Différences entre entendre et écouter

Tous les êtres humains sont capables d'entendre, mais écouter implique une série de processus psychologiques qui se développent avec le temps et la pratique. Connaissez-vous la différence entre les deux termes ?
Différences entre entendre et écouter
Samuel Antonio Sánchez Amador

Rédigé et vérifié par el biólogo Samuel Antonio Sánchez Amador.

Dernière mise à jour : 24 janvier, 2023

“Tu m’entends, mais tu ne m’écoutes pas.” Combien de fois nous, les humains, avons-nous entendu cela, indépendamment du sexe, de l’âge et de l’origine ethnique ? Les relations sociales entre les membres de notre espèce vont bien au-delà des sens primaires et, par conséquent, nous n’avons pas tort de dire qu’il existe de multiples différences entre entendre et écouter.

Tout être humain sans déficience auditive est capable d’entendre, bien que tout le monde ne puisse pas écouter et recevoir (et interpréter) les messages qui viennent de l’environnement. L’écoute nécessite de l’attention, du traitement et de la concentration, tandis que le processus auditif ne nécessite que les organes impliqués pour fonctionner. Nous approfondissons aujourd’hui le sujet.

A quoi fait référence l’action d’entendre?

Avant d’explorer les différences entre entendre et écouter, nous trouvons intéressant d’analyser chaque terme séparément. Après la description des deux en profondeur, nous allons les affronter en détail.

Comme l’indique le dictionnaire Oxford, l’audition peut être définie comme « la capacité de percevoir un son par le sens de l’ouïe ». Exprimée de manière plus technique, elle est conçue comme la perception d’ondes sonores qui se propagent dans l’espace. Cette capacité n’est pas propre à l’être humain et constitue l’un des 5 sens universels.

Pièces auditives

Chez l’homme et les autres vertébrés, l’action d’entendre se fait grâce au système auditif. Voici ses principaux composants dans l’espèce Homo sapiens :

  • Oreille externe : comme son nom l’indique, c’est la partie la plus externe du système auditif chez l’homme. Elle est composée du pavillon, du conduit auditif externe et du tympan. Sa fonction principale est de collecter l’énergie sonore et de la diriger vers le tympan.
  • Oreille moyenne : l’oreille moyenne est constituée d’une cavité située dans le rocher de l’os temporal. Elle est composée de la cage tympanique, du groupe des osselets (marteau, enclume et étrier), des muscles associés aux structures osseuses, des cellules mastoïdiennes et de la trompe d’Eustache. Sa fonction principale est de transférer les vibrations du tympan à l’oreille interne.
  • L’oreille interne : L’oreille interne est la dernière section du système auditif. Elle est composée du labyrinthe interne (la cochlée) et du labyrinthe postérieur (le système vestibulaire). Le premier est responsable de l’audition, tandis que le second nous permet de percevoir notre propre corps dans l’environnement tridimensionnel et de maintenir l’équilibre.
  • Mécanisme neuronal : les informations recueillies par la cochlée transitent par le nerf auditif et atteignent le noyau cochléaire, présent dans le tronc cérébral. Après avoir terminé un voyage complexe, l’impulsion neuronale atteint le cortex auditif primaire (A1), où elle est traitée et transformée en informations pertinentes.

L’ouïe est essentielle chez les vertébrés terrestres, c’est pourquoi on la retrouve chez pratiquement tous. Ce sens nous permet non seulement de créer une culture à travers le langage, mais grâce à lui, nous écoutons également les menaces de l’environnement et agissons en conséquence.

A quoi fait référence l’action d’écouter?

Deux femmes qui marchent.

L’Académie royale espagnole de langue (RAE) définit le verbe écouter comme « l’acte de prêter attention à ce qui est entendu ». Bien qu’il soit complètement lié à l’ouïe en tant que processus physiologique, l’écoute est une étape beaucoup plus avancée qui intègre la cognition humaine, la mémoire, l’interprétation du langage non verbal et bien plus encore.

L’action d’écouter est volontaire et implique une intention de la part du sujet. Il est possible de débattre si d’autres animaux évolutifs complexes sont capables de s’écouter les uns les autres (singes, dauphins, etc.), mais bien sûr cette capacité n’est pas aussi universelle que l’oreille sensu stricto.

Quelles sont les compétences qui permettent d’écouter activement?

Ce concept est étroitement lié à l’écoute active, c’est-à-dire la capacité d’interpréter et d’analyser ce qu’un autre être humain communique lorsqu’il parle. Ce sont les compétences ou bases sur lesquelles se fonde l’écoute attentive ou active :

  • Compréhension : la compréhension est la capacité (ou facilité) de l’être humain à percevoir les choses et à en avoir une idée claire. Toute écoute passe par la compréhension du message qui est transmis. On peut entendre un chien aboyer, mais l’écouter est impossible (on attribue un sens à l’aboiement, bien que ce ne soit pas clair ou objectif).
  • Mémoire : l’écoute demande de la mémoire, puisqu’il faut se souvenir de ce qui s’est exprimé il y a quelques secondes pour générer un message cohérent dans sa globalité. Il est également très important de se souvenir des expériences et de la manière d’être de la personne qui parle pour contextualiser le message.
  • Réponse : un auditeur doit être capable de répondre au son qui est émis. Au contraire, on peut supposer s’il interprète bien ou non le message (comme c’est le cas des patients dans le coma). Cependant, il est très difficile de le confirmer.
  • Évaluation : le processus d’écoute peut être évalué à l’aide d’une série de critères objectifs. L’échelle d’observation de l’écoute active (ALOS) est l’une des méthodes les plus fiables pour y parvenir.

Sur le plan théorique, tout être humain doté d’une fonction cérébrale adéquate et d’un état physiologique normal devrait être capable d’écouter. Même si nous disons que quelqu’un ” n’écoute pas “, ce que vous essayez de faire passer, c’est qu’il ne faut pas assez attention au message. Seulement avec l’acte d’interpréter les mots, une écoute plus ou moins exhaustive est déjà en train de s’effectuer.

Les différences entre entendre et écouter

Il était nécessaire de poser les bases des deux termes de manière exhaustive, car tout ce que nous avons appris nous aidera à comprendre rapidement et facilement les différences entre entendre et écouter.

1. L’acte d’entendre est une capacité, tandis que l’écoute est une compétence

L’ouïe est la capacité de percevoir les sons de l’environnement grâce à l’action synergique des oreilles externe, moyenne et interne. Chaque être humain sans image pathologique dans les organes impliqués a la capacité d’entendre dès la naissance (et même avant). Par conséquent, la perte auditive est considérée comme un état altéré.

D’un autre côté, nous sommes nés avec la capacité d’entendre, mais l’écoute se développe avec le temps. Pour interpréter le message verbal, nous devons d’abord apprendre comment il fonctionne et l’émettre nous-mêmes, ce qui arrive en moyenne à 9 ou 10 mois. Petit à petit, nous développons la capacité de pratiquer l’écoute active, ce qui s’accomplit volontairement et grâce à l’expérience.

Chaque personne sans image pathologique naît avec la capacité d’entendre. Ecouter, cependant, se développe avec la société et le contexte.

2. Entendre est une action passive, mais écouter est une action active

C’est l’une des différences entre entendre et écouter qui est plus facile à comprendre si vous utilisez un exemple pratique. Imaginez que vous marchez dans la rue et plus tard à la maison vous vous souvenez que la circulation était plus bruyante que d’habitude pendant la marche. Le fait d’enregistrer des sons sans effort ni intention montre que l’ouïe est totalement passive et involontaire.

Comme l’indiquent les sites professionnels, l’écoute est tout sauf passive. Ce n’est pas une activité neutre et anecdotique, elle nécessite donc de prêter attention au langage (à la fois verbal et non verbal) que l’autre personne émet. Écouter ne consiste pas seulement à percevoir des sons sous forme de mots, puisque le message est également composé des éléments suivants :

  1. Le sens des mots prononcés : les phrases contiennent des messages spécifiques, mais leur sens ou leur signification dépend du contexte dans lequel elles sont émises.
  2. L’intention du locuteur : une personne peut dire une chose avec l’intention de réaliser le contraire de ce qui est articulé. Par conséquent, la mémoire est nécessaire pour connaître la personnalité de l’expéditeur du message afin de lui donner un contexte supérieur à la somme de ses parties.
  3. Langage non verbal : les muscles du visage, le ton et la posture de l’expéditeur nous révèlent parfois plus d’informations que le message lui-même.

Pour capter toutes ces nuances, il faut faire attention. Par conséquent, il ne peut pas être déclaré que « quelque chose a été entendu par accident » ou par inadvertance. L’action de diriger nos sens vers un stimulus auditif spécifique est active et volontaire.

Les animaux entendent involontairement ce qui se passe dans notre environnement. Ce sens est essentiel à la survie au niveau de l’individu et de l’espèce.

3. L’ouïe est de nature primaire et l’écoute est de nature secondaire

Entendre est quelque chose de naturel et de continu et, par conséquent, primordial chez l’être humain. Nous ne pouvons pas arrêter d’entendre à moins d’utiliser des outils externes à cette fin, car notre pavillon auditif est toujours ouvert. Même certaines parties du cerveau sont responsables de l’interprétation des sons pendant notre sommeil.

L’écoute est de nature secondaire et ne dépend pas uniquement de l’aide auditive pour fonctionner. Une personne n’entendra jamais la même chose qu’une autre (malgré une oreille similaire), car l’intégration et l’interprétation du message dépendent beaucoup de la mémoire, des expériences antérieures, de la personnalité et de la perception de soi. De plus, c’est un acte circonscrit dans le temps et non constant.

Un être humain ne peut pas écouter pendant 24 heures par jour, mais il est capable d’entendre dans cet intervalle. Un son suffisamment fort réveillera le dormeur le plus profond.

4. Entendre est physiologique et écouter est psychologique

C’est l’une des différences entre entendre et écouter qui est déjà apparue au cours du texte, nous ne nous y attarderons donc pas trop. L’ouïe s’explique grâce à une série de processus physiologiques (l’appareil auditif, les neurones et le cerveau), tandis que l’écoute individuelle ne peut se comprendre sans la psychologie de l’espèce et de l’individu en particulier.

Le processus auditif est le même chez tous les humains dans un environnement sans pathologie. L’écoute est unique et non transférable, car elle dépend des traits psychologiques de chaque individu.

5. Entendre ne nécessite qu’un seul sens, tandis qu’écouter en implique davantage

Les différences entre l'ouïe et l'écoute incluent leur complexité.

Cela peut sembler redondant, mais il convient de noter qu’entendre ne nécessite que le sens de l’ouïe. La transmission du message se fait grâce à l’intégration de nombreux organes simultanément, bien que tous soient impliqués d’une manière ou d’une autre dans le système auditif déjà décrit. D’autre part, l’écoute bénéficie également de l’aiguisage des sens suivants :

  • La vue : la fameuse règle 55-38-7 postule que seulement 7% du langage humain dépend des mots qui sont prononcés au cours d’une conversation. 55% du message diffusé porte sur des caractéristiques corporelles, tandis que 38% dépend de la tonalité de l’émetteur. Bien que cette postulation ait été largement critiquée, elle montre que la vue est essentielle à l’écoute.
  • L’odorat : cela peut sembler étrange, mais l’odorat nous aide parfois à contextualiser le message qui est délivré. Si nous sentons la sueur d’une personne et combinons cet événement avec ses mots et son expression faciale, il nous sera plus facile d’interpréter qu’elle est dans un moment de stress.
  • Le toucher : Imaginez qu’une personne parle pendant que vous la serrez dans vos bras et que soudain vous remarquez quelque chose d’humide sur votre poitrine. Ce simple geste vous aidera à comprendre qu’elle pleure sans avoir à entendre ou à voir quoi que ce soit. Bien que le sens du toucher rapporte moins d’informations que le reste de ceux mentionnés, il est essentiel dans certains scénarios de communication.

Comme vous pouvez le voir, écouter implique de nombreux autres systèmes qui sont au-delà de l’auditif. Les yeux, les récepteurs olfactifs et les terminaisons sensorielles sont essentiels pour contextualiser le message dans son intégralité et obtenir une image mentale claire de ce qui est transmis.

Pour entendre, il suffit d’entendre. L’écoute implique toujours aussi la vue et repose parfois sur l’odorat et le toucher.

Différences entre entendre et écouter : conclusion

Maintenant que vous connaissez les différences entre entendre et écouter, vous vous demanderez lequel des 2 concepts est le plus utile au quotidien. La réalité est que les deux sont essentiels sur leur propre terrain et que l’espèce humaine ne peut se concevoir sans eux. Sans l’ouïe, nous n’aurions pas survécu dans la nature, mais sans l’écoute, il n’y aurait pas de culture, de société ou de relations complexes.

Enfin, d’un point de vue utilitaire, il est bien mieux d’écouter que d’entendre lors d’une conversation. Entendre implique seulement de reconnaître que des mots sont émis dans notre direction, tandis que l’écoute active nous permet de nous souvenir, de connaître et, surtout, de sympathiser avec l’orateur. Il est nécessaire d’exercer ce trait pour être la meilleure version de nous-mêmes.

Cela pourrait vous intéresser ...
Parler seul est bon pour le cerveau
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Parler seul est bon pour le cerveau

Parler seul ne signifie pas que vous êtes fou ou étrange..Cela arrive bien plus souvent qu'on ne le croit! Découvrez les avantages de cette pratiqu...




Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.