Dysphagie : symptômes, causes et traitement

La difficulté à boire ou à avaler des aliments est connue sous le nom de dysphagie. Quelles sont ses causes, ses symptômes et son traitement?
Dysphagie : symptômes, causes et traitement

Dernière mise à jour : 17 décembre, 2022

La difficulté à avaler est appelée dysphagie. Deux types sont distingués : la dysphagie oropharyngée (incapacité à démarrer le processus de déglutition) et la dysphagie  œsophagienne (incapacité à terminer la déglutition). Selon certaines estimations, jusqu’à 3% de la population mondiale en souffre, c’est donc une expérience courante.

La déglutition est un processus automatique que la plupart des gens tiennent pour acquis. Cependant, elle est bien plus complexe que ce que l’on pense et des variables psychologiques et physiologiques peuvent y intervenir. Pour une déglutition réussie, les muscles, les nerfs, le cerveau, les sphincters et le tube de déglutition doivent travailler en parfaite coordination. Nous passons en revue ses symptômes, ses causes et son traitement.

Symptômes de dysphagie

La présentation clinique de la dysphagie est très variée. L’intensité, la fréquence et l’emplacement des signes varient d’un patient à l’autre, de sorte qu’il n’y a pas deux cas identiques. Malgré tout, et suivant la médecine Johns Hopkins, voici ses principaux symptômes :

  • Urgence de mastiquer les aliments plus longtemps pour les avaler.
  • Problèmes généraux pour avaler des aliments solides ou liquides.
  • Difficultés à déplacer les aliments vers l’intérieur de la bouche (qu’ils soient liquides ou solides).
  • Entrée inattendue de nourriture dans les voies respiratoires (provoquant une toux, un raclement de gorge, une sensation d’étouffement, etc.).
  • Sensation qu’il y a quelque chose de coincé dans la gorge.
  • Brûlures d’estomac ou sensation de reflux.
  • Régurgitation de nourriture.
  • Pneumonie par aspiration.
  • Essoufflement.

Étant donné que les patients éprouvent ces symptômes, beaucoup d’entre eux réduisent la quantité de nourriture qu’ils mangent. Cela se traduit au fil des semaines ou des mois par une perte de poids, une faiblesse, une somnolence et même une malnutrition. Si les symptômes se manifestent avec la même intensité en buvant de l’eau, la personne peut réduire sa consommation. De sorte qu’elle peut présenter des symptômes de déshydratation.

Il est important de noter que la plupart des gens ont parfois des difficultés à avaler de la nourriture. Ces épisodes ne font pas nécessairement allusion à une dysphagie. En effet, certains aliments solides peuvent se coller quelques secondes dans l’œsophage et provoquer une légère gêne. Et il n’est pas rare qu’une consommation désordonnée fasse pénétrer du liquide dans le larynx.

Causes de la dysphagie

Le processus de déglutition se compose de trois phases : phase orale (préparatoire), phase oropharyngée (transfert) et phase œsophagienne (dérivation vers l’estomac). Presque tous les épisodes de dysphagie surviennent au cours des deux dernières phases, et ils le font en raison de facteurs psychologiques et structurels/physiologiques.

Nous n’aborderons pas ici les déclencheurs psychologiques potentiels. Mais gardez à l’esprit que l’appréciation subjective d’un aliment peut déclencher une dysphagie.

Par exemple, une personne qui est réticente à manger du brocoli peut ressentir les symptômes décrits dans la section précédente. Tout cela sans qu’il y ait une altération objective du processus de déglutition. Dans cet esprit, et selon les spécialistes, nous énonçons les principales causes de la dysphagie.

1. Sténose luminale

L'endoscopie permet de diagnostiquer l'origine de la dysphagie

Elle fait allusion au rétrécissement de la lumière œsophagienne dû à des processus inflammatoires, des rétrécissements, des membranes ou des tumeurs. Lorsque le canal œsophagien se rétrécit, il y a moins d’espace pour le passage des aliments. Ce qui entraîne des épisodes d’étouffement et des sensations inconfortables lors de la déglutition.

2. Reflux gastro-oesophagien non obstructif

Le reflux gastro-oesophagien explique souvent bon nombre des symptômes de la dysphagie. En effet, le RGO peut entraîner une sténose luminale, car le reflux peut entraîner une inflammation de l’œsophage. Les épisodes récurrents peuvent laisser des cicatrices et provoquer des spasmes involontaires du canal œsophagien, qui conduisent à la manifestation de symptômes.

3. Altération de la motilité primaire

Les troubles moteurs idiopathiques (primaires et secondaires) sont connus comme un groupe de conditions qui entravent le processus de déglutition. Le plus commun de tous est l’œsophage de casse-noix. C’est-à-dire une exacerbation des spasmes musculaires lors de la déglutition. Jusqu’à 40 % des troubles primaires correspondent à cette affection.

4. Conditions rhumatologiques

De nombreux patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, de lupus érythémateux disséminé, du syndrome de Sjogren et d’une maladie mixte du tissu conjonctif présentent souvent une dysphagie. La présence d’affections rhumatismales diagnostiquées ou non diagnostiquées peut être à l’origine des symptômes.

5. Troubles neurologiques

Bien que ce ne soit pas un terme utilisé par l’ensemble de la communauté médicale, les épisodes qui s’expliquent par un trouble du système nerveux sont souvent classés comme dysphagie neurogène.

Le trouble ne doit pas nécessairement se concentrer dans l’œsophage pour entraîner des complications. Parmi beaucoup d’autres, la dysphagie est fréquente après un AVC, un infarctus du tronc cérébral et la maladie de Parkinson.

Gardez à l’esprit que plus d’une douzaine de conditions peuvent être à l’origine des problèmes de déglutition. D’autres causes possibles sont la prise de médicaments, les spasmes diffus, les corps étrangers obstruant le canal, l’œsophagite éosinophile, l’anneau œsophagien, les tumeurs œsophagiennes, l’achalasie, la sclérodermie, le diverticule pharyngo-œsophagien et bien d’autres.

Selon les chercheurs, il est plus fréquent chez les femmes, les personnes âgées, les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et celles atteintes de sclérose latérale amyotrophique. La dysphagie n’est pas le résultat du vieillissement. Elle est donc considérée comme un signe d’alerte chez les jeunes et les personnes âgées.

Parallèlement à la classification que nous avons déjà présentée, d’autres types de dysphagie sont également distingués en fonction de leur manifestation : la dysphagie progressive et la dysphagie non progressive (intermittente). La première se produit dans n’importe quel type de tentative de déglutition, tandis que la seconde le fait occasionnellement. Comme prévu, la progression est la plus grave et est liée à des complications sous-jacentes qui doivent être traitées le plus tôt possible.

Diagnostic de la dysphagie

Le diagnostic de dysphagie peut être long et complexe. Une combinaison de plusieurs examens est essentielle. Y compris la ciné-radiographie, l’endoscopie gastro-intestinale haute, la manométrie et les tests d’impédance et de pH. Comme nous l’avons vu, il existe de nombreux déclencheurs qui peuvent causer le problème. Il faut donc les mettre en évidence avant de faire un diagnostic précis.

Dans la plupart des cas, les médecins spécialistes choisiront de faire un test de déglutition. Autrement dit, évaluez la réaction du patient à manger ou à boire. Le processus est évalué au moyen d’une radiographie, d’un endoscope flexible dans le nez et d’autres outils pour évaluer les réactions de première main. Une fois le diagnostic posé, le traitement peut se poursuivre.

Traitement de la dysphagie

Un homme en consultation.

Le traitement est déterminé en fonction des découvertes lors du diagnostic. La dysphagie peut se traiter avec des médicaments, une intervention chirurgicale, des changements de style de vie et l’apprentissage de techniques de déglutition. Les exercices d’apprentissage peuvent aider à coordonner les muscles ou à stimuler les nerfs. Ils sont donc choisis lorsqu’aucune cause apparente n’a été trouvée.

De la même manière, l’amélioration de la posture pour avaler ou boire, la régulation de la vitesse à laquelle cela se fait et l’allongement du temps moyen de mastication peuvent également aider. Les conditions sont traitées spécifiquement. Selon elles, certains médicaments seront prescrits, un appel sera fait pour une dilatation de l’œsophage ou une intervention chirurgicale sera recommandée.

Lorsque ses déclencheurs sont subjectifs, une modification du style de cuisson des aliments peut être préconisée. Si cela se produit avec certains spécifiques, ils peuvent être remplacés par d’autres qui offrent des avantages nutritionnels similaires. Ne repoussez pas la visite chez le spécialiste si vous avez des problèmes de déglutition, surtout lorsqu’ils sont continus ou très récurrents.

Cela pourrait vous intéresser ...
Boire de l’eau pétillante tous les jours: avantages et inconvénients
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Boire de l’eau pétillante tous les jours: avantages et inconvénients

Consommer au quotidien de l'eau pétillante peut être bénéfique uniquement si cela réduit la présence de boissons gazeuses et d'alcool...



  • Chilukuri P, Odufalu F, Hachem C. Disfagia. Mo Med . 2018;115(3):206-210.
  • Cho SY, Choung RS, Saito YA, Schleck CD, Zinsmeister AR, Locke GR 3rd, Talley NJ. Prevalence and risk factors for dysphagia: a USA community study. Neurogastroenterol Motil. 2015 Feb;27(2):212-9.
  • Philpott H, Garg M, Tomic D, Balasubramanian S, Sweis R. Dysphagia: Thinking outside the box. World J Gastroenterol. 2017;23(38):6942-6951.

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.