Diagnostic VIH: quels sont les différents tests disponibles?

Le diagnostic du VIH consiste à effectuer des tests spécifiques qui détectent l'infection avec une large marge de sécurité. Quels sont-ils?
Diagnostic VIH: quels sont les différents tests disponibles?

Écrit par Josberth Johan Benitez Colmenares, 09 août, 2021

Dernière mise à jour : 09 août, 2021

Selon les données du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), «en 2020, environ 6 millions de personnes ne savaient pas qu’elles étaient infectées par le virus». La maladie peut passer inaperçue à ses débuts comme une simple grippe, de sorte que le diagnostic du VIH est complexe s’il n’y a pas d’indications directes que vous avez cette MST.

Il est largement admis parmi les spécialistes que le pronostic de la maladie est meilleur lorsqu’elle est détectée précocement. Ainsi, un traitement visant à stopper le cours de son évolution peut être initié, évitant de nouvelles infections et réduisant les complications associées à l’infection. Aujourd’hui, nous vous montrons les tests de diagnostic du VIH disponibles aujourd’hui.

Comment se déroule le diagnostic du VIH?

Comme nous le dit Stanford Health Care, le diagnostic du VIH repose sur des tests de laboratoire conçus pour détecter la présence de l’infection dans le corps.

Le spécialiste, ou le patient lui-même, y recourra lorsqu’il soupçonnera que les symptômes peuvent être causés par le virus. Les tests sont conçus pour trouver des anticorps ou des antigènes associés à l’infection.

Des analyses de sang, de salive ou d’urine sont utilisées pour cela. Le diagnostic final n’étant posé qu’après confirmation objective, plusieurs tests sont parfois nécessaires avant que le professionnel ne communique les résultats au patient.

Selon le Centre médical de l’Université de Californie à San Francisco (UCSF Health), le diagnostic du VIH est posé sur la base de:

Test ELISA

Le diagnostic du VIH comprend l'utilisation de techniques moléculaires.

Le test immuno-enzymatique, également connu sous le nom d’ELISA, est le test standard pour détecter les anticorps uniques lors du diagnostic du VIH.

Les chercheurs soutiennent son utilisation par rapport à d’autres options de laboratoire, bien qu’il soit soumis à plusieurs limitations. Le premier et le plus important sont les jours ouvrables que vous devez attendre pour obtenir les résultats.

Pour cette raison, il a été remplacé par d’autres options qui, bien que moins sensibles, permettent une détection sûre de l’infection. Cela se fait par prélèvement sanguin.

Tests de dépistage clinique rapide

Il s’agit d’examens rapides réalisés en milieu hospitalier. La plupart permettent d’accéder aux résultats en moins d’une demi-heure et s’effectuent par prélèvement de salive (de préférence), d’urine ou de sang au doigt. Des études attestent de son efficacité, notamment pour empêcher les patients de revenir pour des résultats de tests plus lents.

Ceux utilisés dans ce contexte, comme indiqué par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), sont des tests combinés antigène et anticorps. Il s’agit d’une alternative très utile, car elle peut détecter les infections qui surviennent après 18 jours d’infection.

Une variante de ce test est également disponible sous une analyse plus méticuleuse qui prend quelques jours.

Tests rapides à domicile

Il existe de nombreux tests à domicile que vous pouvez utiliser pour diagnostiquer le VIH. Bien qu’elle ait une sensibilité moindre, cette option peut aider à écarter ou à confirmer partiellement les soupçons. La Food and Drug Administration (FDA) n’en a approuvé qu’un seul dans ce contexte, le soi-disant OraQuick.

Les résultats sont disponibles en 20-40 minutes, les échantillons n’ont pas besoin d’être envoyés à un laboratoire. Ils peuvent être effectués sans connaissance préalable et sont disponibles en ligne pour les plus de 17 ans. Que vous obteniez un résultat positif ou négatif, vous devez le corroborer avec d’autres options de détection de la main d’un spécialiste.

Test d’acide nucléique (NAT)

Le test NAT peut détecter les infections qui se sont produites dès 10 jours après l’infection (en moyenne). Il fonctionne en détectant l’ARN du virus avec des résultats disponibles en quelques jours.

Bien qu’il soit très sûr, il ne fait pas partie de la procédure standard car il s’agit d’un test assez coûteux. Néanmoins, cela peut être très utile pour les patients qui pensent avoir récemment contracté l’infection.

Si le résultat est positif pour l’un des tests ci-dessus, le spécialiste ordonnera une numération formule sanguine complète et des tests spécifiques pour évaluer l’état de certains organes (tels que les reins et le foie).

Il n’est pas rare que des tests soient effectués pour détecter des infections nouvelles ou passées qui peuvent être aggravées par l’évolution de l’infection par le VIH. Par exemple:

  • Tuberculose.
  • Hépatites A, B et C.
  • Syphilis.

De même, des tests de résistance aux médicaments peuvent être appliqués afin que le spécialiste soit sûr de l’efficacité du traitement à mettre en œuvre, ceci en cas de résultat positif.

Questions et réponses sur le diagnostic du VIH

En complément de ce que nous avons expliqué, nous répondons brièvement à quelques doutes fréquents sur le diagnostic du VIH :

Pourquoi dois-je effectuer un test de diagnostic du VIH?

C’est le seul moyen sûr, rapide et viable d’exclure ou de confirmer l’infection du virus dans le corps. Il est normal que vous vous sentiez nerveux à ce sujet, mais rappelez-vous que, en supposant des résultats positifs, la maladie peut être traitée aujourd’hui au point que peu de patients développeront le SIDA à l’avenir.

Par conséquent, un diagnostic précoce est d’une grande aide pour éviter les complications dérivées de l’infection. Plus il est retardé, plus les effets secondaires sont importants. N’oubliez pas que pendant les premiers mois, les personnes infectées sont plus susceptibles de transmettre la maladie. Le diagnostic permet ainsi d’éviter la contagion entre vos partenaires sexuels.

Quelles sont les personnes les plus à risque?

Un préservatif dans une main.

Certains chercheurs recommandent de tester les groupes suivants pour le VIH:

  • Les personnes qui ont des relations sexuelles sans préservatif.
  • Les personnes ayant une vie sexuelle très active, notamment celles qui ont généralement plusieurs partenaires par an.
  • Femmes enceintes (le VIH peut infecter le fœtus).
  • Celles qui ont déjà une MST diagnostiquée.
  • Celles qui utilisent des drogues récréatives, en particulier du type injectable.

Outre ces groupes de population, le CDC recommande des tests de routine sur les jeunes et les adultes, même s’ils ne font pas partie des groupes à risque. Dans les cas décrits dans la liste, il est recommandé de passer les examens au moins une fois par an.

Quand dois-je faire le processus de diagnostic du VIH?

Habituellement, quelques semaines ou mois s’écoulent avant que le corps montre les premiers changements physiologiques qui alertent de la présence de l’infection. Il est donc recommandé d’attendre quatre semaines avant de faire les premiers tests, ceci malgré le fait qu’il existe des tests qui dans certains contextes permettent une détection après 10 jours d’infection.

En effet, la précision et la sensibilité augmentent au fil des jours, ce qui permet d’obtenir des résultats plus fiables. Le test deux ou trois jours après la suspicion de l’infection donnera des résultats négatifs, sans nécessairement correspondre au vrai scénario.

Que faire si les résultats sont négatifs pour l’infection?

Comme nous l’avons indiqué, le fait que vous obteniez des résultats négatifs n’est pas une certitude que vous n’avez pas l’infection.

Si vos soupçons sont très forts (par exemple, vous avez eu des relations sexuelles avec une personne séropositive qui ne suit pas de traitement), alors vous devriez attendre quelques semaines et refaire le test. Si celui-ci est négatif, il vaut la peine d’opter pour une troisième confirmation.

Durant le processus, évitez d’avoir des relations sexuelles ou de partager des seringues dans l’attente des résultats.

Que faire si les résultats sont positifs pour l’infection?

Tout comme les tests peuvent renvoyer des faux négatifs, il y a aussi la possibilité de faux positifs. Ceci, surtout, si vous avez opté pour un test rapide.

Les résultats doivent être corroborés par un deuxième examen (tel que Western Blot). S’ils sont positifs, le spécialiste considérera les options de traitement disponibles. À son tour, cela sera complété par un plan pour empêcher la propagation du virus.

Cela pourrait vous intéresser ...
Traitement du VIH: rétroviraux, effets secondaires et soutien psychologique
Muy SaludLisez-le dans Muy Salud
Traitement du VIH: rétroviraux, effets secondaires et soutien psychologique

Le traitement du VIH consiste en une thérapie antirétrovirale..Elle permet de stopper la progression de l'infection et prévient les complications.



  • Arora, D. R., Maheshwari, M., & Arora, B. Rapid point-of-care testing for detection of HIV and clinical monitoring. International Scholarly Research Notices. 2013.
  • Mehra, B., Bhattar, S., Bhalla, P., & Rawat, D. Rapid tests versus ELISA for screening of HIV infection: our experience from a voluntary counselling and testing facility of a tertiary care centre in North India. International Scholarly Research Notices. 2014.
  • Sands, A. Annex 7: diagnostics for HIV diagnosis. 2015.