Infection à cytomégalovirus : tout ce que vous devez savoir

Le cytomégalovirus est un agent de la famille des herpesvirus qui cause des millions d'infections chaque année. Examinons ses symptômes, ses causes et ses alternatives de traitement.
Infection à cytomégalovirus : tout ce que vous devez savoir

Dernière mise à jour : 28 décembre, 2022

L’infection à cytomégalovirus regroupe des millions de cas dans le monde chaque année. La plupart d’entre eux surviennent chez les enfants et les adolescents, bien qu’ils puissent également survenir chez les adultes. Le cytomégalovirus est un virus de l’herpès présent dans le monde entier et, bien qu’il ne provoque généralement pas de complications majeures, chez certains patients, les épisodes peuvent être graves, voire mortels.

Les complications sont conditionnées par un certain nombre de facteurs. La plupart des personnes dont le système immunitaire est sain peuvent très bien repousser les infections, mais celles dont le système est affaibli ne le peuvent pas. Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), 1 enfant sur 3 de moins de 5 ans est porteur du virus, et plus de la moitié des adultes ont été infectés avant l’âge de 40 ans.

Causes de l’infection à cytomégalovirus

Une maman qui prépare son fils pour l'école.

Le cytomégalovirus est un virus de la famille de l’herpès simplex. Comme tous les virus de cette famille, il peut rester en sommeil pendant des années puis se réveiller de façon inattendue. On distingue généralement trois stades d’infection à cytomégalovirus :

  • Infection à cytomégalovirus chez le nouveau-né par inclusion : Selon les experts, elle se rencontre presque exclusivement chez les bébés nés de mères qui ont développé l’infection pendant la grossesse. Elle peut être légère ou sévère, dans ce dernier cas elle peut affecter le foie, la rate ou le système nerveux central.
  • Infection aiguë acquise à cytomégalovirus : les preuves indiquent qu’il s’agit de l’infection congénitale la plus courante dans le monde, avec une prévalence pouvant atteindre jusqu’à 2,2 % des nouveau-nés. 90% d’entre eux ne présenteront aucun symptôme à la naissance. Ceux qui le font développeront un mal de gorge, des douleurs musculaires squelettiques, de la fièvre et un malaise général.
  • Infection à cytomégalovirus chez les personnes immunodéprimées : par exemple, chez les personnes qui ont reçu une greffe d’organe, qui suivent un traitement contre le cancer ou qui ont le VIH. Les experts avertissent que la plupart des complications surviennent chez les patients qui présentent ces caractéristiques.

Bien sûr, une infection à cytomégalovirus peut également survenir chez des patients immunocompétents. Dans ces derniers, elle peut passer inaperçue ou ne se manifester que par des symptômes bénins. Elle se divise également généralement en infections primaires et réactivation. Ce dernier cas se produit lorsque plus tard (cela peut prendre des années), le virus se réactive, provoquant à nouveau le processus infectieux.

Le virus se transmet par les fluides corporels : salive, sang, urine, matières fécales, sécrétions vaginales, lait maternel, sperme et larmes. Les transfusions sanguines et les greffes d’organes peuvent donc être une source de transmission. Il s’agit d’un virus relativement courant dans les écoles, les crèches et les terrains de jeux pour enfants. Ces zones sont donc considérées comme des sites potentiels d’infection.

Symptômes de l’infection à cytomégalovirus

La plupart des patients infectés par le virus ne développeront pas de symptômes. Cela s’applique aux enfants et aux adultes, donc presque tous les épisodes seront simples. Le fait qu’ils ne présentent pas de symptômes visibles n’implique pas que le virus ne peut pas se transmettre. Par interaction avec des fluides, une personne infectée asymptomatique peut en infecter une autre avec le cytomégalovirus.

Chez les jeunes et les adultes, les infections peuvent se manifester par de la fièvre, des maux de gorge, de la fatigue et des malaises. Certains patients auront des ganglions lymphatiques enflés, des douleurs articulaires et une perte d’appétit. Chez les enfants, les symptômes peuvent être plus évidents, en particulier chez ceux qui sont nés avec le virus sous une forme acquise. Voyons quelques caractéristiques de ces cas :

  • Accouchement prématuré.
  • Faible poids de naissance.
  • Microcéphalie.
  • Hépatite.
  • Jaunisse.
  • Rétinite.
  • Pneumonie.
  • Perte auditive.
  • Démangeaison de la peau.
  • Inflammation du foie et de la rate.
  • Encéphalite.
  • Déficience intellectuelle.

Les patients immunodéprimés peuvent développer une rétinite, une pneumonie et des ulcères dans l’intestin et l’œsophage. Comme nous l’avons déjà averti, la plupart des cas passent sans la manifestation d’aucun symptôme.

Diagnostic de l’infection à cytomégalovirus

Un médecin qui regarde un dossier.

Compte tenu de l’absence de symptômes et de la facilité avec laquelle ceux-ci peuvent être camouflés avec ceux d’autres infections, le cytomégalovirus n’est pas facile à diagnostiquer.

La plupart des porteurs du virus ne savent pas qu’ils l’ont et peuvent infecter des personnes qui peuvent avoir des complications (nourrissons, personnes âgées, patients atteints du VIH et autres). Les analyses de sang et d’urine, les biopsies, les examens de la vue et les tests d’imagerie constituent le diagnostic standard.

Les chercheurs soulignent que l’infection à cytomégalovirus peut se confondre avec d’autres processus infectieux tels que la toxoplasmose, l’hépatite virale, l’hépatite auto-immune, l’infection par le VIH, la réaction à la prise de médicaments, l’infection par l’herpès virus humain 6 et l’infection par le virus d’Epstein.

Quelles sont les options de traitement?

Lorsque le patient ne présente pas de symptômes graves, il est généralement décidé de ne pas commencer le traitement. Étant donné que le déclencheur est un virus, les antibiotiques ne sont pas utiles pour faire face à ce processus infectieux. Lorsque les adultes développent des signes, des médicaments sont nécessaires pour contrôler des symptômes spécifiques.

Chez les bébés et les enfants, la prise d’antiviraux est privilégiée, même si leur administration doit se faire avec prudence. Les patients séropositifs sont traités avec les médicaments standard pour cette infection, ils n’ont donc pas besoin de traitement supplémentaire. Si une rétinite est suspectée, le valganciclovir, le cidofovir, le foscarnet ou le ganciclovir doivent être administrés. En effet, la rhinite à cytomégalovirus est généralement très grave.

Les médicaments ci-dessus fonctionnent également pour les patients dont le système immunitaire est affaibli. En plus des thérapies de ce type, il est également recommandé de se reposer pour éviter la propagation du virus dans son état actif et d’être attentif aux symptômes. Le cytomégalovirus n’est pas complètement éliminé, mais reste plutôt latent, pouvant se réveiller des années dans le futur.

Enfin, le pronostic est généralement très bon, mais des soins médicaux doivent être recherchés si des symptômes apparaissent ou si une infection est suspectée. C’est particulièrement le cas dans les groupes à risque, car la plupart des complications se concentrent chez eux. Les cas graves non traités peuvent entraîner la mort. Il faut donc faire preuve de prudence dans la gestion de l’infection à cytomégalovirus.

Cela pourrait vous intéresser ...
Mononucléose: symptômes, causes, diagnostic et traitement
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Mononucléose: symptômes, causes, diagnostic et traitement

La mononucléose peut présenter de nombreux symptômes, mais les plus courants sont un mal de gorge et une lymphadénopathie cervicale..Découvrez-en d...



  • Milewska-Bobula B. Wrodzone zakazenie wirusem cytomegalii–charakterystyka kliniczna z uwzglednieniem diagnostyki przedurodzeniowej [Congenital cytomegalovirus infection–clinical characteristics including prenatal diagnosis]. Med Wieku Rozwoj. 2003 Jul-Sep;7(3 Suppl 1):123-7.
  • Taylor, G. H. Cytomegalovirus. American family physician. 2003; 67(3): 519-524.
  • Vancíková Z, Dvorák P. Cytomegalovirus infection in immunocompetent and immunocompromised individuals–a review. Curr Drug Targets Immune Endocr Metabol Disord. 2001 Aug;1(2):179-87.

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.