Comment prévenir le cancer du côlon?

L'apparition du cancer du côlon est étroitement liée à divers facteurs de risque, dépendant du mode de vie. Heureusement, de petits changements peuvent prévenir la maladie.
Comment prévenir le cancer du côlon?

Écrit par Luis Rodolfo Rojas Gonzalez, 15 septembre, 2021

Dernière mise à jour : 15 septembre, 2021

Le cancer du côlon est l’une des maladies les plus redoutées chez les personnes âgées dans le monde. C’est généralement le résultat de facteurs génétiques, nutritionnels ainsi que le mode de vie qui conditionnent la prolifération des tumeurs dans le tissu colorectal. Voulez-vous savoir comment prévenir le cancer du côlon? Nous donnons quelques pistes aujourd’hui.

Les personnes de plus de 50 ans sont le groupe avec la prévalence la plus élevée de cette pathologie. Des études estiment que les néoplasmes colorectaux sont la deuxième cause de cancer chez les hommes et les femmes, avec plus d’un million de cas par an.

Une alimentation saine pour prévenir le cancer du côlon

L’alimentation est la principale source de macronutriments, de vitamines et de minéraux nécessaires au bon fonctionnement et à l’entretien de l’organisme. Certaines recherches suggèrent que les régimes alimentaires qui favorisent l’inflammation augmentent le risque de cancer du côlon. D’autre part, il existe plusieurs aliments capables d’exercer un effet protecteur sur la muqueuse colorectale.

Aliments à exclure du régime

Les viandes rouges et transformées sont les aliments les plus étroitement liés aux néoplasmes du côlon. Ils favorisent la formation de substances cancérigènes, telles que les nitrosamines et les nitrosamides. En ce sens, plus la consommation de ce type de produit est importante, plus la probabilité de prolifération des lésions cancéreuses est élevée.

De même, les substances nocives, telles que les hydrocarbures aromatiques polycycliques, augmentent lorsque la viande rouge est cuite à haute température. Par ailleurs, les viandes transformées contiennent une grande quantité de graisses saturées et d’additifs qui favorisent la croissance tumorale.

Pour cette raison, il est recommandé de réduire la consommation des aliments suivants pour prévenir le cancer du côlon:

  • Porc et bacon.
  • Coupes de bœuf et d’agneau.
  • Saucisses.
  • Charcuterie.
  • Fast food.

Les œufs, la volaille et le poisson sont le substitut protéique idéal dans la prévention de plusieurs types de cancer. De même, les légumineuses et les champignons sont des sources de protéines qui peuvent être utilisées.

Aliments à ajouter au régime

Les régimes riches en fruits, légumes et légumineuses diminuent considérablement le risque de développer un cancer du côlon. En effet, les nutriments contenus dans ces aliments exercent un effet protecteur contre le développement de processus tumoraux. Les aliments riches en fibres aident à améliorer le transit gastro-intestinal et sont utiles dans la prévention du cancer du côlon.

Certaines études suggèrent que pour chaque augmentation quotidienne de 10 grammes de l’apport en fibres, il y a une réduction allant jusqu’à 10 % du risque de cancer colorectal. En ce sens, il est conseillé de commencer par ajouter des fibres au petit-déjeuner, comme des flocons d’avoine ou des céréales, avec au moins 6 grammes de fibres par portion. Le pain complet est une autre option idéale.

L’acide folique ou vitamine B9 est l’un des principaux micronutriments impliqués dans la prévention de cette pathologie. Il est capable d’inhiber la croissance des cellules cancéreuses et peut être obtenu à partir de certains aliments et dans des suppléments.

La vitamine D et la vitamine B6 réduisent également le risque d’apparition et de progression vers des stades avancés du cancer du côlon. De plus, la consommation de poisson riche en oméga 3, d’aliments à base d’ail et de produits laitiers est associée à une incidence plus faible de la maladie chez les hommes et les femmes.

Régime riche en fibres pour la prévention du cancer du côlon.

Mode de vie sain pour prévenir le cancer du côlon

Les mauvaises habitudes sont des déclencheurs de multiples pathologies métaboliques, inflammatoires, circulatoires et néoplasiques. Pour cette raison, les modifications du mode de vie font partie des options disponibles pour prévenir les pathologies.

Activité physique et poids santé

Le surpoids et l’augmentation de la graisse abdominale sont liés à un risque accru de cancer. De cette façon, il est conseillé de maintenir un poids santé, ainsi que d’établir un plan de nutrition et d’exercice pour perdre quelques kilos si nécessaire.

En revanche, une activité physique d’intensité modérée réduit la probabilité de développer des polypes dans le gros intestin ou qu’ils évoluent vers des processus tumoraux. Par conséquent, il est conseillé d’effectuer des séances d’exercices de 20 à 30 minutes, 2 à 4 fois par semaine.

Sevrage tabagique

Le tabagisme est responsable de la production et de l’absorption de produits chimiques nocifs pour l’organisme. Cette habitude conditionne la formation de presque tous les types de polypes coliques, ainsi que leur évolution vers des stades cancéreux. De plus, le tabagisme est un facteur de risque de cancer du poumon, du foie, des reins, de l’estomac et du col de l’utérus.

Arrêter de fumer peut être une tâche difficile au début, surtout lorsque vous en avez l’habitude depuis longtemps. Pour cette raison, il est recommandé de commencer par réduire progressivement la consommation par jour, ainsi que d’éviter les espaces qui peuvent favoriser le besoin de fumer.

Réduire la consommation d’alcool pour prévenir le cancer du côlon

L’alcool est responsable de l’augmentation des demandes organiques, causant des dommages à de multiples tissus. La consommation excessive d’alcool est liée à une prévalence plus élevée de cancer et à un mauvais pronostic chez les personnes diagnostiquées. Pour cette raison, limiter la consommation est essentiel pour prévenir le cancer du côlon.

Les experts recommandent d’abandonner complètement l’habitude. Cependant, cette situation peut être difficile. Ainsi, l’American Cancer Association suggère que les hommes ne devraient pas consommer plus de 2 verres d’alcool par jour, tandis que les femmes ne devraient en consommer qu’un par jour.

Médicaments préventifs

À l’heure actuelle, l’aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) tels que l’ibuprofène et le naproxène sont considérés comme des médicaments protecteurs, capables de réduire l’incidence du cancer du côlon. Cependant, les effets secondaires de ces médicaments exposent certaines personnes à un risque plus élevé.

Chez les patients de plus de 50 ans qui souffrent de maladies cardiaques, la consommation d’aspirine pourrait être bénéfique en raison de son effet antiplaquettaire et anticancéreux. Cependant, il est nécessaire de consulter un médecin avant de commencer la consommation.

L’hormonothérapie chez la femme, les statines, les bisphosphonates et les antagonistes de l’angiotensine II (ARA) sont également associés à un effet inhibiteur potentiel sur la croissance des cellules tumorales. Toutefois, ils sont encore à l’étude. Leur consommation n’est donc pas recommandée comme mesure de prévention du cancer du côlon.

Comprimés d'aspirine.

La détection précoce est la meilleure forme de prévention

Les tests d’identification précoce du cancer du côlon sont le principal moyen de prévenir cette maladie. En ce sens, les patients à risque moyen et sans antécédents familiaux de la maladie devraient commencer le dépistage à l’âge de 45 ans. Les méthodes comprennent le test de sang occulte dans les selles et la coloscopie.

De même, si vous avez des antécédents médicaux de polypes et de symptômes intestinaux anormaux, tels que douleur, sang dans les selles, vous devez consulter un médecin dès que possible. Les spécialistes de la santé sont formés pour identifier la maladie et fournir l’approche la plus appropriée.

Cela pourrait vous intéresser ...
Côlon irritable: causes, symptômes et traitements
Muy SaludLisez-le dans Muy Salud
Côlon irritable: causes, symptômes et traitements

Le côlon irritable est un trouble gastro-intestinal qui touche plus de 10 % de la population..Découvrez ses causes, ses symptômes et traitements..



  • Luna-Abanto J, Rafael-Horna E, Gil-Olivares F. Cáncer colorrectal en adultos jóvenes: características clínico epidemiológicas en la población peruana. Rev. gastroenterol. Perú. 2017; 37( 2 ): 137-141.
  • Shivappa N, Godos J, Hébert J, Wirth M et al. Dietary Inflammatory Index and Colorectal Cancer Risk—A Meta-Analysis. Nutrients. 2017;9(9):1043.
  • Aune D, Chan DS, Lau R, Vieira R et al. Dietary fibre, whole grains, and risk of colorectal cancer: systematic review and dose-response meta-analysis of prospective studies. BMJ. 2011;343:d6617.
  • Dimitrov S, Hulteng E, Hong S. Inflammation and exercise: Inhibition of monocytic intracellular TNF production by acute exercise via β 2 -adrenergic activation. Brain, Behavior, and Immunity. 2017;61:60-68.
  • McTiernan A, Friedenreich CM, Katzmarzyk PT, Powell KE et al. Physical Activity in Cancer Prevention and Survival: A Systematic Review. Med Sci Sports Exerc. 2019;51(6):1252-1261.
  • Botteri E, Iodice S, Bagnardi V, Raimondi S et al. Smoking and colorectal cancer: a meta-analysis. JAMA. 2008;300(23):2765-78.