Syndrome d'insensibilité aux androgènes

Le syndrome d'insensibilité aux androgènes affecte le développement sexuel d'un fœtus de sexe masculin. Découvrez-en davantage...
Syndrome d'insensibilité aux androgènes

Dernière mise à jour : 23 décembre, 2022

Le syndrome d’insensibilité aux androgènes ( SIA ) est une maladie génétique rare qui est classée dans les troubles du développement sexuel. Il se caractérise par la “féminisation” des organes génitaux externes à la naissance. L’apparence de ceux-ci varie d’un patient à l’autre.

S’il n’est pas traité pendant l’enfance, le syndrome entraîne généralement une anxiété à la puberté, tant pour le patient lui-même que pour son groupe familial. C’est une maladie rare, si rare que l’Organisation nationale pour les maladies rares déclare que seulement 1 nouveau-né vivant sur 99 000 est atteint du syndrome. Nous vous apprenons tout ce que l’on sait de lui.

Causes du syndrome d’insensibilité aux androgènes

Comme le soulignent les experts, le syndrome d’insensibilité aux androgènes se développe en raison de mutations de perte de fonction dans la séquence codante du récepteur aux androgènes (AR).

Cette mutation est liée au chromosome X du gène du récepteur aux androgènes, entraînant un dysfonctionnement des récepteurs aux androgènes et une résistance hormonale.

En pratique, le syndrome se traduit par une perte de virilisation ou une infertilité chez les hommes 46XY. En particulier chez ceux qui ont des testicules fonctionnels et une production adéquate de testostérone. Pour être précis, le syndrome n’est pas homogène. C’est plutôt plusieurs d’entre eux qui ont été décrits. On distingue ainsi :

  • Syndrome complet d’insensibilité aux androgènes (CAIS) : caractérisé par des organes génitaux externes caractéristiques typiques.
  • Syndrome d’insensibilité partielle aux androgènes (PAIS): caractérisé par la manifestation d’organes génitaux externes principalement féminins, masculins ou ambigus.
  • Le syndrome d’insensibilité légère aux androgènes (MAIS): Dans ces cas, le patient développe des organes génitaux externes masculins typiques.

En termes très simples, lorsqu’une personne souffre du syndrome d’insensibilité aux androgènes, elle réagit moins aux substances qui donnent la masculinité (androgènes).

Les androgènes sont les hormones responsables de la stimulation des caractéristiques sexuelles masculines. La testostérone, la dihydrotestostérone, l’androstènedione et la déhydroépiandrostérone en font partie.

Dans certains contextes, le syndrome est connu sous le nom d’intersexe, d’hermaphrodisme ou de syndrome de féminisation testiculaire. Ces catégories sont considérées comme inadéquates, du moins dans le contexte médical.

Malgré cela, elles sont plus faciles à assimiler par la population générale ; d’où leur popularité. Comme nous l’avons déjà expliqué, le gène porteur est situé sur le chromosome X, les femmes sont donc chargées d’en hériter.

Une femme porteuse du gène a 25 % de chance d’avoir une fille porteuse, 25 % de chance d’avoir une fille non porteuse, 25 % de chance d’avoir un fils atteint du syndrome et 25 % de chance d’avoir une fille en bonne santé.

Si le mâle porteur du gène parvient à avoir une progéniture femelle, le gène lui sera transmis. Si vous avez des descendants mâles, le gène ne sera pas transmis.

Symptômes du syndrome d’insensibilité aux androgènes

Un jeune garçon assis par terre le visage caché dans ses bras.

Il existe différents degrés d’intensité du syndrome. Même chez les patients du même degré, les manifestations cliniques peuvent être très différentes. Les antécédents familiaux ou les tests génétiques sont considérés comme un signe d’alerte et, en général, les spécialistes suggèrent de prêter attention aux caractéristiques suivantes :

  • Sous-masculinisation des organes génitaux externes à la naissance.
  • Absence d’anomalies extra génitales.
  • Deux testicules non dysplasiques.
  • Altération de la virilisation à la puberté (spermatogenèse ou virilisation somatique).
  • Présence d’un vagin court.
  • Structures mullériennes rudimentaires ou absentes (col de l’utérus, utérus et trompes de Fallope).

La plupart des cas ne sont pas détectés jusqu’à ce que le jeune atteigne la puberté. En cas d’insensibilité complète aux androgènes, les filles présentent des organes génitaux externes normaux. Cependant, leurs chromosomes sont XY.

Pour cette raison, elles n’ont pas de ménarche ni d’autres signes de développement sexuel (comme les poils pubiens, car leur croissance est régulée par la testostérone). Elles n’ont pas d’utérus, elles sont donc stériles.

Les cas d’insensibilité partielle aux androgènes manifestent des symptômes beaucoup plus caractéristiques et variables. Beaucoup d’entre eux peuvent être détectés avant la puberté. Par exemple, la personne peut avoir un micropénis, un hypospadias (ouverture de l’urètre à des endroits autres que l’extrémité du gland) et une cryptorchidie (testicule non descendu). Nous soulignons d’autres de ses symptômes:

  • Croissance mammaire pendant la puberté.
  • Clitoris élargi (surtout pendant la puberté).
  • Lèvres fusionnées.
  • Scrotum fourchu.

Enfin, les épisodes d’insensibilité légère aux androgènes ne se caractérisent pas par des modifications des organes génitaux externes. Ceux-ci sont normatifs, bien qu’ils puissent manifester une certaine altération pendant la puberté. Le plus courant dans la gynécomastie.

Comme nous l’avons déjà noté, le tableau clinique diffère dans ces trois types de syndrome; il n’y a donc pas deux cas identiques.

Diagnostic du syndrome d’insensibilité aux androgènes

Microscope.

Il n’y a pas de critères standardisés pour diagnostiquer le syndrome d’insensibilité aux androgènes en raison de la variabilité du tableau clinique chez les patients. Il est suspecté par les altérations des organes génitaux internes ou externes. Bien qu’il faille tenir compte du fait que d’autres troubles ou maladies peuvent les expliquer.

Les tests génétiques permettent de consolider les premières observations, notamment lorsqu’il s’agit d’une manifestation complète du syndrome (en détectant qu’une patiente aux organes génitaux externes féminins parfaits est XY). Ils peuvent également évaluer les niveaux d’hormones dans le corps ou effectuer une analyse de sperme (ce dernier test chez les hommes adultes).

Pour lever les doutes, on peut rechercher des mutations spécifiques dans les gènes des récepteurs aux androgènes, ou opter pour une biopsie gonadique. Les résultats de tous ces tests permettront au spécialiste de diagnostiquer le syndrome. De nombreux cas sont détectés à la puberté et à l’âge adulte, bien qu’il soit également possible de poser le diagnostic pendant l’enfance.

Quelles sont les options de traitement?

Les experts recommandent une approche holistique du syndrome qui implique le plan physiologique, psychologique et social du patient. En effet, tant l’enfant que les parents sont exposés à des décisions compliquées qui, dans de nombreux cas, doivent être prises rapidement pour éviter des complications à tous ces niveaux.

L’attribution parentale du sexe est peut-être l’une des plus difficiles, bien qu’elle soit suivie par d’autres telles que les interventions chirurgicales et la chirurgie plastique.

La prise de suppléments d’androgènes ou d’œstrogènes est évaluée selon chaque cas, bien que ceux-ci soient souvent choisis pendant la puberté. Des interventions telles que la gonadectomie, la dilatation vaginale, la vaginoplastie, la génitoplastie, la correction des testicules non descendus et la correction de l’hypospadias ne sont que quelques options envisagées.

Chaque cas étant particulier, le spécialiste détermine la feuille de route après le diagnostic sur la base de l’entretien avec les parents et le patient (le cas échéant).

Enfin, le soutien psychologique est très important, du fait qu’une bonne partie des patients manifestent une crise de leur identité de genre ou de leur identité sexuelle à la puberté ou à l’âge adulte. C’est pourquoi l’approche holistique est si importante.

Cela pourrait vous intéresser ...
Troubles de la sexualité : principales caractéristiques
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Troubles de la sexualité : principales caractéristiques

Les troubles de la sexualité touchent des milliers de personnes dans le monde..Quels sont les principaux dysfonctionnements et paraphilies?



  • Gottlieb, B., & Trifiro, M. A. Androgen insensitivity syndrome. 2017.
  • Lanciotti, L., Cofini, M., Leonardi, A., Bertozzi, M., Penta, L., & Esposito, S. Different clinical presentations and management in complete androgen insensitivity syndrome (CAIS). International journal of environmental research and public Health. 2019; 16(7): 1268.
  • Singh, S., & Ilyayeva, S. Androgen Insensitivity Syndrome. 2019.

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.