7 conséquences du manque de sommeil

Le manque de sommeil a un impact sur votre état de santé général. Nous expliquons 7 répercussions négatives du non-respect des heures de repos.
7 conséquences du manque de sommeil

Dernière mise à jour : 16 décembre, 2022

Selon la Sleep Foundation, le nombre moyen d’heures de sommeil recommandé se situe entre 7 et 8 heures continues. Une vie bien remplie, l’utilisation d’appareils électroniques pendant la phase de pré-repos et les troubles du sommeil peuvent vous empêcher de respecter ce nombre d’heures. Les conséquences du manque de sommeil se font sentir dans différents aspects de la santé, et elles sont toujours négatives.

Le sommeil est une fonction vitale qui permet au corps de récupérer de l’énergie et de se remettre du travail quotidien. Les preuves indiquent que les effets de la privation totale de sommeil peuvent être fatals, en particulier au niveau des fonctions cérébrales de base. Aujourd’hui nous recueillons 7 conséquences du manque de sommeil selon des études scientifiques.

Principales conséquences du manque de sommeil

Il est pertinent d’objectiver ce que nous entendons par manque de sommeil. De manière générale, on peut établir trois catégories spécifiques : le manque de sommeil aigu, le manque de sommeil chronique et le déficit de sommeil. Voyons les caractéristiques de chacun :

  • Manque de sommeil aigu : fait référence à la réduction importante des heures de repos qui se fait temporairement. Dans une courte période, de seulement quelques jours, le sujet est exposé à une altération de la moyenne de repos.
  • Manque de sommeil chronique : fait référence à de longues périodes pendant lesquelles il y a une diminution du temps de repos. L’American Academy of Sleep Medicine le définit comme “un sommeil insuffisant chronique et qui est diagnostiqué après trois mois continus de perturbation du rythme de repos”.
  • Déficit de sommeil : le déficit de sommeil fait référence à des épisodes qui ne peuvent pas être classés dans les deux précédents. Par exemple, certains troubles du sommeil ou la fragmentation des périodes de repos.

Dans chacun des trois cas, des complications surviennent, bien que celles-ci soient conditionnées par la sévérité du manque de sommeil. Il est important de rappeler que le repos doit être continu, et non fractionné. Car les effets peuvent être tout aussi négatifs si la continuité n’est pas respectée.

La privation à court, moyen et long terme engendre ce que l’on appelle la dette de sommeil. Avec tout cela en préambule, nous vous présentons 7 conséquences du manque de sommeil. Nous avons choisi uniquement les altérations confirmées par la communauté scientifique.

1. Maladies cardiovasculaires

Mesure de la tension artérielle.

Il est prouvé que le manque de sommeil (ou sa prolongation excessive) est lié à des processus inflammatoires qui, à leur tour, augmentent le risque de maladies cardiovasculaires. Les chercheurs ont découvert que la privation de sommeil partielle ou complète affecte directement la fonction endothéliale.

L’endothélium est une fine couche qui tapisse les cavités corporelles, les valves cardiaques et les vaisseaux sanguins. Son altération entraîne un risque accru de développer des maladies cardiaques. Comme le montrent des études, la relation entre le muscle cardiaque et le sommeil est plus étroite qu’on ne le pense. L’un et l’autre peuvent s’affecter, surtout lorsqu’il y a une carence ou une altération.

2. Diabète

Des recherches à ce sujet ont montré que le manque de sommeil est considéré comme un risque de développement du diabète de type 2. De courtes périodes et un sommeil prolongé se traduisent par une altération de la tolérance au glucose. En effet, certains experts suggèrent que l’épidémie croissante de diabète peut s’expliquer (en partie, bien sûr) par des troubles du sommeil normalisés dans les modes de vie contemporains.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 422 millions de personnes dans le monde souffrent de diabète. Les conséquences du manque de sommeil affectent également d’autres maladies métaboliques, telles que le syndrome métabolique et la stéatose hépatique.

3. Conséquence du manque de sommeil: Altérations du système immunitaire

Une relation a été trouvée entre l’inadaptation des temps de repos nocturne et les altérations du système immunitaire. D’après ce que nous savons, la privation de sommeil se traduit par une réduction du nombre de cellules immunitaires, de la production de cytokines et d’une altération globale de la fonction immunitaire. Il en résulte une moindre résistance à tous les types d’infections.

Cela peut être nocif chez les patients recevant des vaccins, chez ceux souffrant de troubles immunosuppresseurs, chez les personnes âgées et chez les enfants. Comme dans tous les cas précédents, la relation est très complexe, de sorte qu’elle est conditionnée par une série de variables.

4. Obésité

Bien que le lien ait été discuté pendant longtemps, il est maintenant prouvé que le manque de sommeil peut entraîner un surpoids et une obésité. La réduction de la qualité du sommeil génère une série d’altérations qui, ensemble, affectent le poids d’une personne. Par exemple, augmentation de la ghréline, diminution des niveaux de leptine, augmentation du cortisol, diminution de la sensibilité à l’insuline et augmentation de la faim et de l’appétit.

Comme pour le diabète, certains experts suggèrent que les troubles du sommeil peuvent contribuer à l’augmentation des taux d’obésité. Selon l’OMS, il y a actuellement environ 1,9 milliard d’adultes en surpoids, dont 650 millions sont classés comme obèses.

5. Conséquence du manque de sommeil: Troubles mentaux

Une jeune femme avec un téléphone portable dans la main.

Les conséquences du manque de sommeil peuvent également affecter la santé mentale. Les scientifiques conviennent que la privation de sommeil peut conduire à la dépression, qui à son tour exacerbe les schémas de sommeil réduit. Cela crée un effet boule de neige. Il existe également des indications que le manque de sommeil peut entraîner des épisodes d’anxiété.

6. Troubles cognitifs

L’une des conséquences les plus évidentes du manque de sommeil se trouve dans les changements de la cognition. La mémoire, la capacité de prise de décision, la concentration et la vigilance sont considérablement réduites en l’absence de repos normatif. Le raisonnement logique et la vigilance auditive sont altérés selon les études. Cela peut être potentiellement dangereux dans certaines professions, comme les chauffeurs et les médecins spécialistes.

7. Sensibilité à la douleur

Enfin, une autre des conséquences du manque de sommeil que nous ne pouvons manquer de souligner est son lien avec la sensibilité à la douleur. Les chercheurs avertissent que cela est altéré négativement en raison d’épisodes de privation de sommeil. Même les patients peuvent développer une atténuation des effets analgésiques des médicaments. Cela peut être problématique pour les sujets souffrant de douleurs chroniques.

Enfin, ce n’est qu’un aperçu des problèmes causés par le manque de sommeil. La liste complète comprendrait une centaine de complications, bien que celles-ci servent de référence pour comprendre leur ampleur. Respecter les heures de repos est essentiel pour une vie saine et pour maintenir les fonctions de base de l’organisme.

Cela pourrait vous intéresser ...
A quoi correspond la dette de sommeil?
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
A quoi correspond la dette de sommeil?

La dette de sommeil est le nombre d'heures accumulées que nous perdons en raison d'un manque de sommeil. Quelles sont les conséquences? etc.



  • Al-Abri, M. A. Sleep Deprivation and Depression: A bi-directional association. Sultan Qaboos University Medical Journal. 2015; 15(1): e4.
  • Beccuti, G., & Pannain, S. Sleep and obesity. Current opinion in clinical nutrition and metabolic care. 2011; 14(4): 402.
  • Bentivoglio M, Grassi-Zucconi G. The pioneering experimental studies on sleep deprivation. 1997 Jul;20(7):570-6.
  • Bonanno, L., Metro, D., Papa, M., Finzi, G., Maviglia, A., Sottile, F., … & Manasseri, L. Assessment of sleep and obesity in adults and children: Observational study. Medicine. 2019; 98(46).
  • Blagrove, M., Alexander, C., & Horne, J. A. The effects of chronic sleep reduction on the performance of cognitive tasks sensitive to sleep deprivation. Applied Cognitive Psychology. 1995; 9(1): 21-40.
  • Bryant, P. A., Trinder, J., & Curtis, N. (2004). Sick and tired: does sleep have a vital role in the immune system?. Nature Reviews Immunology. 2004; 4(6), 457-467.
  • Chaput, J. P., Després, J. P., Bouchard, C., & Tremblay, A. Association of sleep duration with type 2 diabetes and impaired glucose tolerance. Diabetologia. 2007; 50(11): 2298-2304.
  • Chattu, V. K., Chattu, S. K., Burman, D., Spence, D. W., & Pandi-Perumal, S. R. The interlinked rising epidemic of insufficient sleep and diabetes mellitus. In Healthcare. Multidisciplinary Digital Publishing Institute. 2019: 7 (1): 37.
  • Grandner, M. A., Sands-Lincoln, M. R., Pak, V. M., & Garland, S. N. Sleep duration, cardiovascular disease, and proinflammatory biomarkers. Nature and science of sleep. 2013; 5, 93.
  • Kohansieh, M., & Makaryus, A. N. Sleep deficiency and deprivation leading to cardiovascular disease. International journal of hypertension, 2015.
  • Malhotra, A., & Loscalzo, J. Sleep and cardiovascular disease: an overview. Progress in cardiovascular diseases. 2009; 51(4): 279.
  • Okifuji, A., & Hare, B. D. Do sleep disorders contribute to pain sensitivity?. Current rheumatology reports. 2011; 13(6): 528.
  • Pires, G. N., Tufik, S., & Andersen, M. L. Relationship between sleep deprivation and anxiety: experimental research perspective. Einstein (São Paulo). 2012; 10: 519-523.

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.