Boutons de fièvre: symptômes, causes et soins

12 avril, 2021
This article has been written and endorsed by el médico Diego Pereira
L'immunosuppression et les situations stressantes favorisent l'apparition de boutons de fièvre.

Les boutons de fièvre sont une maladie causée par une infection par le virus de l’herpès simple. Elle se caractérise par l’apparition de lésions en forme de cloques qui, lorsqu’elles se brisent, produisent une croûte ferme qui peut mettre des semaines à cicatriser.

Bien que le virus ne puisse pas être éliminé de l’organisme, il existe des traitements efficaces pour réduire les symptômes, grâce à des antiviraux tels que l’acyclovir. Par ailleurs, il existe des mesures préventives de base pour éviter l’infection.

Si vous souhaitez en savoir un peu plus sur cette condition particulière, nous vous invitons à lire cet article.

Qu’est-ce que l’herpès?

Les boutons de fièvre sont le résultat d'une infection virale.

Ce terme est souvent utilisé pour toute blessure ou maladie causée par une infection par les virus de l’herpès simplex, à la fois de type 1 (HSV-1) et de type 2 (HSV-2).

Ces virus font partie de la famille des Herpesviridae, qui comprend plusieurs agents pathogènes pour l’être humain. Ceux-ci peuvent entraîner une mononucléose infectieuse, un lymphome de Burkitt et un sarcome de Kaposi.

Cette dernière condition est une tumeur maligne qui se développe à partir des cellules qui tapissent la partie interne des vaisseaux lymphatiques. Elle a tendance à apparaître plus fréquemment chez les patients présentant un certain type d’immunosuppression, en particulier le VIH / SIDA.

D’autre part, elle se caractérise par de multiples lésions rougeâtres et surélevées, présentes à la fois sur la peau et dans le tube digestif et le système respiratoire.

Les boutons de fièvre sont une infection récurrente. Ils ont donc tendance à se reproduire plusieurs fois au cours de la vie. Ils sont très contagieux et peuvent se transmettre par contact étroit en embrassant une personne infectée ou en pratiquant le sexe oral.

Bien qu’elle ait tendance à disparaître en quelques semaines, chez les patients immunodéprimés la maladie peut s’aggraver.

Principaux symptômes

Comme leur nom l’indique, les boutons de fièvre affectent la région périorale. Les lésions apparaissent généralement sur le bord externe des commissures labiales, commençant par une zone plate et rouge (érythémateuse). Au fil des jours, de petites cloques appelées vésicules apparaissent, remplies de liquide clair.

Parce qu’elles produisent également des démangeaisons intenses, en raison du grattage il est possible que certaines de ces vésicules se brisent et libèrent leur contenu vers l’extérieur. À partir de là, les lésions évoluent en croûtes qui peuvent mettre des semaines à tomber, mais ne laissent généralement pas de cicatrices.

Il est également possible d’avoir une forte fièvre, des douleurs dans les zones voisines ou des glandes enflées, en particulier dans la région cervicale. Parfois, lorsque le grattage est sévère, une surinfection bactérienne peut survenir. Dans ces cas, l’utilisation d’antibiotiques est nécessaire.

Facteurs de risque des boutons de fièvre

Les virus de l’herpès simplex sont répandus dans la nature, de sorte que presque tout le monde peut contracter l’infection. Cependant, certaines circonstances augmentent la probabilité d’en souffrir, ainsi que de souffrir de symptômes plus sérieux:

  • Immunosuppression: les patients VIH non traités, avec des niveaux élevés de charge virale ont tendance à développer des lésions plus étendues qui mettent plus de temps à guérir. La même chose se produit avec d’autres espèces de la famille des Herpesviridae, en particulier le virus varicelle-zoster.
  • Dermatite atopique : les patients qui souffrent de cette maladie inflammatoire de la peau sont plus susceptibles de développer un tableau clinique connu sous le nom d’eczéma herpétique, dont la gravité est beaucoup plus élevée que le bouton de fièvre commun.

L’immunosuppression ne se produit pas uniquement en cas de VIH / SIDA. Les patients atteints de maladies oncologiques, de polyarthrite rhumatoïde, de lupus érythémateux disséminé ou qui ont besoin d’une greffe de n’importe quel organe, reçoivent généralement un traitement avec des stéroïdes, des substances qui diminuent l’activité du système immunitaire.

Quel est le mode de transmission des boutons de fièvre?

L’infection peut être contractée par un contact étroit de personne à personne. Comme nous l’avons mentionné précédemment, cela se produit généralement entre des couples qui s’embrassent ou ont des relations sexuelles. Bien que les chances de transmission soient plus grandes lorsque les lésions sont présentes, dans les cas asymptomatiques, il peut également y avoir contagion.

Le partage d’objets qui sont fréquemment portés à la bouche, en particulier des ustensiles de cuisine, est également une forme fréquente de contagion, car le virus peut vivre sur ces surfaces pendant un certain temps.

Traitement des boutons de fièvre

Les boutons de fièvre peuvent être traités avec de l'acyclovir

Malgré le fait que l’herpès oral a tendance à s’améliorer spontanément au fil des semaines, de nombreux patients consultent pour améliorer les symptômes. Dans le cas où un traitement est décidé, il existe des thérapies efficaces pour tous les cas.

Les médicaments de choix sont les antiviraux, en particulier l’acyclovir. Ce dernier fut développé dans les années 70 et représente une avancée considérable dans le domaine de la pharmacologie.

En fait, ses créateurs Gertrude Belle Ellion et George H.Hitchings ont conçu d’autres thérapies efficaces contre la leucémie et le paludisme. C’est pourquoi ils ont reçu le prix Nobel de physiologie et de médecine en 1988.

L’acyclovir est disponible sous forme de crèmes, de comprimés et de solutions pour administration intraveineuse. Dans les cas graves, le médecin peut indiquer une combinaison de plusieurs de ces présentations.

Efficacité de la médecine traditionnelle ou alternative

Alors que de nombreuses substances commercialisées en tant que remèdes contre les boutons de fièvre n’ont jamais été testées dans des essais cliniques, certaines se sont révélées efficaces pour traiter les formes bénignes de la maladie. Ceux-ci incluent, par exemple, la lysine (un acide aminé) et la sauge, selon la clinique Mayo.

Les cas modérés ou graves nécessitent une évaluation médicale. Car aucun de ces remèdes ne s’est montré, jusqu’à présent, plus efficace que les médicaments antiviraux développés pour traiter les boutons de fièvre.

Les boutons de fièvre peuvent-ils réapparaître une fois guéris?

Oui, après la disparition des lésions de l’infection initiale, le virus de l’herpès simple peut rester logé dans les nerfs les plus superficiels de la même zone.

Au fil des années, tout stress ou agent immunosuppresseur (y compris ceux mentionnés dans cet article) peut favoriser la réactivation des virus, produisant une seconde infection.

La prévention

Il existe de nombreux moyens efficaces de prévenir les boutons de fièvre, mais ils dépendent beaucoup de la situation particulière de chaque patient. Par exemple, l’exposition prolongée au soleil favorise leur apparence. Il est donc primordial d’appliquer un écran solaire adapté à chaque type de peau.

Éviter tout contact étroit avec des patients présentant des blessures actives est essentiel pour prévenir l’infection, ainsi que pour ne pas partager les ustensiles de cuisine et autres objets personnels. Une bonne hygiène pourrait également réduire la probabilité de transmission.

Il est toujours conseillé de consulter le médecin

Bien que les cas de boutons de fièvre ont tendance à se résoudre d’eux-mêmes, il est conseillé de consulter un médecin en cas de lésions étendues ou de toute condition générant une immunosuppression.

  • Bascones-Martínez A, et al. Herpesvirus. Avances en Odontoestomatología 2011;27(1):11-24.4
  • Chakrabarty A, Beutner K. Therapy of other viral infections: herpes to hepatitis. Dermatol Ther. 2004;17:465-490.
  • Guerrero C, et al. Herpesvirus: relación con la enfermedad periodontal e implicaciones orales. Revista Mexicana de Periodontología 2019;10(3):58-64.
  • Gimenez S. Herpes, clínica y tratamiento. Farmacia Profesional 2004;18(8):42-48.
  • Pielop J, Wood A, Hsu S. Update on antiviral therapy for herpes simplex virus infection. Dermatol Ther. 2000;13:235-257.
  • Valverde-López J. Herpes virus. Dermatol Peru 2017;27(4):212-224.