Régime en cas de stéatose hépatique: aliments recommandés et interdits

L'optimisation de l'alimentation peut aider à améliorer la gestion de la stéatose hépatique et à accélérer la récupération.
Régime en cas de stéatose hépatique: aliments recommandés et interdits
Saúl Sánchez

Rédigé et vérifié par el nutricionista Saúl Sánchez.

Dernière mise à jour : 24 décembre, 2022

Si une stéatose hépatique s’est développée, il sera important de prévoir une alimentation adéquate afin de faciliter la prise en charge de la pathologie et d’améliorer son pronostic. Il s’agit d’un problème de santé complexe qui, bien que réversible, peut causer de graves dommages s’il n’est pas détecté tôt ou s’il n’est pas traité correctement.

Avant de commencer, il est essentiel de souligner que la stéatose hépatique est généralement générée par de mauvaises habitudes de vie, à la fois alimentaires et toxiques. Par exemple, la consommation d’alcool augmente considérablement le risque, devenant l’un des principaux facteurs qui déterminent son apparition. Une alimentation riche en gras trans de mauvaise qualité peut également prédisposer au problème.

Aliments recommandés en cas de stéatose hépatique

Lorsqu’une stéatose hépatique est diagnostiquée, certains changements alimentaires doivent être envisagés. Certains aliments peuvent être consommés plus fréquemment pour améliorer les symptômes. Étant une altération de la fonction de l’organe qui a une composante inflammatoire de base, le contrôle de son bon fonctionnement sera essentiel pour inverser le problème.

Selon la littérature scientifique récente, la consommation régulière d’artichauts permet d’atténuer la pathologie. Ce légume contient une série de composés phytochimiques à capacité antioxydante qui aident à réparer les tissus hépatiques endommagés, ce qui se traduira petit à petit par un plus grand sentiment de bien-être. Ceci est démontré par des recherches publiées dans la revue Phytotherapy Research.

Il existe deux alternatives efficaces. La première consiste à inclure régulièrement l’artichaut dans l’alimentation. Car il est essentiel de le consommer en grande quantité pour obtenir ses bienfaits. Une autre option consiste à utiliser un supplément d’extrait d’artichaut, de cette façon, vous pourrez ingérer la quantité nécessaire de composés phytochimiques pour ressentir les effets positifs.

Le chardon-Marie est un autre produit clé dans le traitement de la stéatose hépatique. Selon une étude, il contient un composé appelé silymarine, qui améliore le pronostic des problèmes hépatiques viraux et non transmissibles. S’il est vrai que les preuves ne sont pas encore de la plus haute qualité, les indications de son efficacité sont plus que cohérentes.

Oméga 3 pour le traitement de la stéatose hépatique

Assiette de saumon et légumes.

L’un des composants qui ne devrait pas passer inaperçu dans le traitement des problèmes de foie sont les acides gras de la série oméga 3.

Il a été démontré que ces composés exercent un fort pouvoir anti-inflammatoire. Ce qui peut aider à reconstruire les tissus endommagés, accélérer la récupération et arrêter l’un des principaux mécanismes responsables. Cependant, il est important d’équilibrer leur apport avec celui des acides gras de la série oméga 6.

Pour assurer la présence de ces composés dans l’alimentation, une augmentation de la consommation de poisson gras est généralement proposée, en raison de sa forte teneur en graisses saines. Dans les cas où la stéatose hépatique s’est développé, il est préférable de consommer de petits poissons. Car le risque d’accumulation importante de métaux lourds à l’intérieur est plus faible.

Il existe également la possibilité d’incorporer de fortes doses d’oméga 3 dans le régime alimentaire par le biais de suppléments. L’huile de krill et l’huile de foie de morue fonctionneraient. Les deux produits contiennent du DHA et de l’EPA en quantités suffisantes, ce qui permet à l’effet anti-inflammatoire de se produire avec succès.

Il convient de noter que les oméga 3 eux-mêmes sont capables de protéger le muscle des états cataboliques du corps. Ainsi, des pathologies telles que la sarcopénie peuvent être prévenues.

Lorsque le foie ne fonctionne pas bien, certains mécanismes métaboliques peuvent ne pas fonctionner efficacement et la synthèse des protéines peut être réduite. Par conséquent, la présence d’oméga 3 dans le corps parviendra à protéger les tissus maigres.

Aliments interdits en cas de stéatose hépatique

De la même manière que la consommation de certains produits favorise la récupération après le diagnostic de stéatose hépatique, il existe d’autres produits comestibles ou composés qui devraient être éliminés de l’alimentation, car ils sont contre-productifs.

Un exemple est les acides gras trans. Ceux-ci sont formés par la cuisson d’aliments riches en matières grasses à des températures élevées. Ils ont un pouvoir inflammatoire élevé, comme en témoignent des recherches publiées dans Biological & Pharmaceutical Bulletin.

De même, tous les composés toxiques doivent être complètement limités. Pour cette raison, l’alcool sera totalement interdit et le tabac devrait également être supprimé. Bien sûr, il reste que les médicaments doivent être complètement évités.

Désormais, lorsque nous parlons de drogues, nous ne faisons pas uniquement référence aux drogues récréatives, car de nombreuses drogues affectent de manière significative la fonction hépatique. Il peut être nécessaire de revoir le calendrier des médicaments avec le spécialiste si nécessaire.

De plus, il faudra limiter l’apport des sucres simples car ils ont un potentiel inflammatoire lorsqu’ils ne sont pas brûlés plus tard par l’exercice physique.

En effet, il existe des preuves qui montrent que leur consommation régulière peut augmenter le risque de certaines pathologies, comme le syndrome métabolique. Le mieux sera de privilégier la consommation de glucides complexes, à travers des aliments à forte teneur en fibres.

Autres aliments à éviter

En ce qui concerne les fruits, il y a pas mal de controverse. D’une part, il est indiqué que la consommation de fructose en grande quantité affecte négativement la fonction hépatique.

Cependant, ces aliments contiennent une quantité importante d’antioxydants qui aident à contrôler l’inflammation et participent à la régénération des tissus. Les vitamines remplissent également cette dernière fonction, notamment la vitamine C.

La plupart des experts recommandent que l’apport soit modéré. Il sera positif de choisir des fruits à faible teneur en sucre et à apport élevé en fibres à inclure dans l’alimentation. Néanmoins, votre consommation devra peut-être être sévèrement limitée jusqu’à ce que les marqueurs de la santé du foie s’améliorent. À partir de ce moment, ils seront réintroduits progressivement.

Régime hypocalorique pour la santé du foie

Il est crucial de noter que, à de nombreuses reprises, la stéatose hépatique se développe dans le cadre du surpoids et de l’obésité. Ce sera donc une bonne alternative de proposer un régime qui permet d’améliorer l’état de la composition corporelle, afin d’inverser le processus. Il faut s’assurer d’un certain déficit au niveau énergétique, même si un apport suffisant en protéines de qualité doit être garanti.

Certaines stratégies comme le jeûne intermittent peuvent être mises en place pour faciliter le processus. Selon une étude publiée dans le magazine Canadian Family Physician, ce jeûne est un protocole efficace pour aider à mobiliser et à oxyder les graisses, réussissant à améliorer l’état de la composition corporelle. Même la réduction des glucides peut être efficace, bien qu’elle ne génère pas toujours une adhésion adéquate.

Cependant, pour vraiment vivre un changement significatif, il faudra introduire la variable d’activité physique dans l’équation. Sinon, un bon déficit ne sera pas consolidé avec efficacité dans l’utilisation des substrats énergétiques.

Le travail de force permet d’inverser les situations de résistance à l’insuline, également étroitement liées au développement de la stéatose hépatique. Par conséquent, la perte de poids sera importante.

Pour réussir, en plus de faire des changements dans le régime alimentaire, d’autres habitudes de vie sont nécessaires. Par exemple, obtenir au moins 7 à 8 heures de sommeil de bonne qualité chaque nuit peut faire la différence. De cette manière, les processus de récupération se dérouleront de manière optimale, ce qui permettra au tissu de se réparer favorablement.

Pour en revenir aux composantes diététiques, il convient que l’alimentation repose avant tout sur la consommation d’aliments frais à haute densité nutritionnelle. Elle doit avoir un caractère hypocalorique et peut être complétée par des antioxydants, des oméga 3 et même de la vitamine C.

Ce dernier nutriment agit comme un antioxydant et favorise la synthèse endogène du collagène, la protéine la plus abondante dans le corps humain.

Microbiote et stéatose hépatique

Ces dernières années, il y a eu des spéculations sur la possibilité que des changements dans le microbiote agissent, pour le meilleur ou pour le pire, sur la santé du foie. Certaines souches de bactéries ont été identifiées qui pourraient améliorer le fonctionnement de cet organe, parvenant ainsi à réduire les problèmes qui y sont associés. Cependant, de nombreux doutes subsistent à son sujet.

Ce qui semble clair, c’est que le maintien d’un microbiote sain réduit le risque de dérapage des mécanismes inflammatoires de l’environnement interne. Cela influence positivement tous les organes et la physiologie de l’organisme en général. Pour assurer cet objectif, il est conseillé de proposer une alimentation avec une présence régulière de produits laitiers fermentés et de fibres.

Cette dernière substance sert de substrat énergétique pour les bactéries qui habitent le tube. Surtout, l’action des fibres solubles se démarque, car elles parviennent à fermenter et à produire divers avantages. On les trouve principalement dans les végétaux comme les pommes et l’avoine. L’inclusion de fibres dans l’alimentation est essentielle pour profiter de ses bienfaits.

Médicaments et maladie du foie

Un comprimé dans une main et un verre d'eau dans une autre.

L’abus de certains médicaments peut être l’une des causes de la stéatose hépatique. Après tout, ces composés sont généralement métabolisés dans le tissu hépatique et soumettent les cellules qui le composent à un niveau de stress élevé. Lorsque cette condition est maintenue en permanence, elle peut développer des maladies chroniques et complexes.

Par conséquent, il n’est pas judicieux de consommer des médicaments sans surveillance professionnelle. Vous pourriez effectivement ressentir d’autres effets secondaires, surtout à moyen et long terme. Enfin, il sera donc intéressant d’optimiser les habitudes de vie pour ingérer le moins possible ces composés.

Régime en cas de stéatose hépatique

Il est possible de proposer certains mécanismes alimentaires pour inverser ou améliorer la stéatose hépatique et ainsi maintenir un meilleur état de santé. C’est une pathologie qui a beaucoup à voir avec les habitudes de vie, elle peut donc être résolue en les modifiant positivement. Bien sûr, il est parfois important d’envisager un traitement pharmacologique.

Avant de terminer, il convient de noter que la stéatose hépatique reste souvent silencieuse jusqu’aux dernières étapes. Il est possible de la détecter grâce à des tests sanguins, bien qu’il soit nécessaire d’effectuer une série de tests complémentaires pour confirmer le diagnostic et commencer le traitement.

Cela pourrait vous intéresser ...
Hépatite A chez les enfants: ce que vous devez savoir
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Hépatite A chez les enfants: ce que vous devez savoir

Les infections à l'hépatite A chez les enfants sont très fréquentes. Quels sont ses symptômes, ses causes, son diagnostic et son traitement?



  • Panahi, Y., Kianpour, P., Mohtashami, R., Atkin, S. L., Butler, A. E., Jafari, R., Badeli, R., & Sahebkar, A. (2018). Efficacy of artichoke leaf extract in non-alcoholic fatty liver disease: A pilot double-blind randomized controlled trial. Phytotherapy research : PTR32(7), 1382–1387. https://doi.org/10.1002/ptr.6073
  • Rambaldi, A., Jacobs, B. P., & Gluud, C. (2007). Milk thistle for alcoholic and/or hepatitis B or C virus liver diseases. The Cochrane database of systematic reviews2007(4), CD003620. https://doi.org/10.1002/14651858.CD003620.pub3
  • Calder P. C. (2017). Omega-3 fatty acids and inflammatory processes: from molecules to man. Biochemical Society transactions45(5), 1105–1115. https://doi.org/10.1042/BST20160474
  • Hirata Y. (2021). trans-Fatty Acids as an Enhancer of Inflammation and Cell Death: Molecular Basis for Their Pathological Actions. Biological & pharmaceutical bulletin44(10), 1349–1356. https://doi.org/10.1248/bpb.b21-00449
  • Jensen, T., Abdelmalek, M. F., Sullivan, S., Nadeau, K. J., Green, M., Roncal, C., Nakagawa, T., Kuwabara, M., Sato, Y., Kang, D. H., Tolan, D. R., Sanchez-Lozada, L. G., Rosen, H. R., Lanaspa, M. A., Diehl, A. M., & Johnson, R. J. (2018). Fructose and sugar: A major mediator of non-alcoholic fatty liver disease. Journal of hepatology68(5), 1063–1075. https://doi.org/10.1016/j.jhep.2018.01.019
  • Welton, S., Minty, R., O’Driscoll, T., Willms, H., Poirier, D., Madden, S., & Kelly, L. (2020). Intermittent fasting and weight loss: Systematic review. Canadian family physician Medecin de famille canadien66(2), 117–125.

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.