Hypothermie: symptômes, diagnostic et traitements

L'hypothermie est une condition dans laquelle la température corporelle chute brusquement et peut entraîner de multiples complications. Heureusement, la plupart des dommages sont réversibles si un traitement approprié commence à temps.
Hypothermie: symptômes, diagnostic et traitements

Écrit par Luis Rodolfo Rojas Gonzalez, 29 août, 2021

Dernière mise à jour : 29 août, 2021

La température corporelle est le résultat d’un équilibre dynamique entre les mécanismes de régulation internes et les conditions environnementales. En ce sens, des conditions locales et systémiques peuvent survenir lorsqu’elles sont exposées à des conditions de températures extrêmes. L’hypothermie est l’une de ces affections. Souhaitez-vous en savoir plus à ce sujet?

L’hypothermie survient lorsque la température corporelle chute en dessous de la normale lorsqu’elle est en contact avec un environnement froid, ou le résultat d’une maladie qui altère la capacité de retenir la chaleur. Des études affirment que ce phénomène se produit lorsque la température centrale est inférieure à 35 degrés Celsius, générant l’apparition de signes et de symptômes caractéristiques.

Quels sont les symptômes?

Un homme qui a fait un malaise.

Les manifestations cliniques de l’hypothermie apparaissent généralement progressivement ou soudainement, selon la cause de l’affection et la gravité de l’affection.

Les frissons sont généralement le premier symptôme à apparaître. Ils surviennent en raison de l’activation de mécanismes périphériques qui cherchent à augmenter et à récupérer la température corporelle. De même, il est fréquent de présenter les symptômes suivants:

  • Peau pâle et froide.
  • Cyanose.
  • Respiration douce et superficielle.
  • Difficulté à bouger ou manque de coordination.
  • Faible fréquence cardiaque.
  • Engourdissement des doigts et des membres.
  • Confusion et somnolence.

En général, les personnes souffrant d’hypothermie ont tendance à ressentir un ralentissement de la pensée. Elles sont donc peu conscientes de leur état de santé. Par conséquent, les personnes peuvent présenter une perte de conscience, un arrêt cardiaque, un choc et un coma lorsqu’elles ne reçoivent pas de soins médicaux en temps opportun.

Types d’hypothermie

L’hypothermie peut être classée selon l’origine de la cause déclenchante et en fonction de la température de la personne atteinte.

En ce sens, on parle d’hypothermie primaire accidentelle lorsque la diminution de la température corporelle est le résultat d’une exposition environnementale à un froid extrême. L’hypothermie accidentelle secondaire survient à la suite d’une maladie ou d’une affection sous-jacente.

De même, certaines recherches suggèrent que l’hypothermie peut se répertorier en 5 degrés en fonction des signes cliniques et de leur relation avec la température centrale. Les degrés d’hypothermie existants se basent sur les critères de différentes associations spécialisées dans le traitement de la maladie. Il est donc possible de la classer comme suit:

  • Degré I (35 à 32 degrés Celsius): la personne affectée est consciente, tremblante, avec une dysarthrie et une accélération du rythme cardiaque. À ce stade, tous les symptômes sont réversibles avec un traitement de réchauffement.
  • Degré II (32 à 28 degrés Celsius): le patient est généralement confus et somnolent mais sans tremblements. Des troubles de la conduction cardiaque surviennent également et peuvent déclencher des arythmies mortelles.
  • Le degré III (28 à 24 degrés Celsius) survient lorsque les mécanismes de thermorégulation du corps échouent. La personne peut devenir inconsciente ou inconsciente en présence de signes vitaux.
  • Degré IV (24 à 13,7 degrés Celsius): une asystolie se produit. Il y a donc une absence de signes vitaux et une mort apparente. À ce stade, la réanimation de la personne atteinte est encore possible.
  • Degré V (moins de 13 degrés Celsius): connu sous le nom d’hypothermie irréversible, dans laquelle il y a incompatibilité avec la vie.

Quelles sont les causes de l’hypothermie?

La température du corps humain est déterminée par un équilibre actif entre la production et l’évacuation de la chaleur.

De cette façon, le centre de thermorégulation hypothalamique, en conjonction avec divers mécanismes périphériques, cherche à maintenir une température corporelle optimale de 37,5 degrés Celsius par la transpiration, la vasodilatation et les mouvements musculaires.

L’hypothermie se produit généralement en raison d’une perte de chaleur excessive ou d’une production de chaleur insuffisante. De plus, la modification du centre de régulation central peut également être responsable de cette condition.

En général, l’exposition environnementale à des conditions de basse température est la principale cause d’hypothermie, comme dans le cas d’une immersion dans l’eau froide.

D’autre part, certains médicaments comme l’éthanol et les barbituriques peuvent accélérer la perte de chaleur vers l’environnement extérieur. Certaines recherches ont montré que jusqu’à 20 % des patients souffrent d’hypothermie peropératoire involontaire sous l’effet de l’anesthésie.

La plupart des processus enzymatiques dans le corps humain libèrent de la chaleur secondaire à la formation d’énergie, généralement sous forme d’ATP. De cette façon, la réduction des métabolites nécessaires à la production de cette molécule favorise l’apparition de l’hypothermie. Par conséquent, ce phénomène est fréquent chez les personnes souffrant de malnutrition sévère, d’hypoglycémie ou de marasme.

Les altérations au niveau du système nerveux central telles que l’ischémie et les traumatismes sont également associées à l’hypothermie, qui apparaît en raison de dommages aux voies neurologiques responsables de la thermogenèse. En outre, les personnes atteintes d’hypopituitarisme, d’insuffisance surrénale et d’hypothyroïdie sont plus à risque de développer cette maladie.

Diagnostic

Lits d'hôpital.

Le diagnostic de l’hypothermie repose sur la détection de la température corporelle et son association avec les symptômes du patient. En ce sens, un thermomètre buccal, rectal ou tympanique est généralement utile pour effectuer la lecture. La détection de température inférieure à 35 degrés Celsius permet de corroborer l’état d’hypothermie.

Les valeurs inférieures à 36 degrés Celsius permettent également des mesures préventives. D’autre part, le médecin traitant fera un lien entre les manifestations cliniques et la lecture du thermomètre pour classer l’hypothermie comme légère, modérée ou sévère.

Par ailleurs, l’approche médicale implique généralement un examen physique complet ainsi qu’une anamnèse détaillée. De cette façon, le médecin identifiera la situation déclenchante de cette affection et son lien éventuel avec une pathologie de base, un phénomène environnemental ou une intoxication médicamenteuse.

Traitement de l’hypothermie

Le traitement de l’hypothermie vise à résoudre et à ralentir l’évolution de l’événement déclencheur. Ainsi, l’approche initiale consiste à sortir la personne du froid et à utiliser les premiers secours, qui chercheront à réchauffer progressivement le corps.

Il est important de retirer les vêtements mouillés après une plongée, de protéger le corps avec des manteaux secs et de placer la personne affectée dans un endroit chaud. Dans les cas graves, l’assistance immédiate de l’équipe d’urgence et l’utilisation de protocoles de réanimation cardiorespiratoire (RCR) sont nécessaires.

Après avoir retiré le patient d’un état critique, un traitement médical visant à réchauffer et à récupérer une température corporelle normale commencera. Parmi les procédures utilisées, citons les suivantes:

  • Réchauffement externe passif (REP): il est utilisé chez les personnes souffrant d’hypothermie légère et consiste à placer la personne dans un environnement chaud, avec isolement, en élevant progressivement la température centrale du corps.
  • Active Core Reheating (ACR): utilisé dans les cas modérés à sévères et implique diverses manières d’augmenter la température directement et en toute sécurité. En ce sens, vous pouvez introduire de l’air chaud et humidifié, irriguer l’abdomen, administrer des fluides chauds par voie intraveineuse ou utiliser des méthodes de diathermie et de réchauffement du sang par hémodialyse.

Prévention de l’hypothermie

Les mesures de prévention de l’état hypothermique sont orientées pour éviter la perte de chaleur à travers la peau. Pour cela, il est conseillé de suivre les conseils suivants:

  • Éviter de rester longtemps dans des espaces à basse température.
  • Ne pas se baigner ou faire des activités nautiques dans les rivières, les lacs ou les étangs pendant l’hiver.
  • Utiliser des mesures de protection ainsi qu’un isolement corporel dans les environnements froids.
  • Consommer des boissons tièdes ou chaudes.

Une condition à ne pas sous-estimer

Dans la plupart des cas, l’hypothermie peut être une maladie méconnue et peu préoccupante pour certaines personnes. Cependant, le compromis de la température corporelle implique de multiples complications cardiovasculaires, respiratoires et neurologiques. De plus, des événements hypothermiques graves peuvent rapidement entraîner la mort de la personne touchée.

Pour cette raison, n’hésitez pas à demander une attention immédiate en cas de tremblements, de spasmes musculaires, de peau pâle, de respiration superficielle, de confusion et de somnolence. Les médecins spécialistes sont formés pour identifier votre état et vous guider dans votre rétablissement.

Cela pourrait vous intéresser ...
12 clés pour prendre soin de votre peau quand il fait froid
Muy SaludLisez-le dans Muy Salud
12 clés pour prendre soin de votre peau quand il fait froid

Les poussées d'eczéma apparaissent fréquemment pendant l'hiver..Voici 12 conseils pour prendre soin de votre peau lorsqu'il fait froid!



  • Avellanas M, Ricart A, Botella J, Mengelle F et al . Manejo de la hipotermia accidental severa. Med. Intensiva. 2012; 36(3): 200-212.
  • Campos Chacón N. Hipotermia: a propósito de un caso. Med. leg. Costa Rica. 2016; 33(2): 159-164.
  • Hart SR, Bordes B, Hart J, Corsino D, Harmon D. Unintended perioperative hypothermia. Ochsner J. 2011;11(3):259-70.
  • Brandt S, Mühlsteff J, Imhoff M. Diagnosis, prevention and treatment of accidental and perioperative hypothermia. Biomedizinische Technik/Biomedical Engineering. 2012;57(5).
  • Avellanas Chavala M, Ayala Gallardo M, Soteras Martínez Í, Subirats Bayego E. Management of accidental hypothermia: A narrative review. Med Intensiva (Engl Ed). 2019;43(9):556-568.
  • García Iriarte A, Sáenz Mendía R, Marín Fernández B. La hipotermia [Hypothermia]. Rev Enferm. 2010;33(1):55-62.