Hyperglycémie induite par les corticostéroïdes

L'hyperglycémie médicamenteuse est étudiée depuis des décennies. Nous vous apprenons tout ce que vous devez savoir sur ces effets secondaires induits par les corticostéroïdes.
Hyperglycémie induite par les corticostéroïdes

Dernière mise à jour : 16 décembre, 2022

Les stéroïdes sont un groupe de médicaments essentiels pour traiter une variété de maladies, la plupart d’entre elles inflammatoires. Bien qu’ils fassent partie du traitement standard de certaines affections, la vérité est que, comme tous les médicaments, ils ne sont pas exempts d’effets secondaires. Aujourd’hui, nous parlons d’hyperglycémie induite par les corticostéroïdes, un problème qui passe souvent inaperçu.

C’est ce qu’on appelle l’hyperglycémie d’origine médicamenteuse, parmi laquelle les corticostéroïdes (et d’autres familles de stéroïdes) sont les principaux coupables. Selon les chercheurs, jusqu’à 56 % des patients non diabétiques manifestent une hyperglycémie après un mois de traitement. Il s’agit d’un véritable effet secondaire, celui que nous décrivons dans les prochaines lignes.

Caractéristiques de l’hyperglycémie induite par les corticostéroïdes

Mesure de la glycémie.

Les corticostéroïdes sont un groupe d’hormones de la famille des stéroïdes. Ils sont prescrits pour contrôler l’inflammation à médiation immunitaire. Ils constituent donc un élément central du traitement de l’asthme, du lupus, de la polyarthrite rhumatoïde, de la colite ulcéreuse, de la maladie de Crohn et bien d’autres.

Par ailleurs, ils agissent en réduisant la synthèse des cytokines pro-inflammatoires, l’expression du récepteur Fc pour les anticorps et la fonction des cellules T. Tout cela médie l’activation des processus inflammatoires dans le corps, de sorte qu’en les réduisant, les altérations inflammatoires sont contrôlées. Ses effets secondaires sont divisés en effets immédiats, progressifs et idiosyncratiques.

Les effets progressifs sont les sautes d’humeur, la rétention d’eau, l’insomnie et autres. Les idiosyncratiques comprennent les cataractes, le glaucome et les psychoses. Enfin, les graduelles se font sentir dans l’ordre de l’acné, de l’obésité et des troubles du métabolisme. L’hyperglycémie induite par les corticostéroïdes correspond à ces derniers effets, et ce, tant chez les patients sains que chez les diabétiques.

Selon les chercheurs, les corticostéroïdes ont un impact négatif sur la sensibilité à l’insuline, entraînant une hyperglycémie postprandiale. L’augmentation de la glycémie est conditionnée par la dose, la fréquence et bien sûr les caractéristiques du patient.

Symptômes de l’hyperglycémie induite par les corticostéroïdes

Rappelez-vous, comme nous l’avons déjà souligné, la perturbation endocrinienne est un effet secondaire graduel. De cette façon, cela ne se développe qu’après une prise prolongée de ce groupe de stéroïdes. Si vous développez une hyperglycémie induite par les corticostéroïdes, vous le ferez après deux, trois ou quatre semaines de traitement. Voici les symptômes évocateurs:

  • Augmentation de la fréquence des mictions.
  • Vision trouble.
  • Fatigue.
  • Mal de tête.
  • Soif accrue.
  • Nausée et vomissements.
  • Désorientation.
  • Faiblesse.
  • Bouche sèche.
  • Essoufflement.
  • Peau sèche.

Tous ces signes indiquent une augmentation de la glycémie. Les symptômes ne se manifesteront que lorsque l’augmentation sera considérable. Vous pouvez donc avoir une hyperglycémie sans vous en rendre compte du tout. Dans les cas graves, un diabète de type 2 induit par les corticostéroïdes peut se développer. Cela ne se produit qu’en cas d’utilisation à long terme de médicaments à forte dose (plus de 3 mois).

Facteurs de risque d’hyperglycémie induite par les corticostéroïdes

Naturellement, certains patients sont plus susceptibles que d’autres de développer une hyperglycémie induite par les corticostéroïdes. Comme nous l’avons déjà stipulé, la dose, le type de médicament et le moment où le traitement est administré sont les facteurs de conditionnement les plus importants. A cela, il faut aussi ajouter ce qui suit :

  • Âge (plus de 40 ans).
  • Indice de masse corporelle ou IMC (patients en surpoids ou obèses).
  • Antécédents familiaux de diabète de type 2.
  • Avoir développé un diabète gestationnel (chez les femmes qui ont été mères).
  • Prévalence des maladies sous-jacentes (hypertension, maladies auto-immunes, etc.).

Les patients hospitalisés ont une forte probabilité de développer une hyperglycémie induite par les corticostéroïdes. En fait, et selon les preuves, jusqu’à 94 % des patients hyperglycémiques et 70 % des patients non hyperglycémiques hospitalisés développent cet effet secondaire en raison du traitement avec ces médicaments.

Options de traitement

Une personne hospitalisée avec une perfusion.

Le traitement de l’hyperglycémie induite par les corticostéroïdes est individualisé. La première étape consiste à évaluer l’état clinique du patient, la gravité des symptômes, la glycémie, le degré d’intolérance au glucose préexistante, les antécédents médicaux et familiaux, etc. Le type de corticoïde administré, la dose et la fréquence du traitement seront également évalués.

Sur la base de tout ce qui précède, le spécialiste déterminera les options de traitement. Il peut choisir de remplacer le médicament par un autre, le cas échéant, analysant ainsi le composé actif, la pharmacodynamique et la pharmacocinétique. Pour réduire le taux de glucose, des hypoglycémiants oraux ou de l’insuline peuvent être utilisés, tout dépend des caractéristiques de la maladie.

Le patient sera évalué au cours des prochaines heures et des prochains jours, et des évaluations seront faites sur l’état de sa glycémie. Des changements de mode de vie seront également suggérés, tels que le maintien d’une alimentation équilibrée et l’exercice. La prise d’antidiabétiques oraux apparaît également comme une perspective standard.

Enfin, le spécialiste choisira la meilleure alternative en fonction de chaque cas. L’important est de savoir que l’hyperglycémie induite par les corticoïdes est un vrai problème, plus fréquent qu’on ne le pense. Et qu’il touche surtout les patients hospitalisés.

Cela pourrait vous intéresser ...
Metformine: action, posologie et effets indésirables
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Metformine: action, posologie et effets indésirables

La metformine est utilisée dans le traitement du diabète sucré de type II, en particulier chez les patients en surpoids. Quelle est son action? etc...



  • Bonaventura, A., & Montecucco, F. Steroid-induced hyperglycemia: an underdiagnosed problem or clinical inertia? A narrative review. Diabetes research and clinical practice. 2018; 139: 203-220.
  • Donihi AC, Raval D, Saul M, Korytkowski MT, DeVita MA. Prevalence and predictors of corticosteroid-related hyperglycemia in hospitalized patients. Endocr Pract. 2006 Jul-Aug;12(4):358-62.
  • Fong AC, Cheung NW. The high incidence of steroid-induced hyperglycaemia in hospital. Diabetes Res Clin Pract. 2013 Mar;99(3):277-80.

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.