Hépatite B chez les nourrissons et les enfants

L'hépatite B chez les nourrissons et les enfants peut entraîner des complications potentiellement mortelles. Découvrez-en davantage...
Hépatite B chez les nourrissons et les enfants

Dernière mise à jour : 25 décembre, 2022

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) , 240 millions de personnes en moyenne dans le monde souffrent d’hépatite B chronique. Les infections graves peuvent entraîner une cirrhose du foie, une mort prématurée et même un cancer. Aujourd’hui, nous passons en revue tout ce que vous devez savoir sur l’hépatite B chez les nourrissons et les enfants, en mettant l’accent sur les options de traitement.

Tous les cas d’hépatite B pédiatrique ne sont pas graves. En effet, la plupart des épisodes sont légers ou modérés et disparaissent sans traitement en un mois ou deux. Malgré cela, les complications sont à l’ordre du jour, les parents doivent donc être conscients des caractéristiques de l’infection.

Symptômes de l’hépatite B chez les bébés et les enfants

La manifestation clinique de l’hépatite B chez les nourrissons et les enfants dépend du statut immunitaire de l’hôte, du niveau de réplication du virus et de l’âge de l’infection. Beaucoup de patients ne développent pas de symptômes, ou s’ils le font, ils apparaissent à un niveau très léger. Les signes se manifestent entre 25 et 180 jours après l’exposition au virus et se caractérisent par :

  • Perte d’appétit.
  • Nausée.
  • Vomissement.
  • Douleur articulaire.
  • Légère fièvre.
  • Éruptions cutanées généralisées (avec et sans démangeaisons).
  • Peau et yeux jaunes.
  • Fatigue.
  • Douleur dans la partie supérieure droite de l’abdomen.

Les chercheurs classent trois types d’hépatite B chez les nourrissons et les enfants: l’hépatite aiguë spontanément résolutive, l’hépatite chronique et la nécrose hépatique massive entraînant une insuffisance hépatique aiguë.

On estime que jusqu’à 90 % des nourrissons qui contractent une infection par le virus de l’hépatite B risquent de développer des épisodes chroniques. Au contraire, les adultes ne manifestent généralement que des évolutions aiguës auto-limitées.

Les épisodes sévères sont caractérisés par une maladie hépatique chronique et un carcinome hépatocellulaire, principalement. C’est pourquoi il est si urgent de contrecarrer l’évolution de l’infection.

Enfin, la nécrose hépatique massive est très rare. A tel point que moins de 1% des cas déclenchent cela. Les symptômes décrits doivent être considérés comme un signe avant-coureur d’une éventuelle infection.

Un enfant assis qui a mal au ventre.

Causes de l’hépatite B chez les nourrissons et les enfants

L’hépatite B est causée par le virus de l’hépatite B (VHB). Contrairement au virus de l’hépatite A, il ne se transmet pas par des aliments ou de l’eau contaminés.

Il le fait par contact avec les fluides corporels d’une personne infectée : sang, sperme, sécrétions vaginales et salive. Dans le cas particulier de l’hépatite B du nourrisson et de l’enfant, les épisodes sont déclenchés par :

  • Lors de l’accouchement d’une mère infectée.
  • Vivre dans la même maison qu’une personne infectée par le virus (surtout en partageant des jouets, des ustensiles de cuisine, etc.).
  • Recevoir plusieurs transfusions sanguines en raison de complications de santé.
  • Être mordu par une personne infectée par le virus (lorsqu’il y a une brèche dans la peau).
  • Être un patient hémodialysé.

S’il est vrai que le virus affecte d’autres zones du corps, son plus grand impact se fait sentir dans le foie. Il le fait en particulier dans les cellules hépatiques appelées hépatocytes.

Le virus commence à se reproduire dans ces cellules, ce qui entraîne leur destruction ou leur mort. Lorsque seuls quelques-unes d’entre elles meurent, aucun problème majeur ne survient. La question est de savoir quand des milliers et des milliers meurent.

Heureusement, la plupart des épisodes se déroulent lentement. Le virus se loge dans les cellules, mais il se reproduit progressivement. C’est pour cette raison que de nombreux enfants ou bébés ne présentent pas de symptômes, et ceux-ci n’apparaissent que des semaines ou des mois après l’infection.

La transmission verticale est la principale cause d’hépatite B chez les nourrissons et les enfants. C’est-à-dire l’infection qui survient avant la naissance, pendant la naissance ou après l’accouchement.

On pense que jusqu’à 95 % des nourrissons infectés avant l’accouchement développent une évolution sévère, de sorte qu’ils sont incapables d’excréter le virus au cours des six premiers mois de leur vie.

Diagnostic de l’hépatite B chez les nourrissons et les enfants

Une main avec une fiole de sang.

Comme le soulignent les experts, les populations à haut risque devraient subir des tests médicaux pour déterminer la présence du virus. Dans ce cas, la présence de l’infection chez la mère et les autres membres de la famille.

Le diagnostic de l’hépatite B est posé par des tests sanguins pour détecter l’HBsAg, les anticorps de surface de l’hépatite B (HBsAb) et les anticorps du noyau de l’hépatite B (HBcAb).

La simple présence de HBsAg est un indicateur du processus infectieux. De son côté, la présence d’HBsAb indique un processus d’immunité ou de récupération contre le virus (en cours ou déjà réussi).

Enfin, l’HBcAb se manifeste au début d’un processus aigu ; bien qu’avec d’autres variables, cela puisse également indiquer un état grave. Parfois, l’ADN du virus peut être le seul marqueur présent dans les premières infections.

Les tests sanguins sont la seule méthode pour détecter l’infection en temps opportun. Les symptômes sont pris comme référence, bien sûr, mais ils ne suffisent pas à eux seuls à offrir un diagnostic sûr. La détection précoce est essentielle pour éviter une évolution chronique, en particulier chez les bébés ou les enfants nés de mères infectées par le virus.

Options de traitement

En général, les cas bénins ne sont généralement pas traités. Si l’évaluation détermine que le foie n’est pas en danger, ou est en danger de l’être, et qu’il est plutôt en cours de rétablissement, les médecins choisiront de traiter les symptômes si nécessaire. À l’inverse, les cas graves nécessitent une intervention immédiate.

Jusqu’à présent, les injections d’interféron alfa-2b (Intron A) sont le seul traitement antiviral approuvé pour traiter l’hépatite B. La deuxième option disponible est le médicament oral lamivudine (Epivir-HBV). Grâce à ceux-ci, l’évolution de l’infection peut être contrôlée, et cela se fait efficacement dans presque tous les cas.

Dans le processus, les suppléments ou les interactions avec des agents pouvant détériorer le foie doivent être évités. Consultez le spécialiste des choses à éviter dans ces sens.

Bien qu’elle ne soit pas considérée comme un traitement approprié, la vaccination en temps opportun peut prévenir jusqu’à 95 % des cas graves d’hépatite B chez les nourrissons et les enfants. Les femmes enceintes doivent être testées pour l’infection afin que des mesures puissent être prises dans les premières heures après la naissance.

Cela pourrait vous intéresser ...
Hépatite A chez les enfants: ce que vous devez savoir
Muy Salud
Lisez-le dans Muy Salud
Hépatite A chez les enfants: ce que vous devez savoir

Les infections à l'hépatite A chez les enfants sont très fréquentes. Quels sont ses symptômes, ses causes, son diagnostic et son traitement?



  • Broderick AL, Jonas MM. Hepatitis B in children. Semin Liver Dis. 2003 Feb;23(1):59-68.
  • Esteban R. Risk of hepatitis B in infancy and childhood. Vaccine. 1995;13 Suppl 1:S35-6.
  • Yeung LT, Roberts EA. Hepatitis B in childhood: An update for the paediatrician. Paediatr Child Health. 2001;6(9):655-659.
  • Wilkins, T., Zimmerman, D., & Schade, R. R. Hepatitis B: diagnosis and treatment. American family physician. 2010; 81(8): 965-972.

Los contenidos de esta publicación se redactan solo con fines informativos. En ningún momento pueden servir para facilitar o sustituir diagnósticos, tratamientos o recomentaciones provenientes de un profesional. Consulta con tu especialista de confianza ante cualquier duda y busca su aprobación antes de iniciar o someterse a cualquier procedimiento.