4 médicaments pour faire baisser la fièvre

Certains de ces médicaments appartiennent au groupe des anti-inflammatoires non stéroïdiens, réputés pour leurs propriétés antipyrétiques.
4 médicaments pour faire baisser la fièvre
Diego Pereira

Rédigé et vérifié par el médico Diego Pereira dans 19 avril, 2021.

Dernière mise à jour : 19 avril, 2021

La fièvre est un symptôme courant qui survient lors d’infections, bien que les patients immunodéprimés puissent ne pas la manifester. Les médicaments pour faire baisser la fièvre appartiennent pour la plupart au groupe des anti-inflammatoires non stéroïdiens, bien que chacun ait ses propres particularités.

Si vous souhaitez en savoir un peu plus sur ces médicaments, nous avons préparé l’article suivant pour répondre à toutes vos questions.

Comment une fièvre survient-elle?

Les médicaments pour faire baisser la fièvre sont utiles dans les infections.

La fièvre est la réponse du corps face à la présence de substances appelées pyrogènes. Celles-ci peuvent être produites par nos propres cellules ou par des micro-organismes étrangers. Dans le premier cas, elles sont appelées pyrogènes endogènes et, dans le second, pyrogènes exogènes.

Face à une infection dans des conditions normales, le système immunitaire est activé. en particulier sa composante cellulaire, qui comprend les leucocytes. Ces substances se libèrent afin d’éliminer les micro-organismes, tels que les cytokines pro-inflammatoires, l’interféron et le facteur de nécrose tumorale. Ces derniers, en outre, agissent comme des pyrogènes endogènes.

De leur côté, les bactéries ont des molécules à leur surface et libèrent d’autres substances qui agissent comme des pyrogènes exogènes, en plus de leur permettre de survivre dans divers environnements. Ce groupe comprend les peptidoglycanes et les lipopolysaccharides.

Quelle que soit l’origine des pyrogènes, ils voyagent dans la circulation sanguine jusqu’à une partie de l’hypothalamus, où les signaux nerveux capables de produire les symptômes caractéristiques de la fièvre sont activés: frissons, température élevée, malaise général et tachycardie, entre autres.

Médicaments pour faire baisser la fièvre

Par la suite, nous décrirons les caractéristiques du paracétamol, de l’acide acétylsalicylique, de l’ibuprofène et du métamizole. Ils partagent tous certains mécanismes d’action, notamment en ce qui concerne l’inhibition de la voie de la cyclooxygénase. Ceci, comme vous le verrez plus tard, produit des médiateurs inflammatoires capables de produire de la fièvre.

1. Paracétamol

C’est l’un des médicaments les plus vendus dans le monde en raison de ses quelques effets indésirables et du fait qu’une prescription n’est pas nécessaire pour l’acquérir.

En effet, selon une publication de la Fédération des entreprises des pharmaciens espagnols, en 2018, 12,8 millions d’unités ont été vendues dans tout le pays, ce qui en fait le quatrième médicament de la liste.

En plus de son effet antipyrétique, il est également efficace comme analgésique, c’est pourquoi il est capable de réduire la douleur dans de nombreuses conditions courantes telles que les céphalées de tension. De plus, c’est l’un des rares médicaments que les femmes enceintes peuvent consommer en toute sécurité.

Mécanisme d’action en tant que médicament anti-fièvre

Le paracétamol inhibe une voie métabolique appelée cyclooxygénase 3, un phénomène découvert au début du 21e siècle. Cela a permis d’expliquer les différences par rapport aux autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), capables d’inhiber la cyclooxygénase 1 et 2.

Dès lors, le paracétamol n’est plus considéré comme un AINS, notamment en raison de l’absence d’effets anti-inflammatoires, par rapport à des médicaments comme l’ibuprofène.

2. Acide acétylsalicylique ou aspirine, l’un des médicaments contre la fièvre

Mieux connu sous le nom commercial de l’aspirine, ce médicament appartient au groupe des AINS. Sa capacité en tant qu’antipyrétique est due à l’inhibition de la voie de la cyclooxygénase, qui produit normalement des prostaglandines, qui sont essentielles pour générer de la fièvre.

Malgré son utilisation courante dans le monde, il existe de nombreuses interactions médicamenteuses capables de réduire son efficacité ou de provoquer des effets indésirables. Certains médicaments avec lesquels il peut interagir sont la cyclosporine, la vancomycine, le méthotrexate, la digoxine et les AINS eux-mêmes.

Autres utilisations

Aujourd’hui, la principale indication clinique de l’aspirine est en tant qu’agent antiplaquettaire. Ce terme signifie qu’il empêche les plaquettes de coller ensemble et de former un caillot, qui sert à arrêter le saignement. Les caillots sont également impliqués dans la physiopathologie de l’infarctus du myocarde et des accidents vasculaires cérébraux.

L’administration d’une dose quotidienne de ce médicament chez les patients présentant des facteurs de risque pour les conditions susmentionnées (telles que l’hypertension, le diabète sucré, l’obésité et le mode de vie sédentaire) réduit son incidence et réduit la mortalité.

3. Ibuprofène comme traitement pour réduire la fièvre

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ce médicament fait partie de la liste des médicaments essentiels. Il est disponible en vente libre et à peu de frais, et est sur le marché depuis des décennies. En fait, sa structure chimique a été découverte par l’Espagnol Antonio Blancafort lors d’une enquête menée par une société pharmaceutique.

En ce qui concerne son mécanisme d’action pour faire baisser la fièvre, il agit presque de la même manière que l’acide acétylsalicylique, puisqu’il fait également partie des AINS. Il s’utilise comme traitement de la polyarthrite rhumatoïde et de la migraine, en association avec d’autres substances analgésiques.

Son rôle en tant que traitement du COVID-19

Au début de la pandémie, certains auteurs ont suggéré, sur la base d’observations empiriques, que l’utilisation de l’ibuprofène pouvait être nocive chez les patients infectés. Cela a motivé de nombreuses personnes à abandonner volontairement leurs traitements à long terme pour des conditions telles que la polyarthrite rhumatoïde.

Après cela, plusieurs organisations internationales ont assuré qu’il n’y avait aucune preuve à l’appui de ces allégations.

Cela a été annoncé par l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) dans un communiqué, dans lequel elle recommandait aux patients atteints de maladies chroniques de poursuivre leur traitement habituel, et exhortait le reste des patients atteints d’une infection récente au COVID-19 à utiliser d’autres AINS ou paracétamol, malgré le manque de preuves scientifiques contre l’ibuprofène.

4. Métamizole comme médicament anti-fièvre

Les médicaments pour faire baisser la fièvre sont multiples.

Il a été développé et commercialisé en Allemagne au début du 20e siècle, devenant un succès en raison de ses effets antipyrétiques, analgésiques et spasmolytiques évidents. Ce dernier terme fait référence au fait qu’il réduit ou élimine les contractions musculaires involontaires, liées à l’apparition de douleurs dans des maladies telles que les calculs biliaires et rénaux.

Son mécanisme d’action est similaire à celui des AINS, malgré le fait qu’il inhibe de manière non sélective les voies les plus connues de la cyclooxygénase (1 et 2).

Controverse

Au cours des années 1970, on a découvert que ce médicament pouvait être capable de provoquer un effet indésirable connu sous le nom d’agranulocytose. Cela implique la diminution pathologique de plusieurs cellules sanguines, en particulier les neutrophiles, qui font partie du système immunitaire et permettent de protéger l’organisme contre les infections bactériennes.

Par conséquent, il a finalement été retiré du marché de plusieurs pays développés au risque de développer une telle complication.

En Espagne, le médicament ne peut être obtenu que sur ordonnance et le ministère de la Santé a publié une déclaration dans laquelle les indications spécifiques des traitements à court et à long terme avec le métamizole sont établies.

Aujourd’hui, la discussion sur sa sécurité reste controversée. En effet, dans plusieurs pays il est encore possible de l’acheter sans ordonnance.

Quand devons-nous aller chez le médecin?

Dans tous les cas de fièvre, il est conseillé de consulter un médecin au plus vite, surtout si elle persiste plusieurs jours de suite. Les causes sont très variées, bien qu’il s’agisse presque toujours de maladies infectieuses.

Il existe généralement des symptômes associés qui permettent au médecin de poser le diagnostic. Les problèmes de miction, la toux, l’écoulement nasal, les lombalgies, les maux de tête intenses ou la présence de lésions cutanées sont quelques exemples d’infections classiques dans diverses parties du corps.

Dans certains cas, la fièvre peut être confondue avec un cas d’hyperthermie. Cette dernière condition est l’élévation transitoire de la température corporelle à la suite d’autres processus, tels que l’exercice intense.

Ce n’est pas la même chose que l’hyperthermie maligne, une maladie grave qui nécessite une hospitalisation immédiate et qui survient généralement après l’administration d’anesthésiques.

Médicaments utiles et facilement accessibles contre la fièvre

Enfin, la fièvre peut se traiter avec une grande variété de médicaments, la plupart appartenant au groupe des AINS. Heureusement, ils ont peu d’effets indésirables, à condition qu’ils soient consommés aux doses recommandées.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pourquoi avons-nous de la fièvre quand nous sommes malades?
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Pourquoi avons-nous de la fièvre quand nous sommes malades?

L'un des signes les plus caractéristiques d'une maladie est la présence de fièvre..Mais quelle est l'origine de ce phénomène? Découvrez-le!



  • Alcibar J, Gómez S, Vitoria Y, Jiménez A, Peña N, Oñate A, Cabrera A, Martínez P. Antitérmicos en pediatría. An Pediatr Contin. 2006;4:115-24.
  • Benedi J. Antitérmicos. Farmacia Profesional 2007;21(3):50-58.
  • Comité de Medicamentos de la Asociación Española de Pediatría. Pediamécum. Edición 2015. ISSN 2531-2464. . Disponible en: https://www.aeped.es/comite medicamentos/pediamecum/paracetamol-acetaminofen. Consultado el 21/01/2021.
  • González M, et al. La aspirina. Revista Médica de la Universidad Veracruzana 2002;2(2):46-48.
  • Ramón-Romero F, et al. La fiebre. Revista de la Facultad de Medicina UNAM 2014;57(4):21-33.
  • Rodríguez A, Astobiza E, González M, Azkunaga B, Benito J, Mintegi S. Cambios de los hábitos poblacionales en el tratamiento de la fiebre en la infancia. An Pediatr (Barc). 2006;64:497-8.