Traitement de la rhinite allergique

La rhinite allergique peut être traitée de différentes manières. Bien que la thérapie soit toujours personnalisée, voici quelques-unes des alternatives disponibles.
Traitement de la rhinite allergique

Écrit par Josberth Johan Benitez Colmenares, 26 août, 2021

Dernière mise à jour : 26 août, 2021

La rhinite allergique est une affection dans laquelle une inflammation et une irritation se produisent dans la muqueuse du nez. Elle peut être déclenchée par de nombreux facteurs, bien que l’exposition à des allergènes tels que le pollen ou la poussière en soit la cause la plus fréquente.

Egalement connue sous le nom de rhume des foins, des études montrent qu’elle touche entre 10 % et 20 % de la population. Connaître le traitement de la rhinite allergique est essentiel pour ceux qui souffrent d’épisodes récurrents.

Comment se passe le traitement de la rhinite allergique?

Le traitement de la rhinite allergique implique la prise en compte de nombreux facteurs. Les déclencheurs, la prévalence, la gravité des symptômes et l’âge ne sont que quelques-uns des éléments qui déterminent le traitement. La plupart des patients peuvent très bien faire face à la maladie, bien que dans d’autres cas, l’intervention d’un professionnel de l’allergie soit nécessaire.

Si vous souffrez de crises récurrentes, vous devriez consulter l’un d’entre eux pour déterminer les déclencheurs exacts et ainsi choisir un plan approprié pour les contrer. Selo, l’Australasian Society of Clinical Immunology and Allergy (ASCIA), nous détaillons les options de traitement suivantes.

Antihistaminiques

Le traitement de la rhinite allergique comprend des antihistaminiques.

Le traitement antihistaminique est souvent la première option dans le traitement de la rhinite allergique. Il se divise en deux types: première et deuxième génération.

Étant donné que les médicaments dans le premier cas sont accompagnés d’un puissant effet sédatif (affectent les performances psychomotrices), les chercheurs suggèrent des médicaments de deuxième génération dans certains contextes. Parmi ces médicaments, soulignons les suivants:

  • Alavert (loratadine).
  • Clarinex (desloratadine).
  • Allegra (fexofénadine).
  • Zyrtec (cétirizine).

Les antihistaminiques agissent en bloquant les effets de l’histamine. Il s’agit d’une substance que l’organisme sécrète contre une réaction allergique et qui produit certains des symptômes classiques (nez qui coule et éternuements, par exemple).

Ils constituent une thérapie abordable et efficace, bien qu’elle doive être administrée avec prudence en raison de l’effet sédatif possible. Vous pouvez les acheter sous différentes formes, telles que des comprimés, des sirops, des sprays intranasaux et des gouttes pour les yeux.

Corticostéroïdes intranasaux

Ils sont particulièrement utiles pour traiter l’inflammation, même s’ils doivent être utilisés régulièrement (comme c’est le cas, par exemple, avec certains médicaments contre l’asthme). Des études soutiennent leur utilisation par rapport aux antihistaminiques car ils sont exempts d’effets sédatifs, bien qu’il ne soit pas rare que les patients aient à recourir aux deux dans les cas graves.

Tous les corticostéroïdes intranasaux n’ont pas la même puissance, donc s’ils sont trop élevés, ils peuvent provoquer une irritation nasale ou des saignements. Pour éviter cela, il suffit de choisir le bon produit, ainsi que de l’utiliser de la bonne manière pour percevoir ses bienfaits. Nous soulignons les éléments suivants:

  • Béconase AQ (béclométhasone).
  • Flonase (fluticasone).
  • Nasarel (flunisolide).
  • Rhinocort Aqua (budésonide).

Si vous présentez l’un des effets secondaires, suspendez son utilisation et demandez à votre spécialiste ou à votre pharmacien quelle marque ou dose vous devez utiliser en fonction de vos épisodes allergiques.

Médicaments combinés

Certains patients ne perçoivent des améliorations qu’à l’aide de médicaments combinés. Ceux-ci intègrent les principes actifs des antihistaminiques et des corticoïdes en même temps.

Des études recommandent l’utilisation de cette thérapie combinée, mais seulement lorsque les précédentes n’ont pas fonctionné. Consultez le spécialiste au cas où vous pensez avoir besoin de ce traitement contre la rhinite.

Sprays décongestionnants

Les sprays décongestionnants sont considérés comme une thérapie à court terme, souvent uniquement pour les personnes souffrant de rhinite occasionnelle.

En effet, leur utilisation à long terme a été associée à plusieurs effets secondaires. Parmi eux, nous soulignons l’hypertension, la tachycardie, les maux de tête, l’insomnie et la nervosité. Pour cette raison, ils doivent être utilisés avec prudence chez les personnes souffrant de ces conditions.

S’ils ne sont utilisés qu’occasionnellement, ils sont très utiles pour déboucher le nez. La plupart des substances de ce type utilisent une combinaison de deux ou plusieurs composés. L’étiquette doit donc être vérifiée si un traitement antérieur pour une maladie sous-jacente est maintenu.

Comprimés décongestionnants

Ils fonctionnent de la même manière que les précédents, sauf que cette fois le traitement consiste en une prise orale. Les chercheurs conviennent que la thérapie basée sur les comprimés décongestionnantes ne devrait pas durer plus de cinq jours, car le patient risque de développer une rhinite médicamenteuse ou une congestion récurrente.

Ils peuvent également provoquer les séquelles de leur variante en aérosol. Ils ne doivent donc pas être utilisés par les personnes hypertendues et cardiaques.

L’immunothérapie comme traitement de la rhinite allergique

Traitement contre la rhinite allergique.

Les options ci-dessus sont la première ligne de défense contre la rhinite allergique. Cependant, certains patients peuvent opter pour des séances d’immunothérapie pour contrôler les symptômes et la fréquence à laquelle les épisodes surviennent.

Les chercheurs approuvent son utilisation chez les patients de plus de cinq ans qui n’ont pas répondu aux traitements antérieurs. Parmi ses caractéristiques, mentionnons les suivantes:

  • Elle peut s’appliquer par voie sous-cutanée ou sublinguale.
  • Ses effets se maintiennent plusieurs années après l’arrêt du traitement.
  • En général, il s’agit de séances qui durent entre trois et cinq ans (cela dépend de chaque cas).
  • Elle repose sur l’administration d’un allergène pour diminuer la sensibilité du patient (parfois deux ou plus peuvent être utilisés).
  • L’immunothérapie nécessite une vigilance après application pour contrôler les réactions allergiques.

Compte tenu de ses effets à long terme, l’immunothérapie peut être une option plus efficace que le traitement conventionnel. En particulier pour ceux qui font face à des épisodes récurrents. Tous les patients n’y ont pas droit, consultez votre spécialiste sur la possibilité de démarrer un programme de ce type.

Autres formes de traitement de la rhinite allergique

En plus d’attaquer les épisodes lorsqu’ils se sont déjà développés, une autre façon de traiter la rhinite allergique est de les empêcher de se produire. Selon l’American College ou Allergy, Asthma & Immunology, voici quelques habitudes positives de prévention:

  • Garder les fenêtres de votre maison fermées pendant les saisons froides.
  • Utiliser la climatisation dans la résidence et dans la voiture aux périodes de l’année avec une plus grande sensibilité.
  • Porter des lunettes de soleil lors des sorties pour éviter les allergènes.
  • Acheter des couvre-lits anti-acariens. De même, changer régulièrement la couverture et les draps.
  • Éviter l’accumulation de poussière dans la maison.
  • Se laver souvent les mains, surtout après avoir caressé un animal.
  • Identifier les habitudes qui déclenchent les exacerbations pour les éviter.

Ce sont quelques-unes des directives générales qu’il est judicieux d’inclure dans une routine. Celles-ci varient en fonction du catalyseur spécifique de votre allergie. Si vous ne parvenez pas à la maîtriser grâce à certains des traitements de la rhinite indiqués, n’hésitez pas à consulter un spécialiste pour explorer des options plus personnalisées.

Cela pourrait vous intéresser ...
Allergie à l’herbe à poux: tout ce que vous devez savoir
Muy SaludLisez-le dans Muy Salud
Allergie à l’herbe à poux: tout ce que vous devez savoir

L'allergie à l'herbe à poux est une réaction très courante qui affecte des millions de personnes pendant l'été et l'automne..Découvrez-en davantage...



  • Greiwe JC, Bernstein JA. Combination therapy in allergic rhinitis: What works and what does not work. Am J Rhinol Allergy. 2016 Nov 1;30(6):391-396.
  • Kaszuba SM, Baroody FM, deTineo M, Haney L, Blair C, Naclerio RM. Superiority of an intranasal corticosteroid compared with an oral antihistamine in the as-needed treatment of seasonal allergic rhinitis. Arch Intern Med. 2001 Nov 26;161(21):2581-7.
  • Kawauchi H, Yanai K, Wang DY, Itahashi K, Okubo K. Antihistamines for Allergic Rhinitis Treatment from the Viewpoint of Nonsedative Properties. Int J Mol Sci. 2019 Jan 8;20(1):213.
  • Öçal R., Bayar Muluk N., Mullol J. Epidemiology of Allergic Rhinitis. In: Cingi C., Bayar Muluk N. (eds) All Around the Nose. 2020.
  • Sur, D. K., & Scandale, S. (2010). Treatment of allergic rhinitis. American Family Physician. 2010; 81(12): 1440-1446.
  • Walker, S. M., Durham, S. R., Till, S. J., Roberts, G., Corrigan, C. J., Leech, S. C., … & Nasser, S. M. Immunotherapy for allergic rhinitis. Clinical & Experimental Allergy. 2011; 41(9): 1177-1200.