Qu'est-ce que l'immunosénescence?

Le vieillissement du système immunitaire est un véritable problème avec des conséquences sur la santé. Que sait-on de l'immunosénescence?
Qu'est-ce que l'immunosénescence?

Écrit par Josberth Johan Benitez Colmenares, 04 septembre, 2021

Dernière mise à jour : 04 septembre, 2021

Le vieillissement est un processus que nous ne pouvons pas inverser. Au fur et à mesure que nous ajoutons des décennies de vie, le corps se détériore progressivement. Il le fait non seulement à l’extérieur, avec l’apparition de rides sur la peau, mais aussi à l’intérieur. On parle aujourd’hui d’immunosénescence, aussi appelée vieillissement du système immunitaire.

Certes, après un certain âge, une détérioration des fonctions immunitaires du corps commence. Elle survient à la fois au niveau de l’immunité naturelle et de l’immunité acquise. Ses conséquences se font sentir de différentes manières, notamment lors de la contraction d’infections ou de maladies.

Caractéristiques de l’immunosénescence

Un homme âgé en fauteuil roulant.

L’immunosénescence est une problématique que les chercheurs connaissent très bien depuis plusieurs décennies. Elle est décrite comme la détérioration progressive du système immunitaire due au vieillissement naturel de l’organisme. Les mécanismes cachés qui génèrent cette dégénérescence ne sont pas exactement connus, bien que les preuves suggèrent une involution chronique du thymus.

D’autres spécialistes pensent que les causes de l’immunosénescence sont multifactorielles, tournant autour de facteurs génétiques, environnementaux et liés au mode de vie. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un véritable problème auquel nous devons tous faire face lors des dernières décennies de la vie.

S’il est vrai que l’impact sur le système immunitaire acquis est plus important, les études s’accordent pour dire que l’inné subit également une perte importante. Voyons quels aspects sont compromis en raison du vieillissement du système immunitaire.

Système immunitaire inné

Il est également connu sous le nom de système immunitaire naturel ou spécifique. Il s’agit de la protection avec laquelle nous sommes nés qui sert de ligne de protection contre les antigènes. En ne prenant comme point de départ que les éléments les plus importants, la suite de ce système est affectée lors de l’immunosénescence:

  • Neutrophiles: altération de l’apoptose (mort cellulaire programmée) et de la production de ROS (espèces réactives de l’oxygène).
  • Monocytes: leur activité phagocytaire (processus dans lequel certains composés ou cellules sont capturés et dégradés) et le CMHII (complexe majeur d’histocompatibilité de classe II) diminuent.
  • Macrophages et cellules dendritiques: le nombre de macrophages dans la moelle osseuse diminue et le nombre de cellules dendritiques dans le sang diminue. Les cellules de Langerhans diminuent également.
  • Récepteurs de reconnaissance de formes (PRR): Les récepteurs de reconnaissance de formes sont perturbés. En conséquence, la capture d’antigène est diminuée.
  • Cellules Naturel Killer: leur volume augmente, bien que leur cytotoxicité diminue en même temps.
  • Lymphocytes NKT: il existe des altérations, la plupart liées à leur diminution.
  • Thymus: bien que sa taille ne varie pas, plusieurs changements internes y opèrent. Notamment une réduction du nombre de thymocytes et de cellules stromales.

Système immunitaire acquis

Il est également connu sous le nom de système immunitaire adaptatif. Il désigne la partie du système acquise après la naissance, en principe après interaction avec un antigène. Dans ce cas, les zones les plus touchées sont les suivantes:

  • Cellules T: le nombre de cellules T naïves diminue, réduisant ainsi l’immunosurveillance et la réponse aux nouveaux agents pathogènes entrant dans l’organisme.
  • Cellules B: il y a une diminution des cellules B naïves. En conséquence, la réponse aux anticorps diminue.
  • Cytokines: certaines augmentent (IL-1, IL-6 et IL-8), tandis que d’autres diminuent (IL-2 et IFNy). Il en résulte une prédisposition aux états inflammatoires chroniques et à l’hypersensibilité (aux allergies par exemple).
  • Cellules souches: la composition des cellules souches change par rapport à celle des jeunes patients. Elles diminuent leur activité, mais augmentent leur quantité dans la moelle osseuse.

Comme nous pouvons le voir, les altérations sont générales au cours du processus d’immunosénescence. Ce phénomène affecte les parties les plus importantes du système immunitaire, ce qui engendre une série de conséquences à court, moyen et long terme. Voyons cela plus en détail.

Conséquences de l’immunosénescence

Comme le rappelle Johns Hopkins Medicine, le vieillissement du système immunitaire produit un risque accru de réactivation de virus latents. C’est pour cette raison qu’au cours des dernières décennies de la vie, il y a une augmentation des cas signalés du virus varicelle-zona, du virus d’Epstein-Barr, du virus de l’herpès simplex et du cytomégalovirus.

Ces virus restent en latence dans le corps après une infection pendant l’enfance ou l’adolescence. En raison des altérations qui surviennent dans le fonctionnement du système immunitaire, ils se manifestent dès que l’efficacité de la protection diminue. Les autres conséquences liées à ce processus naturel sont les suivantes:

  • Plus d’épisodes aigus d’inflammation.
  • Infections persistantes.
  • Cicatrisation plus lente des plaies.

Les chercheurs soulignent également que l’immunosénescence est directement liée à un risque accru de développer un cancer. Encore une fois, cela explique en partie pourquoi la majorité des rapports se produisent chez des personnes de plus de 50 ans.

Que faire pour éviter l’immunosénescence?

Une jeune femme qui mange une salade sur son canapé.

Comme les mécanismes qui la régulent complètement ne sont pas connus, les spécialistes ne savent pas si l’immunosénescence est évitable. Certains de ces problèmes sont considérés comme réversibles, tels que le nombre de cellules T naïves et de cellules B productrices d’immunoglobulines.

Par ailleurs, les preuves suggèrent que la thérapie génique ou combinée peut être efficace pour restaurer une partie ou la totalité de la fonction du système immunitaire. La transplantation de thymus peut être une option dans certains cas. Quant aux choses que vous pouvez faire pour l’éviter, il est connu que la nutrition peut jouer un rôle de premier plan.

En effet, il existe suffisamment de preuves à cet égard pour affirmer qu’une alimentation équilibrée peut retarder les effets de l’immunosénescence. L’approche nutritionnelle varie selon chaque personne, bien qu’en général les études indiquent que les vitamines, les minéraux et les probiotiques aient un impact positif à cet égard.

D’autres choses que vous pouvez inclure dans votre routine pour prévenir le vieillissement du système immunitaire sont les suivantes:

  • Réduire les épisodes de stress ou de tension.
  • Faire une activité physique.
  • Éviter le mode de vie sédentaire.
  • Garder un poids santé.
  • Garder les maladies diagnostiquées sous contrôle.

De manière générale, une vie saine peut jouer en notre faveur lorsqu’il s’agit de réduire la détérioration de ces fonctions. Bien que vous ne puissiez pas contrôler la prédisposition génétique à cet égard, si vous incluez ces conseils dans votre routine, vous ferez pencher la balance en votre faveur.

Cela pourrait vous intéresser ...
Régime alimentaire et système immunitaire: ce que vous devez savoir
Muy SaludLisez-le dans Muy Salud
Régime alimentaire et système immunitaire: ce que vous devez savoir

Le régime alimentaire est étroitement lié au bon fonctionnement du système immunitaire..Pourquoi? Comment harmoniser les deux? etc..



  • Aiello, A., Farzaneh, F., Candore, G., Caruso, C., Davinelli, S., Gambino, C. M., … & Accardi, G. Immunosenescence and its hallmarks: how to oppose aging strategically? A review of potential options for therapeutic intervention. Frontiers in immunology. 2019; 10: 2247.
  • Aw, D., Silva, A. B., & Palmer, D. B. Immunosenescence: emerging challenges for an ageing population. Immunology. 2007; 120(4): 435-446.
  • Caruso, C., Buffa, S., Candore, G., Colonna-Romano, G., Dunn-Walters, D., Kipling, D., & Pawelec, G. Mechanisms of immunosenescence. Immunity & Ageing. 2009; 6(1): 1-4.
  • Gruver, A. L., Hudson, L. L., & Sempowski, G. D. Immunosenescence of ageing. The Journal of Pathology: A Journal of the Pathological Society of Great Britain and Ireland. 2007; 211(2): 144-156.
  • Larbi, A., Cexus, O., & Bosco, N. Nutrition as a Tool to Reverse Immunosenescence?. In Immunity and Inflammation in Health and Disease. 2018; 319-337.
  • Lian, J., Yue, Y., Yu, W., & Zhang, Y. Immunosenescence: a key player in cancer development. Journal of Hematology & Oncology. 2020; 13(1): 1-18.
  • Maijo, M., Clements, S. J., Ivory, K., Nicoletti, C., & Carding, S. R. Nutrition, diet and immunosenescence. Mechanisms of ageing and development. 2014; 136: 116-128.
  • Pawelec, G. Age and immunity: what is “immunosenescence”?. Experimental gerontology. 2018; 105: 4-9.
  • Vega-Robledo, G. B., & Rico-Rosillo, M. G. Senescencia del sistema inmune y alteraciones relacionadas con el asma. Revista Alergia México. 2017; 64(2): 206-219.