Polypes du côlon et du rectum: tout ce que vous devez savoir

Les polypes intestinaux sont très fréquents chez les personnes de plus de 50 ans et peuvent conduire au cancer du côlon. Heureusement, la coloscopie est une procédure efficace pour leur diagnostic et leur traitement.
Polypes du côlon et du rectum: tout ce que vous devez savoir

Écrit par Luis Rodolfo Rojas Gonzalez, 14 septembre, 2021

Dernière mise à jour : 14 septembre, 2021

Les polypes sont de petites lésions surélevées qui apparaissent dans la muqueuse et se projettent dans la lumière d’un viscère creux. En général, ces proliférations prennent leur origine dans l’intestin et ont une évolution bénigne. Cependant, certaines peuvent évoluer vers des lésions cancéreuses. Voulez-vous en savoir plus sur les polypes du côlon et du rectum? Cet article est pour vous.

Le côlon et le rectum sont sensibles aux polypes chez les patients âgés. De même, ils peuvent être congénitaux ou acquis, selon leur nature néoplasique et non néoplasique. Des études affirment que plus de 5% des polypes évoluent vers un cancer colorectal.

Symptômes

Une personne avec un rouleau de papier hygiénique aux toilettes.

Chez la plupart des gens, les polypes du côlon et du rectum ne provoquent aucun symptôme. Ils peuvent facilement passer inaperçus, étant diagnostiqués lors d’évaluations de routine ou de tests de dépistage. Dans certains cas, ces lésions peuvent s’ulcérer et provoquer des saignements rectaux. De même, certaines personnes peuvent développer les symptômes suivants:

  • Coliques et gêne abdominale.
  • Selles foncées ou noirâtres.
  • Constipation.
  • Sensation d’occupation rectale.
  • Diarrhée.

D’autre part, les saignements intestinaux continus favorisés par les polypes peuvent entraîner une anémie à long terme. En ce sens, la perte de sang conduit à une carence en fer et à la formation d’hémoglobine, conduisant à une anémie ferriprive. De plus, certains gros polypes peuvent se compliquer, provoquant une invagination et une occlusion intestinale.

Quelles sont les causes des polypes du côlon et du rectum?

Tous les tissus se constituent de cellules qui se développent et se multiplient de manière ordonnée pour façonner les organes. Cependant, l’altération du matériel génétique de ces cellules peut conduire à la prolifération de lésions anormales dans l’organisme. Les polypes du côlon et du rectum sont le résultat d’une division cellulaire incontrôlée n’importe où dans la muqueuse du gros intestin.

Actuellement, les polypes sont classés comme néoplasiques et non néoplasiques en fonction de leurs caractéristiques microscopiques. En général, les lésions à potentiel cancérigène proviennent des cellules ganglionnaires qui tapissent le tissu colorectal et sont à l’origine des polypes dits adénomateux. Certaines recherches suggèrent que ces polypes évoluent vers un cancer dans 95% des cas.

Les affections non néoplasiques peuvent résulter de polypes hyperplasiques, inflammatoires et lymphoïdes, ainsi que d’hamartomes. La polypose inflammatoire provient généralement de maladies inflammatoires de l’intestin telles que la maladie de Crohn. D’autre part, les lésions hyperplasiques se développent généralement au niveau du rectum avec une taille ne dépassant pas 5 millimètres.

De même, il existe des pathologies héréditaires qui favorisent la croissance de polypes au niveau du côlon et du rectum. Parmi les maladies associées à cette condition, nous trouvons les suivantes:

  • Syndrome de Peutz-Jeghers.
  • Syndrome de polypose MUTYH.
  • Polypose adénomateuse familiale.
  • Syndrome de Lynch.
  • syndrome de Gardner.

Facteurs de risque

L’altération du matériel génétique cellulaire qui favorise la formation de polypes est influencée par diverses variables intrinsèques ainsi que le mode de vie. Certains facteurs qui augmentent la probabilité de souffrir de cette condition sont les suivants:

  • Âge supérieur ou égal à 50 ans.
  • Être d’origine africaine.
  • Diabète de type 2 non contrôlé.
  • Avoir souffert de rectocolite hémorragique ou de maladie de Crohn.
  • Habitude de fumer.
  • Consommation excessive d’alcool.
  • Obésité.
  • Mode de vie sédentaire et manque d’exercice physique.

Les antécédents familiaux de cancer du côlon et du rectum ou de polypes augmentent fortement l’incidence de ces pathologies, du fait des récidives. De plus, le risque augmente proportionnellement au nombre de parents directs touchés. Ainsi, les spécialistes recommandent des tests de détection précoce chez ce type de patient.

Diagnostic

Prise en charge médicale d'une femme.

L’identification des polypes du côlon et du rectum est basée sur un examen clinique complet soutenu par des études d’imagerie et des tests de laboratoire. Le médecin traitant peut palper les lésions au niveau de l’ampoule rectale par bilan digital. De plus, les manifestations cliniques et les antécédents familiaux offrent des données qui augmentent la suspicion diagnostique.

Par ailleurs, des études affirment que la coloscopie est la procédure de choix pour la détection des polypes situés le long du côlon ou dans le rectum. De même, la sigmoïdoscopie flexible, la tomographie axiale informatisée (TDM) et l’imagerie par résonance magnétique (IRM) sont d’autres études d’imagerie qui peuvent être utilisées dans le protocole de diagnostic.

D’autre part, les échantillons de selles peuvent être testés pour des signes évocateurs de cette condition, tels que du sang occulte dans les selles. Les études fécales sont également utiles dans la détection de l’ADN tumoral dans le cadre des tests de dépistage du cancer colorectal associés aux polypes néoplasiques. De plus, des tests génétiques sont possibles pour les maladies héréditaires.

Traitement des polypes du côlon et du rectum

Le traitement des polypes coliques repose sur la résection totale de la lésion, cherchant à prévenir sa croissance anormale et son évolution maligne. La polypectomie endoscopique est la méthode la plus largement utilisée dans l’approche thérapeutique de ces affections. Les chirurgiens enlèvent généralement tous les polypes visibles dans le côlon et le rectum lors de l’exécution de la procédure.

En revanche, la chirurgie abdominale laparoscopique est l’intervention à réaliser en cas de lésions importantes. Certains patients atteints de polypose familiale héréditaire peuvent nécessiter l’ablation du côlon et du rectum par une proctocolectomie totale. Les polypes réséqués doivent être évalués par biopsie pour déterminer la nécessité d’un traitement anticancéreux.

La prévention est vitale dans le pronostic de cette maladie

Les polypes du côlon et du rectum sont associés aux personnes de plus de 50 ans ayant des antécédents familiaux de cette maladie. Aujourd’hui, il est possible de réduire le risque de polypose et sa progression vers le cancer colorectal grâce à de petits changements de mode de vie. En ce sens, les régimes alimentaires riches en fruits, légumes et fibres, ainsi que l’activité physique sont les principales mesures de prévention.

De la même manière, les patients devraient maintenir un contrôle de routine sur leur état de santé avec leur médecin de famille. La détection précoce des polypes et leur prise en charge rapide déterminent un meilleur pronostic de la maladie ainsi qu’une meilleure qualité de vie.

Cela pourrait vous intéresser ...
Quels sont les principaux aliments qui produisent des gaz?
Muy SaludLisez-le dans Muy Salud
Quels sont les principaux aliments qui produisent des gaz?

Vous souffrez régulièrement de flatulences? Découvrez les principaux aliments qui génèrent le plus de gaz et de gênes intestinales...



  • Garrido Botella A, Garrido Gómez E. Pólipos de colon. Rev. esp. enferm. dig. 2007;  99( 1 ): 48-48.
  • Sihues E, Añez M, Lizarzabal M, Rangel R et al . Pólipos de colon: Una revisión de 1 año de experiencia en un centro de referencia. Gen. 2008;  62( 1 ): 60-63.
  • Bastos N. Clasificación de los pólipos de la mucosa del colon y recto: uso del sistema de imágenes de banda angosta. Gen. 2011;  65( 1 ): 22-29.
  • Rodríguez Fernández Z, Jean-Louis B, Lozada Prado G, Joubert Álvarez G, Pineda Chacón J. Conocimientos vigentes acerca del cáncer de colon recurrente. MEDISAN. 2015;  19( 6 ): 797-814.
  • López Colombo A. Colon y recto. Pólipos colónicos [Colorectal diseases. Colon polyps]. Rev Gastroenterol Mex. 2010;75 Suppl 1:127-9.
  • Gallo Reynoso S, Candelaria Hernández MG. Pólipos neoplásicos del colon [Neoplastic polyps of the colon]. Rev Gastroenterol Mex. 1992;57(1):27-31.