comme le sexisme indirect, sexuel et physique, ce modèle est la norme qui permet d’englober les différents types. Voyons ce qu’ils sont, leurs caractéristiques et quelques exemples de chacun.

1. Sexisme hostile

Il fait référence à des croyances, des attitudes et des comportements ouvertement hostiles envers un groupe de personnes en relation avec leur genre ou leur sexe. Le sexisme hostile se matérialise par des attitudes agressives ou imposantes envers un certain genre ou sexe. Il peut toucher à la fois les hommes et les femmes. Bien qu’en pratique, beaucoup pensent qu’il ne se développe que chez les hommes.

Selon les chercheurs, l’éducation, la formation scolaire, la famille et la manière dont les partenaires sentimentaux sont gérés influent sur la manifestation de ce type de sexisme. Des études indiquent que les attitudes hostiles ont tendance à diminuer avec l’âge. Elles sont donc plus puissantes à l’adolescence ou au début de l’âge adulte. Voici quelques exemples :

  • Utilisation d’insultes, de disqualifications ou de ridiculisations pour le genre ou le sexe fondés sur des préjugés.
  • Harcèlement ou menaces directes.
  • Utilisation de déclarations incohérentes pour justifier un comportement.
  • Agression physique ou sexuelle.
  • Attitudes de supériorité au terme d’une diminution des qualités du sujet due à son sexe ou à son genre.

Comme le montrent les preuves, ceux qui pratiquent le sexisme utile sont plus susceptibles de se livrer à la violence domestique avec leurs partenaires. Les idées liées à cette variante du sexisme tournent autour de la faiblesse, de la soumission, du manque d’intelligence, etc.

2. Types de sexisme: bienveillant

Une femme qui sourit en tendant le pouce.

Contrairement au cas précédent, où les préjugés tournaient autour de critères négatifs, le sexisme bienveillant englobe des préjugés positifs, des attitudes et des comportements par rapport à un sexe ou un genre. Les italiques ne sont pas gratuits, car bien que les attitudes puissent être camouflées comme positives, en réalité ce sont toujours des préjugés qui favorisent le sexisme.

Les preuves indiquent que les femmes sont plus susceptibles de faire l’expérience du sexisme bienveillant. Et la plupart du temps, il bénéficie d’une certaine approbation. En effet, et selon les experts, les femmes ont moins tendance à protester contre le sexisme bienveillant que le sexisme hostile. Voyons quelques idées sur la façon dont cela peut se manifester au jour le jour :

  • Penser qu’un certain genre ou sexe exige une protection ou des soins.
  • Croire que les sujets appartenant à ce groupe sont innocents ou purs.
  • Attribuer des idées ou des valeurs maternelles, familiales ou conjugales et la responsabilité que cela implique.
  • Penser que certains emplois sont réservés à un seul groupe en fonction de leur genre ou de leur sexe.

La recherche suggère que, bien qu’il s’agisse de l’un des types de sexisme les plus valorisés socialement, il contribue négativement à l’inégalité entre les sexes. Les attitudes de sexisme bienveillant sont souvent associées à une galanterie excessive. De telle sorte qu’il passe inaperçu par rapport aux autres types de sexisme.

3. Sexisme ambivalent

Il s’agit d’une combinaison d’attitudes et de préjugés de sexisme bienveillant et de sexisme hostile. Ils ne se développent pas dans des moments isolés, mais sont combinés en un seul pour former un amalgame de comportements. Par exemple, les hommes peuvent considérer les femmes pures ou innocentes au terme qu’ils apprécient comme pécheresses.

Cela est plus courant que vous ne le pensez. En effet, la plupart des préjugés incluent des idées de sexisme hostile et bienveillant à la fois. Bien sûr, il n’y a pas une proportion équilibrée de préjugés. Même si nous pouvons trouver une présence d’attitudes des deux côtés. Les experts suggèrent que ce type de sexisme est associé à l’idéologie conservatrice.

C’est la classification la plus utilisée des types de sexisme. Bien que nous puissions également aborder le problème en fonction du contexte dans lequel il se manifeste. En outre, pour comprendre cela, vous devez garder à l’esprit les idées de ces trois premiers types.

4. Sexisme institutionnel

Une femme qui travaille devant un ordinateur.

Le sexisme institutionnel se décrit comme des préjugés et des attitudes qui sont soutenus, et dans de nombreux cas promus, par des organisations ou des institutions. Ces derniers peuvent être à la fois publiques et privés. Et contribuent généralement à la normalisation ou à l’acceptation sociale du sexisme (hostile, bienveillant ou ambivalent) dans la société. Voici quelques exemples de situations dans lesquelles il peut se manifester :

  • Système juridique d’un pays.
  • Moyens de communication.
  • Institutions financières.
  • Système éducatif.
  • Entreprises, sociétés et autres.
  • Système de soins de santé.
  • Gestion gouvernementale en général.

Le sexisme institutionnel peut être légalement entériné dans le pays. Ce qui oblige tous les sujets d’un État à l’assimiler. Le sexisme institutionnel comprend également ces attitudes ou comportements sexistes qui se développent au sein d’institutions ou d’organisations, sans que celles-ci soient en aucune façon pénalisées.

5. Types de sexisme: interpersonnel

Le sexisme interpersonnel fait référence au sexisme qu’un sujet manifeste dans son interaction avec les autres. Cette interaction peut être avec le partenaire, la famille, les amis, avec des collègues et même avec des inconnus. Il peut se situer à un niveau intime (au sein de la maison) ou à un niveau social (un centre commercial, une place).

Il n’y a pas toujours de lien direct dans le degré de sexisme qu’un sujet manifeste. Par exemple, cela a tendance à devenir plus aigu lorsqu’il y a une plus grande confiance et que cela se fait à un niveau intime. Il se manifeste par des commentaires et des actions qui peuvent être hostiles, bienveillantes ou ambivalentes.

6. Sexisme intériorisé

Il fait référence aux préjugés qu’une personne a sur elle-même. Ces croyances sont conditionnées par une série d’éléments, allant de l’éducation, le milieu familial, le pays d’origine, les relations de la personne avec les autres, les traumatismes passés et autres. Le sexisme intériorisé conduit à justifier des actes sexistes qui viennent d’autrui, voire à les endosser.

Ce type de sexisme s’accompagne souvent d’une faible estime de soi, de problèmes de socialisation, de recherche d’emploi, de choix de carrière, de confiance en soi, etc. Il est plus courant qu’on ne le pense. Au point que la quasi-totalité de la population a une sorte de préjugé ou d’attitude intériorisée par rapport à son sexe ou son genre.

Enfin, bien que nous n’ayons donné que quelques coups de pinceau sur les types de sexisme, nous espérons que les idées présentées constituent une référence pour pouvoir les identifier. Le sexisme ne se manifeste pas toujours de manière explicite et son intensité ou son degré varie souvent.



  • Barreto, M., & Ellemers, N. The burden of benevolent sexism: How it contributes to the maintenance of gender inequalities. European journal of social psychology. 2005; 35(5): 633-642.
  • Christopher, A. N., & Mull, M. S. (2006). Conservative ideology and ambivalent sexism. Psychology of Women Quarterly, 30(2), 223-230.
  • Hammond, M. D., Milojev, P., Huang, Y., & Sibley, C. G. Benevolent sexism and hostile sexism across the ages. Social Psychological and Personality Science. 2018; 9(7): 863-874.
  • Hopkins-Doyle, A., Sutton, R. M., Douglas, K. M., & Calogero, R. M. Flattering to deceive: Why people misunderstand benevolent sexism. Journal of Personality and Social Psychology. 2019; 116(2): 167.
  • Kilianski, S. E., & Rudman, L. A. Wanting it both ways: Do women approve of benevolent sexism?. Sex roles. 1998; 39(5): 333-352.
  • Mastari, L., Spruyt, B., & Siongers, J. Benevolent and hostile sexism in social spheres: the impact of parents, school and romance on Belgian adolescents’ sexist attitudes. Frontiers in Sociology. 2019; 4: 47.
  • Renzetti, C. M., Lynch, K. R., & DeWall, C. N. Ambivalent sexism, alcohol use, and intimate partner violence perpetration. Journal of Interpersonal Violence. 2018; 33(2): 183-210.
  • Sharifirad, S., & Jacovi, A. Learning and understanding different categories of sexism using convolutional neural network’s filters. In Proceedings of the 2019 Workshop on Widening NLP. 2019; 21-23.
  • Swim, J. K., & Hyers, L. L. Sexism. 2009.

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.