Différences entre vigorexie et boulimie

Savez-vous faire la distinction entre vigorexie et boulimie ? Nous vous montrons à quoi ces conditions font allusion et en quoi elles diffèrent.
Différences entre vigorexie et boulimie

Dernière mise à jour : 16 décembre, 2022

Une plus grande sensibilisation aux troubles de l’alimentation a maintenant été créée grâce à des campagnes et à l’éducation. Malgré cela, il existe encore des conditions qui peuvent conduire à des malentendus, en plus d’être relativement facilement confondues avec d’autres. Aujourd’hui, nous vous montrons les différences entre la vigorexie et la boulimie, deux troubles souvent associés de manière populaire.

En effet, il n’est pas rare que les termes vigorexie et boulimie soient utilisés comme synonymes. Ou en tout cas sont cités sur la même ligne. Bien qu’ils partagent certains traits similaires, ils se réfèrent en fait à des troubles différents. Afin que vous compreniez en quoi ils diffèrent, nous vous expliquons brièvement mais de manière concise ce qu’ils sont avant d’exposer les points sur lesquels ils diffèrent.

Qu’est-ce que la vigorexie ?

Bras musclé d'un homme.

Également connue sous le nom de dysphorie musculaire, la vigorexie est un trouble mental obsessionnel dans lequel la personne perçoit sa masse musculaire comme étant inférieure à ce qu’elle est réellement. Un vigorexique n’est pas seulement quelqu’un qui se perçoit mince par rapport à son propre poids (ou sa masse musculaire, pour être plus précis), mais aussi cette perception atteint un tel point qu’elle affecte son quotidien.

Selon les chercheurs, les patients atteints de vigorexie développent souvent des comportements psychopathologiques. Par exemple, l’anxiété sociale, l’isolement, l’utilisation de substances illégales (stéroïdes anabolisants), les pensées compulsives et les atteintes à leur propre intégrité physique. Ils manifestent aussi souvent des troubles du comportement alimentaire et un besoin pathologique de faire de l’exercice pour prendre de la masse musculaire.

Par exemple, ils sont très sélectifs quant à la nourriture qu’ils mangent. Ils rejettent tous les aliments qui ne sont pas couplés à ces objectifs. C’est-à-dire avec ceux qui peuvent augmenter leur graisse au lieu de favoriser le développement musculaire. Ils montrent généralement des problèmes au travail et dans leurs relations (amitié, partenaire ou famille) dus à cette obsession.

Qu’est-ce que la boulimie ?

Une femme assise au sol avec le visage dans les mains.

La boulimie est un trouble de l’alimentation, souvent classé comme un trouble mental, dans lequel se développent des comportements ou des modèles de comportement qui sont loin des normes saines. Les experts avertissent que la condition se manifeste progressivement, de sorte qu’elle s’intensifie progressivement jusqu’à ce qu’elle affecte presque tous les aspects de la vie.

Une image typique de ce trouble est caractérisée par une frénésie alimentaire compulsive qui s’accompagne d’un sentiment ultérieur de culpabilité. Par remords, la personne peut choisir de jeûner pour compenser ces crises de boulimie, vomissements et épisodes au cours desquels l’apport alimentaire est minimisé. Elle peut également utiliser des laxatifs, des diurétiques, de l’exercice physique ou des lavements pour contrer ce comportement impulsif.

Tous les épisodes sont compulsifs, de sorte que les patients n’ont pas de contrôle conscient sur ce qu’ils font (la quantité de nourriture qu’ils mangent). Ils durent généralement moins de deux heures et tournent presque toujours autour d’aliments malsains. La plupart ont d’autres troubles (tels que le trouble de la personnalité borderline), une faible estime de soi ou des problèmes d’image corporelle.

Différences entre vigorexie et boulimie

Il existe certaines similitudes dans ces troubles. Bien qu’en pratique, nous puissions énumérer plusieurs différences entre la vigorexie et la boulimie.

Comme le soulignent les experts, les troubles alimentaires tels que la boulimie sont fréquents chez les personnes atteintes de dysphorie musculaire, ainsi que chez celles qui sont fanatiques de l’exercice physique (sans être diagnostiquées avec ce trouble). Voyons quelques différences entre la vigorexie et la boulimie :

  • La boulimie est plus fréquente chez les femmes, la vigorexie chez les hommes : bien que cela n’empêche pas les hommes et les femmes de développer l’un de ces troubles, bien sûr. De manière générale, la boulimie touche davantage les femmes et la vigorexie se concentre majoritairement chez les hommes (notamment ceux qui vont à la salle de sport ou pratiquent un sport de musculation ou de force).
  • Le trouble boulimique se manifeste le plus souvent à l’adolescence, la vigorexie au début de l’âge adulte : comme dans les autres cas, il est sujet à des exceptions, mais la boulimie débute généralement entre 12 et 18 ans, alors que la vigorexie entre 20 et 35 ans.
  • La perception de la réalité est différente dans les deux cas : dans la boulimie, la personne atteinte se perçoit comme obèse suite à des crises de boulimie. Au contraire, la personne vigorexique se perçoit trop mince malgré le fait que dans la plupart des cas sa masse musculaire est bien supérieure à la moyenne.

Vigorexie et boulimie: conclusion…

Ces critères suffisent à établir des différences entre vigorexie et boulimie, hormis ceux qui ont déjà été donnés dans leurs définitions. Un patient vigorexique peut développer une boulimie, et vice versa. Bien que cela ne signifie pas que ce soit le cas à chaque fois. Dans les deux troubles, les causes ne sont pas toujours claires et les options de traitement sont souvent entourées de complications.

Enfin, les alternatives les plus utilisées sont une combinaison de thérapie psychologique et de prise de médicaments. Étant donné que presque tous les patients sont réticents à admettre leur condition, qu’elle s’accompagne toujours d’obsession et qu’il n’est pas rare qu’ils abandonnent le traitement à mi-parcours. Ces conditions ne sont pas faciles à contrôler.

Cela pourrait vous intéresser ...
4 maladies d’origine alimentaire
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
4 maladies d’origine alimentaire

Quelles sont les maladies d'origine alimentaire les plus courantes? Quels sont les germes ou bactéries responsables de ces infections? etc...



  • González, B., Huerta-Sánchez, E., Ortiz-Nieves, A., Vázquez-Alvarez, T., & Kribs-Zaleta, C. Am I too fat? Bulimia as an epidemic. Journal of Mathematical Psychology. 2003; 47(5-6): 515-526.
  • Pope, C. G., Pope, H. G., Menard, W., Fay, C., Olivardia, R., & Phillips, K. A. Clinical features of muscle dysmorphia among males with body dysmorphic disorder. Body image. 2005; 2(4): 395-400.
  • Segura-García, C., Ammendolia, A., Procopio, L., Papaianni, M. C., Sinopoli, F., Bianco, C., … & Capranica, L. Body uneasiness, eating disorders, and muscle dysmorphia in individuals who overexercise. The Journal of Strength & Conditioning Research. 2010; 24(11): 3098-3104.

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.