Les 4 types de résilience et leurs caractéristiques

Il existe plusieurs types de résilience, même si l'on distingue principalement psychologique, émotionnelle, physique et communautaire. Voici leurs caractéristiques.
Les 4 types de résilience et leurs caractéristiques

Dernière mise à jour : 16 décembre, 2022

L’American Psychological Association (APA) définit la résilience comme “le processus de bien s’adapter à l’adversité, à un traumatisme, à une tragédie, à des menaces ou à des sources importantes de stress”. C’est un terme qui est devenu très populaire ces dernières années, si bien que tout le monde le connaît.  Toutefois, on ignore souvent que ce processus peut être classé en différents types. Bien que tous partagent des caractéristiques communes, le contexte et les implications permettent de les considérer comme des états individuels. Bien qu’il n’y ait pas de classification officielle des types de résilience, on les distingue généralement en psychologique, émotionnel, physique et communautaire. Voyons à quoi chacun fait référence.

Principaux types de résilience

Comme le préviennent les experts, la résilience est un processus plus complexe que nous ne le pensons. Des facteurs biologiques, sociaux, culturels et psychologiques interagissent pour influencer les réponses des sujets au traumatisme. Sur la base de ce réseau complexe, nous pouvons distinguer les types de résilience suivants.

1. Résilience psychologique

Souvent appelée force mentale, la résilience psychologique fait référence à la capacité de l’esprit à s’adapter ou à résister aux défis et à l’adversité. Selon les preuves, les épisodes traumatisants dans la vie des gens contribuent à renforcer le niveau de résilience psychologique. Le niveau d’exposition audit traumatisme, l’âge et le soutien social jouent également en sa faveur.

Les experts soulignent que ce type de résilience est conditionné par les caractéristiques psychologiques des sujets. En effet, certaines personnes (en raison de divers facteurs) sont psychologiquement préparées à faire face à certaines situations défavorables. Bien sûr, c’est quelque chose qui peut être formé et renforcé. Ce n’est donc pas exclusif à certains sujets.

Tout semble indiquer que les personnes âgées ont un degré de résilience psychologique plus élevé que les jeunes adultes. Cela nous fait supposer que les stratégies et les compétences pour faire face à une crise sont quelque chose qui s’affine avec le temps et l’expérience.

2. Résilience émotionnelle

Elle fait référence à la capacité à connecter, comprendre et organiser les émotions et les sentiments dans un contexte de traumatisme, de crise, de problèmes ou de stress. Les experts soulignent qu’il s’agit d’un processus qui commence à s’affiner pendant l’enfance, puis se consolide à mesure que nous grandissons. Il est lié au contrôle émotionnel. A tel point que ceux qui ont appris ce contrôle obtiennent des scores plus élevés en termes de résilience émotionnelle.

Chaque situation stressante, problématique ou malheureuse déclenche une avalanche d’émotions. La colère, la haine, la tristesse et l’angoisse ne sont que quelques-unes des plus courantes. Le contrôle de tous ces troubles de l’humeur est crucial pour traiter les problèmes et trouver des solutions.

Les preuves indiquent que ce type de résilience est associé à des effets positifs sur la santé. Certes, certains états émotionnels peuvent entraîner des complications physiologiques, comme des problèmes cardiaques. La développer apparaît donc comme une stratégie utile qui a de multiples implications au quotidien, et pas seulement dans la gestion des catastrophes.

3. Types de résilience: physique

C’est l’un des types de résilience les plus méconnus, même si ces dernières années, il n’a cessé de susciter l’intérêt des experts du domaine. Il fait référence à la force et à la résistance à s’adapter aux défis de la vie. Elle se traduit ensuite par des capacités et des habiletés à fonctionner et à se remettre de maladies, d’accidents et autres.

Une étude publiée dans The Journals of Gerentology : Series A en 2016 a révélé que la résilience physique est associée à une vieillesse en bonne santé. Certes, la capacité de se remettre rapidement d’une maladie est une compétence très prisée alors que nous ajoutons des années à nos vies. Ce n’est pas seulement le contraire de la fragilité, comme le préviennent les chercheurs, mais il englobe un phénomène très complexe qui est encore en cours de définition.

4. Résilience communautaire

La résilience communautaire est le dernier des types de résilience. Dans les cas précédents, nous faisions référence du point de vue individuel. Dans ce cas, cela se fait avec le collectif, le groupe ou la communauté comme point de référence. Par conséquent, nous comprenons la résilience communautaire comme les compétences, les stratégies et les capacités d’un groupe à réagir et à s’adapter aux situations qui l’affectent négativement.

Par exemple, les catastrophes naturelles, les situations de violence ou de criminalité, les problèmes économiques et les conflits divers qui affectent une communauté. Certains experts associent ce concept à la durabilité sociale, d’autres le font au capital social. Elle se manifeste à la fois dans de grands et de petits événements et c’est ce qui permet à une certaine communauté de se relever d’une catastrophe.

Ce sont les principaux types de résilience. Bien sûr, aucun d’entre eux ne s’exclut mutuellement. En effet, il n’est pas possible de développer la résilience communautaire si la résilience individuelle (psychologique, émotionnelle et physique) fait défaut. Ce sont les faces d’une même médaille, qui bien sûr peuvent être renforcées. Y travailler fait partie de l’engagement qu’une personne a avec elle-même et avec sa communauté.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les bonnes habitudes pour une vie plus saine
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Les bonnes habitudes pour une vie plus saine

Mener une vie basée sur de bonnes habitudes de vie est essentiel pour jouir d'un état de bien-être physique, mental et social global..Quelles sont-...



  • Aldrich, D. P., & Meyer, M. A. Social capital and community resilience. American behavioral scientist. 2015; 59(2): 254-269.
  • Bonanno, G. A., Galea, S., Bucciarelli, A., & Vlahov, D. What predicts psychological resilience after disaster? The role of demographics, resources, and life stress. Journal of consulting and clinical psychology. 2007; 75(5): 671.
  • Conway, A. M., & McDONOUGH, S. C. Emotional resilience in early childhood. 2006.
  • Davis, M. C. Building emotional resilience to promote health. American journal of lifestyle medicine. 2009; 3(1_suppl): 60S-63S.
  • Fletcher, D., & Sarkar, M. Psychological resilience. European psychologist. 2013.
  • Gooding, P. A., Hurst, A., Johnson, J., & Tarrier, N. Psychological resilience in young and older adults. International journal of geriatric psychiatry. 2012; 27(3): 262-270.
  • Magis, K. Community resilience: An indicator of social sustainability. Society and Natural Resources. 2010; 23(5): 401-416.
  • Southwick, S. M., Bonanno, G. A., Masten, A. S., Panter-Brick, C., & Yehuda, R. Resilience definitions, theory, and challenges: interdisciplinary perspectives. European journal of psychotraumatology. 2014; 5(1): 25338.
  • Whitson, H. E., Cohen, H. J., Schmader, K., Morey, M. C., Kuchel, G., & Colon-Emeric, C. Physical resilience: not simply the opposite of frailty. Journal of the American Geriatrics Society. 2018; 66(8): 1459.
  • Whitson, H. E., Duan-Porter, W., Schmader, K. E., Morey, M. C., Cohen, H. J., & Colón-Emeric, C. S. Physical resilience in older adults: systematic review and development of an emerging construct. Journals of Gerontology Series A: Biomedical Sciences and Medical Sciences. 2016; 71(4): 489-495.

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.